Suki Gakuen ♥
Bienvenue à Suki Gakuen ♥️

Ce forum était anciennement lié à Amour Sucré d'où l'adresse mais ce temps est révolu, nous vous proposons ici d'incarner des personnages parfaitement imaginaires et de venir les faire évoluer dans notre lycée ♥️

Connecte-toi / Inscris-toi vite ! ☺️


Bienvenue au lycée Suki Gakuen, où amour et conflits se mêlent pour un endroit unique au monde ♥
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Une rencontre Rock'n'Roll [PV Lou Wilde]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 58
Date d'inscription : 16/08/2014
Localisation : Ici ou ailleurs ~

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 18 ans
Orientation Sexuelle: Bisexuelle à forte tendance homosexuelle
Petit(e) ami(e): Nobody
MessageSujet: Une rencontre Rock'n'Roll [PV Lou Wilde] Dim 21 Déc - 17:11

~The Passenger~

Natasha avait commencé à occuper ses weekends pour qu'ils lui soient prolifiques. Elle travaillait à présent pour un département de la préfecture, et s'abrutissait à ouvrir des enveloppes toute la journée, à trier leur contenu dans d'immenses piles qui finissaient souvent par la surplomber. Elle avait été prise parce qu'elle n'était pas très loquace et qu'elle savait se faire discrète. Ainsi, elle ne dérangeait personne et se montrait relativement performante, s'attelant à sa tâche avec application. Ce n'était pas une activité passionnante, mais elle avait l'avantage de lui rapporter assez pour payer ses repas à Suki Gakuen, et pour s'octroyer parfois de petits plaisirs. Et aujourd'hui serait de ces jours où elle ose se rendre un peu heureuse. En effet, dans sa poche un ou deux billets, dans ses yeux l'impassibilité qui la caractérise, elle venait d'entrer dans l'immense centre commercial du centre ville. L'endroit était bondé, et grouillait de mille et une personnes, souriantes, euphoriques même, à l'idée de donner libre cours à leurs caprices de consommateurs exigeants. Elle les observa un moment, plantée dans le hall, sur le point de faire demi-tour, mais elle fut vide délogée, poussée vers l'intérieur par des gens pressés. Elle lissa nerveusement les plis de sa jupe bouffante et avança timidement au sein de la foule. Des coudes atterrirent entre ses côtés, et des souffles puants vinrent polluer ses joues pâles, la traumatisant plus qu'elle ne l'était déjà. Prestement, elle sortit du flot de monde qui l'entourait et se faufila dans la première boutique dont les portes étaient ouvertes. Elle détesta tout de suite. Des femmes et des jeunes filles se pavanaient partout dans des shorts et des jupes atrocement courts et les vêtements exposés scintillaient et constellaient l'endroit de couleurs trop vives et voyantes. Mais l'air y était respirable. Alors Natasha se promena dans les rayons quelques minutes, histoire de faire reprendre aux battements de son cœur un rythme normal, aspirant de grandes goulées d'oxygène. Pourtant, bien vite, elle se résolut à affronter de nouveaux ce qui l'avait terrifiée. Tous ces corps trop près d'elle l'oppressaient déjà, mais elle ne trouverait pas son bonheur ici.

Prenant son courage à deux mains, la jeune femme sortit, sans adresser de réponse au "au revoir" mielleux de la vendeuse. Engloutie à nouveau par le monstre aux mille regards qu'était la foule, elle se laissa porter, les points serrés. Si elle atteignait la sortie avant d'apercevoir un magasin intéressant, elle renoncerait à son envie d'une nouvelle robe, elle ne pourrait pas supporter cette étouffante situation bien longtemps. Mais la chance lui sourit, et la conduisit tout droit à l'endroit rêvé. Tout près d'elle une enseigne rouge et noire clamait l'existence d'une boutique sympathiquement Rock'n'Roll. Elle n'eut pas le temps de déchiffrer l'inscription puisqu'elle se précipita littéralement à l'intérieur, propulsée par l'élan inconvenant que lui donnèrent ses voisins de cortège. Natasha savait bien que toutes les boutiques qui avaient l'air potentiellement plaisante ne l'étaient pas toujours, mais celle-ci semblait vraiment appropriée. Dès son entrée elle fut comblée. Dans les hauts parleurs résonnaient un titre de ce bon vieux Iggy Pop, et dans les allées presque vides ne s'aventuraient que des acheteurs au style fascinant. Elle se sentit immédiatement mieux et commença à s'engager entre les présentoirs, qui regorgeaient de robes comme elle les aimait.

Son budget n'était pas très élevé, mais les prix affichés ici lui semblaient raisonnables. Elle prit son temps et observa minutieusement tout ce qui avait l'air digne d'intérêt. Et c'est alors qu'elle tomba sur la robe parfaite. Elle l'extirpa de la masse d'autres qui l'entouraient, et la regarda mieux. Elle était très simple, mais tout à fait splendide. Sans bretelles, ornée d'une ceinture grise aux motifs amusants, évasée comme cela lui plaisait... Elle se mordit la lèvre, constata qu'elle était dans ses prix, et alla l'essayer le sourire aux lèvres. Ses vêtements tombèrent à ses chevilles et la petite merveille dénichée les remplaça. Natasha sortit timidement de la cabine, pieds nus, et partit à la recherche d'un miroir. Il y en avait un tout près, à côté d'une pile de boîte à chaussures. Elle tourna sur elle-même, fit virevolter le tissus autour de ses hanches et apprécia le confort de la tenue. Dans son esprit, elle se sentait vainqueur ! Elle avait vaincu la foule et tous ces inconnus malpolis, elle avait trouvé la perle rare et pourrait même l'associer à quelques pièces de sa garde-robe (comme un joli cache-cœur gris qu'elle superposait déjà en pensée à son essayage).

Seule devant son miroir, elle se sentit soudain coupable d'être heureuse, et plongea son regard mauve dans celui de son reflet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 15
Date d'inscription : 31/12/2013
Age : 20
Localisation : Belgique

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 18 ans.
Orientation Sexuelle: Bisexuelle.
Petit(e) ami(e): Je change trop souvent.
MessageSujet: Re: Une rencontre Rock'n'Roll [PV Lou Wilde] Mar 23 Déc - 20:12

Je suis une larve,[/color] pensa-t-elle.

Et c’est vrai, c’est ce qu’elle était. Lou était en vacances depuis trois jours. Elle avait occupé ses journées en culotte à écouter La Dispute et Brand New, à vider son frigo au même rythme que la femme de ménage le remplissait et à fumer plus qu’une cheminée de centrale nucléaire.
 
Un week-end, alors qu’elle était allongée sur son lit à lancer une balle à son mastodonte de dogue allemand bleu, sa mère déboula dans sa chambre avec un immense sourire.
 
- Devine ce que je t’ai trouvé !
- Heu…
- Du travail ! s’exclama Mrs. Black en s'applaudissant pour la trouvaille qu'elle avait faite.
- Maman, je te rappelle qu'on a tellement d’argent que même mes petits-enfants n’auront pas à travailler, maugréa-t-elle en se rallongeant.
- Mais enfin ma chérie, tu passes tes journées ici à ne rien faire et à ne voir personne.
 
« Et j’ai peur que tu ne trouves jamais d’amis ou d’amour » ajouta-t-elle pour elle-même. Depuis toujours, Lou avait du mal à créer des relations sociales, elle préférait rester à la maison à ne rien faire et surtout pas se mêler au milieu huppé qui l'entourait et l'oppressait. Et cela inquiétait beaucoup la vieille femme car il fallait être une idiote pour ne pas se rendre que la jeune fille n'appréciait pas autant qu'elle le prétendait la solitude qui l'enveloppait. Elle lui avait donc trouvé un travail de vendeuse dans un bazar rock ésotérique où elle aurait pleinement sa place et se sentirait enfin accepter.
 
- Essaye au moins une journée, pour me faire plaisir ! insista-t-elle en fronçant les sourcils. Sinon je te prive de… ça ! dit-elle sortant précipitamment de la pièce avec ses CD de musique éparpillés sur le bureau.
- NON ! hurla-t-elle en pourchassant sa mère.
 
Elles firent deux fois le tour de la maison avant que Lou n’accepte à contre cœur l'ultimatum. Elle remonta dans sa chambre en marmonnant pour enfiler une chemine-robe à coupe trapèze et imprimés roses rouges et des bottines lacées en cuir à grosses semelles qu’elle accessoirisa d’un chapeau de feutre noir, de bracelets en cuir et d’un collier en élastique noir. Elle passa rapidement un coup de brosse dans ses longs cheveux lisses et sortit de la maison après avoir embrassé sa mère.
 
La jeune fille enchaîna les Starbucks et déambula dans le centre commercial pendant une heure avant de se décider à entrer dans le magasin de vêtement.
 
- Ah d’accord, souffla-t-elle.
 
Contrairement aux autres boutiques où la lumière était capable d'éblouir un aveugle, où la musique était à vomir et les gens irritants au possible, ici, Iggy Pop vous plongeait dans une ambiance intimiste agréable, des posters d'illustres chanteurs recouvraient les murs, les vinyles des plus grands groupes étaient suspendus au plafond et les gens étaient tous semblables dans leur originalité vestimentaire. Elle se sentait bien et se promit d’emmener sa mère au restaurant pour la remercier.
 
Elle arpenta les rayons de long en large, touchant à tout et balançant ses épaules au rythme de la musique.
 
- Lou ?
 
Elle se retourna brusquement pour faire face à un trentenaire au look typiquement gothique punk.
 
- Oui ?
- Ta mère m’a dit que tu avais de longs cheveux magenta. Enchanté, Martin, dit-il en lui tendant une main qui croulait sous des bagues à tête de mort. Je suis le patron de ce petit coin de paradis.
 
Elle lui serra joyeusement la main et le suivit docilement avec un sourire de petite fille pendant qu’il lui présentait chaque section de la boutique. Au bout de trois quarts d’heures, elle avait son badge « Je suis Lou ! » épinglé sur sa poitrine et elle réarrangeait des présentoirs et aidait des clients. Elle faisait le tour de son « territoire » quand elle aperçut une jeune fille aux couettes hirsutes virevoltant dans une robe devant un miroir. Elle ressemblait à une Pullip. Elle s’approcha d’elle et posa les boîtes à chaussures qu’elle tenait sur la pile déjà présente et engagea la conversation (chose qu’elle ne faisait jamais) : 

- Cette tenue te va vraiment bien, tu ressembles à une poupée, dit-elle en la détaillant de bas en haut. Tu sais ce qui serait vraiment super avec cette robe ? demanda-t-elle en s’éloignant et revenant avec un petit paquet. Des bas Totoro, je trouve qu’il y a rien de plus mignon !


Dernière édition par Lou Wilde le Ven 23 Jan - 14:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 58
Date d'inscription : 16/08/2014
Localisation : Ici ou ailleurs ~

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 18 ans
Orientation Sexuelle: Bisexuelle à forte tendance homosexuelle
Petit(e) ami(e): Nobody
MessageSujet: Re: Une rencontre Rock'n'Roll [PV Lou Wilde] Sam 17 Jan - 13:57

Natasha eut à peine le temps de se plonger dans ses tristes pensées. En effet, une jeune vendeuse surgit de nulle part et l'accosta. Elle eut envie de sursauter, puis de rougir, surprise dans l'intimité de son essayage. Pourtant elle n'en fit rien et se contenta d'esquisser un sourire amical, mise en confiance par l'atmosphère ambiant, chargé de l'odeur des différents tissus en vente. Elle baissa les yeux sur le badge qui clamait l'identité de son interlocutrice puis les posa sur son visage aux traits sympathiques et sur sa longue chevelure brillante. Elle était jolie, là, entre les boîtes de chaussures, et cela encourage Natasha à lui accorder une part de sa sympathie. Dans un murmure, pour répondre au gentil compliment qui venait de lui être fait, elle dit :

«Une poupée ? Merci...»

Et Lou repartit. Sans trop savoir pourquoi, la jeune femme attendit avec impatience son retour. Sa solitude commençait à lui peser, surtout dans cet endroit si propice aux rencontres d'exception. C'est donc tout naturellement qu'elle sourit quand elle ne fut plus seule à nouveau. Et puis les bas que lui tendait Lou-l'inconnue correspondaient tout à fait à ses goûts : elle avait dévoré l'oeuvre de Miyasaki dès son arrivée en Europe et s'était vite prise d'affection pour tous les personnages farfelus et terriblement adorables qu'elle contenait. Elle s'en saisit avec délicatesse, et témoigna de sa reconnaissance par un signe de tête. Ces jolis bas allaient vite devenir un accessoire indispensable à sa garde-robe, et comme sa robe n'était pas excessivement chère, elle pouvait se permettre cet achat supplémentaire. Soucieuse à l'idée de faire fuir sa conseillère, elle déclara :

«Vous avez bon goût, je pense que je vais les prendre. Et je pense que je reviendrai ici souvent. Ça doit être agréable de travailler dans un tel endroit... Non ? »

Et elle sourit. Fait exceptionnel, avancée fantastique, pas formidable fait vers "les autres", qui se résumaient aujourd'hui en la personne de cette Lou. Elle triturait le petit paquet qui contenait les bas, anxieuse. Les autres lui avaient fait, et continuaient de lui faire du mal. Elle s'était juré de ne plus jamais avoir à leur faire confiance, à les apprécier, voir à les aimer. Sa nouvelle vie devait être plus belle que son ancienne. Et si aujourd'hui elle venait soudainement de tout envoyer valser pour un joli minois et une paire de bas Totoro ? Et si elle finissait par être déçue comme toutes les autres fois ? Et si... ?
Alors, elle prit le temps d'organiser ses pensées, de peser le pour et le contre, de se demander le comportement à adopter. Et Totoro, cet espèce de géant gris, vint s'insinuer en sa raison. Et elle se dit que lui, tout être magique qu'il était, s'il lui était un jour arrivé d'être dans la même situation que la sienne en ce jour, il serait allé se réfugier sous une boîte à chaussures et se serait endormi pour laisser ses rêves le guider dans ses décisions. Cette image d'un petit bout de carton posé sur un gros bout de son enfance réaffirma son sourire, et la poussa à se jeter corps et âme dans une potentielle souffrance :

«Ehm... Je m'appelle Natasha. Je vous dis ça, parce que, si vous connaissez mon nom, peut-être que vous aurez envie d'en savoir plus, et qu'un jour nous nous recroiserons dans un autre contexte.»

Une alarme résonna dans sa tête, envahissant tout. Elle en avait fait beaucoup trop ! Poussée à agir, elle pensa d'abord à sortir en trombe du magasin, puis réalisa qu'elle portait encore sur elle une robe qu'elle n'avait pas payé. Alors, foutu pour foutu, elle alla se réfugier dans la cabine d'essayage qui lui avait un peu plus tôt servi, tira d'un coup sec le rideau derrière elle et pria pour ne pas avoir été suivie par celle qui avait semé le doute en ses convictions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 15
Date d'inscription : 31/12/2013
Age : 20
Localisation : Belgique

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 18 ans.
Orientation Sexuelle: Bisexuelle.
Petit(e) ami(e): Je change trop souvent.
MessageSujet: Re: Une rencontre Rock'n'Roll [PV Lou Wilde] Ven 23 Jan - 14:50

La jeune fille aux cheveux argentés lui sourit timidement et la remercia de son compliment. Elle avait un étrange accent, le même que les méchants Russes avaient dans les films d’agents secrets américains à la James Bond. Elle rigola intérieurement en l’imaginant assise dans un fauteuil à haut dossier et à accoudoirs, un chat sur les genoux, en train de menacer un Ricain qui aurait percé ses secrets à jour et tenté de faire échouer ses projets de domination du monde. Elle se ressaisit et s’apprêtait à retourner vaquer à ses occupations quand la Pullip ouvrit de nouveau la bouche:

«Vous avez bon goût, je pense que je vais les prendre. Et je pense que je reviendrai ici souvent. Ça doit être agréable de travailler dans un tel endroit… Non ?»

Lou se demanda une fraction de seconde pourquoi Silver Hair avait l’air si mal à l’aise. D’accord, elle avait un look qui sortait du commun, mais cela n’était pas censé impressionner une fille en robe de poupée, si ?

«Agréable est un euphémisme, haha. Bosser ici, c’est juste, comment dire… Tu vois le Nirvana ? Voilà, c’est un peu ça, mais en mieux parce qu’ici tout le monde est différent et super cool. Bref, le pied, quoi.» répondit-elle en souriant de toutes ses dents.

Elle jeta un regard circulaire dans la pièce et laissa le sentiment de plénitude qui l’habitait l’imprégner entièrement. Elle se sentait acceptée, faire partie du lot et non plus être une excentrique au sens péjoratif du mot. C’était très différent des soirées, galas, et autre cérémonies auxquelles elle avait été obligée d’assister. Là-bas, on la dévisageait parce qu’elle ne portait pas la dernière robe de créateur en vogue et qu’elle préférait de bonnes vielles Doc Martens aux fameuses Louboutin. Elle aurait pu épouser Cressus qu’ils ne lui auraient jamais accordé un iota de respect: elle était la fille trouvée dans la forêt, et rien d’autre. Une marginale, une étrangère, une insulte.
Ici, ils étaient tous comme elle, des gens normaux avec des looks anticonformistes qui accompagnaient des personnalités originales. Elle ne détonnait enfin plus, elle faisait partie de ce monde. Elle se rendit compte qu’elle venait, grâce à sa mère, de tomber aux Pays des Merveilles.
Elle soupira de plaisir et on pouvait voir dans ses yeux tout l’espoir qu’elle plaçait dans ses quelques mètres carrés de surface commerciale.

«Ehm… Je m’appelle Natasha. Je vous dis ça, parce que, si vous connaissez mon nom, peut-être que vous aurez envie d’en savoir plus, et qu’un jour nous nous recroiserons dans un autre contexte.»

Lou écarquilla les yeux devant le débit avec lequel Pullip avait parlé. Le mélange de son accent, son air petite fille gênée et de la vitesse de ses paroles fit exploser de rire la vendeuse. Elle ne voulait pas se moquer d’elle, au contraire, elle la trouvait tellement mignonne qu’elle avait envie de la prendre dans ses bras pour lui faire un câlin. Elle suivit tant bien que mal la jeune fille qui était allée se réfugier en quatrième vitesse dans sa cabine d’essayage et s’y reprit à trois fois avant de pouvoir contrôler son souffle et calmer les spasmes qui secouaient ses épaules.

«Ça fait longtemps que je n’avais pas ri comme ça. Je suis désolée, ne va pas croire que je me moque de toi, hein ! C’est juste que sur le coup, t’avais l’air tellement mignonne et on aurait dit que tu voulais disparaître dans tes fringues. Enfin, pardon, reprit-elle en essuyant ses yeux larmoyants. Moi, c’est Lou. Et tu as raison, maintenant que tu m’as dit ton nom, j’ai bien envie de savoir ce qu’il y a derrière ton beau visage. Par contre, je ne suis pas du tout patiente, et attendre « un autre jour, dans un autre contexte » ça me parait vachement long. Je préférerai qu’on aille boire un verre tout de suite. Non, plutôt manger un truc parce que je sens mon ventre s’auto-digérer depuis une heure. Oh, et puis c’est moi qui invite, pour me faire pardonner. T’es d’accord ?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Une rencontre Rock'n'Roll [PV Lou Wilde]

Revenir en haut Aller en bas

Une rencontre Rock'n'Roll [PV Lou Wilde]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Suki Gakuen ♥ :: Extérieur du lycée :: Le centre commercial-