Suki Gakuen ♥
Bienvenue à Suki Gakuen ♥️

Ce forum était anciennement lié à Amour Sucré d'où l'adresse mais ce temps est révolu, nous vous proposons ici d'incarner des personnages parfaitement imaginaires et de venir les faire évoluer dans notre lycée ♥️

Connecte-toi / Inscris-toi vite ! ☺️


Bienvenue au lycée Suki Gakuen, où amour et conflits se mêlent pour un endroit unique au monde ♥
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

La forêt souterraine [Pv: Alexis A. Lambert]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 5
Date d'inscription : 14/07/2015

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 21 ans
Orientation Sexuelle: Pansexuel
Petit(e) ami(e):
MessageSujet: La forêt souterraine [Pv: Alexis A. Lambert] Mer 15 Juil - 2:24


La semaine venant de touché à sa fin plusieurs étaient occupés à ramasser leur matériel pour le week-end qui s’annonce. Certains quittant le pensionnat pour voir un peu leur famille ou pour s’amusé tandis que d’autres étudiants se rencontraient à leurs lieux habituels pour discuter entre eux de ce qu’ils allaient faire demain. De leur côté, la grande majorité du personnel avait déjà quitté les lieux pour rentrer chez eux. Il ne restait que le personnel de nuit tel que les gardiens, les concierges et bien sûr les surveillants de dortoir. Sauf que tous n’étaient pas très assidus à leur poste. En effet, Carl Strauss n’était pas là comme il se le devait pour surveiller les petits garnements un peu trop entreprenants en ce vendredi soir. Le fait que celui-ci était employé depuis seulement deux semaines au lycée Suki n’était pas pour autant en cause de ce manque de vigilance. Au contraire, il savait parfaitement ce qu’il avait à faire et se trouvait donc en pleine connaissance de cause en un tout autre endroit.

C’est au plus bas niveau de l’une des cages d’escalier des plus inutilisé voir oublier qu’il se trouvait. Le lieu partiellement mal éclairé et baigner uniquement d’une lumière jaunâtre artificielle faisait partie des souterrains de l’école. Même les concierges s’y aventuraient que rarement au vu de la poussière omniprésente sur les garde-fous et les bas des murs faits d’un béton au teint grisâtre des plus monotones. En conclusion, rien qui ne laisse penser qu’âmes qui vivent soit ici. Cependant, à qui sait être attentif, un indice involontaire pouvait se faire entendre. Au début n’étant qu’un faible son puis en se rapprochant un tant soit peu de sa source il était possible de discerner un sifflotement pour finalement reconnaître le fameux air que Carl sifflet avec entrain. Il s’agissait de Don’t worry be happy; qui plus est reproduit assez fidèlement par le jeune homme. Ce petit solo était également accompagné du son caractéristique émit par ses aérosols à peinture a chaque fois qu’il les utilisait.

- Je vais manquer de vert forêt, se dit-il avant de soupirer.

Sur le sol de béton, tout au tour de lui, se trouvaient plusieurs bonbonnes de peinture de couleurs différentes ainsi que de nombreux pochoirs de toute évidence faits par ses soins. Son téléphone portable placé sur l’une des marches de l’escalier l’éclairait légèrement pour qu’il puisse mieux voir ce qu’il fessait sur le mur. En somme, son matériel était éparpillé un peu partout  et occupait majoritairement ce palier assez exigu. Carl était déjà dévêtu de sa chemise de travail et de son pantalon propre. Il n’avait pas tardé à la fin de son cours de troquer ceux-ci pour un style un peu plus punk quoique décontracter malgré tout. Au premier coup d’oeil, il ne manquait donc pas de passer pour un des étudiants en troisième année de prépa. Cependant, la réalité était tout autre puisqu’il faisait bel et bien partie du personnel employé. Il était d’ailleurs déjà connu par certains à cause de ses cours de botanique.

- J’ai vraiment plus de couleur. Pas le choix. Vais devoir aller à la quincaillerie pendant le week-end.

Il se remettait à siffler après chaque phrase s’adressant à lui-même. Sur le mur se dessinait progressivement un magnifique paysage forestier aux couleurs chatoyantes. Même si son oeuvre était loin d’être terminée, celle-ci donnait déjà une incroyable chaleur à ce lieu sombre et perdu. Il laissa tomber une bonbonne de peinture vide au sol. Cela eu comme résulta de crée un cours vacarme tandis qu’il se penchait pour en ramasser une autre canette qu’il agita avant de faire la moue.

- Presque vide aussi. Rhalala…

Cette fois-ci il s’agissait d’un bleu de Prusse qu’il utilisa pour continuer une partie du ciel du paysage. À en juger par son avancement, il semblait prévoir faire en entièreté ce dernier palier de la cage d’escalier. Il avait même déjà signé le tout dans un coin avec un magnifique « Vulpe » orangé écrit de manière artistique et accompagné d’un mini kitsune avec son «feu du renard ». Faisant dos à l’escalier et étant complètement dans sa bulle il n’était pas près de remarquer un quelconque visiteur.


Dernière édition par Carl Strauss le Lun 17 Aoû - 18:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 76
Date d'inscription : 25/03/2013

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 19 ans
Orientation Sexuelle: Homosexuel
Petit(e) ami(e): Aucun
MessageSujet: Re: La forêt souterraine [Pv: Alexis A. Lambert] Dim 19 Juil - 8:22

Cours de merde. Journée de merde. Vie de merde. Pourtant, tu n'espérais pas moins d'une journée ordinaire puisque tu es Alexis Adel Lambert, l'être le plus inutile de cette planète. Une journée inutile comme toute les autres avait défilé devant tes yeux sans que tu ne t'en rende vraiment compte, étant probablement trop obnubilé par d'autre plans machiavéliques qui te pousseront un jour au suicide et surtout à la mort comme tu as tant désiré, comme tu désires encore tant même après toute ces années. Le meurtre parfait envers soit-même. C'est plutôt compréhensible que toi-même tu ne peux t'endurer puisque tu n'es qu'un horrible individu qui ne fera jamais rien de sa vie sombre et terne. Ce qui est le plus hilarant c'est bien que ton subconscient croit que lorsque tu quitteras cette terre, tous les malheurs du monde s'arrêtera. Pourtant, tu n'es même pas assez utile pour être nuisible, tu es seulement toi et c'est bien ce qui fait pitié. Tu es bien l'homme égoïste qui n'a pas de but et qui devrait mettre fin à sa vie avant de contaminer des gens avec ton inutilité.

Bref, ta journée était tout aussi horribles et platonique que les autres, mais le pire était tes deux jour de congés qui allaient probablement servir à assouvir ta soif de faire cette chose platonique, c'est-à-dire probablement composé de nouveaux accord et de nouvelles paroles qui ne te serviront jamais, en espérant qu'un personne aussi idiote que toi t'entende et te dise que tu ne fais pas de la merde, même si tu le penses sincèrement. Tu le sais que ça n'arrivera jamais, cette situation, mais tu continue d'espérer en quelque sorte, ce qui fait de toi une personne affreusement chiante qui se rattache légèrement à la vie avec des rêve dont les probabilité de réussite sont presque nul. Sans oublier le fait que ta partie d'élève presque modèle ne sera pas entacher durant la fin de semaine, car autant tu peux être un idiot, autant dans ta connerie tu ne veux vraiment pas avoir d'amis et donc, tu vas étudier.

Bref, revenons à cette journée affreusement étrange. Tu le trouvais déjà troublant, ce nouveau professeur de botanique, mais vraiment louche. Tu l'imaginais bien en train de faire augmenter des notes aux jolies filles pour quelques services. Peut-être était-ce parce que tu le trouvais de ton goût ce monsieur je-sais-pas-quoi et tu niais la possibilité qu'il pourrait être intéressé par les hommes ou envers toi. Bon, peut-être que tu es tout simplement outré par sa façon d'enseigner qui n'est pas très conventionnel et tu tentais de le dénigrer d'un quelconque façon malgré le fait qu'il sera toujours plus cool et surtout plus utile qu'une larve dans ton genre.

Enfin, tout cela pour en revenir au moment présent, où tu étais présentement en train de cassé les oreilles de ton voisin de chambre qui tentait de dormir du mieux qu'il pouvait sans se lever, prendre un couteau qui pouvait possiblement être sous son oreiller et te trancher la gorge avec comme plusieurs personnes l'auraient fait ou auraient voulu faire. Voyant que tu le dérangeais, tu eus au moins amabilité de quitter la pièce pour vagabonder discrètement dans le couloir sombre de l'école avec ta guitare et tes partitions en main. Puis, tu alla vers la cage d'escalier rarement utilisé, descendant tranquillement. Au moins, tu avais cette qualité de ne pas avoir peur de ce son, ce sifflotement étrange, ayant beaucoup trop appréhendé la mort et la torture pour ne pas l'accueillir à bras ouvert dans toute les situations. La peur ne pouvant pas t'atteindre si facilement. Tu descendais plus bas, curieux de savoir qui était cet imbécile qui était présent pour y découvrir une chevelure qu'il reconnaissait trop bien.

- Mais qu'est-ce que vous fichez?

Une prof.... en train de vandalisé l'école... Sérieusement? Ce professeur était un crétin et la seule et unique chose qu'il avait de plus que toi, c'était qu'il était cool. Tu étais, certes, surpris de voir ton professeur aussi idiot, mais son œuvre était tout de même belle oui. Tu ne croyais, cependant, pas qu'il avait été engager par la direction pour faire ceci. Le regardant d'un air ahurie, tu attendais patiemment qu'il t'explique son idée de génie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 5
Date d'inscription : 14/07/2015

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 21 ans
Orientation Sexuelle: Pansexuel
Petit(e) ami(e):
MessageSujet: Re: La forêt souterraine [Pv: Alexis A. Lambert] Dim 19 Juil - 21:31

Alors qu’un fantôme muni de sa guitare et de ses partitions venait d’arriver en se lieux que le temps et l’espace semblaient avoir oublié, Carl s’accroupit pour déposé sa bonbonne bleue de prusse pour la troquer contre un chaleureux terre de Sienne et un pochoir.  Avec ses armes en main il se releva vivement et il se dirigea vers le côté gauche du même mur pour y peaufiner un magnifique cerf au panache imposant qui traversait d’un long saut un ruisseau limpide au teint de cristal. Il observa un court instant son oeuvre avant de déposer minutieusement contre le mur son pochoir pour couvrir des zones spécifiques de l’animal et ainsi retravailler les petits détails. Des détails tels qu’il aurait échappé à la majorité, mais pour Carl ceux-ci étaient importants. C’était d’ailleurs cette attention qui donnait véritablement vie à cette muraille et ce même si elle était loin d’être achevé. Après quelques coups de spray par-ci par-là, il se recula un peu pour voir le résultat. Ce fut à ce moment exact qu’il remarqua l’ombre d’une personne descendant l’escalier avant de s’adresser à lui. Il se retourna sans présenter la moindre once de stress au fait d’avoir été « surpris ». Il parut réfléchir pour finalement se prononcer.

- Andrew… Non, ce n’est pas ça, dit-il avant de secouer un peu la tête en signe de négation puis de sourire. Alexis! Oui, voilà! Tu fais partie de mes classes, lui dit-il tout en souriant à nouveau. Si tu descends fait attention pour ne pas tomber en marchant sur une canette ou autres truc de mon plâtra.

Il lui fit signe malgré tout de prendre son cellulaire posé sur l’une des marches de l’escalier si jamais celui-ci désirait descendre plus bas. Histoire qu’il voit mieux là où il plaçait les pieds et évite d’obliger Carl à joueur au secouriste avec lui. Il fit même un ménage rapide. Regroupant dans un tas pêle-mêle ses nombreux pochoirs, poussant dans un coin les aérosols vide tandis qu’il corda, sans logique, près de lui celle contenant encore de la peinture. Il semblait s’arrêter dans son élan artistique pour le moment au vu de son visiteur. Il abaissa son lourd masque de protection respiratoire de couleur noir et orange brûler. À ce geste sa voix se fit nettement plus claire et naturelle que précédemment en plus de retirer ce côté de film post-apocalyptique qu’il donnait à l’ensemble de la scène.

- Je peinture. J’exprime ma souche artistique tout en embellissant ce lieu. C’était si sombre que c’était digne d’un salon mortuaire tu ne trouves pas?

Il haussa les épaules et se contenta de fouiller dans les poches de son pantalon pour sortir d’un carton une cigarette qu’il porta à sa bouche sans pour autant l’allumer. Il ne voulait pas incommoder plus que cela Alexis. L’endroit étroit et mal aéré regorgeant déjà d’une forte odeur de peinture et de produit chimique il allait certainement se passer sans problème d’une fumée supplémentaire. Surtout que quelqu’un n’étant pas habitué à ce cocktail d’odeur forte et prenant devait trouver l’air étouffant lorsque conjugué à la masse de poussière.

- Ta déjà essayé? Les bombes sont dures à maîtriser au début quand on veut faire un truc chic, mais c’est très prenant aussitôt qu’on s’y fait.

Il observa de plus près ce que Alexis traînait avec lui. Bien sûr, il reconnut l’instrument sans problème, mais il n’aurait su dire si cette guitare était un outil de grande qualité ou non. Il était loin de s’y connaitre en musique et donc encore moins en instrument. Il savait siffloter ses airs préférés voir parler des vieilles chansons qu’il lui plaisait le plus telle que I don’t want to set the world on fire du groupe The ink spots, cependant là s’arrêtait ses capacités en la matière.

- T’ai en profile musique ou c’est simplement par passe temps?


Dernière édition par Carl Strauss le Lun 17 Aoû - 18:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 76
Date d'inscription : 25/03/2013

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 19 ans
Orientation Sexuelle: Homosexuel
Petit(e) ami(e): Aucun
MessageSujet: Re: La forêt souterraine [Pv: Alexis A. Lambert] Lun 17 Aoû - 7:55

Il... Il était sérieux là? Déjà, pour toi, il avait une réputation laissant à désirer face à son mode d'enseignement étrange, toujours selon toi qui ne comprenait pas comment un homme qui était supposé montrer l'exemple aux autres avait fait pour être admis ici -bien que tu en avais une petite idée dû au budget probablement assez serré de l'école pour accepter un membre que tu catégorisais inapte à travailler avec la jeunesse étudiante. Mais c'était ton avis et après tout, qui étais-tu pour juger une personne, peu importe ce qu'elle fait? Au moins ce professeur à quelque chose que tu n'auras sans doute jamais, une vie, mais surtout une volonté de la vivre cette vie pleine de rebondissement inattendu. Toi, tu n'es qu'un bon à rien qui n'est même pas capable d'espérer quelque chose. Tu es un corps sans vie qui n'attend que la mort pour enfin vivre réellement alors que tu peux le faire maintenant. Mais tu es bien trop occupé à penser que tu déranges toujours les gens, ce que tu fais, certes, car tu ne t'enfermes pas dans une garde-robe pour le restant de ta vie comme ta très chère mère t'eut dit de faire autrefois, pour finalement, pouvoir vivre ta vie sans attendre à en avoir une autre, si ton âme peut réellement changer de corps comme certains mythes le croient.

Ce n'est pas de toi que l'on parlait, mais de ton professeur qui osait vandaliser le mur avec des canettes de peinture... Tu étais toujours aussi choqué, même après quelques minutes, mais le plus étrange dans tout cela c'est qu'il semblait bien à l'aise, comme s'il avait été payé pour faire ce travail, ou bien n'avait-il pas peur de son employeur. En fait, tu n'imaginais pas cet homme s'excuser ou seulement être surpris naturellement, comme la majorité des gens qui font un mauvais coup. Il.... Monsieur Strauss était calme, bien trop calme pour que ce soit normal, en particulier dans ce genre de situation où il pourrait perdre son boulot. Dangereusement serein dirais-tu plutôt, car c'était plutôt troublant. Enfin, certains partirais probablement en courant en disant qu'ils n'ont rien vu alors que d'autres demanderaient s'il voulait un coup de main, mais toi, le jeune suicidaire à deux balles qui n'est même pas capable de mettre fin à sa propre vie tellement il est un incapable, tu t'en fichais un peu et tu n'appréciais pas trop les trucs peu légales puisque tu ne voulais pas être une plus grande nuisance à la société que tu ne l'étais déjà.

L'odeur était horrible, te laissant échapper quelques toux, mais dans une sens, le manque d'air pur, ce que tu sentais et qui t'étouffait reflétait bien le fond de ton âme noire qui t'engouffre peu à peu pour que tu ne deviennes un mort-vivant. C'était presque réussis, mais ton inconscient était toujours à amadouer, cet inconscient rêvant d'un monde meilleur, tout au fond de toi comme une pitoyable lumière...

Tu finis par t'asseoir, voyant que ce professeur se rappelait étonnement de ton nom horrible... Cela faisait combien de temps que quelqu'un ne t'avais pas appeler ainsi? Les professeurs t'appelait souvent le blondinet ou monsieur Lambert. C'était probablement ta grand-mère qui tétait la dernière à t'appeler par ton prénom.

Un soupire jaillit de ta bouche lorsque tu eus entendu la question. Tu trouvais qu'il ressemblait à un enfant face à comment il agissait, un enfant délinquant qui cherche l'attention de ses parents trop occupé avec leur travail pour voir leur fils grandir.

- Non, je n'ai jamais fait ça. Vous savez, monsieur, commenças-tu en accent sur le monsieur pour qu'il comprenne que ce n'était plus de son âge, la cage d'escalier va empester durant des jours, voir des semaines à cause de votre art... Je ne suis pas certain que le directeur approuverait vos méthodes pour embellir son établissement qui n'est pas vraiment à lui en fait... Et j'aime juste jouer de la guitare...

Tu resserras un peu ta poigne sur ledit objet en le cachant légèrement et inconsciemment un peu plus en arrière, soupirant de nouveau face à la stupidité cruciale de son professeur... Mais tu n'es pas mieux, hein, pour donner beaucoup plus d'affection à un objet qu'à un être humain....
couleur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 5
Date d'inscription : 14/07/2015

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 21 ans
Orientation Sexuelle: Pansexuel
Petit(e) ami(e):
MessageSujet: Re: La forêt souterraine [Pv: Alexis A. Lambert] Lun 17 Aoû - 14:49

Ce fantôme avait enfin gagné les traits d’une personne reconnaissable et unique alors que Carl s’était souvenu de son nom. L’ombre était devenue un jeune homme au cheveu blond d’une assez bonne longueur avec des yeux affichant l’une des teintes préféré de son professeur. Un bleu profond et pur tel que celui de prusse. Un bleu aux couleurs de la mer sans fin. Il s’assit donc volontiers au sol là où il se trouvait, les jambes croisées, alors que Alexis venait de le faire, mais sur l’escalier. Il était pratiquement toujours disponible pour ses étudiants. Parfois cela lui donnait presque un air de psychologue alors qu’il en était pourtant loin. Il l’écouta attentivement tout en ayant avec sa cigarette au bec le geste des fumeurs même si celle-ci n’était pas allumée. Il finit par rire de bon coeur, ignorant sa réprimande cachée, lorsque son interlocuteur mentionna le directeur. Le grand, le terrible directeur que tous devraient craindre. Tant étudiant que professeur. Du moins, là était ce qui hantait l’imaginaire de la majorité des élèves.

- Ce n’est qu’une personne, comme une autre tu sais. Une personne qui d’ailleurs est bien trop occupée avec ses réunions et autres trucs de gestionnaire pour avoir le temps de s’occuper de moi. Même si je voudrais prendre rendez-vous avec j’en aurais pour au moins 2 semaines d’attente voir un mois. Il soupira un peu. Faut arrêter de nous voir nous les professeurs et accessoirement les gestionnaires de l’école comme des tortionnaires. On est aussi des êtres humains tout comme vous. Et tout comme vous on a nos préférences et nos sentiments. Mais ça… Tu réaliseras le mur que vous placez entre nous lorsque tu commenceras à fréquenter un peu les profs. Tu pourrais être étonné du vécu de certains. D'autant plus que je suis à peine plus âgé que toi

Il lui sourit amicalement tout en lui faisant un clin d’oeil avant de hausser un peu les épaules nonchalamment.

- Pour ce qui est de l’odeur… Il fit un peu la moue. Ouais sa sens fort. Mais ça finira par disparaître et puis on s’y fait. Par contre, c’est pas mauvais pour les poumons de porter un masque si on y reste aussi longtemps que moi. Ça évite la tête qui tourne. Il afficha un nouveau sourire, mais cette fois il trahissait son amusement. Cependant, niveau poumon moi on peu déjà repasser. Il indiqua sa cigarette. C’est assez relatif.

Tout en jasant avec Alexis, Carl commença à trier ses canettes de peinture qui était encore bonne. Une à la fois il l’agitait, ce qui émettait le caractéristique bruit d’une petite bille qui s’excite dans une prison de métal. Une fois satisfait de son estimation il la cordait selon la quantité de peinture restante en son seins puis il recommençait le processus avec la suivante.

- Tu devrais te diversifier alors. La vie a tant à offrir. Tu ne penses pas? Il observa son instrument. Et si tu aimes tant cette guitare, tu devrais la personnaliser un peu. La rendre unique. Sinon à quoi bon apprécier autant celle-ci en particulier? Dans l’état des choses, rien ne la différencie des autres instruments provenant du même fabricant et du même endroit. De jolies fioritures et une jolie ganse en cuir personnalisé. Elle serait tellement plus toi et davantage elle... À moins que ce ne soit un il. Dans tout les cas voilà quoi.

Il termina assez vite son trie, en ayant même rejeté certaine dans la pille à recycler. Il observa ce qui lui restait l’air songeur avant de jeter à nouveau un bref regard sur la guitare d’Alexis, et ce jusqu’à ce que Carl paraisse satisfait de son songe. Jusqu’à ce qu’il soit satisfait de son plan pour le lendemain. Premier jour de congé à venir sur les deux que le week-end leur offrait.

- Il faut que j’aille à la quincaillerie demain pour racheter de la peinture et des filtres pour mon masque de protection. Tu veux venir avec moi en ville? On pourrait passer dans des magasins d’artisanat et je pourrais t’aider avec cette guitare.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 76
Date d'inscription : 25/03/2013

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 19 ans
Orientation Sexuelle: Homosexuel
Petit(e) ami(e): Aucun
MessageSujet: Re: La forêt souterraine [Pv: Alexis A. Lambert] Sam 5 Sep - 2:38

Un soupire traversa tes lèvres lorsque tu entendis ton professeur rire de toi. Ce n'était pourtant pas rare ni étrange que l'on se moque de toi, étant le personne la plus stupide de cette planète. Ton opinion ne comptait aux yeux de personne et ça ne te dérangeait pas plus que ça puisque tu savais où tu devais être : au fond d'une poubelle, coupé en pièce, sans jamais que personne ne te retrouve. Il avait bien droit de rire, trouvant tes commentaires idiot, car qui étais-tu pour lui dire ce qu'il devait faire? Rien. Tu n'étais absolument rien au yeux de personne alors il était normal que ton opinion sur la chose était merdique. Que devait-on attendre de toi de toute manière si ce n'était pas de l'inconfort que tu procures aux personnes autour de toi?

Un nouveau soupire se fit ton interlocuteur, ce très cher professeur, te dut que le directeur était un être comme les autres, ce que tu savais déjà. Tu l'écoutas cependant un bon moment, voyant qu'il se fichait un peu des conséquences que son gestes allait lui causer. Tu ne savais pas pourquoi tu avais cette si grande envie de lui démontrer ton point de vue sur le respect, mais qu'en avait-il à foutre de ton jugement? Rien du tout, comme tout les autres. De toute façon, il était bien trop tard pour reculer, le mur étant devenu tout simplement magnifique et il serait difficile d'enlever tout cela, car ce n'était pas un simple tag, mais une muraille d'un paysage. Cela allait probablement prendre des années au directeur à songer l'enlever et plusieurs autres années à avoir le budget et le temps d'enlever tout cela. Tu l'enviais un peu pour le fait qu'il se fichait des réprimandes, qu'il faisait seulement ce qu'il aimait faire et seulement pour lui, non pas pour les autres. Toi, tu vivais pour quelle raison? Ce n'était pas pour toi ou ceux qui t'entourait que tu vivais, mais plutôt parce que la mort elle-même ne voulait pas t'accueillir dans son antre. Tu avais autant de difficultés à apprécier quelque chose qu'à ne pas te sentir coupable lorsque tu faisais une seule chose pour toi comme jouer de la guitare par exemple. Lui, il se tuait à petit feu, mais il aimait ça, ne semblant pas avoir de regret. Il ne faisait que vivre et c'est bien ce qui était admirable.

Et... Un autre soupire, alors que cet homme aussi magnifique que sa création te proposait d'embellir ta précieuse guitare. Tu la sortie de derrière ton dos et commença justement à l'accorder. Tu aimais le son qu'elle produisait lorsqu'elle était soumis à un écho aussi fort.

- En fait, j'apprécie son aspect terne et monotone. Ce n'est qu'un objet après tout, un simple objet, certes fragile qui projette un son magnifique en particulier lorsqu'elle est branchée à un emplie, mais en toute somme, elle n'est pas faite pour être nécessairement belle, mais utile.

Du moins, elle, elle est utile, pensas-tu, presque jaloux d'un objet.

- Je voudrais bien, mais je ne suis pas friand à l'idée de la transformer, '' ou plutôt dépenser mon argent pour ça''. Par contre, je dois aller acheter de nouvelles cordes et des pics. Si vous voulez de ma présence...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 5
Date d'inscription : 14/07/2015

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 21 ans
Orientation Sexuelle: Pansexuel
Petit(e) ami(e):
MessageSujet: Re: La forêt souterraine [Pv: Alexis A. Lambert] Sam 10 Oct - 16:15


- Hum.. Je vois ce que tu veux dire, mais je suis loin d’être d’accord avec toi. Tout dans notre société est fait pour avoir une utilité alors au final si tous pensaient comme toi ce monde serait bien terne et monotone.Il désigna le mur derrière lui puisqu’il faisait face à Alexis. Ce mur. Quelqu’un s’est dit la même chose que toi : il ne l’a pas fait pour être nécessairement beau. Simplement pour être utile. Pourtant si cet homme s’était arrêté un instant pour y penser il aurait compris qu’en étant joli il pouvait avoir une utilité seconde. Celle d’embellir nos vies, de nous faire ressentir des émotions, de nous émouvoir… L’art et la beauté aussi ont une utilité. Dans notre vie moderne, ils sont tous les deux plus nécessaires que jamais. Ne crois-tu pas?

Il observa un peu plus la guitare de son élève. Sous se yeux il n’y avait pas que se simple objet. Sous ses yeux il voyait danser les milliers de possibilités pouvant la recouvrir tel un voile satiné et ainsi lui conférer une « âme ».

- Ta guitare elle-même n’existerait pas si l’art, dans ce cas la musique, n’était pas. Après tout sa raison d’être est également pour combler ce besoin d’expression que tu juges peu important. C’est contradictoire. Tu devrais apprendre à pousser plus loin ta penser. Ne reste pas au seul apparence.

Il ramassa son grand sac sport à bandoulière et commença à y placer d’un coter des canettes vides et de l’autre celle pouvant encore servir après l’avoir ouvert.

- Si ce n’est véritablement que l’argent qui te frêne alors ce n’est pas sa qui me manque la peinture, colle, vernis et compagnie. J’ai un aérographe aussi si tu veux essayer. Tu n’as qu’à te servir. Tout est dans ma chambre au même dortoir que vous. Remarque la pièce ressemble plus à un atelier qu’à une chambre… L’endroit est toujours déverrouillé.

En tout dernier, il plaça un peu négligemment et n’importe comment son masque dans le sac avant de refermer son contenu interdit en le zippant. Pour ce qui était de sa cigarette non allumé, il la rangea simplement dans la poche de son pantalon. Après tout il ne pouvait pas se promener avec dans l’école. Prêt à lever le camp il mit son sac à son épaule.

- Ouais pas de problème. On peut aussi bien passer au magasin de musique avant la quincaillerie.Il lui sourit doucement. Tu restes ici pour jouer? Si c’est le cas, je vais rester un peu plus longtemps pour écouter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La forêt souterraine [Pv: Alexis A. Lambert]

Revenir en haut Aller en bas

La forêt souterraine [Pv: Alexis A. Lambert]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Suki Gakuen ♥ :: L'intérieur du lycée :: Cage d'escalier-