Suki Gakuen ♥
Bienvenue à Suki Gakuen ♥

Ce forum était anciennement lié à Amour Sucré d'où l'adresse mais ce temps est révolu, nous vous proposons ici d'incarner des personnages parfaitement imaginaires et de venir les faire évoluer dans notre lycée ♥

Connecte-toi / Inscris-toi vite ! ☺


Bienvenue au lycée Suki Gakuen, où amour et conflits se mêlent pour un endroit unique au monde ♥
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Silver, un être froid et distant.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 1
Date d'inscription : 26/07/2015
Age : 18
Localisation : France

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 16 ans
Orientation Sexuelle: Hétéro
Petit(e) ami(e): Aucune.
MessageSujet: Silver, un être froid et distant. Dim 26 Juil - 16:08



Présentation



Identité



Comme je suppose que vous n'êtes pas devins, j'accepte de vous révéler mon prénom : Silver. Mon sexe ? Est-ce que j'ai l'air d'une nana, sérieusement ? Précisons-le ; je suis un garçon. Quoi, ces informations sont-elles vraiment nécessaires ? Ma date de naissance, et après quoi, vous voudrez savoir si j'ai bien donné à manger au chien ? Bref, je suis né un trois mars de l'année mille neuf cent quatre-vingt dix-neuf. Je viens de France, suis donc de nationalité française, mais mes origines se tournent vers l'Angleterre et l'Amérique. Je voudrais être en deuxième année de lycée et intégrer le dortoir au sein d'une chambre — quoi que, dormir sur le toit ne me dérangerait pas  plus que ça. Je ne sais pas vraiment comment j'ai découvert ce forum, honnêtement. Mon avatar, pour ceux qui ne le connaissent pas, est Toshiro Hitsugaya, de Bleach. Le code est à valider.


Physique



Silver était une de ces rares personnes que l'on pouvait qualifier de froides ou indifférentes. Secrètement complexé par sa petite taille dont on a jamais pu apprendre le métrage exact (il s'agissait là d'une chose qu'il gardait pour lui et qu'il refusait à tout prix de révéler), il n'en était pas moins attirant, sous ses traits mystérieux ainsi que ses yeux perçants d'une envoûtante couleur turquoise. Malgré ses cheveux d'une blancheur impressionnante, il possédait pour contraste sa peau hâlée.

Il portait rarement des vêtements colorés et ne faisait pas attention à une quelconque mode, préférant se vêtir de noir, de blanc ou parfois — lorsqu'il n'avait plus rien à se mettre — de turquoise.

Afin de dompter ses cheveux ébouriffés de nature, il avait tendance à les coiffer avec du gel, les remontant en pique à l'arrière de sa tête. Son visage était assez inexpressif, bien qu'il lui arrivait parfois de dévoiler un petit sourire ou moqueur, ou amusé.


Caractère



Son apparence froide cachait un caractère tout aussi indifférent. Il ne se laissait pas approcher facilement, et préférait garder ses distances vis-à-vis des autres. Il avait tendance à se montrer hostile et rude envers les personnes qui tentaient malgré tout de l'approcher. Légèrement arrogant, il avait dressé une carapace entre le monde et lui, si bien qu'il vivait dans une continuelle et douloureuse solitude.

Lorsqu'il laissait trop sortir ses sentiments enfouis, il avait tendance à s'exprimer avec colère et violence. Bagarreur, craintif, il était un peu comme un animal sauvage.

Malgré tout, il lui arrivait de se montrer gentil, notamment avec les enfants, ces êtres purs et innocents qu'il savait trop jeunes pour avoir été pervertis par l'horreur qu'était pour lui le monde.

Il aimait le paranormal, mais ne s'y intéressait pas plus qu'un autre, préférant passer son temps à dormir ou à réviser. Il aimait beaucoup le sport, surtout le Football ainsi que le Basketball. Il s'agissait pour lui d'un canalisateur, même si personne n'aurait pu le comprendre, étant donné qu'il ne laissait rien entrevoir extérieurement de ce qu'il pouvait penser  ou ressentir. Il était un peu comme de la glace, mais lorsque celle-ci fondait, on pouvait découvrir une chose impensable : le vrai lui, l'être torturé et affreusement seul qu'il était.

Il était pour ainsi dire quelqu'un de vraiment complexe.


Histoire



Observant avec objectivité le paysage qui défilait avec une rapidité déconcertante, je m'installais un peu plus confortablement dans ce train qui m'emmenait le plus loin possible de cette ville qui avait trop longtemps été chez moi. J'avais tant voulu m'en échapper, et, pourtant, maintenant que c'était chose faite, je me sentais plus emprisonné que jamais. Le voyage serait long, aussi, je laissais mes yeux se fermer d'eux-mêmes, m'emportant dans un sommeil profond qui me conta ce dont j'avais horreur de me rappeler : mon histoire, mon passé.


********


« Dites madame, où se trouvent mon papa et ma maman ? s'inquiéta un petit garçon qui observait de ses grands yeux bleus une femme sans âge.
— Tu es dans un orphelinat ici, il est évident qu'ils sont morts. Si ce n'est pas le cas, c'est qu'ils te considéraient comme une erreur et qu'ils ne voulaient pas de toi. »

Mes parents étaient encore en vie. Du haut de mes quatre ans, je le savais au plus profond de moi-même. Ils m'avaient lâchement abandonné à mes deux ans pour une raison que j'ignorais, et dont, honnêtement, je ne cherchais pas à connaître la réponse. Je détestais cet orphelinat. Les chambres étaient sales, les bonnes sœurs qui s'en occupaient étaient affreusement méchantes et nous, pauvres enfants que nous étions, empestions de par notre hygiène déplorable. Les douches nous étaient interdites, et si quelqu'un mourrait, nous devions nous taire et assimiler son décès en silence. Je n'avais qu'une envie ; m'échapper de cet enfer.

Je n'avais aucune identité, aucun nom, seul mon prénom me rappelait que je demeurais un être humain. Notre orphelinat était peu connu, et les seules personnes qui s'y aventuraient repartaient souvent les mains vides, effrayées par notre aspect repoussant et notre odeur nauséabonde. Nous étions coincés dans cet enfer, cet endroit horrible. Les plus grands se vengeaient sur les plus jeunes, sous l’œil amusé de ces femmes censées nous trouver une famille, un foyer.

J'avais sincèrement peur de ne jamais avoir la chance d'être adopté, mais, avec un peu de recul, je ne sais pas ce qui aurait été le pire : mourir dans la crasse ou vivre ce qui allaient être les pires années de ma triste existence. J’eus tôt fait de comprendre que pour s'en sortir à l'orphelinat, il fallait prendre exemple sur les grands. Le pleurnichard que j'étais troqua sa peluche pour ses poings, et je me mis à m'en prendre aux autres, tout autant que l'aurait fait un grand.

En grandissant, je m'attaquais à ceux qui m'avaient fait du mal, protégeant au mieux ceux qui étaient plus jeunes que moi. Je m'étais pris d'affection pour deux enfants que je considérais comme mon frère et ma sœur. Mais Alex et Nick ne virent jamais l'été arriver : ils moururent un peu avant. Pour cette raison, je haïssais le printemps.

Je quittai cet enfer à l'âge de neuf ans, et, pour la première fois depuis longtemps, je me sentais heureux et ressentais l'espoir d'être libre. Une famille riche était venue visiter l'orphelinat, et, lorsque nous fûmes sortis dans l'arrière cour, ils nous avaient observé comme si nous nous étions trouvé derrière les vitrines d'une animalerie. Nous étions comme des chiots au regard implorant, et, je fus celui qui eût la chance d'être adopté, sous les regards malheureux et terriblement jaloux de tous les autres.

La famille Aïdan cherchait avant tout un garçon sage et respectueux, chose que je n'étais pas mais que je faisais en sorte d'être en leur présence. Le grand père de cette famille richissime me considérait comme son propre petit fils, comme un véritable membre de sa famille, et l'on me permit d'utiliser son nom. J'étais désormais Silver Aïdan, et cela comptait beaucoup à mes yeux. Cependant, sa mort m'atteignit bien plus que je ne l'aurais imaginé. Etant donné qu'il était celui qui m'avait adopté, les membres de cette familles ne m'acceptèrent plus, puisqu'il n'était plus là pour gérer les tensions.

Comme, de son vivant, il avait souhaité que je demeure un Aïdan, l'on ne me mit pas à la porte. J'aurais préféré. Je fus battu, haïs, rabaissé et on me fit subir des choses dont ma mémoire refusait de se souvenir. Quelques mois de ma vie furent effacés sous le lourd poids d'un traumatisme que je ne voulais pas me remémorer.

Je me vengeais à l'école ; je devins ainsi le bourreau des plus faibles, agissant avec indifférence. J'enfermais au fond de moi tous mes sentiments, et, pour ne laisser aucune satisfaction à cette famille, à cet entourage qui me dégoûtait, rien ne s'affichait sur mon visage inexpressif. J'étais comme un pantin, je ne ressentais rien à l'extérieur. Mais l'intérieur était une explosion de sentiments contradictoires que j'avais mis sous clé, et que je souhaitais ne jamais faire remonter. Lorsque ceux-ci devenaient trop durs à supporter, ils sortaient brusquement et je me déchaînais violemment, telle la bête sauvage que j'étais.

Étonnamment, je me refusais à sombrer dans la drogue, l'alcool ou la dépression. Je préférais agir de mes poings. La carapace que je m'étais construite me protégeait bien plus que ne l'auraient fait la vodka ou le cannabis. Parfois, je préférais me canaliser à travers un sport charnel pratiqué entre deux êtres, mais dans ces moments-là, je ne laissais pas place aux sentiments et changeais sans arrêt ma partenaire. Les filles devenaient rapidement ennuyantes, après tout, et les garçons ne m'intéressaient que comme adversaires de combat.

Finalement, à mes quinze ans, je fus rayé de leur existence, renié de la famille Aïdan. J'avais perdu le seul nom qui me donnait une identité à part entière et cela me fit comprendre qu'au fond, je ne m'étais moi-même jamais considéré comme un être humain, seulement comme un animal qui souhaitait juste être apprivoisé, aimé par quelqu'un.

Je savais que c'était impossible, et je ne voulais plus jamais souffrir. Je choisis de m'émanciper et travaillai en dehors des cours afin de récolter un peu d'argent qui me permettrait de m'évader au-delà de cette ville dans laquelle je vivais. Avec pour seule pensée qu'il me faudrait rester seul et que personne ne devrait se rapprocher de moi, j'obtins finalement mon émancipation à l'âge de seize ans, et, crachant au visage de l'homme qui m'avait battu toutes ces années, je m'échappais de la prison qu'étaient cette maison ainsi que cette famille.

Au fond, la solitude constituait ma plus grande peur, mais j'étais terrorisé à l'idée d'encore m'attacher à quelqu'un que je pourrais perdre, tout comme j'avais perdu Alex, Nick et celui que je considérais comme mon grand père. J'avais compris que les sentiments ne m'étaient pas autorisés, et, tout comme mon apparence le laissait deviner, je devins un être vide, comme de la glace.


********


« Monsieur ? Vous êtes arrivé à destination. »

J'ouvris un œil et le dirigeai vers la fenêtre. Mon regard se posa sur un train à l'arrêt, signe que nous étions arrivés en gare. Je descendais, et, attrapant un plan, je me dirigeai en direction de mon nouveau lycée, lieu où je résiderai certainement. Le lycée Suki Gakuen.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brunerose
Codeur
Codeur
avatar
Messages : 1451
Date d'inscription : 05/01/2012
Age : 19
Localisation : Dans les bras d'une personne que j'apprécie ♥

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 17
Orientation Sexuelle: hétéro
Petit(e) ami(e): personne
MessageSujet: Re: Silver, un être froid et distant. Sam 1 Aoû - 16:27

Bonjour/Bonsoir cher petit membre, j'ai l'honneur de poster en première :D
Bon déjà la dimension de l'image ne correspond pas si tu peux remédier à cela se serait sympa et si tu y arrives pas tu envoies un joli mp à moi avec l'url de l'image :3

Ensuite dans l'identité si tu peux mettre toutes les informations demander en gras (j'ai une flemme de le faire moi même xD)

Alors le physique et le moral c'est ok et l'histoire alors là l'histoire pendant tout le temps que je l'ai lu j'avais les larmes aux yeux, tu sais comment manier les mots pour nous faire ressentir des émotions donc dès que tu modifies les deux petits trucs que je t'ai demandé. Je te validerai avec un grand plaisir :c

Au plaisir de rp un jour avec toi :)

_______________________________________


Merci à Alexis S. pour son travaille sur cette signa :)
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Silver, un être froid et distant.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Suki Gakuen ♥ :: Partie administration :: Gestion du personnage :: Bureau d'inscription-