Suki Gakuen ♥
Bienvenue à Suki Gakuen ♥

Ce forum était anciennement lié à Amour Sucré d'où l'adresse mais ce temps est révolu, nous vous proposons ici d'incarner des personnages parfaitement imaginaires et de venir les faire évoluer dans notre lycée ♥

Connecte-toi / Inscris-toi vite ! ☺


Bienvenue au lycée Suki Gakuen, où amour et conflits se mêlent pour un endroit unique au monde ♥
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Indicible bonheur. [PV : Senri]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 210
Date d'inscription : 27/11/2011

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 20 ans
Orientation Sexuelle: homosexuel.
Petit(e) ami(e): Le vieux pas net ♥
MessageSujet: Indicible bonheur. [PV : Senri] Dim 18 Déc - 12:34

Les dix coups du clocher de l'église avaient sonné : il était vingt-deux heures. Il était temps de vivre.

Selon le règlement de l'école, puisque nous étions en pleine semaine il aurait fallu que je sois déjà dans ma chambre en train de faire mes devoirs pour le lendemain, les sorties tardives n'étaient autorisées que le vendredi, le samedi et le dimanche soir. Pour ma part, je venais à peine de sortir du centre commerciale, et je n'avais pas le coeur à rentrer dans ce taudis qui me servait de chambre. Il me fallait de la grandeur, de l'envergure, de l'immensité. Où pouvais-je me rendre pour atteindre une telle félicité ? Le toit d'un bâtiment aurait était adapté à ma quête, mais tous les magasins fermaient à cette heure du soir, ce n'était donc pas envisageable. Mes sacs remplis de vêtements à la main, je partis donc à la conquête de ma grandiose utopie.

Je marchais dans les rues sombres et glaciales qui découpaient la ville. J'avais froid, mais cette sensation me faisait me sentir terriblement vivant. Un courant d'air frigorifiant se fraya un chemin sous mon long manteau, me transperçant de ses lames vivifiantes. Ma respiration se faisait visible, affrontant courageusement ce combat entre l'air chaud sortant de mes poumons et l'air froid venant l'anéantir en quelques secondes. Les allées étaient vides, personne dans les rues. Un couple passait de temps en temps. Je vis aussi quelques jeunes rebelles dans les petites rues perpendiculaires aux rues principales, sûrement en train de mettre en place un plan pour leur prochain bouc émissaire. Les passants étaient tous plus insignifiants les uns que les autres : j'étais le seul en vie dans cette ville fantôme.

Mon chemin se poursuivait, marchant inexorablement là où le vent me poussait. Ce n'était pas une métaphore, je suivais réellement le sens du vent, pensant peut-être qu'il me mènerait à cette destination mystérieuse qui satisferait mon désir de liberté. Je ne sais pas combien de mètres j'avais marché, mes jambes me poussaient, s'activaient sans le moindre contrôle émanant de moi. C'était comme si elles me laissaient profiter de l'instant présent, me murmurant "tu es le seul homme vivant de ce monde, ceci n'est qu'éphémère, profites-en". Bien sûr que cela était éphémère, cette sensation s'estomperait dès que je serais face au portail de l'école. Je chassai cette pensée de ma tête, préférant suivre la philosophie que m'inculquait mon corps entier.

Le vent s'était arrêté, mon rêve s'était réalisé. J'étais debout, devant une immense étendue d'herbe, parsemée d'arbres en tout genre, creusée par endroits laissant place à un étang. Pourquoi le vent ne soufflait-il plus ? Peut-être n'était-ce que le fruit de mon imagination. Je poussai un grand soupir de satisfaction qui se marqua immédiatement dans l'air ambiant en une buée blanchâtre, s'évaporant quelques secondes plus tard. J'étais arrivé devant ce que le commun des mortels appellerait un parc : pour moi il s'agissait du paradis terrestre. Je savais déjà très bien où je voulais aller : je partis m'installer près de l'étang gelé par le froid hivernal. Je m'allongeai à ses abords, posant au préalable au pied d'un arbre mes sacs cartonnés. Je regardais sa surface, apercevant le reflet de mon visage dans la glace recouvrant l'étendue aquatique. J'avais l'air heureux. L'était-je réellement ? Etait-ce cela le bonheur : la liberté ? Non, c'était plus que ça. J'étais libre, seul, unique et conquérant...? Non. C'était tout simplement indicible.

Alors que je savourais cet instant, j'entendis une branche craquer derrière moi.


Une personne fût-elle prise de la même ambition de liberté ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 241
Date d'inscription : 03/11/2011

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 17 gâteau
Orientation Sexuelle: Bisexuel /o\
Petit(e) ami(e): Euuuh....Forever alone éwè
MessageSujet: Re: Indicible bonheur. [PV : Senri] Dim 18 Déc - 13:40

Tic-Tac Tic-Tac Tic-Tac Tic-Tac Tic-Tac

C'est toujours la même chose...Toujours la nuit...Je fut pris d'un ennui mortel , quand je dit mortel , c'est VRAIMENT mortel. Je me dit parfois "quelle vie je mène" vraiment ennuyeuse et chiante le maximum...Non mais qu'est ce que tu fait a une heur pareille Shouta ?...Je m'ennui moi...J'était assis sur le bureau un stylo a la bouche fixant la série d'exercices de math que je doit faire découragé.....Si Shouta était la il m'aurait aider...Non mais rooh ! Je doit arrêter de me plaindre et de demander toujours de l'aide aux autres moi ! Sa me rappelle que je doit aller nettoyer le linge souillé...Ohh trop la flemme..Et puis les taches d'urine , pas facile a enlever...Je fourre les sales draps en un sac que je fourre a son tour sous le lit. Je soupira et me mis face a la glace , je n'avais pas d'autre choix a part sortir me changer les idées , peut etre que sa me fera du bien ! Et puis j'ai rien a faire .

Je jeta un rapide coup d'oeil a Hamtaro , mon Hamster , Il dort deja tient ! je soupira passant un coup de crayon sur le contour de mes yeux et je refait vite mon maquillage . Je ne savais pas vraiment ou aller , mais je voulait juste sortir . J'enfile ma veste verte et rose et met mes lentilles de contact avent d'attraper mon sac a dos en forme de nounours et ouvrir la fermuture éclair sur son ventre pour le remplir de toute sorte de friandise . Je le mis sur mon dos tenant a la main une barre de céréale chocolatée baissa l'emballage et en prit une bouchée avent de la mâcher . Je me dérige vers la sortie de la chambre , faisant attention a ne pas faire du bruit . Si on me choppe , je suis mort ! Deja sortir a une heur pareille c'est interdit ! Mais que faire...Je m'ennuis tellement . Pendant que je marchais lentement pour en pas faire du bruit je regardait la moquette , d'une couleur grise et des motifs bizarre que je ne pouvait voir a cause de l'obscurité . Je soupira de soulagement ; me voila enfin dehors .

La ville était joliment décoré , j'ai un peu perdu la notion du temps.....C'est noel ! Je fus un peu déçu car je pourrais pas passer chez mon frère a noel...C'est nul ! Vraiment nul...Je fourre le nez dans mon cache col et mes mains dans mes poches , il fesait froid et humide...Je grelotte presque de froid ! Mais je ne regrette pas d'avoir sortit quand même ! Quand j'arrive enfin au parc...il doit y avoir personne a cette heur . Sérieusement quel fou pourrait y etre ? Quand j'aperçut quelqu'un sous un tronc d'arbre...........

Quoi ???!!!! Il est allongé comme sa...Et sans corp est sans vie...A la vue de ces longs cheveux , sa doit etre une fille ! (même si je l'ai vu que de dos) Je m'approcha bruyament de lui et me mis a crier trop effrayer -oui c'est tout moi m'effrayer pour un rien- en le secouant dans tout les sens

-Héééééé tout a vas bien ?!!! Tu n'es pas mort ? ! qu'est ce qui t'arrive ? !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 210
Date d'inscription : 27/11/2011

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 20 ans
Orientation Sexuelle: homosexuel.
Petit(e) ami(e): Le vieux pas net ♥
MessageSujet: Re: Indicible bonheur. [PV : Senri] Dim 18 Déc - 20:20

Allongé sur le ventre, j'étais plongé dans le regard que reflétait l'étendue de glace, mon regard, presque rouge. En pleine sérénade avec moi-même, profitant du silence environnant, de l'air frais fouettant mes cheveux, du froid rougissant mes joues : j'étais au milieu d'un rêve éveillé. Je ne serais rentré au lycée pour rien au monde, d'ailleurs rien que penser à une chose aussi pragmatique me déplaisait. Ce n'était pas dans mes habitudes d'avoir l'âme aussi poétique, mais il y a de ces moments dans la vie d'un homme où l'on s'éclipse de ce que nous sommes réellement, on l'on préfère abandonner notre habituelle personnalité, bien rangée au fin-fond d'une boîte, pour profiter exclusivement des sensations corporelles que nous offre la nature. Je n'avais même pas envie de penser en réalité : je ne voulais que ressentir.

Pour le coup, je n'eus pas l'occasion de me plaindre du manque de sensation. Alors que j'étais en pleine sérénité, ayant atteint un état proche de la méditation, on me ramena soudainement à la réalité. Des mains se saisir de mes épaules, me retournant subitement sur le dos et me secouant dans tous les sens. Non mais... quoi ?! J'étais eu coeur d'un torrent de bonheur et de paix, et il fallait que quelqu'un vienne me tirer de force pour m'écraser sous le poids de la réalité ?! Je fermais vivement les yeux sous le choc. Mais qu'est-ce qu'il avait l'intention de faire ? Me jeter dans l'étang, espérant que je brise la glace et que je meurs congelé ?! L'inconnu était tellement violent que je commençais à envisager sérieusement cette possibilité. Comme si me secouer de haut en bas ne suffisait pas, il se mit à me hurler dessus.

- Héééééé tout a vas bien ?!!! Tu n'es pas mort ? ! qu'est ce qui t'arrive ? !

Je tentais de reprendre mes esprits. Je mis un tape dans les mains qui me retenait pour le faire lâcher. Une fois ceci fait, je me reculai de l'inconnu, m'asseyant au sol. Je le regardai droit dans les yeux, l'air furieux. En fait je n'en avais pas que l'air, j'étais vraiment irrité par ce que venais de faire le prétendu sauveur. Oui d'ailleurs, il avait voulu... me sauver ? Enfin, certes, je n'étais pas du tout mort et il m'avait plus dérangé qu'autre chose, mais ça partait d'une bonne attention... Non. pas moyen. J'avais beau essayer de voir le bon côté des choses, je n'en avais rien à faire que ce type ait voulu m'aider. Il m'avait juste tirer de mes rêveries, et m'avait mis de mauvaise humeur.

- Bah non je ne suis pas mort ! Qu'est-ce qu'il t'a prit de pensé un truc aussi insensé ?! C'est vr...

Je me stoppai net. Qu'est-ce que...? Une petite taille, du maquillage sur les yeux, des vêtements excentriques, des cheveux châtains mi-long, des barrettes dans les cheveux. Non... La voix ressemblait pourtant à celle d'un garçon... Mais j'avais en face de moi une... une f... une fi... Non. je n'étais même pas capable de le dire. Je me reculai vivement, les yeux effarés. J'étais seul dans un parc en pleine nuit avec l'autre genre. Personne aux alentours pour m'aider. Une peur terrible me tenaillait me ventre, je commençai à avoir des sueurs froides. Je ne pus m'empêcher de constater que qui plus est, elle m'avait... t... touché... Je me reculai vivement, ne regardant pas derrière moi. Grave erreur. Je tombais dans l'étang, fissurant la glace sous mon poids. Heureusement, je n'étais pas tombé assez brutalement pour la briser entièrement : j'étais encore au sec, mais pour combien de temps. Je m'installai au milieu de l'étang, inaccessible si elle ne descendait pas sur la glace également.

- Ne... ne t'approche pas de moi !! Je ne te laisserai pas me faire ce que tu as prévu ! Et puis je suis gay !

Voilà, les présentations étaient faites. Moi, Kira Satomi, homosexuel, gynéphobe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 241
Date d'inscription : 03/11/2011

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 17 gâteau
Orientation Sexuelle: Bisexuel /o\
Petit(e) ami(e): Euuuh....Forever alone éwè
MessageSujet: Re: Indicible bonheur. [PV : Senri] Jeu 22 Déc - 14:32

Et oui , je suis du genre a m'inquiéter vite et pour un rien , mais ce jeune homme est entrain de mourir devant mes yeux ! Je doit faire quelque chose...Alors comme un baka je me suis mis a a le secouer dans tout les sens . Oui faut secouer fort sinon il se réveillera pas . Oui , très fort ! trop trop fort. Et...Si il est mort ?...Et si je serai portait témoin ?...Tout en le secouant comme un prunier , mille et une hypothèse de meurtre passer dans ma tête , je n'ai JAMAIS du regarder l'émission sur les tueurs en série sur M6 qui passe le dimanche soir juste avent l'heur de ce coucher. Donc voila quelques "scénarios" qui me passait par la tête tout en le secouant comme un sac de patate.

【Scénario N°1】 : [ C'est drôle l'amour. ]
Arme du crime : Un couteau voler a grande mère .
Ce jeune homme ,on vas le nommé "x", est un garçon tout gentil et tout le tralala . Il connais une fille qui se nomme......"F" ! Et il s'aime tout deux , ils ont même fait des projet de mariage et tout , et tout...Mais malheureusement...."y" qui est le meilleur ami de "x" n'est pas d'accord ! Il est lui aussi n'amoureux de "F" qui aime aussi "y" mais en amitié . "Y" , qui est un désespéré très jaloux et possessif aime vraiment beaucoup "F" et il ferait tout pour elle , est prise d'une crise de folie , et comme l'amour peut nous pousser a commettre des crimes vraiment "pas trop cool" -depuis quand un crime est cool ? Ah bah si...Moi je suis fan de superman qui est en faite un criminel car il tue les autres. Mais c'est pas vraiment un crime car lui il tue les gens méchant- . Il a décider de se débarrasser du pauvre "x" ! Comment donc ? En le tuant ! Il l'a appeler le soir lui disant qu'il doit lui parler de quelque chose , et comme "x" est un peut trop naïf sur les bords il a accepté joyeusement la demande de son meilleur ami ne se doutant de rien . Une fois dans la maison a "y" , "x" a commencer a se douter un peu puisque il fait tout noir et tout et c'est comme dans l'ambiance dans les films d'horreur...."Y" a fait ce qu'il ne fallut pas...Il le tua ! Avec le couteau argenté voler a sa mamie...(le méchant !) Quand il repris ces esprit s'était déjà trop tard ! Ses mains recouvert du sang de son meilleur ami...Il regretta amèrement et il décida de le déposer quelque part....Il le déposa au tronc d'un arbre . Et donc...Le voila mort ici...

{Scénario tiré de l'imagination d'un fan de shôjo manga ; Impossible car il n ya pas du sang sur le corp de la victime.}

【Scénario N°1】 : [ Sans titre ]
Arme du crime: Pistolet
Le prince "x" est le fils d'un roi (vu que c'est un prince !). Ils sont trop riche et tout et tout . Alors qu'il se baladait une fois dans les champs (le parc) . On l'avais tuer car il est le seul héritier . Bon c'est nul mais bon...
{Scénario tiré de l'imagination d'un fan des émissions pour petit qui développe l'imagination ; Impossible car il n ya pas du sang sur le corp de la victime , aussi.}

Conclusion ; stop les romans policier , les shôjo manga bizarre et l'émission M6 qui passe a 10 h du soir et qui fait trop flipper.
Il se recula...Il est vivant...peut être que je me suis fait des idées ! Il me regarda droit dans les yeux...Comme un zombie ! C'est vraiment effrayant , non...Il est effrayant quand type quand même ! Mais je suis soulagé qu'il ne soit pas mort. Ou peut être pas...Il est mort et il s'est transformé en zombie ! Oui c'est ça ! Sa doit être ça . Je pris un air effrayé .

- Bah non je ne suis pas mort ! Qu'est-ce qu'il t'a prit de pensé un truc aussi insensé ?! C'est vr...

Il avais parler , mais il a stopper net...Quoi ? Il fait la transformation zombie ! J'avais raison dès le début ! Il se transforme en zombie ! Je le savais que les zombies sa existe ! Et...les vampire aussi..Et les aliens...Il vont nous tuer !...A l'aiiide ! Je suis seul dans un parc avec un zombie méchant cannibale ! Le plus bizarre est que lui aussi il me fixe effrayé , bon sa doit être normal vu qu'il est ENTRAIN de se transformer en zombie ! Il se recula d'aventage. Je reste immobile .Il tomba dans l'étang...Kyahhh ! Il vas mourir ! il vas mourir ! J'essaya de m'approcher de lui faisant mon sauveur.

- Ne... ne t'approche pas de moi !! Je ne te laisserai pas me faire ce que tu as prévu ! Et puis je suis gay !

Nani ?!! Un zombie gay ? bah très intéréssant ...Je fut pris d'une crise de panique et crie

-Euuuh restez la j'appelle de l'aide...!!


Je me sens terriblement idiot..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 210
Date d'inscription : 27/11/2011

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 20 ans
Orientation Sexuelle: homosexuel.
Petit(e) ami(e): Le vieux pas net ♥
MessageSujet: Re: Indicible bonheur. [PV : Senri] Sam 24 Déc - 11:03

Furax, je me retournai pour bien voir la tête de celui qui m'avait tiré de mes rêveries. Non mais sérieusement, comment pouvait-on agresser quelqu'un de la sorte sans aucune raison valable ? Comment pouvait-on m'agresser MOI de cette manière ?! J'étais très énervé, au point que quand je le regardai, je montrais presque les dents en grognant. Si j'avais été un tigre je l'aurais dévoré sur place comme contrepartie de la paix intérieure qu'il venait de me prendre. Mon regard intense avait visiblement fait son petit effet : le jeune garçon avait l'air complètement perdu, effrayé. Ca me convenait parfaitement, j'allais lui faire regretter de m'avoir secoué ainsi.

Alors que j'étais en train de lui rétorquer qu'il ne fallait pas considérer chaque personne allongée comme morte, je fus forcé de constater quelque chose d'horrible : ce n'était pas tout à fait un garçon. Je me reculai vivement jusqu'à me retrouver au centre de l'étang : si la glace se brisait, j'étais mort pour de bon cette fois. La scène devait être hilarante si quelqu'un nous observait : deux personnes aussi effrayées l'une que l'autre par son interlocuteur. J'étais mortifié assis sur ma plaque de glace, et en plus je ressentais le froid prendre possession de mon corps. S'il ne partait pas très vite, à défaut de mourir noyé, je mourrais de froid.

- Euuuh restez la j'appelle de l'aide...!!

A l'aide ? Mais il se moquait de moi ou quoi !

- Non arrête ! Ne va pas appeler tes congénères ! Laisse-moi tranquille espèce de succube !

S'il croyait m'avoir aussi facilement il se mettait le doigt dans l'oeil : comme si j'allais croire à ses balivernes ! La peur qui me tenaillait à l'instant se fit de moins en moins grande : je n'étais pas à portée de cette personne. Je pus donc l'examiner plus en détails : j'avais tout d'abord songé qu'il s'agissait d'un homme avec sa voix timbrée comme celle d'un adolescent, mais son physique était plus qu'intrigant puisqu'il avait tout d'une f... enfin vous avez compris. Ses yeux étaient très maquillés mais ses cheveux assez courts. Cependant, il portait des barrettes mais il n'était pas non plus en jupe. Plus je le regardais plus mes pensées s'embrouillaient : tout portait à croire qu'il était à la fois un garçon et une fille. Il fallait impérativement clarifier les choses, cette situation devenait insupportable pour mes neurones. Je ne savais pas si je devais le craindre ou être confiant. Et si je devais avoir peur de lui, comment m'en sortirais-je ? Il avait l'air de vouloir appeler du renfort pour me cerner, alors peut-être avais-je meilleur compte de prendre mes jambes à mon cou pour rentrer.

- Hey, est-ce que t'es un mec ?

Je mourrais d'envie qu'il me réponde oui, si c'était le cas, j'allais pouvoir sortir de mon étang. En parlant de lui, je commençais à sentir la glace fondre sous la chaleur de mon arrière-train. Qu... Quoi ?!! La glace fondait ?! Je me levai brusquement pour regarder l'étendue des dégâts : la partie basse de mon corps était frigorifiée, et la glace se craquelait de plus en plus : j'étais vraiment dans une situation inconfortable. Je pouvais soit tenter de me mettre davantage sur le côté, mais je risquais d'être à portée de main, soit sortir carrément de cette étendue glacée et m'enfuir à toutes jambes en laissant mes sacs de course ici. Je n'allais quand même pas abandonner ce que j'avais acheté aujourd'hui ? Je ne pouvais vraiment pas me résoudre à m'enfuir.

J'optai donc pour la première solution en me mettant proche de la rive opposée à l'énergumène qui me menaçait. Cependant, j'eus cette fois-ci la présence d'esprit de rester debout pour ne pas faire fondre la glace avec ma chaleur corporelle. Quel idiot j'avais fait de m'asseoir ainsi... Ce n'était pourtant pas bien compliqué d'anticiper la suite des évènements. Je ne pus que constater que le froid que j'avais tant apprécié quelques minutes auparavant commençait à me faire souffrir : mon pantalon était trempé après mes péripéties glacières, et le froid environnant ne manquait pas de commencer à me congeler. Je songeai à l'instant que j'avais racheté quelques pantalons, et qu'ainsi si j'avais la possibilité de me changer j'allais peut-être arrêter de me frigorifier sur place, mais pour cela, il me fallait savoir si j'avais à faire à une personne normale ou à une de ces choses qui me révulsaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 241
Date d'inscription : 03/11/2011

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 17 gâteau
Orientation Sexuelle: Bisexuel /o\
Petit(e) ami(e): Euuuh....Forever alone éwè
MessageSujet: Re: Indicible bonheur. [PV : Senri] Jeu 19 Avr - 13:19


    Pense , pense , pense , qu'est ce qu'aurai fait Dora l'exploratrice à ma place ?...Nyuu , je ne sais vraiment pas quoi faire ! Mais bon dans ce genre de situation il faut vraiment foncer sans réfléchir , je pense que c'est ce qu'aurai fait Kiyumi-chii (un personnage d'un se ses mangas shojo) , il faut foncer sans réfléchir quand on fait quelque chose de bien , que les bisounours nous bénis (Amen).
    Mais j'avais peur , cette créature c'est la première fois que je la vois ! Quoique j'ai déjà regarder des animes sur les zombies et s'était trooop effrayant ! Bon cette race est protégée par la lois car on ne vois pas toujours des zombies traîner dans les rues ! Surtout en matin , enfin les zombies traînent le plus souvent très tard le soir car ils ont la peau fragile , comme vous le voyer ; ce zombie gay à la peau trop blanche et fragile donc il ne doit pas s'exhiber le soir sans utiliser de la crème solaire mais là je crois que ça ira vus qu'on n'est pas en été . Bref , je le regarda comme si il était un OVNI .

    La pauvre chose était sur un étang de glace prêt à fondre . Si il reste là il vas crever Il faut que j'appelle de l'aide ou il mourra maiiiis ..Les zombies sont censé être des morts vivant alors ?...Je my attend a tout de cet zombie à présent car des zombies qui font des achats c'est quand même plus bizarre .

    - Euuuh restez la j'appelle de l'aide...!!

    Je me mis à agiter le bras dans tout les sens d'un air paniqué quand il ajouta ;

    - Non arrête ! Ne va pas appeler tes congénères ! Laisse-moi tranquille espèce de succube !

    Suc...cube ? Congénères ? Non mais comment il viens de m'appeller ? Même si je sort tard le soir personne n'a le droit de sous entendre que mon maquillage fait un effet succube nah Et puis il aurai pu me le faire comprendre d'une autre manière si il n'aime pas mon maquillage ou mes habits ! Mais c'est vrai que monsieur le zombie était vraiment trop beau...Il faut dire que je n'ai jamais vus des cheveux aussi...Formidables et bien soigné . Oulààh je suis grave je mate un zombie oh mon dieu ! En plus mes expressions étaient trop..;voyante..Je le regardais tout d'abord avec des yeux de merlan frit puis je m'étais mis à secouer la tête comme un fou , il faut dire que je ne manque pas d'expressivité . Mais quand même je ne suis pas une succube ! Ses propos étaient..Vexant , surtout envers quelqu'un qui voulais l'aider...Il faut dire aussi que j'avais la larme facile , des perles argentée perlaient au coins de mes yeux vairon , si il y'avais quelque chose que je déteste ça serais qu'on critique ma façon de m'habiller ou mon maquillage je lui dit alors en sifflant ;

    -M..Mais..M. le zombie...je..ne suis pas une succube...

    [...]

    Mais il ne faut jamais perdre espoir ! Comme le dis Haru-chan ! Même si on vous traite ou commente votre maquillage il faut aider ceux qui en ont besoin ! même si...Même si ils sont des..Zombies effrayant et qu'ils vous traitent de succube...malheureusement je devrais laisser tomber l'idée d'appelle de l'aide...

    - Hey, est-ce que t'es un mec ?

    Je fronça les sourcils d'un air de grande soeur énervée . C'était quoi cette question stupide ? Il vas crever et il me demande ça hein ? Car il crois que c'est le moment pour ça ?! Fuuuuuu vilain Senri faut paaas t'énerver car s'énerver ce n'est pas bien , c'est vilain et dangereux pour la peau , il faut touujours sourire !

    -Idiot ! C'est le moment de me poser cette question ?!

    La glace commençait à fondre , j'avais déjà laisser tomber l'idée d'appeller de l'aide car ils le captureront (comme c'est une race rare les zombies) et ils viendront très tard , surement . Je devrais m'occuper en personne de ça même si je ne veux pas l'approcher...Il s'était brusquement relever , remarquant que la glace fondait , il s'était encore éloigner de moi , mais quel idiot ! Je ne suis pas une succube et je ne le mangerais pas . Je m'approcha donc de lui d'avantage ayant très très peur , je lui tendis ma main tremblante , mes doigts vernis en un vert pomme adorable , j'essayais de masquer ma peur et cris ;

    -A..accrochez vous a moi je vais vous sortir de la !! Ne bougez pas vous allez briser la glace !

    Malheureusement la glace était déjà entrain de se briser , je pris alors sa main sans trop réfléchir et le tira assez fort vers moi (ça ne se vois pas mais je ne suis pas trop faible hein.) Je l'avais tirer tellement fort pour le sauver que je suis tomber en arrière avec lui SUR (oui sur) moi . AHHHHHHHHH MON DIEU UN ZOMBIE EST SUR MOI UN ZOMBIE IL VAS ME MANGER ME TUER M'ETRANGLER M'ETOUFFER ME...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 210
Date d'inscription : 27/11/2011

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 20 ans
Orientation Sexuelle: homosexuel.
Petit(e) ami(e): Le vieux pas net ♥
MessageSujet: Re: Indicible bonheur. [PV : Senri] Jeu 26 Avr - 15:15

- Euuuh restez la j'appelle de l'aide...!!

- Non arrête ! Ne va pas appeler tes congénères ! Laisse-moi tranquille espèce de succube !

Ladite succube de sembla pas apprécier mes paroles, et pour cause. Je n'aurais moi-même pas réellement voulu m'entendre qualifier d'un être démoniaque, quoique... Cependant le regard qu'elle me portait était véritablement ambivalent. D'une part je pouvais y déceler un air vexé pour avoir été le sujet d'un tel qualificatif. Mais d'autre part elle me dévorait plus ou moins ouvertement du regard. Je pris une mine écoeurée : par pitié qu'elle ne me regarde pas comme ça. C'en était révulsant. Je sentais d'affreuses nausées me reprendre...

N'avais-je donc pas l'air suffisamment gay comme ça ? Je mettais du vernis, il m'arrivait d'appuyer mon regard avec un peu de maquillage, j'avais les cheveux vertigineusement long, je ne portais que des vêtements moulants et si possible avec quelque écriture soutenant on homosexualité, j'aimais mettre des bracelets et colliers et j'avais peur des filles. Comment se faisait-il donc que ce dernier spécimen veuille encore poser le regard sur moi ?

- M..Mais..M. le zombie...je..ne suis pas une succube...

Des larmes avaient commencé à perler aux coins de ses yeux. Je commençais un peu à regretter de m'être montré si brutal, après tout elle tentait de m'ai.... QUOI ?! Monsieur le Zombie ?! Qu'elle aille crever, vile succube. Peut-être que j'avais le teint pâle, mais est-ce qu'une odeur de putréfaction se dégageait de moi ?! Tss.

[...]

- Hey, est-ce que t'es un mec ?

Son regard ne pouvait pas être plus communicatif. Elle se disait clairement "non mais il sait dans quelle situation il se trouve là ? Il a vraiment que des choses aussi stupides que ça à me demander ?". Cependant, ce qu'elle ne semblait pas comprendre était que sa réponse était absolument cruciale. Enfin je n'étais pas au point de poser des questions stupides dans une situation critique, si je demandais c'était évident que c'était important ! Cependant elle pouvait aussi s'énerver pour la raison que remettre en cause son appartenance sexuelle pouvait s'avérer être un tant soi peu vexant. J'aurais détesté qu'on me prenne pour une fille, mais c'était quelque part impossible. Même si je n'étais pas viril, je ressemblais bel et bien à un homme. Cependant là, le doute s'installait... J'étais sur le point de me justifier quand elle prit la parole.

-Idiot ! C'est le moment de me poser cette question ?!

- Idiot ?! Non mais je ne te permets pas de me traiter ainsi ! Espèe d'imbécile je suis gyn...

Ma voix se stoppa quand j'entendis un craquement sourd provenant de sous mes pieds. Je baissai la tête en sa direction. Une fissure. Large. Enorme. J'étais horrifié. Comment avais-je pu me retrouver dans une telle situation ? Mon coeur battait à cent à l'heure dès que j'entrais un interaction avec une fille, comme si chacun de ses gestes était une source potentielle de crise cardiaque. Mais là, j'avais carrément loupé un battement.

J'étais face à un ultimatum. Soit je restais ici au risque de mourir dans cet étang glacé, soit j'acceptais la main que me tendais la succube. Je ne pouvais décemment pas m'enfoncer dans ma peur à ce point. Il valait mieux que je parvienne à surmonter ma peur pour cette fois au lieu de me laisser périr d'une manière aussi stupide. Que deviendrait le monde sans moi ? J'avais encore tant de choses à voir, à vivre, tant de personnes à manipuler, tant de plaisirs à goûter. Je ne pouvais pas mourir maintenant.

De mon propre chef et pour la première fois depuis le malheureux incident de mon enfance, je saisis la main d'une potentielle fille. Elle était douce et froide. Elle était humaine. La glace se brisa.

- A..accrochez vous a moi je vais vous sortir de la !! Ne bougez pas vous allez briser la glace !

Sans que je sache d'où elle tirait sa force, ni comment une telle chose avait pu arriver, lorsque je rouvris les yeux j'étais étalé sur elle. Je posai une main dans la neige de chaque côté de sa tête. Je la fixai de mes yeux pourpres totalement déboussolés. Jamais je n'avais eu de contact aussi... proche avec une vraie fille (ce qui veut dire que ma soeur ne comptait pas. Comment si on pouvait appeler "ça" une fille). Mon teint devint si pâle que je me demandais moi-même si je n'allais pas m'évanouir. Jamais je n'avais été dans une telle situation, qui plus est sans personne aux alentours pour me venir en aide.

Cependant, j'étais tellement enfoncé dans ma situation catastrophique qu'un peu plus de peur ne pourrait pas aggraver les choses. Je déglutis, mon regard toujours planté dans celui maquillé de la personne en dessous de moi. Puis, dans un geste de bravoure, je posai ma main sur le torse de ladite personne, le parcourant de ma paume à la recherche d'un amas de graisse mammaire. Ses vêtements étaient épais, je ne pouvais donc pas affirmer haut et fort qu'il s'agissait bien d'un homme, cependant la piste semblait être la bonne. Je n'avais en fin de compte peut-être pas franchi l'étape du contact volontaire avec une fille. Je m'écartais tout de même, par sécurité, et m'allongea dans la neige, frigorifié mais apaisé.

- Tu sais, je suis pas un zombie hein. Je pue tant que ça pour que tu me confondes avec un cadavre ambulant ?

Je pris une grande inspiration. Ce que je faisais me coûtait vraiment. Je parlais naturellement avec quelqu'un qui pouvait être une fille. Si on m'avait dit que ceci arriverait un jour, je ne l'aurais jamais cru.

- Et... merci de m'avoir secouru. T'es peut-être pas une succube finalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 241
Date d'inscription : 03/11/2011

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 17 gâteau
Orientation Sexuelle: Bisexuel /o\
Petit(e) ami(e): Euuuh....Forever alone éwè
MessageSujet: Re: Indicible bonheur. [PV : Senri] Mer 27 Juin - 3:18

  • Les Zombies , des créatures si bizarre mais fascinante . Je trouvais ce jeune zombie très bizarre mais en même temps si fascinant ... Enfin il étais temps que je réalise que ce n'étais PAS un zombie ! C'était bien un être humain mais il avais quand même en lui une petite graine de zombie . Voilà ce qu'il était ! Par contre Monsieur Zombie n'étais pas mal , enfin il étais plutôt beau , enfin même très beau . Mais il devais avoir un certain problème avec moi , enfin a voir qu'il me fuyait comme la peste . Seulement je ne m'en rend compte que maintenant . Que maintenant alors qu'il est sur le point de mourir surgelé . Il m'avais quand même traiter de succube aussi ! Et ça c'est impardonnable , oser commenter mon maquillage que j'ai fait avec soin ou mes vêtements que j'ai passer 2 h a choisir est tout a fait impardonnable ! C'étais vraiment quelqu'un de bizarre qui de plus de ça me demandais si j'était un gars alors que ça vie est en danger ... Décidément on peut s'attendre a tout de la part d'une créature si bizarre .

    -Idiot ! C'est le moment de me poser cette question ?!

    - Idiot ?! Non mais je ne te permets pas de me traiter ainsi ! Espèe d'imbécile je suis gyn...

    Gnéh ? Gynécologue ? Il veut peut être savoir si je suis une fille ou non pour qu'il puisse me mettre enceinte pour après m'aider a mettre le bébé ? ...Bizarre comme type ! Tout d'un coup...La glace se brisa . MON DIEU IL VAS MOURIR IL VAS MOURIR ! Je ne savais pas trop comment agir , j'avais peur de ne pas pouvoir le sauver . Je me sentais paralysé pendant un moment , connaissez vous ce sentiment ? Celui de devoir agir mais ou aucune idée ne vous traverse l'esprit ? Je sortis lentement de ma torpeur , mais je m'empressa de prendre sa main -sans trop réfléchir- le tirant vers moi de toute mes forces .

    - A..accrochez vous a moi je vais vous sortir de la !! Ne bougez pas vous allez briser la glace !

    Vous ne pouvez pas savoir , en ce moment je me sentais si bien, comme si j'était un héro . J'étais étrangement soulagé de l'avoir tenu . Une force inconnue m'avais traversé a ce moment là , une envie irrésistible d'aider, de l'aider . Ma tête était lourde , j'ai du tomber par terre sous l'effet de la chute . J'ouvris les yeux lentement , découvrant le regard profond et carmin de la personne au dessus de moi . C'étais lui , monsieur zombie , pendant un moment j'avais cru qu'il allais vraiment me tuer . Dans son regard on pouvais lire quelque chose de profond , la frayeur ? La peur ? Son teint était devenu blême , tel de la neige . Je le regardais toujours interrogatif . Je ne comprenais vraiment rien du tout ! Mais il fallait qu'il se relève en premier .
    Il posa sa main sur ce qui me servait de poitrine , me faisant rougir plus que violemment , j'était incroyablement sensible au contact . On pouvais lire de la détresse dans mon regard , un regard du genre "S'il te plais monsieur le zombie ne me viole pas" . Je me demandais ce qu'il voulais bien ME faire . Pris par la panique je dit comme ça sans trop penser ;

    -A...Arrêtez vous ! Je...je n'ai vraiment pas bon goût !..Je...

    Des larmes perlèrent aux coins de mes yeux , on m'a déja dit que je suis un sacré pleurnichard . Mais quelque chose au fond de moi me disais qu'il n'était pas vraiment quelqu'un de "mal" . Enfin il n'était pas super amicale non plus , mais je suppose qu'il n'est pas vraiment un zombie , quoique son apparence porte a confusion . Il s'écarta enfin , s’allongeant près de moi. Je fixa le ciel , il se faisais tard , depuis déja quelque moment , je me demandais déja ce qu'il faisais ici , et ce que je faisais moi même ici a une heur pareille . Mais je m'ennuyais , sans s'en rendre compte , Zombie-san (appelons le comme ça pour le moment) m'avais tirer de mon ennui mortel , donc je lui en étais reconnaissant en quelque sorte !

    - Tu sais, je suis pas un zombie hein. Je pue tant que ça pour que tu me confondes avec un cadavre ambulant ?

    Je rit , de mon rire aigu mais sincère . Enfin sûr qu'il ne s'agit pas d'un zombie ! Je ferma les yeux ensuite , avant de m’asseoir correctement sur la neige . Je lui dit ensuite ;

    - Mais non ! C'est juste que j'ai cru que t'était mort puis tu t'es réveillé et un mort éveillé est un mort vivant et un mort vivant est un zombie ! Nee~

    Dis je de ma voix boudeuse et mielleuse . Enfin mon explication n'étais pas top mais voilà . J'ai pas trouver mieux !

    - Et... merci de m'avoir secouru. T'es peut-être pas une succube finalement.

    Je pris un air gêné me passant timidement une main dans mes cheveux faisant tinter mes bracelets . Finalement je n'était pas venu ici pour rester comme ça je me releva d'un coup et le pris par la main le relevant par la même occasion . Faut pas rester sans rien faire !~

    -Viens !~ Faisons un tour je m'ennuais un peu donc je suis sorti mais vus que t'es la vais pas t'laisser seul ! Si tu veux on fait aussi d'la balançoire . Dit dit tu veux devenir mon ami ?! dit je le trainant avec moi . Tu t'appelle comment ?! Moi c'est Senri ! Tu es de quel signe astrologique ? En quelle classe ? T'a quel âge ? Quelles couleurs préfèrent tu ? Ah...dé..solé j'ai un peu trop parlé..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 210
Date d'inscription : 27/11/2011

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 20 ans
Orientation Sexuelle: homosexuel.
Petit(e) ami(e): Le vieux pas net ♥
MessageSujet: Re: Indicible bonheur. [PV : Senri] Dim 23 Déc - 19:56

Il fallait que je connaisse la vérité. La quête des grands philosophes de l'Histoire était ce concept ; pour moi il s'agissait seulement de savoir si je devais avoir peur ou non. On dit des phobies qu'on sait qu'elles en sont quand la peur est totalement irrationnelle. C'était mon cas : j'avais une peur bleue du sexe féminin, mais il m'était impossible de dire pour quelle raison. C'est vrai, après tout une absence d'attirance physique ne justifie pas de la peur.

Mais j'avais besoin de savoir qui me faisait face. J'avais besoin de savoir si j'étais en train d'affronter ma plus grande peur ou si la situation était "normale", si je puis dire. J'avais en fait besoin de savoir si je devais avoir peur ou non, même de façon irrationnelle. Pour ce faire, je pris donc une longue inspiration. La préparation mentale était longue et compliquée, mais je parvins finalement à faire une chose dont je ne me pensais pas capable : je posai la main sur le torse de la personne en dessous de moi, une personne potentiellement de sexe féminin.

J'étais pâle. Que dis-je, j'étais aussi blanc que la neige qui nous entourait. En revanche la succube était rouge. Ses formes ne me dirent pas s'il s'agissait d'un homme ou d'une femme, mais ses rougeurs me laissèrent supposer qu'il s'agissait d'une demoiselle qui appréciait moyennement qu'un inconnu lui tripote la poitrine. Je tentais de chasser cette idée de ma tête aussi rapidement que possible.

-A...Arrêtez vous ! Je...je n'ai vraiment pas bon goût !..Je...

Et des larmes commençaient à perler aux coins de ses yeux. Je fronçai les sourcils : décidément je ne comprenais rien à ce qu'elle avait en tête. Je retirai immédiatement ma main et me retirai de sur elle pour me mettre à bonne distance, allongé dans la neige.

- Hein ? Mais qu'est-ce que tu racontes à la fin ? Tu m'embrouilles totalement. J'ai pas l'intention de te manger, t'es franchement pas appétissante. J'aime pas les filles.

J'ajoutai ensuite :

- Tu sais, je suis pas un zombie hein. Je pue tant que ça pour que tu me confondes avec un cadavre ambulant ?

A ma grande surprise elle se mit à rire. J'avais au moins détendu l'atmosphère pour quelqu'un. Son rire aiguë fit à la fois augmenter la cadence de mon coeur mais eut l'étrange capacité de me calmer un peu. J'étais effrayé, mais je ne me sentais pas vraiment menacé. Elle s'assit sur la neige avant de répondre.

- Mais non ! C'est juste que j'ai cru que t'était mort puis tu t'es réveillé et un mort éveillé est un mort vivant et un mort vivant est un zombie ! Nee~

- Eh bah, sacrée logique... Mais non je ne suis pas mort. Enfin peut-être pour bientôt, j'ai l'impression que mon coeur va sortir de ma poitrine.
Et... merci de m'avoir secouru. T'es peut-être pas une succube finalement.


Je ne la regardai pas. Il ne fallait pas non plus me demander de décrocher la Lune : je n'avais qu'une hâte c'était de m'enfuir. Non seulement parce que j'étais effrayé, mais aussi parce que c'était bizarre. J'étais presque sûr que c'était une fille mais je n'avais pas encore pris mes jambes à mon cou et je n'étais pas totalement tétanisé. C'était peut-être dû au fait que je n'étais pas sûr. Le bruit de ses bracelets retentit dans la nuit silencieuse.

Puis soudain, un cri très peu viril sortir d'entre mes lèvres. Ses mains venaient de saisir une des miennes sans que je m'y attende. Le contact froid et doux me paralysa : comment avait-elle osé enfin ?! Mais elle ne comprenait rien ma parole ! Je la regardai totalement apeuré, comme si je venais de voir un fantôme terrifiant.

-Viens !~ Faisons un tour je m'ennuais un peu donc je suis sorti mais vus que t'es la vais pas t'laisser seul ! Si tu veux on fait aussi d'la balançoire . Dit dit tu veux devenir mon ami ?! Tu t'appelle comment ?! Moi c'est Senri ! Tu es de quel signe astrologique ? En quelle classe ? T'a quel âge ? Quelles couleurs préfèrent tu ? Ah...dé..solé j'ai un peu trop parlé..

Et elle me traîna derrière elle, me forçant à me lever. Mais enfin c'était quoi cette fille...?! Personne n'osait me faire ça d'habitude. Mon regard terrifié suffisait à leur faire comprendre qu'il fallait me laisser dans ma peur et me calmer seul surtout. Mais elle en avait décidé totalement autrement.

Je m'étais laissé tombé sur un siège de balançoire, tentant de reprendre mon souffle. Si je ne mourrais pas de froid, ce serait d'une crise cardiaque. Je n'avais pas osé retirer ma main de la sienne. J'avais toujours cette peur stupide que contrarier une fille allait me coûter la vie.

- Ton ami... On verra plus tard hein, n'oublie pas que je suis un zombie. Les zombies ça n'a pas d'ami. Je m'appelle Kira, et je n'ai pas envie que tu me tues. Sinon je suis capricorne, j'ai 19 ans et je suis en terminale. Ma couleur préférée est le proupre... Et toi..?

J'avais répondu comme on répondait à un interrogatoire. J'étais le suspect. Le principal inculpé, et je répondais de mes actes au tortionnaire qui voulait me soutirer la vérité. Sauf qu'en général le tortionnaire ne voulait pas être ami avec moi. Ca ne se faisait pas de demander l'appartenance sexuelle de quelqu'un, alors je m'abstins.

Mon coeur était sur le point d'exploser. J'en avais presque la certitude désormais. Son physique menu, son maquillage, ses réactions, même sa voix faisaient penser à une fille. Et pourtant je restai là. Elle m'avait certes envoyé dans cet étang dont la glace était désormais largement fissurée, mais elle ne l'avait pas fait volontairement, et en plus elle m'avait aidé à m'en sortir. Je ne pouvais pas partir comme un voleur. De surcroît elle semblait déjà me prendre pour un violeur. Enfin c'était compréhensible, après tout je venais de la tripoter. Et merde. Je soupirai en respirant profondément. Mon coeur allait me lâcher si je ne me calmais pas.

- Je voulais pas spécialement te tripoter tu sais, je te ferais rien du tout. Je voulais juste savoir ce que tu étais, je suis fixé désormais. Et ça me plaît pas mais bon.

Je relevai la tête de mes pieds pour la regarder dans les yeux. Je n'avais plus l'air si effrayé, juste déboussolé par toute cette histoire. Elle n'avait pas pu tomber sur plus bizarre que moi comme compagnon de jeu. La nuit devait me rendre bizarre. Je m'efforçai de lui faire un sourire. Pourquoi je ne m'enfuyais pas ? Je ne me comprenais plus moi-même je crois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 241
Date d'inscription : 03/11/2011

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 17 gâteau
Orientation Sexuelle: Bisexuel /o\
Petit(e) ami(e): Euuuh....Forever alone éwè
MessageSujet: Re: Indicible bonheur. [PV : Senri] Lun 28 Jan - 22:07

  • La lune était pareille à une jeune fille morte. Une jeune femme pleine de charme et de mystère. La peau livide, les cheveux d'un noir de jais, et au regard d'ambre sans manquer d'élégance. Elle éclipsait timidement un sourire insolant d'un voile de nuages de temps à autres. Dansait d'euphorie et d'optimisme. Sa beauté me narguait, me défiant du regard, et je ne pouvais que fermer les yeux, mais elle était toujours aussi présente. Toujours aussi présente dans ma tête, me tentant. Me berçant de douces illusions, me faisant croire que je pouvais l'atteindre, ceuillir la fleur de sa joue. Mais je n'était que déçu à chaque fois que j'ouvrais les yeux, elle n'était plus la. S'usait, se fanait. Disparessait, elle s'évaporait en même temps que tout mes rêves et désirs. Mais quelque chose d'elle était toujours là, sa beauté baignait tout le parc éclaircis par sa lumière divine. En cette nuit, c'était la première fois que je réalisais, à quel point je fus idiot. Non, c'était la première fois que je réalise que j'ai été vraiment sot. De parler autant, de ne me rendre guère comptes de ses désirs. Peut être souhaitait il que je disparaisse ? Peut être est ce que j'avais vraiment fait preuve d'impolitesse et d'insolence. Son regard me disait que ma présence n'était point souhaitée. Mais mon visage gardait une lueur optimiste. Je suis sûr que Mayuki (personne de shojo manga) aurait agis ainsi. Depuis mon jeune âge, je suis un fan de manga. J'ai trouvé dans celà une sorte de consolation, me permettant de me créer des amis imaginaires, m'éloignant de l'amère réalité. Mais aussi, étant quelqu'un de très nerveux, et de très gentil. Je voulais toujours faire le bien, je n'ai jamais souhaiter le mal des autres. Alors je savais qu'en agissant comme une héroïne de manga rendant tout les gens heureux autour d'elle. Je pourrais peut être accomplir mon souhait le plus cher. Même s'il parait que très niais et puéril. D'un hôchement de tête je me chassais toutes ces idées et pensées inutiles de ma tête. Et je me maudissais une seconde fois de parler autant , d'autant philosopher, d'autant penser de façon compliquée, et de ne rien comprendre. Sa voix visiblement agacée ne fit qu'aggraver ma profonde désillusion.

    - Ton ami... On verra plus tard hein, n'oublie pas que je suis un zombie. Les zombies ça n'a pas d'ami. Je m'appelle Kira, et je n'ai pas envie que tu me tues. Sinon je suis capricorne, j'ai 19 ans et je suis en terminale. Ma couleur préférée est le proupre... Et toi..?

    Je fis une mine boudeuse. Neee! Ce n'était pas trop gentil, se moquer de moi ainsi ! Il avait l'air vraiment très mal à l'aise en tout cas. Et je cherchais une quelconque manière de le détendre. D'une voix enjouée et butée je m'exclamais ;

    -Neeee! Kira-kun ? Oh! ça me fait penser à un anime que j'avais vu ! T'en fais ! Un zombie peut être ami avec une succube, no panic ! Moi tu sais déjà que je me nommes Senri. Mais...Attend ? Tu es japonais aussi ? Han ! Sugoï ! Moi je suis bélier et j'ai 17 ans ! Mes couleurs préférés...Le...Vert ! Et le rose ! et le bleu ciel ! Hmmm....Les couleurs de l'arc-en-ciel ! Le choix est difficile!

    Je me tus ensuite. Je ne sus quoi dire pour l'apaiser. Il semblait si tendu. Mon dieu ! Qu'avais-je fais ? Pense pense Senri ! Qu'aurais-fait Chihori-chan à ma place ? Sans me laisser le temps de penser, il ajouta ;

    - Je voulais pas spécialement te tripoter tu sais, je te ferais rien du tout. Je voulais juste savoir ce que tu étais, je suis fixé désormais. Et ça me plaît pas mais bon.

    Il relevait la tête, comme un peu plus assuré, et ça me fis incroyablement plaisir. Une pointe de joie fit bénir tout mon coeur. Alors que mes joues prirent une teinte cramoisie. Il me fis un sourire. Son sourire fut accentué par une lueur éteinte dans le regard. Mon regard s'épanouit et brilla d'une lueur confiante. Alors que sur mes lèvres survint un gracieux sourire à plein dents ;

    -Merci mon dieu ! Je suis soulagé ! Je croyais que tu me détestais...Mais là ça vas ! Pas de mal entendu ! Nee~ Me...Tripoter ?!...Non non t'en fait pas je suis habitué......Ahh non non ! C'est pas vraiment ce que tu crois je voulais dire...Juste que...euuh...euuh...

    On aurait pu dire que j'entendais que ce que je voulais entendre, mais tant pis. Je souris d'un air nerveux. Mon dieu, je ne faisais que passer pour un idiot mais ça me rassurait. Je ne savais pourquoi. J'aimais bien sa présence. J'avais horreur de rester seul, très franchement, et je ne suis que très heureux d'avoir trouvé de la compagnie. Sur un ton curieux je lui demandai:

    -Au fait Kira-kun ?! ça serait indiscret si je te demandais ce que tu faisais ici ? Enfin tu vois....Tu sais moi j'ai souvent peur de sortir car y'a des loup garous le soir, et que c'est trop kowaii. Tu sais une fois j'ai pris un garçon pour un loup garou ! Je me suis évanoui et il était obligé d'appeller la police....Euh gomen si je parles trop de moi. Alors ?!

    Je marqua une pause avant d'ajouter

    -Dis dis, comment arrives-tu à avoir d'aussi longs cheveux ? J'arrive jamais à les avoir aussi long moii ! Je craque et je coupe ! Luucky ! J'tenvie ! Mais tu sais si tu deviens mon ami, je te montrerais mes animaux, et et...Tu sais, on regarderas des anime ensemble, on fera les boutiques et on s'amuuuuuuuuuuuuusera beauuuuuucoup! Alors s'il te plais, devenons amis ! Tu ne regretteras pas ! Vraiiiiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 210
Date d'inscription : 27/11/2011

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 20 ans
Orientation Sexuelle: homosexuel.
Petit(e) ami(e): Le vieux pas net ♥
MessageSujet: Re: Indicible bonheur. [PV : Senri] Sam 2 Fév - 10:12

Fille ou garçon ? Telle est la question. Non, je n'étais pas sur le point de devenir père, quelle horreur. Mais j'étais face à ce que je supposais malheureusement être une gamine qui ne voulait pas me laisser m'enfuir. Pire encore, elle m'avait sauvé la vie. Et moi j'étais encore là, à répondre à ses questions intrigantes sans queue ni tête. J'avais envie que ce soit un garçon, mais il me semblait difficile de me convaincre de cette idée. Le maquillage y jouait pour beaucoup.

Sans que je puisse y faire quoi que ce soit, mon coeur battait bien trop vite. J'avais envie de m'enfuir, mais elle manifestait si peu d'hostilité envers moi que cela me semblait plus ridicule que jamais d'avoir peur d'elle. Et surtout, elle me harcelait de questions, me laissant finalement à peine le temps d'en placer une. Et puis, je devais reconnaître qu'elle n'avait pas l'air méchante, et je commençais à croire que je l'effrayait autant que la réciproque était véridique.

Je ne pouvais pas m'empêcher d'être blessant, bien entendu. J'étais totalement sur la défensive, et je n'avais qu'une hâte : rentrer chez moi et me cacher sous mes draps. Mais son regard à la fois blessé et optimiste m'incitait vraiment à ne pas écouter mes désirs les plus profonds. Elle semblait être une adolescente aux rêves enfantins, utopiques et au paroxysme de la niaiserie. Et moi, j'étais le bourreau de ses belles illusions ; tout le monde n'était pas foncièrement bon, et elle le découvrirait bien assez vite, même si son déni semblait tout à fait remarquable.

Je lui expliquai alors que je n'allais pas devenir son ami juste parce qu'elle me le demandait. D'ailleurs il était impossible que nous devenions amis, j'allais l'éviter comme la peste, comme toute les personnes de son genre. Je soupirai en secouant la tête. Elle était tellement obstinée, je ne savais même plus comment réagir. J'avais comme l'intime conviction qu'elle n'allait pas me lâcher comme ça. Au fond, ça me dérangeait moins que je voulais le lui faire croire.

-Neeee! Kira-kun ? Oh! ça me fait penser à un anime que j'avais vu ! T'en fais ! Un zombie peut être ami avec une succube, no panic ! Moi tu sais déjà que je me nommes Senri. Mais...Attend ? Tu es japonais aussi ? Han ! Sugoï ! Moi je suis bélier et j'ai 17 ans ! Mes couleurs préférés...Le...Vert ! Et le rose ! et le bleu ciel ! Hmmm....Les couleurs de l'arc-en-ciel ! Le choix est difficile!

Je souris, amusé. "Kira-kun". Ca faisait une éternité qu'on ne m'avait pas appelé comme ça. D'ailleurs on m'avait assez peu souvent attribué ce suffixe, c'était plus généralement "Kira-sama". Je commençais à mieux comprendre ses références bizarres et son style vestimentaire pour le moins surprenant : cette gamine était une otaku. Et d'ailleurs elle ne faisait pas du tout son âge.

- Eh bah, on dirait pas que tu as dis-sept ans, je t'en donnais quatorze tout au plus. Et je ne suis pas un personnage d'animé, au risque de te décevoir, fis-je avec un petit sourire moqueur. Ca en fait des couleurs préférées tout ça Senri-chan.

Senri-chan, sérieusement ? Le pire, c'était qu'elle commençait à parvenir à me mettre à l'aise avec toutes ses idioties. Il était assez difficile d'avoir peur d'elle, c'était le moins qu'on puisse dire. Peut-être qu'on pouvait se poser des questions sur sa santé mentale vu son débit de parole et tout ce qu'elle racontait : c'était un peu comme si elle pensait à haute voix. Je me moquais donc un peu de son âge, même si je ne lui donnais en réalité par quatorze ans mais plutôt quinze. C'était ma façon de sympathiser je suppose ; je ne pouvais guère m'empêcher d'être vexant.

Je lui expliquais ensuite que je n'avais pas eu l'intention de la tripoter. A vrai dire je n'avais jamais touché une poitrine de fille, c'était vraiment étrange, et ça n'avait rien de sexuellement attractif pour moi. C'était même un peu répulsif de savoir que j'avais fait ça. Ses joues prirent alors une teinte cramoisie, me faisant arquer un sourcil : qu'est-ce qu'il lui arrivait soudain ? Son visage s'illumina totalement. Décidément, on pouvait lire en elle comme dans un livre ouvert.

-Merci mon dieu ! Je suis soulagé ! Je croyais que tu me détestais...Mais là ça vas ! Pas de mal entendu ! Nee~ Me...Tripoter ?!...Non non t'en fait pas je suis habitué......Ahh non non ! C'est pas vraiment ce que tu crois je voulais dire...Juste que...euuh...euuh...

Je la regardai, un peu surpris. C'était une déclaration surprenante, elle n'avait vraiment pas l'air d'être le genre de personne à pratiquer des activités sexuelles avec qui que ce soit. Peut-être avait-elle embrasser son nounours, et encore. Je me braquais cependant assez vite de nouveau.

- Hey, je te déteste pas, mais ça veut pas dire que je suis ton ami, ok ? Et tu fais ce que tu veux avec ton corps hein, ça me concerne pas.

A vrai dire je ne voulais surtout pas imaginer ça. Je fermai les yeux en basculant la tête en arrière un instant. Je pensais à un bel homme se déshabillant devant moi. Oui, un homme assez musclé par exemple. Grand. Sexy. Ne surtout pas penser à Senri et ses ébats. Quand j'entendis de nouveau sa voix, je la regardai en l'écoutant, le cours de mes pensées normal plus ou moins rétabli.

-Au fait Kira-kun ?! ça serait indiscret si je te demandais ce que tu faisais ici ? Enfin tu vois....Tu sais moi j'ai souvent peur de sortir car y'a des loup garous le soir, et que c'est trop kowaii. Tu sais une fois j'ai pris un garçon pour un loup garou ! Je me suis évanoui et il était obligé d'appeller la police....Euh gomen si je parles trop de moi. Alors ?!

Je me mis à rire. Ca ne m'étonnait même pas au final. Après tout elle me prenait bien pour un zombie, alors imaginer croiser un loup-garou... Ou pire encore, penser que les loup-garous envahissent les rues de la ville le soir, ça n'avait plus grand chose de surprenant. Elle s'était perdue entre la fiction et la réalité, elle lisait probablement beaucoup trop. Bah, ce n'était pas mon problème.

Ce que je faisais ici..? Pas grand chose à vrai dire. J'aimais beaucoup le froid, alors je profitais de la morsure de l'air glacé de la nuit. Et le parc était l'endroit le plus tranquille que je connaissais pour cela, tout du moins habituellement. Cette fois-ci je devais reconnaître que ma soirée était riche en péripéties.

- Ce serait terriblement indiscret, fis-je sur un ton faussement sérieux. Je te taquine, j'avais juste envie de prendre l'air. Et tu as raison, tu devrais faire attention, les loups-garous rôdent à cette heure de la nuit. A mon avis celui que tu as croisé t'a juste menti pour garder son identité secrète, tu devrais faire preuve de plus de prudence.

-Dis dis, comment arrives-tu à avoir d'aussi longs cheveux ? J'arrive jamais à les avoir aussi long moii ! Je craque et je coupe ! Luucky ! J'tenvie ! Mais tu sais si tu deviens mon ami, je te montrerais mes animaux, et et...Tu sais, on regarderas des anime ensemble, on fera les boutiques et on s'amuuuuuuuuuuuuusera beauuuuuucoup! Alors s'il te plais, devenons amis ! Tu ne regretteras pas ! Vraiiiiment.

Elle passait vraiment du coq à l'âne, c'était incroyable. J'étais malgré tout toujours assez tendu, mais mon coeur n'était pas sur le point d'exploser. Si j'étais resté aussi longtemps en présence d'une fille, j'aurais probablement fini par m'évanouir, ou la situation aurait été de mal en pis. Cette fois-ci, contre toute attente, j'étais de plus en plus "serein".

- Un shaman a jeté un sortilège à mes cheveux pour qu'ils poussent ainsi, tu n'y peux rien. Et les cheveux courts te vont mieux, ça te donne un semblant de côté masculin.

C'était vrai que ses cheveux courts portaient à confusion sur son genre, enfin, juste un peu. Disons qu'elle aurait pu se travestir en homme sans qu'on se pose de questions. Je soupirai ensuite, me crispant de nouveau. Elle tenait vraiment à ce qu'on devienne amis... Mais ce n'était pas possible, qu'est-ce qu'elle ne comprenait pas dans "j'ai peur des filles" ?! Quand on a la phobie des araignées, on n'en élève pas une pour son propre plaisir. C'était bien la même chose. Mais je commençais à croire qu'elle ne lâcherait pas le morceau.

- On deviendra amis dans cinquante jours, pas avant. Tu ne connais pas la superstition ? Si on précipite trop une amitié, alors elle est maudite et ce sera un parcours semé de disputes. On ne prendrait pas ce risque hein ?
Et tu es vraiment une otaku n'est-ce pas ? Et ça dépend de ce que tu as comme animaux...


C'était la première fois que je faisais la conversation à une fille. Habituellement mes mots restaient bloqués dans la gorge, ou ils en sortaient avec une difficulté inouïe. Je soufflai sur mes mains gelées. J'aimais le froid, mais il avait tendance à se montrer douloureux à force. Je relevai la tête vers Senri en la dévisageant. Elle était vraiment bizarre cette gamine. Elle aurait pu s'enfuir face au zombie que j'étais. De surcroît, je n'arrêtais pas de lui faire peur en jouant sur sa peur du paranormal et fantastique. Mais non, elle restait là, avec son sourire béat juste parce que je lui parlais.

Un sourire amusé se dessina sur mes lèvres. De toute évidence, ses intentions à mon égard n'étaient pas mauvaises. Elle commençait même à me devenir agréable. Bon, de là à dire que j'avais envie de regarder des animés avec elle et ses lapins autour de nous, je ne pouvais pas en être certain, mais bon. Et puis aller chez une fille... Non, décidément c'était trop bizarre.

- Tu es à Suki Gakuen n'est-ce pas, vu ton âge ? Tu es au pensionnat ou tu habites chez toi ?

Si elle était au dortoir, c'était encore pire. Pénétrer le dortoir des filles, c'était comme faire de l'apiculture quand on a peur des abeilles. Auquel cas, il aurait été hors de question que je vienne la voir. L'inverse, pourquoi pas. Je secouai la tête : non mais à quoi je pensais franchement ?! Je n'allais pas devenir ami avec elle. Il fallait qu'elle arrête de m'embrouiller avec ses idées et son débit de parole surprenant. Je la regardai, tendu, et lui lançai, sur la défensive :

- Tu es vraiment spéciale quand même toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 241
Date d'inscription : 03/11/2011

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 17 gâteau
Orientation Sexuelle: Bisexuel /o\
Petit(e) ami(e): Euuuh....Forever alone éwè
MessageSujet: Re: Indicible bonheur. [PV : Senri] Ven 8 Fév - 21:20

  • Peut être que finalement...Kira-kun n'était pas si méchant que ça...Bien au contraire. Quelque chose me disait, qu'au fond de lui même, se cachait quelqu'un de bien. Bien plus même, mon instinct me disait qu'il avait beaucoup de choses à m'apprendre. Des joies immenses et de fortes déceptions. Et j'était prêt. J'était prêt pour Kira. Je voulais que l'on deviennes ami. En vérité, je voulais savoir ce qui le rendait si mal à l'aise en ma présence. J'avais horreur que l'on m'ignore, que l'on me trouve répugnant ou que l'on me repousse. Vus que moi, j'aimais tout le monde, et que j'était prêt à tout donner pour rendre les autres à l'aise, heureux, contents en ma compagnie. J'était toujours prêt à aider et j'avais une grande foie en les autres. Je savais que le plus dur des hommes pouvait cacher un coeur en or, qu'il suffisait juste d'essayer, et de tenter de nouveau. De ne jamais abandonner et de se donner à fond pour se faire de vrais amis, ceux qui pensent réellement à vous et qui vous respecte. Et je savais que Kira était une de ses personnes ayant besoin d'un peu de temps pour montrer le bien someillant en lui. Enfin, le bien à mon égard bien sur. Pour une raisn que j'ignorais il ne semblait pas prêt à devenir ami avec moi, mais tant pis. Je le forcerais s'il le faut! Dit comme ça, ça n'a pas l'air trop gentil, mais c'était surtout forcé, non en utilisant la force mais en utilisant la technique suivante : Coller la personne tellement, qu'elle finira par s'attacher à vous et qu'elle ressente un vide lorsque vous n'êtes pas là! Dit comme ça c'est étrange, mais c'est assez efficace. Je l'ai déjà essayer sur certaines personnes mais...Ca ne fonctionne qu'un certain temps ensuite ils se désintéressent de vous. Mais faut voir le bon coté des choses ! Nee ! Faut savoir maintenir~

    -Eh bah, on dirait pas que tu as dis-sept ans, je t'en donnais quatorze tout au plus. Et je ne suis pas un personnage d'animé, au risque de te décevoir. Ca en fait des couleurs préférées tout ça Senri-chan.

    Face à son sourire moqueur, je lui fis un grand sourire heureux. J'était plutôt content vus qu'il était une des rares personnes à m'appeller "Senri-chan", ça signifiait que j'était un peu plus familier...! Ou bien qu'il me traîtait plutôt comme un petit enfant. Et ça ne me dérangeais pas plus que ça, vus que j'était un grand gamin dans la tête. D'ailleurs, qu'il me donne quatorze ans me faisait plutôt plaisir. Quand j'était plus jeune, et a 12 ans, je souhaitait ne jamais grandir, un peu comme peter pan...J'espérais même qu'il vienne me voir un jour, jy rêvais avec tant de fois ! A chaque fois que Nii-chan me disais qu'il n'existait pas, je pleurais. D'un air décontracté j'ajouta :

    -Ah oui ?! Tant mieux ! Pour être franc, j'aurai aimer avoir 12 ans toute ma vie ! J'ai horreur de grandir....Alors merci, ça me fais vraiiiiment plaisir. Je devrais avouer que quelque fois j'ai vraiment honte de mon âge... Stoppais-je un instant regardant ailleurs puis je repris, iie iie Kira-kun ! Au contraire ! Tu ressembles à un personnage d'anime ! D'ailleurs, faisons du cosplay ensemble ! Pour les couleurs, peut être mais c'est joli ! Lees arc en ciel!~


    (...)

    Il m'avais ensuite expliqué qu'il ne voulais pas spécialement me "tripoter". Quoique, ça m'avais réellement surpris, et il semblait être à la recherche de quelque chose. Pas que ça me dérangeais, au contraire, j'était super tactile, et ce n'est pas comme s'il m'avais toucher les parties. Mais c'était...Assez surprenant, vus que je croyais que je l'effrayais. Alors ce genre de contact brusque m'avait un peu mis mal à l'aise. Ou m'avais plus embarrassé plus qu'autre chose. Mes joues rosirent en y repensant, et parler de ce genre de choses n'était vraiment pas mon "truc". Vus que je rougissais très vite, et devenais nerveux. Et quand Senri est nerveux, Senri parle bizarrement. Et quand il parle bizarrement, il n'arrive pas à finir sa phrase ;

    -Merci mon dieu ! Je suis soulagé ! Je croyais que tu me détestais...Mais là ça vas ! Pas de mal entendu ! Nee~ Me...Tripoter ?!...Non non t'en fait pas je suis habitué......Ahh non non ! C'est pas vraiment ce que tu crois je voulais dire...Juste que...euuh...euuh...


    Oh mon dieu, il me regardait d'un air surpris, il a dut tout saisir faux....Je baissais la tête d'un air gêner cherchant une façon d'éclaircir LE malentendu. Et il repris ;

    - Hey, je te déteste pas, mais ça veut pas dire que je suis ton ami, ok ? Et tu fais ce que tu veux avec ton corps hein, ça me concerne pas.


    C'était déjà fait, il avait compris de travers. Mais ça veut dire que l'esprit de Kira-kun est vraiiiment corrumpu ! Que devrais-je faire contre ça ? Aucune idée ! Mais c'est vrai que comparé aux garçons de mon âge, j'était un ange. Plus j'était encore vierge. Pour être sincère, ce genre de choses ne m'intéraissait pas beaucoup. J'était le genre de personne croyant en l'amour. Et une fois que je serais sûr de l'avoir trouver, je ne verrais plus jamais quelqu'un d'autre, que ce sois une fille ou un garçon. Plus jeune ou plus grand, beau ou moche, gentil ou méchant. L'amour est aveugle ! Et il ne connais pas de lois. Alors je l'attendrais. Je n'aimais pas vraiment ces gens là qui font des choses insensées avec leurs corps juste pour le plaisir charnel...J'avais horreur de ça ! C'était effrayant ! Et vraiment mal. Le sexe est un vice et je pense que chacun peut controler ses pulsions sinon il est pareil à un animal. Et si il donne sa virginité à n'importe qui, c'est alors un manque de respect pour son propre corps et son amant. Et puis c'était comme Nanami-san, une fois qu'elle fus sûre que c'était l'amour de sa vie elle avait accepter de le faire avec Ryu kun ! Pas avant ! Na !

    -N...NON ! C'est tout...Faux...Tu...ne comprends vr-aiment pas Kira-kun..Ce n'est pas ce que je voulais dire...Je voulais dire que
    -

    J'était vraiment très sensible pour ce genre de sujet ! Vilain Kira-kun ! Je me cachais le visage des mains comme pour masquer ma gêne qui se lisait très facilement dans mes mots. Puis je m'arrêtais net quand je me rendis de nouveau compte que je parlais trop de moi même, et qu'il m'avait dit que ça ne le concernais pas.
    D'un mouvement de tête je balayai toute ma gêne, cherchant une manière de changer ce sujet qui me mettais si mal à l'aise.

    -Au fait Kira-kun ?! ça serait indiscret si je te demandais ce que tu faisais ici ? Enfin tu vois....Tu sais moi j'ai souvent peur de sortir car y'a des loup garous le soir, et que c'est trop kowaii. Tu sais une fois j'ai pris un garçon pour un loup garou ! Je me suis évanoui et il était obligé d'appeller la police....Euh gomen si je parles trop de moi. Alors ?!

    Il rigola de moi, et étrangement ça me fit rire aussi de mon idiotie. C'est bizarre, mais je m'en rend de ma naïveté qu'après commetre des actes tout à fait...Bizarres pour un garçon de mon âge. D'ailleurs, dans mon ancien lycée pour garçons uniquement, on se moquais souvent de moi, de mon manque de masculinité disaient ils. D'ailleurs ce que je voulais dire par le "je suis habitué". Etait que je fus harcelé bien plus d'une fois, et c'est d'ailleurs pour ces raisons la, moqueries et harcèlement. Que j'avais changer de lycée. Ici c'est un peu mieux, vus que chacun aborde un propre style, et que je ne parai pas si excentrique que ça, et ça me rendais vraiment heureux de pouvoir me faire aisément des amis, vus qu'avant, j'était vraiment méfiant. Penser à mon passé me rendait souvent trop triste, alors je m'efforçai de sourire puis me dit : "Senri Senri pense à Kyumi chan ! Bien qu'elle avait eu une enfance triste, elle souriait toujours, et toi tu ose être triste à cause de ça ?!" et c'est souvent ce qui me donnait la force d'aller vers l'avant ! et d'être optimiste.

    - Ce serait terriblement indiscret,
    -avais il dit, sérieux, et je marmonnai un "désolé" d'un air inquiet, Je te taquine, j'avais juste envie de prendre l'air. Et tu as raison, tu devrais faire attention, les loups-garous rôdent à cette heure de la nuit. A mon avis celui que tu as croisé t'a juste menti pour garder son identité secrète, tu devrais faire preuve de plus de prudence.

    QUOI ?! Je le savai vraiment que c'était louche...C'est vrai, il était sûrement un loup garou et a cette heur-ci c'est sûr qu'il y'a plein de loups-garou qui sont dans la ville prêt à me tuer et...et...

    -HAHHHHH NOOON JE LE SAVAIIIIIIIIIIS JE LE SAVAIIIIS! Je savais qu'il étaient réels ! Et qu'il mentait ! Mon dieu mais oui il mentait et puis c'pour ça qu'il y'avait des marques de morsure sur mon bras ! AHHH JE VAIS ME TRANSFORMER EN LOUP GAROU !!...Mon dieu j'ai peur, j'ai peur...je vais mourir Kira ? Tu penses vraiment que je vais mourir ?

    Ok, peut être que j'en faisais un peu trop, que je n'allais pas mourir. Mais bon il disait qu'il fallait être prudent non ? Alors je le suis ! Je fais juste preuve de prudence !

    -Dis dis, comment arrives-tu à avoir d'aussi longs cheveux ? J'arrive jamais à les avoir aussi long moii ! Je craque et je coupe ! Luucky ! J'tenvie ! Mais tu sais si tu deviens mon ami, je te montrerais mes animaux, et et...Tu sais, on regarderas des anime ensemble, on fera les boutiques et on s'amuuuuuuuuuuuuusera beauuuuuucoup! Alors s'il te plais, devenons amis ! Tu ne regretteras pas ! Vraiiiiment.


    Je souhaitais vraiment que l'on devienne ami, ça c'était sûr, on ne pouvait dire le contraire. J'appréciais vraiment la compagnie des autres, et je voulais toujours rencontrer de nouveaux gens, me faire de nouveaux amis. Au fond je savais que Kyumi-chan aurait fait pareil...Alors je savais que j'était sur le droit chemin.

    - Un shaman a jeté un sortilège à mes cheveux pour qu'ils poussent ainsi, tu n'y peux rien. Et les cheveux courts te vont mieux, ça te donne un semblant de côté masculin.

    Hann ? Un Shaman ? Comme dans shaman king il voulait dire ? Eh bien ! La chance! Moi aussi je voulais que l'on me jette un sort ! Quoique...Je ressemblerais encore plus à une fille...Ah ? Un semblant de coté masculin ? Que voulait il dire au juste ? Pensais-je d'un air déprimé. Voulait il me rappeller à quel point je ressemble à une fille ? Pas que cette ressemblance me gênait...Loin de là mais voila. Sa en créait ! Des malentendus.

    -Hann ? Tu as remarquer n'est ce pas ? Ma coupe n'est elle pas chouette ?! C'est la même qu'Emiru ! Le chanteur d'Aicle ! Tu sais si l'on deviens ami on ira ensembleee a leurs concerts. Tu sais j'ai même le CD dédicacé ! J'ai passer onze heurs à attendre et faire la queue pour l'avoir ! tu te rend comptes. D'accord, je ne les laisserais pas pousser...!

    J'était un peu trop fier de ma coupe de cheveux et de leurs couleur verte et rose qui était un peu partie pour laisser place au châtin naturel de mes cheveux. J'était un grand fan d'Aicle aussi. Et j'espairais qu'il connaissais ce groupe, car sinon, je pourrais même lui réciter la biographie du chanteur par coeur ! Que ça ne me gênais pas, mais je doutais que ça puisse vraiment l'intérésser autant que ça m'intéresse moi même...

    - On deviendra amis dans cinquante jours, pas avant. Tu ne connais pas la superstition ? Si on précipite trop une amitié, alors elle est maudite et ce sera un parcours semé de disputes. On ne prendrait pas ce risque hein ?
    Et tu es vraiment une otaku n'est-ce pas ? Et ça dépend de ce que tu as comme animaux...


    Hannn...! Il en connais des choses ! Lui ! Pour être totalement franc, j'appréciais spécialement la façon dont Kira s'abstenait à me garder loin de lui. Pour moi c'était peut être une sorte de pari ? Et peut être que c'est la première fois, que je remarque vraiment que ma présence gênait quelqu'un. D'habitude, je ne m'en rendais jamais. D'ailleurs j'était déjà au courant pour ma naïveté abusée. Mais je ne m'en rendais pas compte sur le coup. C'est juste que je comprend après y penser un bon moment. Mais je ne sais pas, cette fois c'était un peu trop clair. Mais je continuais tout juste à faire comme d'habitude, pour ne pas que ça me blesse, ou par propre égoïsme ? Je voulais juste savoir, pourquoi semble il autant me haïr ? Mais je ne sais pas pourquoi...La façon dont il me parle maintenant même, je crois qu'il commence à céder à ma superbe technique ! (Qui est en faite la technique d'Aruma-sensei) Je souris d'un air bête face à mes propres pensées puis je répondis en sortant mon téléphone (et il y'a Emiru sur le cache~)

    -Haïii !! Je n'oublierais pas, dans 50 jours ! On sera amis pour de bon mais....Cinquante ? Ce n'est pas un peu trop ? Tu me promet que tu n'oublieras pas ?...Bon pour mes animaux j'ai un hamster. Et comme je ne peut pas garder mes chats dans les dortoirs ils sont chez moi, et mon frère s'en occupe d'ailleurs il hais les animaux et il le fais rien que pour moi ! Tu te rend compte. Si tu viens chez moi un jour je te les montrerais touuus ! Tiens regarde -dis je en lui montrant dans mon téléphone un petit chat noir aux yeux rouges, lui c'est Kuromaru ! Tu vois comme il te ressemble ?! C'est étrange ! Et...Otaku, enfin ça dépend de ce que tu veux dire par Otaku hein ! Au Japon chez moi, c'était presque une insulte quand je demandais à des garçons s'ils l'étaient..héhé. Mais je suppose que je le suis ! Oui ! Je passe tout mon temps à regarder des animes, acheter des mangas et OH MY JASHIIIN ! J'AVAIS OUBLIER QUE DEMAIN C 'EST LA SORTIE OFFICIELLE DE LA SAISON DEUX DE MON SHOJO FAVORIIIIIIIIS. Hannn! Tu viendras avec moi demain l'acheter ? Neee Neee diiiis ouiii s'teuuplait. ça me feraiiis vraiiiiiiiiiment plaisiiiir . Puis tu sais on s'achèèètera pleiiiins d'autres mangas et je te ferais voir mes favooooriiis ! Ohhh et...Tu verras à quel point tu ressemble à Judal ! Sérieux, le mangaka a dut s'inspirer de toi pour le créer ! Rien que y penser me fait rêveeeeeeer ! Ah mais tu sais ? Il est presque une heur du matin on sera les premier a arrivéé à l'ouvertuuure à 4 h du matin YAYYY. Qu'en dis tu ? Neee Neee Neee...Onegaaaaïiii diiit ouuiiii .

    C'était clair, que j'en mourrais d'envie. Celà faisait des annèes que je ne suis pas sorti avec des amis. Il faut avouer qu'avec ma venue à Suki, j'avais connu pas mal de monde. Mais il n'y avais pas vraiment des amis trop proche. Je n'ai pas eu l'occasion de m'en faire. Surtout que j'ai toujours été enfermé dans ma chambre entre mes mangas. Et je me disais justement que je devrais un peu changer ? Non ? Il me regarda, et je suis lui souris d'un air idiot, au moins maintenant, il pouvait me regarder en face ! Il souria d'un air amusé et cette situation était assez drôle. Puis il dit ;

    - Tu es à Suki Gakuen n'est-ce pas, vu ton âge ? Tu es au pensionnat ou tu habites chez toi ?


    C'était quoi cette question ? ça signifiais que lui aussi était à Suki Gakuen ?! C'est surement le destin ! Il n'ya plus aucun doute ! Moi et Kira, on est destiné à être amis ! J'ajouta d'un air excité ;

    -OUI ! Toi aussi tu es à Suki Gakuen ? HANNN on pourra nous voir...Tous les jours ! C'est super ! Nee ? Je suis au pensionnat, cépendant, j'habite à seulement deux heurs d'ici. Et toi ???


    Mes yeux s'étaient illuminés et j'était dans un élan de jouissance....Et il me regarda l'air tendu avant d'ajouter ;

    - Tu es vraiment spéciale quand même toi.


    Spécial ? Spécial dans quel sens ? Peut être à cause de mon physique. Etais-ce a prendre comme un compliment ? Ou autre ? Je n'en savais rien, mais autant bien le prendre . Je lui souris puis dit ;

    -Spé...cial ? Comment ça??.. Merci en tout cas~ C'est la première fois qu'on me le dis. C'est à cause de mes yeux ? Ce n'est pas leur couleur naturelle !


    J'avais souvent beaucoup de mal à me décider. Glace au chocolat ou à la vanille. Rose ou vert, une ou deux, parler ou non. J'ai toujours été quelqu'un de très hésitant . Alors je choisissais toujours les deux. C'est pour celà que j'ai souvent les yeux vairons

    -Au fait Kira-kun...Tu me passeras ton numero ? Nee ???

    Je lui souris de toute mes dents. Puis constata qu'il n'était pas vraiment beaucoup habillé et qu'il semblais avoir froid. Je pris donc ses mains dans les miennes. Elles étaient vraiment froides et j'en frisonnais. Les miennes étaient chaudes, puis je lui dis ;

    - Tu vas vraiment mourir de froid, Kira-kuun...Tu penses que ça vas aller ? Je m'inquiète ! Tu sais, on dit que les gens qui ont les mains froides ont souvent chaud au coeur ! Ne t'en fait pas.

    Pourtant on dit que ce proverbe est fait pour rassurer ceux ayant les mains froides. D'un air inquiet je gardais fermement ses mains froides dans les miennes afin de les réchauffer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 210
Date d'inscription : 27/11/2011

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 20 ans
Orientation Sexuelle: homosexuel.
Petit(e) ami(e): Le vieux pas net ♥
MessageSujet: Re: Indicible bonheur. [PV : Senri] Sam 23 Fév - 13:33

- Ah oui ?! Tant mieux ! Pour être franc, j'aurai aimer avoir 12 ans toute ma vie ! J'ai horreur de grandir....Alors merci, ça me fais vraiiiiment plaisir. Je devrais avouer que quelque fois j'ai vraiment honte de mon âge... Stoppais-je un instant regardant ailleurs puis je repris, iie iie Kira-kun ! Au contraire ! Tu ressembles à un personnage d'anime ! D'ailleurs, faisons du cosplay ensemble ! Pour les couleurs, peut être mais c'est joli ! Lees arc en ciel!~

Je soupirais longuement. Mais elle ne s'arrêtait jamais de parler ? Sa bouche ne se desséchait-elle pas à force ? Je ne comprenais tout simplement pas comment il était possible de dire autant de choses quand on n'avait rien à dire. Si toutes les filles étaient comme ça, je ne regrettais pas d'être gynéphobe. J'étais aussi un peu déçu de ne pas l'avoir vexée en disant qu'elle avait l'air terriblement plus jeune que son âge, au contraire elle en fut flattée.

- Mais oui, mais oui... du cosplay, bien sûr.

Comme si j'allais la laisser me regarder dans mille et unes tenues et faire des photos avec elle. Elle me prenait véritablement pour son ami alors que j'étais exécrable. Cependant sa détermination me fit sourire doucement. Au moins elle ne manquait pas de cran. Elle n'était pas faible.

[...]

-N...NON ! C'est tout...Faux...Tu...ne comprends vr-aiment pas Kira-kun..Ce n'est pas ce que je voulais dire...Je voulais dire que-

Senri était rouge comme une tomate, et moi j'éclatai de rire. C'était visiblement un sujet très sensible pour la pauvre jeune fille. Fille. Fille... Rapidement je cessai de rire et me recrispais un peu. Elle était une sorte de thérapie, je devais admettre que j'en avais bien besoin. Même si je n'étais pas trop gêné à l'idée de ne pas aimer les filles, c'était tout de même difficile à vivre au jour le jour. J'étais amené à croiser énormément de personnes, quel que soit leur genre, et ça causait parfois de réelles difficultés. Je soupirais. Si je devais me soigner avec quelqu'un, autant que ce soit avec une fille que je pouvais martyriser.

- Haha, tu es drôlement gênée, tu n'aimes pas trop parler de ça ? Pourtant c'est un sujet captivant...

Elle cacha alors sa tête entre ses mains, me faisant sourire. Je n'étais pas très gentil franchement. Elle se montrait agréable avec moi, et moi je testais le point de rupture où elle ne pourrait plus me supporter. C'était véritablement l'interaction la plus longue que j'avais eu avec une fille depuis le décès de ma mère. C'était une sensation très étrange, mais pas désagréable.

Elle me questionna ensuite pour les raisons pour lesquelles je me trouvais ici. Bien sûr, elle s'étendit encore en détails assez... surprenants sur les raisons de sa question. Nous en étions tout de même arrivés à parler de loup-garous, c'était une digression assez unique. Je la taquinais alors en lui disant d'abord que ça ne la regardait pas, ce à quoi elle répondit par un "désolée", gênée, puis lui expliquait que je prenais juste l'air. Et qu'elle était naïve d'avoir cru les excuses de ce loup-garous. En réalité elle était surtout naïve de croire à mes bobards pour lui faire peur. Nous étions dans un parc, seuls, en pleine nuit. C'était idéal il fallait dire.

-HAHHHHH NOOON JE LE SAVAIIIIIIIIIIS JE LE SAVAIIIIS! Je savais qu'il étaient réels ! Et qu'il mentait ! Mon dieu mais oui il mentait et puis c'pour ça qu'il y'avait des marques de morsure sur mon bras ! AHHH JE VAIS ME TRANSFORMER EN LOUP GAROU !!...Mon dieu j'ai peur, j'ai peur...je vais mourir Kira ? Tu penses vraiment que je vais mourir ?

Je pris alors un air très sérieux en la fixant droit dans les yeux.

- Je pense que oui. Tu ne pourras t'en prendre qu'à ton imprudence Senri. J'ai été heureux de te connaître.

J'étais vraiment cruel... Puis, sans pré-avis, la discussion dériva sur mes cheveux. Quelque part ils étaient véritablement magnifiques. Noir de jais, vertigineusement longs, tressés en des courbes soyeuses. Bon, là ils étaient un peu humides à cause de la neige, mais ce n'était pas bien grave. Puis dans la foulée, elle me parla de ses animaux. J'avais envie de lui mettre un scotch sur la bouche pour qu'elle arrête un peu de l'ouvrir. Ne savait-elle pas profiter du silence ? Je lui inventais alors un nouveau bobard.

Elle semblait m'écouter avec une passion naïve. Vraiment, je pouvais lui dire ce que je voulais, elle buvait mes paroles. Les filles n'étaient pas des flèches si elles étaient toutes comme elle... Mais je me surpris à la trouver plutôt agréable. Je lui dis alors que si elle arrêtait de sans cesse se couper les cheveux elle aurait déjà l'air plus féminine, ce qui sembla la déprimer. J'arquais un sourcil, ne comprenant pas trop pourquoi elle se vexait de ça.

-Hann ? Tu as remarquer n'est ce pas ? Ma coupe n'est elle pas chouette ?! C'est la même qu'Emiru ! Le chanteur d'Aicle ! Tu sais si l'on deviens ami on ira ensembleee a leurs concerts. Tu sais j'ai même le CD dédicacé ! J'ai passer onze heurs à attendre et faire la queue pour l'avoir ! tu te rend comptes. D'accord, je ne les laisserais pas pousser...!

Ma tête s'embrouillait vraiment. ne venais-je pas de lui dire que ce serait mieux si ses cheveux étaient plus longs puisque ça empêcherait bien des malentendus ? Je la regardais simplement en haussant les sourcils. Je ne comprenais même pas comment nous en étions arrivés à parler d'aller à un concert ensemble.

- T'es vraiment pas quelqu'un d'habituel hein. Et je crois que nous ne parlons pas le même langage.

Je lui expliquait alors que nous ne serions pas amis avant cinquante jours pour que notre relation ne soit pas maudite. Elle sembla un peu sceptique quant à mes paroles. Avais-je atteint les limites de sa naïveté ? Il fallait quand même chercher loin pour qu'elle se rende compte qu'on se payait sa tête, mais elle était moins atteinte que je ne le pensais. Cependant, elle ne me fit pas de remarque quant au fait qu'elle ne me croyait pas cette fois-ci, au contraire, elle entra dans mon jeu.

- Haïii !! Je n'oublierais pas, dans 50 jours ! On sera amis pour de bon mais....Cinquante ? Ce n'est pas un peu trop ? Tu me promet que tu n'oublieras pas ?...Bon pour mes animaux j'ai un hamster. Et comme je ne peut pas garder mes chats dans les dortoirs ils sont chez moi, et mon frère s'en occupe d'ailleurs il hais les animaux et il le fais rien que pour moi ! Tu te rend compte. Si tu viens chez moi un jour je te les montrerais touuus ! Tiens regarde -dis je en lui montrant dans mon téléphone un petit chat noir aux yeux rouges, lui c'est Kuromaru ! Tu vois comme il te ressemble ?! C'est étrange ! Et...Otaku, enfin ça dépend de ce que tu veux dire par Otaku hein ! Au Japon chez moi, c'était presque une insulte quand je demandais à des garçons s'ils l'étaient..héhé. Mais je suppose que je le suis ! Oui ! Je passe tout mon temps à regarder des animes, acheter des mangas et OH MY JASHIIIN ! J'AVAIS OUBLIER QUE DEMAIN C 'EST LA SORTIE OFFICIELLE DE LA SAISON DEUX DE MON SHOJO FAVORIIIIIIIIS. Hannn! Tu viendras avec moi demain l'acheter ? Neee Neee diiiis ouiii s'teuuplait. ça me feraiiis vraiiiiiiiiiment plaisiiiir . Puis tu sais on s'achèèètera pleiiiins d'autres mangas et je te ferais voir mes favooooriiis ! Ohhh et...Tu verras à quel point tu ressemble à Judal ! Sérieux, le mangaka a dut s'inspirer de toi pour le créer ! Rien que y penser me fait rêveeeeeeer ! Ah mais tu sais ? Il est presque une heur du matin on sera les premier a arrivéé à l'ouvertuuure à 4 h du matin YAYYY. Qu'en dis tu ? Neee Neee Neee...Onegaaaaïiii diiit ouuiiii .

Je ne savais pas trop quoi en penser. Le fait de ne pas me dire la vérité me donnait l'impression qu'elle était juste faible et se laisser embobiner pour ne pas vexer les autres. Je détestais la faiblesse. Mais en même temps... en même temps elle semblait vraiment vouloir devenir amie avec moi, et elle avait l'air prête à surmonter tous les obstacles, ce qui la rendait forte. Si je pouvais faire la connaissance d'une fille, ce devait être une personne comme elle je suppose : déterminée, bornée, et prête à tout surmonter.

Mais son flot de paroles brisa mes tympans. A quoi devais-je répondre ? Elle me harcelait pour que j'aille acheter un manga avec elle le lendemain à quatre heures, c'était ridicule, il était déjà au moins minuit. Mais sa voix fluette me cassait les oreilles, alors pour la faire taire je répondis en lui criant à moitié dessus :

- Oui, oui ! je viendrais alors arrête de me harceler ! Tais-toi juste cinq secondes, je viendrais si ça peut te faire la boucler !

Je pâlis dangereusement. Je venais vraiment d'accepter de revoir cette gamine dont le débit de paroles était le plus hallucinant que j'avais jamais vu ? Et je m'en voulais un peu de lui avoir répondu si brutalement. Elle voulait juste faire ma connaissance, je n'aurais pas dû être si violent dans mes propos. Enfin bon, maintenant que c'était fait... J'avais quand même l'air désolé. Mais il était hors de question que je présente mes excuses, ce n'était pas mon genre. Alors l'air de rien je répondis :

- En effet, ce chat me ressemble assez, je serais d'accord pour le voir, mais juste en photo. Je ne veux pas voir ton hamster au passage, je n'aime pas les rongeurs, ils abîment les doigts en vous mordant. Et si on se revoit, c'est en extérieur. Après tout tu as l'air d'avoir l'esprit sacrément perverti, je ne voudrais pas que tu me sautes dessus. Et tu me montreras ce fameux Judal, mais je suis certain qu'il n'est pas aussi sexy que moi.

J'avais lancé ma phrase sur ses désirs pervers avec un sourire vicieux. C'était vraiment un sujet qui la dérangeait alors j'aimais beaucoup être aussi cru dans mes paroles. J'avais envie de voir ses joues changer de couleur pour me venger de toutes ses paroles sans queue ni tête. Et aussi parce qu'elle m'avait presque forcé à aller chercher un shojo manga avec elle à 4h du matin... Je lui demandais alors où elle habitait, curieux.

-OUI ! Toi aussi tu es à Suki Gakuen ? HANNN on pourra nous voir...Tous les jours ! C'est super ! Nee ? Je suis au pensionnat, cépendant, j'habite à seulement deux heurs d'ici. Et toi ???

Elle était vraiment heureuse que je lui pose cette question. Quelle fille bizarre quand même. J'étais cependant toujours tendu : elle était trop proche de moi. j'aurais voulu m'écarter un peu.

- Oui j'y suis aussi, en même temps avec ton style bizarre tu ne pouvais être que là... Moi j'habite dans mon appartement, j'ai bien trop d'argent pour vivre dans ce taudis de pensionnat.

J'avais bien envie de dire que j'habitais avec Satoru, mais je ne pouvais pas. Il était un photographe célèbre, de sept ans plus âgé que moi, et si notre cohabitation, et pire encore notre liaison s'ébruitait, cela aurait pu ruiner sa carrière. Je ne pouvais pas le dire à une personne si bavarde. J'évoluais tellement en ce moment : j'entreprenais une relation véritablement sérieuse avec un homme, et je parlais à une fille. J'étais méconnaissable. Sauf dans mon sadisme peut-être. Je lui dis alors qu'elle était vraiment spéciale comme personne, ce qui la fit sourire après une hésitation. Oui, c'était un compliment je suppose.

-Spé...cial ? Comment ça??.. Merci en tout cas~ C'est la première fois qu'on me le dis. C'est à cause de mes yeux ? Ce n'est pas leur couleur naturelle !

Je me mis à rire un peu. Ses yeux. Non, pas à cause de ses yeux, mais à cause de sa personnalité tout à fait déroutante. je regardais alors plus attentivement ses yeux et remarquai qu'ils étaient de deux couleurs différentes : un rose et un vert. C'était vraiment original. C'était un plaisir de la taquiner, mais aussi je ne voulais pas qu'elle croit que je l'appréciais un tout petit peu au fond, déjà que là elle ne me lâchait pas alors bon...

- Tes yeux sont bizarres aussi, mais c'est amusant. Et je ne te dirais pas dans quel sens tu es spéciale.

-Au fait Kira-kun...Tu me passeras ton numero ? Nee ???

- Reve, fis-je avec un sourire taquin.

Puisque nous étions déjà dans la même école je ne doutais pas qu'elle allait me harceler dans les couloirs, alors il était hors de question que je la laisse me harceler où que ce soit d'autre. J'allais probablement briser son sourire comblé, mais bon.

Puis Senri fit quelque chose de terrible. Quelque chose qu'elle n'aurait jamais dû faire. Elle prit mes mains dans les siennes.

- Tu vas vraiment mourir de froid, Kira-kuun...Tu penses que ça vas aller ? Je m'inquiète ! Tu sais, on dit que les gens qui ont les mains froides ont souvent chaud au coeur ! Ne t'en fait pas.

Certes j'avais froid et elle non, mais ce n'était pas quelque chose de supportable pour moi. Je retirai mes mains précipitamment et reculai en trébuchant, tombant sur le dos. La neige ayant amorti ma chute avait réduit considérablement la douleur, heureusement. Je me redressais alors précipitamment, époussetant un peu la neige sur mes bras.

- Je... ne me touche pas.

Ma voix tremblait. Mes mains également. Ses paroles avaient été douces et résonnaient dans ma tête. Quelques heures plus tard, j'étais sûr qu'elles allaient me sembler vraiment affectueuses. Mais pour le moment, tout ce qui comptait était le contact de ses mains sur les miennes qui brûlait encore ma peau. Je serrai les poings. Je ne voulais plus la voir pour le moment. Elle était allée trop loin. Je récupérais mes sacs en m'éloignant à reculons, comme par peur qu'elle établisse un nouveau contact.

- Tu as raison, il fait froid. Vraiment. Je rentre chez moi. On se voit... plus tard. Salut.

Mes paroles étaient saccadées. Le cours de mes pensées anormal. Mais je ne lui avais pas dit adieu. Je savais que c'était une opportunité que d'avoir rencontré une fille avec qui j'avais une conversation presque normale. Alors je lui avais bien dit à plus tard. Je ne coupais pas les ponts. Je m'enfuyais temporairement devant cette explosion de couleur et de vitalité qu'était Senri.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 241
Date d'inscription : 03/11/2011

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 17 gâteau
Orientation Sexuelle: Bisexuel /o\
Petit(e) ami(e): Euuuh....Forever alone éwè
MessageSujet: Re: Indicible bonheur. [PV : Senri] Mar 26 Fév - 19:33

  • Je fus réellement gêné, pourquoi Kira insistait il autant ? Pourquoi ne comprenait il pas ? Je détestais vraiment parler de tout ce qui avait une quelconque avec l'amour, ou relations sexuelles. J'avais un réel blocage là dessus. Ce fut vraiment étrange, mais celà ne m’enchantait réellement pas. Peut être à cause d'une très mauvaise expérience ? Mais surtout car quand j'était au collège au japon, j'était en établissement pour garçon uniquement, et que vus mon coté...Différent et mes traits fins attiraient certains garçon. Et non pas les plus doux. Du coup je fus maintes fois "harcelé". Et le fait que je sois trop gentil, naïf et crédule n'arrangeait souvent pas les choses. Je n'aimais pas spécialement penser à ça, vus que j'en gardais un souvenir au gout infect. Mais Kira m'en parlait surement par curiosité, et il ne devait pas savoir que celà me genait autant, voila pourquoi je ne lui en voulais pas. Mais plus j'essayais de me justifier, plus je m'embrouillais, et plus je ne savais vraiment pas quoi dire. Mes joues avaient déjà pris la couleur des roses. Et puis pourquoi Kira rigolais-il ? Son rire ne faisait qu'accentuer mon embarras, je me cachai la tête de mes bras, c'en était trop, je ne pouvais plus, et je crus sentir mon visage brûler, j'avais même l'impression de m'enterrer sous terre .

    - Haha, tu es drôlement gênée, tu n'aimes pas trop parler de ça ? Pourtant c'est un sujet captivant...

    -Non ! C'est..interdit.

    Il souriais et j'ouvris un oeil, craintif. C'était si visible que je n'aime pas parler de ça ? Peut être oui, vus la couleur qu'avait pris mon visage. Celà me gênait assez, en effet. Captivant disait-il ? Je ne voyais pas vraiment en quoi ! Mais non, c'est moi ayant un esprit mal placé...Kira ne dirait jamais des choses pareilles ! J'avais une vision assez angélique de lui. Il avait eu la bonté de me parler, c'était déjà ça. Et puis il était vraiment très gentil avec moi. Et il m'écoutait jusqu'au bout. Et semblait même me respecter parfois un peu trop...Comme si j'étais sa maitresse. Et je voulais tant lui prouver que je n'était pas si effrayant que ça ! Notre conversation sans queue ni tête changeait de sujet d'un instant à l'autre. Puis on eu le malheur de parler de loup-garous. Et dieu que je détestais toute créature malfaisante ! Pourquoi ces créatures existaient-elles ?! Pour nous manger et nous effrayer ? Mais je me dis ensuite que j'était méchant, et qu'il ne fallait pas que je généralise car il y'a quand même des vampires ou zombies gentils et la preuve vivante est Kira. C'est un zombie et il ne m'a même pas encore dévorer celà prouvait bien ses bonnes intentions. Par contre je ne connaissait PAS de loups-garous bien faisant du coup je courais de sérieux risques de mourir...Et ce que disait Kira n'arrangeait vraiment pas la chose bien au contraire je flippais encore plus sérieusement ! Déjà je le savais qu'il avait l'air louche cet homme! Il en aurait surement profiter pour me faire quelque chose....Mon dieu Kira devrait s'enfuir je suis vraiment effrayant ! Je vais surement lui faire quelque chose je ne suis plus sous le contrôle...Je vais me transformer en loup garou ! Je deviens dangereux...! A l'aide ! J'allais mourir! Pitié tuez moi avant que je blesse quelqu'un. Le regard en larmes je lui dis ;

    -Kiraaaaaaa....Ne t'en vas pas s'il te plais même si je suis dangeureuuuuux

    Je ne voulais réellement pas qu'il s'en aille, au fait j'avais plus peur d'être tout seul qu'autre chose, et n'oublions pas que j'appréciais vraiment sa présence...Nous avions parler ensuite de cheveux et de chamans (comme dans shaman king.) Et puis de Hamtaro et de kuromaru et d'animaux..Puis de pleins de choooooses tellement que j'avais l'impression de...Devoir lui raconter tout sur moi pour pouvoir être ami avec lui. Puis on parlais d'Emiru et de cheveux et de...J'aimais bien mes cheveux d'ailleurs ! Et je voulais vraiment les teindre de nouveaux d'ailleurs, ils commencent à redevenir châtins. Bien que je parlais pour deux, lui était plutôt calme et se contentais de répondre ! Et dire que je fais tous pour le mettre à l'aise ! ce n'est vraiment pas gagner...

    - T'es vraiment pas quelqu'un d'habituel hein. Et je crois que nous ne parlons pas le même langage.


    Je n'étais pas quelqu'un d'habituel ? Je ne savais réellement pas comment le prendre. Dans le sens ou j'était spécial, mais je ne savais pas pourquoi. Peut être car j'était Otaku...? En effet, les otaku ont des complications dans leurs vies, surtout vis à vis des autres qui les trouvent bizarre. Que ce soit dans leurs façon de parler, de s'habiller ou autre. Vus qu'un otaku ne parle souvent que des mangas et ne sort presque jamais. Je suis assez heureux que ma passion ne soit pas si...Grave ? Que ça. Et d'ailleurs, dernièrement je n'avais même plus de vie sociale ! J'avais en quelque sorte tout perdu, tout contact avec l'extrieur, et même mes notes avaient chuté visiblement et considérablement.

    -...Mais, on parle français voyoooooooons. Je ne comprends pas !

    Avais-je dis d'un air boudeur. Cépendant, le fait que Kira tenait à ce que l'on devienne ami, et ce sans dispute, me rendais heureux. Incroyablement heureux, même si je ne comprenais pas pourquoi, ni réellement de quoi il parlait parfois. D'ailleurs, je ne vois même pas de raison apparente pour aimer ainsi sa compagnie, il m'arrivait parfois de me sentir gêné en présence de certaines personnes. Mais Kira lui était différent, en quelque sorte, savoir que quelqu'un ne pouvait pas m'apprécier me blessait, mais m'interessait, on n'avait jamais eu autant peur de me parler. Ou d'accepter tout simplement mon amitié.

    -Il est presque une heur du matin on sera les premier a arrivéé à l'ouvertuuure à 4 h du matin YAYYY. Qu'en dis tu ? Neee Neee Neee...Onegaaaaïiii diiit ouuiiii .

    Je tenais réellement à ce que l'on aille ensemble....J'étais excité rien qu'à l'idée d'y penser ! Je voulais vraiment lui parler de tous mes mangas préféré, et regarder des animes avec lui ! Alors c'est ça avoir des amis ? Je n'avais dernièrement pas parler aux autres, et ma vie sociale en avait pris un grand coup. C'était comme si je n'avais pas parler pendant une semaine, et que maintenant

    - Oui, oui ! je viendrais alors arrête de me harceler ! Tais-toi juste cinq secondes, je viendrais si ça peut te faire la boucler !

    J'étais tellement heureux que je ne me concentrais pas tellement sur les "méchancetés" qu'il m'avait dite, je n'avais entendu que ce que je souhaitais entendre et j'en fus satisfait. Kira avait accepté de réaliser un de mes rêves les plus chers ! Je souris à pleine dents, avant de m'exclamer d'un accent visiblement japonais;

    -Hannn! Sugooooooïii, arigato, Kira-kun~!

    J'étais tellement heureux que je voyais des paillettes et arcs en ciels, tellement que je n'avais pas remarquer que son expression se dégradait étrangement. J'était dans mon propre monde à moi, tout rose et joyeux. Finalement, l'amitié entre un loup garou et un zombie était possible ! Enfin, je commençait à bien vivre le faite que je sois un loup garou en cour de développement ! C'est un bon point.

    - En effet, ce chat me ressemble assez, je serais d'accord pour le voir, mais juste en photo. Je ne veux pas voir ton hamster au passage, je n'aime pas les rongeurs, ils abîment les doigts en vous mordant. Et si on se revoit, c'est en extérieur. Après tout tu as l'air d'avoir l'esprit sacrément perverti, je ne voudrais pas que tu me sautes dessus. Et tu me montreras ce fameux Judal, mais je suis certain qu'il n'est pas aussi sexy que moi.

    En temps normal, j'aurai peut être rigoler, mais je ne sais pourquoi, mes joues s'empourpraient, et mes yeux se baissaient. J'étais réellement gêné, c'était trop mauvais. Mon coeur se serrait, je n'aimais vraiment pas qu'il me taquine ainsi, pas avec ça. Celà me gênait énormément. Je ne sus quoi dire pour éclaircir ce doute. Mes lèvres semblaient articuler des mots dénuées de sens, alors que je tentais de chercher les mots dans ma tête, sans réellement les trouver. Je parlai sans le oser frôler son regard ;

    -Tu...Penses réellement celà de moi...? Mais...je..

    Je tentais d'enterrer mon humiliation, bon sang...Faissait-il ça exprès ? C'était sûr ! C'est vrai que Kira, était beau, que Judal était sexy. Mais jamais je ne penserais à lui de cette façon ci. Si c'était quelqu'un d'autre, je serais entré dans le jeu, mais la je ne pouvais tout simplement pas. Parceque Kira lui, avait l'air drôlement sérieux...Je secouais la tête, comme pour faire passer ma gêne. Je voulais qu'elle disparaisse...Et afin de penser à autre chose. Finalement, je dis pour changer de sujet ;

    -OUI ! Toi aussi tu es à Suki Gakuen ? HANNN on pourra nous voir...Tous les jours ! C'est super ! Nee ? Je suis au pensionnat, cépendant, j'habite à seulement deux heurs d'ici. Et toi ???


    C'était assez chouette que l'on sois au même établissement ! Mais je me demandais..Pourquoi je ne l'avais pas vu avant, alors que j'ai une très bonne mémoire visuelle ? Peut être qu'il est nouveau, ou même car il est plus âgé que moi. Après tout je ne pouvais pas connaitre tout le monde. Sa voix m'interpella de nouveau;

    - Oui j'y suis aussi, en même temps avec ton style bizarre tu ne pouvais être que là... Moi j'habite dans mon appartement, j'ai bien trop d'argent pour vivre dans ce taudis de pensionnat.


    C'était vrai que dans ce lycée, on en voyais de toutes les couleurs ! Des androgynes, des nymphos, des fantomes, et même des tueurs à gages ! Ce lycée n'était point sécurisé, chacun agissait comme bien lui semblait...Et c'était un peu effrayant, car tous n'étaient pas gentils. Il lui manquait atrocement de discipline à ce lycée ! Maintenant que j'y pense. Je fermais les yeux, Kira devait vraiment être issu d'une famille bien riche ! Celà titillait ma curiosité, mais je ne m'étendais pas sur le sujet,

    -Hannn ! Tu es sugoï, Kira-kunnn.


    A vrai dire, je my attendais un peu. Celà se voyait que Kira était issu d'une bonne famille. Il avait l'air d'être un...Un prince, oui il avait tout d'un prince ! Et non d'un zombie. De longs et beaux cheveux, et une peau aussi blême laissant voir ses veines....C'était ça le sang bleu dont parlaient les anciens écrivains ?...
    Kira m'avait complimenté, je n'en revenais pas ! Enfin, je ne sais plus comment devrais-je le prendre, mais je le pris ainsi. Même si je ne comprenais pas vraiment, la raison....Peut être mes yeux ?...

    -Spé...cial ? Comment ça??.. Merci en tout cas~ C'est la première fois qu'on me le dis. C'est à cause de mes yeux ? Ce n'est pas leur couleur naturelle !

    Je ne le compris pas, lorsqu'il se mit à rire. Mais je fis pareil, car lorsque quelqu'un se met à rire, ça me donne envie de faire pareil. Il...Se moquais peut être de moi ?

    - Tes yeux sont bizarres aussi, mais c'est amusant. Et je ne te dirais pas dans quel sens tu es spéciale.


    J'affichai un air boudeur, il ne voulait décidément rien me dire ! C'était méchant ça ! Mais en même temps, celà me faisait plaisir, car j'aimais ce coté mystérieux et taquin chez Kira, il avait le don de contrôler mes expressions. Elles dépendaient toutes de lui, et chaque mot comptait pour moi énormément,

    -Hann ! Hidoiii !

    Je croisais les bras, en gonflant les joues. Puis je me rappellais que l'on ne s'était même pas échanger les numeros. Hann, j'adorais les téléphones portable ! J'harcèle carrément mon grand frère par sms tous les jours ! C'est vraiment génial comme inventation...!

    -Au fait Kira-kun...Tu me passeras ton numero ? Nee ???

    - Reve,

    J'affichais un air attristé, et fis mine de pleurer. Je ne voyais pas pourquoi il refusait, il ne voulait peut être pas que l'on s'échange des messages toute la journée comme des VRAIS amis ? Mais bon, lorsque l'on sera amis dans 50 jours...2 mois et peu..Il me le passera peut être...Et si il refuse, tant pis ! J'irais voir dans son dossier scolaire, et je demanderais aux autres dans le lycée.

    -Tant pis alors...


    Fis je, déçu. Puis mon regard se posa sur lui, ce qu'il était légèrement habillé ! Il vas mourir du froid..Je pris alors spontanément ses mains dans les miennes. Et qu'elles étaient froides ! On aurait dit de la glace!

    - Tu vas vraiment mourir de froid, Kira-kuun...Tu penses que ça vas aller ? Je m'inquiète ! Tu sais, on dit que les gens qui ont les mains froides ont souvent chaud au coeur ! Ne t'en fait pas.


    Sa réaction me choqua, il retira vite ses mains, comme si mon toucher l'avait brûler. Il se redressa, et son regard s'embrumait....Je le regardais, sans ne rien comprendre. Il baissait la tête et prononçai sur un ton dégouté ;

    - Je... ne me touche pas.


    Sa voix était tremblante, mon regard se brisea, et je me demandais ce que j'avais bien pu faire pour le mettre dans cet état...Je tentais de le retenir quand il se releva asse brusquement, mais je reculai...Il ne voulait pas que je le touche, j'allais éviter. C'est ce que ferai Kyumi à ma place. Mon coeur battait la chamade, je ne savais que faire...Je l'avais...Enerver ? Mais pourquoi si brusquement ?..

    - Tu as raison, il fait froid. Vraiment. Je rentre chez moi. On se voit... plus tard. Salut.


    Je voulais tellement le retenir, mais mon corps refusait d'agir. Je me mordis les lèvres, pour ne pas pleurer, mais les larmes coulaient alors qu'il s'éloignait. Je me levais doucement, me rendant compte que je ne savais rien de lui, et que je n'avais fait que parler de moi...

    -Je...Désolé..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Indicible bonheur. [PV : Senri]

Revenir en haut Aller en bas

Indicible bonheur. [PV : Senri]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Suki Gakuen ♥ :: Extérieur du lycée :: Le parc-