Suki Gakuen ♥
Bienvenue à Suki Gakuen ♥️

Ce forum était anciennement lié à Amour Sucré d'où l'adresse mais ce temps est révolu, nous vous proposons ici d'incarner des personnages parfaitement imaginaires et de venir les faire évoluer dans notre lycée ♥️

Connecte-toi / Inscris-toi vite ! ☺️


Bienvenue au lycée Suki Gakuen, où amour et conflits se mêlent pour un endroit unique au monde ♥
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

ça vaut bien une bonne pêche ! [PV: Watanabe Miku]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 849
Date d'inscription : 20/03/2014
Age : 22
Localisation : là où le vent est troublé.

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 20 ans
Orientation Sexuelle: Hétéro
Petit(e) ami(e): Aucune pour le moment
MessageSujet: ça vaut bien une bonne pêche ! [PV: Watanabe Miku] Dim 27 Juil - 1:39

«- Wesh, ta g*ule ! Cette s*lope m'as prise par surprise c'est tout ! »

«- Bah p*tain, tu crains pour t'être fait défoncé par une meuf. »

«- Zyva ferme ta gueule un peu ! Wesh, en vrai, c'est pas une meuf sur la tête d'wam ! Au début, j'croyais c'était un mec en vrai ! Et cette p*te m'a frappé par surprise ouais ! »

«- La p*te !! »

«- La s*lope !!»

«- T'as vu wesh ? En plus, elle m'a p*té le nez, en vrai.  »

Voilà une partie d'une discussion entre trois personnes que Jack a eu, la malchance, d'entendre. C'était un peu plus tôt dans la matinée, alors qu'il avait une heure de trou dans son emploie du temps. Le jeune blond en avait profité pour partir se chercher une canette au réfectoire, avant de partir dans son coin favori, à savoir le toit. Hors, malheureusement, il y avait d'autre personne sur ce même toit, ce matin là. Trois personnes pour être précis. Des "délinquants" ou des "voyous", qu'importe, appelez les comme vous le souhaitez. L'un deux portait d'ailleurs un pansement au nez. C'était le plus bavard et avait l'air particulièrement énervé. Il s'était fait frappé plus tôt dans la journée, d'après ce qu'avait comprit Jack qui est allé se couché dans un coin du toit, en essayant de les ignorer, avec peu de succès, donc, puisqu'ils étaient bien bruyant. De ce qu'il avait compris, le jeune homme furieux s'était fait refaire le portrait par une fille ressemblant à un gars, après l'avoir insulté sur son physique. En d'autres termes, il avait eu ce qu'il méritait. Les deux autres parlaient beaucoup moins, mais se moquaient de lui pour ce qu'il lui était arrivé. L'un des deux était plutôt grand, dans les 1 mètre 85, et devait peser une tonne au vue de son physique... Bon, d'accord, c'est pas sympa de dire ça, mais je dois pas être loin de la vérité. Le second avait une coupe de punk, était en débardeur et était envahit de tatouage. Un pure cliché, en fin de compte. Le jeune blond ne comprenait pas tout à fait ce qu'ils racontaient. Il avait beau se débrouiller en français, le langage wesh lui était encore inaccessible. Puis, ils l'ouvraient juste pour se moquer de lui ou insulter tout et n'importe quoi. Il aurait bien voulu les ignorer et s'endormir tranquillement, mais c'était impossible avec leur façon de se crier dessus pour se parler. Puis les trois rigolos avaient finalement remarqué sa présence et l'avait alors, pour une raison obscure, insultés.

«- Va t'faire f*utre ! J'te chope une autre fois et j't'enc*le ! »

«- Sale PD ! Baisse les yeux ou j'te plante ! »

Et des dizaines d'autres insultes du genre. Heureusement, ils décidèrent de s'en aller, plutôt que continuer à l'insulter, alors que le jeune blond les regarda d'un air surpris, perplexe. Il n'avait jamais vu des types aussi... cons ? C'est le mot. Une drôle de rencontre qu'il finira par rapidement oublié lorsqu'il se décidera à reposer sa tête contre le sol et fermait les yeux pour faire une petite sieste de deux heures... Oui, il avait bien qu'une seule heure de pause....

Le reste de la journée s'écoula, alors, péniblement. Du moins, lorsqu'il était en cours. Malgré son absence de plus, qu'il collectionne, Jack avait quand même fait l'effort d'aller en cours l'après-midi. Un ennuie. Fort heureusement, le jeune homme avait un emploie du temps clément aujourd'hui. Il n'avait que deux heures ce soir là et termina très tôt. A quatre heure de l'après-midi, le jeune homme était donc enfin libéré des cours. Hors de question de rentrer directement chez lui, il se dirigea immédiatement vers le parc. Aucune de ses connaissances étant libre, il souhaitait donc en profiter pour rencontrer peut-être d'autre personnes. Sa fin d'après-midi se passa à jouer au foot avec de parfait inconnu, discutait de la pluie et du beau temps avec de parfait inconnu, manger un beignet, aider de parfait inconnu à retrouver leur chemin, manger un autre beignet, jouer avec le chien de parfait inconnu, nourrir un écureuil, grimper sur des arbres pour aider un petit à récupérer son ballon coincé dans une branche, etc... Une journée bien normal pour notre jeune blond. Alors que la journée commençait à toucher à sa fin, le jeune jack se coucha sur un banc, attendant que le soleil se couche pour pouvoir contempler la nuit étoilé. Cependant, la patience n'a jamais était son fort, et il termina par s'endormir.

Il se réveillera qu'une heure ou deux plus tard, réveillé par des cries de personnes. Ses yeux s'ouvrirent légèrement, alors que le soleil s'était pratiquement couché, la soirée débutait à peine. Au moins, il s'était réveillé à temps pour le coucher de soleil qui était particulièrement beau. Il se tourna légèrement pour voir d'où venait le bruit qu'il avait entendu, et qui l'avait réveillé, à quelques pas de lui. Il y distingua quatre personnes. Trois lui parurent familière et pour cause : Il s'agissait des trois types qui "discutaient" ce matin sur le toit. Un soupire fut la seule réaction du jeune homme qui regarda la quatrième personne, qui leur faisait face. Il ne put voir à quoi son visage ressemblait, dissimulait sous une capuche. Cette personne était d'ailleurs, étrangement, habillé chaudement, alors qu'on approchait de l'été. Enfin peu importe, ce devait être un de leur amis, et donc une personne tout aussi étrange. Le jeune blond soupira alors, une nouvelle fois, puis se tourna, toujours couché, vers le dossier du banc pour pouvoir s'endormir. Il avait déjà oublié le coucher du soleil ? Cependant, les personnes, qui semblaient commençaient à s'insulter plus fort, eu raison de sa curiosité et il eu la surprise, en se retournant vers leur position, de voir l'un des types assit par terre, se tenant le visage. C'était le type au visage défiguré qui avait, semble-t-il, prit un nouveau coup, et qui insultait de "p*te" et d'autre mots peut flatteur la personne sous la capuche. Le jeune blond releva, alors, son regard vers les trois autres personnes afin de pouvoir comprendre ce qui venait de se passer....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 36
Date d'inscription : 21/07/2014
Localisation : Heu... Je suis ou-là ?

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 16 ans
Orientation Sexuelle: bisexuelle
Petit(e) ami(e):
MessageSujet: Re: ça vaut bien une bonne pêche ! [PV: Watanabe Miku] Lun 28 Juil - 22:06

Un jours.
Seulement un jours...
Un laps de temps plutôt restreint pour déjà se mettre une dizaine de personnes a dos, et pas des plus fréquentable croyais moi. Certain d'entre eux voulais déja ma peau, je l'ai bien senti tout a l'heure. Sa ne m'etonne même plus. Ça me parait presque normal maintenant, si j'avais fait des bonne rencontre, la j'aurais était surprise. Mais le destin n'a pas envie que mes condition de vie s'arrange et sorte de l'ordinaire. Ce que la vie peut être ennuyeuse...
Les personnes qui on le courage, si j'ose dire, de m'approcher, son seulement des barbares sans morale. Quoi? Vous penser peut être qu'on peut dire la même chose pour moi?
C'est surement vrais. Je ne suis pas aimable pour trois sous, je suis violente, brutal, et je ne peut pas m'empêcher d'être provocante et orgueilleuse sur les bord.
Mais j'ai au moins le courage de me battre toujours de manière réglo. Une personne contre une autre.
C'est sur que je ne pourrais pas avoir d'allié même si je le voulais mais tout de même, je trouve que trois type plus ou moins musclé contre une pauvre jeune fille comme moi, ça fait trop.

C'étais le matin, l'aube c'étais lever depuis quelque heure. Première journée de lycée, j'étais très peu motivé pour m'y rendre mais je voulais faire au moins l'effort de ne pas séché ma première journée de cours. Je visiter, découvrant le bâtiment comme je pouvais, pour savoir ou est-ce que j'aurais cours, tête basse, capuche sur la tête, musique a fond dans les écouteurs, comme toujours.
Mais un escalier au dernier étage, un peu différent attira mon attention, je l'escaladait. Il mener.. au, toit? Oh, je ne pouvait pas rêvé mieux sur le moment. Un endroit seul. Juste en compagnie du vent et du ciel.
Sauf que comme dit tout a l'heure, le destin m'en veut. Trois gars qui avait tout des jeunes voyou monter aussi sur le toit alors même que la sonnerie de la première heure sonner.
Je fessais demi-tour pour aller en cours, fessant comme si ils n'existaient pas.
Par maladresse, je bouscule l'un des hommes. Tant pis, il n'avais pas cas être ici a ce moment la. Qu'est-ce que j'en ai a faire de lui?
Je continue mon chemin, en l'ignorant, il n'avais pas cas se trouver la a ce moment précis.
Apparemment, mon attitude désinvolte ne lui avait pas plus, il tira sur mon épaule pour me forcer a me retourner. Je le foudroyer du regard, il dit quelque chose mais je ne l'entendais pas avec la musique de mes écouteurs. Tant mieux, je n'avais pas envie d’écouter le mélodieux son de sa voix proliféré toute les insultes que je pouvait lire sur ses lèvres. Je continuer a ne pas faire attention a lui, mais il tira sur le fil de mes écouteur puis attrape mon bras comme une brute.
Je croie que mon poing ne vas plus tenir très longtemps, il est en train de me crié de le balancer sur le visage de cet homme.

"-wesh zyva sale gamine, tu m'as grave vénère, t'vois l'genre ? Alors si tu veux pas qu'j't'pète toutes tes dents, tu va t'excuser sale p*te et baiser tes yeux ? Hein ?


-Oh? Je t'ai blessé peut être? Il t'en faut si peut pour venir chouiner comme ça? Si tu croie que je vais baisser les yeux pour un connard comme toi tu te trompe."

Suicidaire comme je suis, je lui cracher au visage.
Son expression évolua de la surprise a la colère en moi de temps qu'il n'en faut pour le dire.

"-Sale fils de p*te... J'vais t'défoncer ta mère sale trav' "

Je n'eu pas le temps de la voir arriver qu'il me donna un coup de poing dans la joue. Aucun doute la dessus, je vais avoir un énorme bleu pour une bonne semaine.
Attend, Pardon? Qu'est-ce qu'il a dit là?
Je le saisie par les épaule et lui assène un violent coup de genoux dans le ventre pour l'affaiblir, et enchaîne directement avec un coup de poing bien placé dans le nez. Le sang gicle et ses deux acolyte s'approche.
Je dois partir, vite, je sais peut être me battre sauf que contre trois homme dont une armoire a glace, je ne fait largement pas le poids.
Je court a toute vitesse dans les escaliers, je déteste m'enfuir, c'est contre mes principe, mais pour le coup, je préfère attendre le moment voulus pour ma revanche. Les deux bougre ne m'avaientt pas suivit bien loin, ils étaient fort, mais pas endurant a ma grande chance, mais je ne m’arrêter de courir que devant ma salle de cours ou j'entrais sans même avoir frapper. Le professeur le pris plutôt mal, mais je refuser catégoriquement que m'excuser. Comprenez moi, j'ai une bien trop grande fierté...
Première journée, première heure de colle. Je soupirais, je n'irais pas a cette heures de colle, ils pouvais toujours rêver, je gâche déjà bien assez mon temps libre.
La journée fut d'un ennuie des plus totale, et tout les professeur essayer de me poser des questions piège pour trouver un moyen de me reprocher mon attitude irrespectueuse a dormir sur ma table. Mais a leurs grand désarrois, je répondais juste a chaque question, et cela les énerver encore plus. Et ça se dit adulte...
Mes activité du jours c'était résumé a observer les autres dans l'espoir de remarqué quelqu'un d'interressant. En vain, tout le monde me regarder comme la bête curieuse, et j'avais surtout l'impression que les filles étais des modèle reproduis les un sur les autres et que les homme ne valais pas mieux. C'est tellement ennuyeux... C'étais peu être une mauvaise idée que je retourne au lycée? Je regrette maintenant.

J'avais tenue jusqu’à la fin de la journée. Un véritable exploit, je n'en ferais pas deux comme ça.
Les ruelle prêt du lycée m'avait parue assez cool, je n'avait pas envie de rentré au dortoir. Il y a trop de monde dans les couloir.
Je déambulais a travers la ville, sans but précis, d'un pas lent. Jusqu’à un certain moment.
Le moment précis ou j'entraperçue la tête d'un des type de se matin sous sa capuche caché derrière un mur. Kusso... Il son collant ceux la, il tienne tant que sa a ce venger?
Je rabaissais davantage ma capuche sur mon visage et marché d'un pas vif. Ils s'étais séparé et sortait chacun d'une rue différente, je continuer alors tout droit encore plus rapidement et finalement j'attérie dans la parc, soit dit passant, quasiment dessert. Les salauds... Ils m'avaient coincé de manière a ce que j'arrive dans un endroit pratiquement vide...
Je courrait vers l'autre sortie, il y avait le punk, reconnaissable de loin a sa crête iroquoise et au clou de son gilet qui brillé sous la lumière du couchant, accompagné du seul que j'ai entendue parler. Je me retournais même si je savait se qui m'attendais, le baraqué étais juste derrière moi. J'essayer de m'esquiver sur le coter mais ils furent plus rapide et me bloquer prêt d'un arbre contre le grillage.

"- Qu'est-ce que vous me voulais encore? T'en a pas eu assez?"

Le gars qui avait un pansement sur le nez cracha a ses pied pendant que les autre fessais claquer leurs phalange de façon a tenter de m'intimider tendis que j'observé le spectacle avec la même expression que j'avais porté toute la journée et les trois quart de ma vie; Un air blasé a en mourir.

"- Ta gueule sale trav' "


La première chose qui me vint a l'esprit et que se sale type manquer cruellement d'originalité. Je suis bizarre non? Mais je me suis ramassé cette insulte plus d'une centaine de fois en même pas une année, alors je trouve ça assez compréhensible comme résonnement. J'en ai franchement marre des surnoms comme ça...

Il voulus me mettre une droite mais je l'esquivais agilement. Ce que je ne me douter pas encore, c'est que son ami le tas de muscle aller me donner un mon coup dans le ventre bien placé. Je crachais un caillot de sang, il n'y aller pas de main morte lui au moins. Je m'essuyer la bouche laissant juste un tracé rouge. Le visage déformer par la douleur, je me tenais le ventre et, au moment ou il s'y attendais le moins, j'asséné un coup de pied entre les jambes du plus costaud, je n'utilise pas un coup de traître comme ça d'habitude mais eux, il m'ont énervé... Le blessé retente un coup, qui m’érafle juste, mais le punk lui me saisie pas le col et me plaque contre l'arbre. Les deux autre se rapproche.
Je le sens mal.
Très mal, même.
Ça m'apprendras a répondre au provocation, on dirais que pour une fois, c'est moi qui vais prendre une bonne leçon.
Je suis fichu, dans quel galère je me suis encore fourré...


Dernière édition par Watanabe Miku le Mar 29 Juil - 22:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 849
Date d'inscription : 20/03/2014
Age : 22
Localisation : là où le vent est troublé.

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 20 ans
Orientation Sexuelle: Hétéro
Petit(e) ami(e): Aucune pour le moment
MessageSujet: Re: ça vaut bien une bonne pêche ! [PV: Watanabe Miku] Mar 29 Juil - 13:04

Le jeune blond se rendit, vite, bien compte qu'il s'était légèrement trompé dans ses suppositions. En regardant vers leur côté, il comprit que la quatrième personne n'était en fait ni un de leur amis, ni avec eux. Cette personne s'était, en fin de compte, juste fait coincé dans un coin par les trois autres personnes. Trois contre un ? Quel genre de lâche étaient-ils ? Quelques insultes fusèrent dans tout les sens, et le type le plus bavard tenta de donner un coup à la quatrième personne, mais ce fut un échec cuisant. Cependant, la victime n'avait pas eu le temps de faire quoique ce soit que le gros dur venait de lui coller une bien bonne droite dans le ventre. Le jeune blond serra son poing d'énervement en voyant cette scène de loin. Les types comme ça, ils les détestaient tellement. Lui et ses frères de l'orphelinat avaient souvent eu affaire avec des types de leur genre. Faut dire qu'ils s'attiraient tellement d'ennuie qu'ils se faisaient énormément d'ennemies, mais ils s'étaient habitués et étaient devenu des durs à cuirs. Ils étaient toujours unis mais se battaient toujours de manière juste, en un contre un. Jamais ils ne profitaient de leur avantage et forcément, cela énervé encore plus les petits délinquants de leur genre, qui n'arrivait pas à les battre en un contre un et qui ne pouvaient pas tenter de se battre à plusieurs, en infériorité numérique, et c'était pour cette raison, que parfois, des membres de l'orphelinat se faisait entouré par des dizaines de types lorsqu'ils se retrouvait seul dans la rue, avant d'avoir droit à un véritable passage à tabac. Le blond détestait, donc, plus que tout leur genre de personne, qui en vienne à la supériorité du nombre lorsqu'ils n'ont pas l'avantage de la force. La quatrième personne s'était pourtant défendu en donnant un coup là où sa fait mal au plus gros des trois, mais le punk avait réussi à la bloquer contre un arbre. Elle semblait piégé alors qu'elle était entouré par les trois mais il n'avait pas vu le jeune américain s'approchait, un air sérieux sur son visage, comme il en a rarement. Alors que le plus faible des trois s'apprêtait à abattre sa droite sur sa victime, le jeune homme éleva la voix pour faire acte de sa présence.

«- Lâchez-le. »

Lâche le jeune homme, ce qui fit sursauter les trois autres personnes. Sa voix n'était pas aussi légère qu'à l'habitude. Le ton de sa voix prouvait bien qu'à l'heure actuel, il était irrité par ce qu'il voyait, énervé. Alors que les hommes l'insultaient pour qu'il s'en aille, le jeune blond les ignora tout simplement et se rapprocha du Punk avant d'attraper son bras qui maintenait fermement la jeune personne contre l'arbre, puis, sans aucune gêne, il le repoussa violemment pour l'obliger à lâcher la personne, le faisant tomber par terre.

«- Sale pd, qu'est-ce que tu veux ? T'as un 'bleme avec nous ? »

Lâcha alors l'homme à la grande gueule, tandis que le blond avait tourner son regard vers lui pour lui lâcher un regard noire. Il les avait déjà trouvé particulièrement agaçant ce matin, mais désormais, il en était sûr : il les détestait. Alors que l'homme en face de lui avait semblait hésitant à l'ouvrir à nouveau en voyant ce regard, le jeune blond se retourna alors vers l'autre personne, qu'il ne connaissait pas, avant de prendre un air plus amicale envers elle, bien qu'il n'était pas d'humeur à sourire pour autant.

«- Ça va ? T'as rien de trop grave ?  »

Lui demanda-t-il, en regardant à hauteur de son ventre, ayant vu le sale coup qu'il avait pris, avant de regarder son visage. Un petit air de surprise l'empara lorsqu'il remarqua alors sa chevelure, et qu'il remarqua que cette personne était en réalité une fille. Il aurait sûrement eu un rire idiot, se serait gratté la tête, et se serait excusé à outrance dans une autre situation, mais dans ce cas précis, on ne tarda pas à lui rappeler qu'il était au plein milieu d'un règlement de compte, lorsque l'homme au visage défiguré lui attrapa le bras pour le forcé à se tourné vers lui.

«- Fils de p*te, j'suis pas d'humeur alors casse toi si tu veux pas que j't'arrache aussi la tête, enfoiré. T'as compris ?  »

Le jeune blond n'afficha qu'un air de dégoût envers cette personne, alors que son poignet droit était refermé sur lui même, plein de rage. Son interlocuteur lâcha alors des insultes envers la jeune fille derrière et des menaces de mort, ce qui fini par faire céder la patience de l'orphelin qui, sans réfléchir, envoya son poing violemment dans le visage du jeune homme en face de lui. Ce dernier fit quelques pas en arrière, avant de perdre l'équilibre et tomber à terre, pour se tenir le visage semblant légèrement groggis. Jack n'eu pas le temps de faire autre chose que la patience des deux autres en étaient aussi venu à leur limites, puisque ces deux personnes s'étaient alors jeter sur lui. Le jeune blond se mit alors à se concentrer à bloquer les coups ou du moins se protéger le mieux possible, tout en essayant de leur rendre quelque coups, bien qu'à deux contre un, c'est pas toujours évident. Fort heureusement, si les coups du gros faisaient mal, ils étaient bien assez lent pour qu'il puisse les bloquer, tandis qu'il lui était plus facile de donner quelques coup au punk, bien que celui-ci lui en donna aussi quelques bons coups. Malheureusement, le dernier du groupe en avait profitait pour frapper, par surprise semble-t-il, la personne qu'il était venu protéger, sûrement en profitant de sa surprise de la situation qui avait bien changé. Le blond le remarqua alors et prit par un élan de rage, il passa sa main droite sur le visage du gros, sa main gauche sur celui du punk, et les repoussa violemment tout les deux afin de pouvoir avoir la liberté de courir vers le dernier et lui adressait un violent coup de tête dans la figurine, lui explosant sûrement le nez. Sa victime n'eu pas le temps de comprendre que sa tête fut projeté en arrière, mais Jack le rattrapa par le col pour l'empêcher de s'écrouler à terre, avant de lui envoyer une énorme droite dans la face comme pour le finir, le laissant s'écrouler au sol. La "grande gueule" semblait avoir reçu son compte, mais le blond ne vu pas venir la grosse brute derrière lui, se prenant un coup de coude à l'arrière de la nuque qui lui fit perdre l'équilibre et tomber à terre. Il n'eu pas le temps de réagir que les deux agresseur encore debout s'acharner sur lui, le ruant de coup de pied au sol pour l'empêcher de se relever. Il ne voyait pas comment il pouvait s'en sortir, et se décida alors à se résoudre d'encaisser les coups. Après tout, il avait réussi à faire ce qu'il voulait. Il venait de détourner leur attention, ce qui permettait donc à l'autre personne de pouvoir prendre la fuite. Il avait déjà connu bien pire comme situation, cela n'était pas franchement compliqué d'encaisser ce genre de coup, et grâce à ça, lorsqu'ils en auront terminé, ils ne penseront même plus à chercher des ennuies avec cette fille-là. C'était pas la première fois qu'il prenait des coups pour quelqu'un d'autre... Ça ira, pense-t-il alors, à cette instant. Pensant que l'autre personne en profitera pour se sauver, ce qui était son but.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 36
Date d'inscription : 21/07/2014
Localisation : Heu... Je suis ou-là ?

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 16 ans
Orientation Sexuelle: bisexuelle
Petit(e) ami(e):
MessageSujet: Re: ça vaut bien une bonne pêche ! [PV: Watanabe Miku] Mar 29 Juil - 21:31

Je ferme les yeux et serre les dent, prête a encaisser le prochain coup. Je dois trouver un moyen de me sortir de cette situation au plus vite! C'est la première fois que je suis en aussi mauvaise posture, j'ai l'habitude de mener le combat a mon avantage! Du moin, contre les type qui pense avec leurs muscle.
Alors pourquoi cette fois ça se retourne contre moi? Je les ai surement sous estimer, mais c'est plus fort que me quand je voie des type aussi détestable. Une bande de lâche. De couard. De dégonflés. Je ne les supporterais pas une seconde de plus. Et je ne supporterais pas non plus de perde contre des type comme eux. Je dois trouver une solution, c'est plus que nécessaire. Aller, réfléchis, réfléchis, réfléchis!

«- Lâchez-le. »


Quoi? Je ne connait pas cette voix... Il ne doit pas faire partie des trois idiots, mais qui est-ce? Peut être un allié a eux doter de plus de conscience que ses compagnons? Peut être est-ce leurs chef? Ça expliquerais beaucoup de chose dans ce cas, je trouver peu probable que le plus faible des trois qui étais pourtant celais qui donner les ordre pouvait se faire suivre d'aussi prêt par les deux autres.
J'ouvre les yeux et je m’arrête de penser un instant, refusant de croire ce que mes yeux me montré. J'ai du prendre un coup trop violent. Je doit avoir des hallucination, c'est la seul explication possible.
Un jeune blond assez mince venais par ici, et il n'avait pas l'air d'être contre moi.
C'est totalement improbable que quelqu'un me vienne en aide pourtant, je n'ai jamais vue ça. La plupart des personne passe comme si ils n'avaient rien vue pour ne pas s'attiré les foudres de diverse crapule. Alors ils continue leurs chemins. Tête basse. Ils ont de la pitié pour vous deux minutes, puis il vous oublie complètement. Le temps que sa ne leurs arrive pas a eux, aucun problème, par contre le jours ou il se fond attaquer, on les entendra faire scandale si on ne fait pas attention a eux.
Si après ça quelqu'un me reproche encore une fois de ne plus avoir fois en l'humanité, je lui ferais prendre ma place. Je pense qu'il vas tout de suite mieux comprendre le message.
Bref, qu'est-ce que se type fait là? On ne me feras pas croire que c'est quelqu'un de sympa qui viendrais les affronter pour m'aider. Il vas me demander de le payer après pour son aide peu être? Ou alors il ne fait que ça par gentillesse, et ça ne m’étonnerais pas quand je lis dans son regard.
Dans tout les cas, je me fiche bien des raison de sa venue ici, je ne veut pas de lui. Il peut faire demi tours immédiatement.
Il s'approche, ignorant toute les menace des délinquant pour venir repousser le punk, l'air franchement énervé. Il le dégageas avec facilité, au point de le faire tomber a terre.
Je retrouver mon équilibre puis dévisageait l'inconnue.

«- Ça va ? T'as rien de trop grave ?  »

Je ne répondais pas, et me contenter de le foudroyer du regard, en espérant lui faire comprendre que je voulais qu'il parte. Mais il regarder mon ventre d'un air inquiet, avant de regarder a nouveau mon visage. Ah oui, je dois lui paraître bizarre comme il c'est aussi tromper sur mes origine, mais je vais être d'obliger de lui dire en toute lettres de me laisser? J'allais lui reprocher son arriver, mais le plus petit de la troupe se le menaça, se remit a proliféré des insulte en tout genre.
J'en ai franchement marre de lui... Je levais le poing, a bout, avant de constater que...
Nani?
Non, il m'aurait devancer?
Je serre les dent, en train de rager intérieurement, si je parle dés maintenant, je vais me faire un quatrième ennemie...
Le gars tomba par terre après avoir vaciller quelque instant, et les deux autre réagir immédiatement, se ruant vers lui. Il se défendais bien, ça ne fait aucun doute, mais ce ne sont pas ses affaires! Qu'il me laisse en paix!
Je voulais aller me battre contre l'un des deux qui s’étais jeter sur le blond, mais une main m'attrapas la cheville, me stoppant dans ma course. Il n'est plus sonné lui? Je dégage ma cheville, mais il se relève en une fraction de seconde puis me percute violemment sous le menton avec son poing. Ma mâchoire claque et me brûle, et mes genoux cédèrent sous la violence du coup, et je me retrouver a terre. Le blond saisis la tête des deux autre et dans un élan de rage, il partie frapper celui qui vener de m'agresser, lui explosant littéralement le nez, mais il ne s’arrêter pas la il le frapper une nouvelle fois alors qu'il était même tombé! Je sais pas si je ferais mieux de me frotter a lui. Il n'aurais quand même pas fait ça pour me venger?!
Je voulais me relever, mais ma tête me tourner encore... J'ouvrais la bouche pour essayer de faire partir la douleur, en vain, j'aller devoir faire avec... Aïe...
Le jeune homme se prie un violent coup dans la nuque, il chuta, et les deux autre le ruére de coup, s'acharnant sur lui.
Je vais les tuais... Je ne voulais pas forcement le sauver en lui même mais ces sale type me dégoûter tellement...
Je me lever, ignorent l'immense migraine qui me saisissait la tête, et alors qu'ils m'avais oublier, j'attraper le plus gros par l’arriére de son sweat, le tiré pour le déséquilibrée, puis j'attraper sa tête pour la frapper contre un arbres.
Ses tempes supportérent très mal l’écorce dur, et un long filet de sang coula le long de sont visage. Le plus beau spectacle que je pouvait voir a l'instant présent. Il voulue se relevé, il est coriace! Je le bousculer, et écraser sa tête contre le sol, avec mon pied, le plus fort que je le pouvais. Je pouvais presque sentir les graviers se planter de l'autre côté de sont visage.

"- C'est moins drôle tout a coup quand on s'en prend a toi... J'vais te faire regrétter se que tu a fait..."


Il voulus répliquer mais je pris un grand plaisir a lui bloquer la mâchoire, puis voyant comment il se débâter, je le mis sur le ventre, et lui fit une clé de bras, tirant jusqu’à presque le déboîté alors qu'il brailler comme un enfant, je le lacher, lui donner un coup de mon talon dans la colonne vertébrale, puis me retourner vers le type au prise avec le punk, plus en colère que jamais. Je donner un coup de tête au punk comme une bête sauvage, se qui eu pour effet d’aggraver mon mal de tête, se que j'arriver tant bien que mal a dissimuler, puis avec les forces qui me rester, je saisie le blond par le col.

"- Et toi, écoute moi bien, je ne sais pas se que tu fout la, mais tu vas rapidement te barrer. Tu croie peut être que j'ai besoin de toi et que je ne sais pas me défendre?!"


Je le lâcher, en lui jetant un regard de tueuse. Un regard rouge, brûlant de haine qui aurait effrayer n'importe qui.
La brute de décoffrage se relevé, bien amoché. Pas possible, c'est pire qu'un montagne de muscle se gars! Il m’attrapa le bras et le presser avec une telle force que j'avais l'impression qu'il allait broyer mes os, et dans le même mouvement il me le torder, se qui me déséquilibras. Je me débâter comme je pouvait, avec difficulté. J'essayer, que le faire lâcher, de griffer, de mordre et il me frappa l'arcane en retours. Comme on dit, la vengeance est un plat qui se mange froid... Et dire que je voulais lui faire comprendre que j'avais pas besoin d'aide, il ne me croirais plus désormais... Je dois lui paraître encore plus stupide que les autre. Mais au fond peu importe la vision qu'il a de moi, je n'ai pas l'intention de m’intéresser davantage a quelqu'un qui a aussi bon cœur de lui, je ne le supporterais pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 849
Date d'inscription : 20/03/2014
Age : 22
Localisation : là où le vent est troublé.

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 20 ans
Orientation Sexuelle: Hétéro
Petit(e) ami(e): Aucune pour le moment
MessageSujet: Re: ça vaut bien une bonne pêche ! [PV: Watanabe Miku] Mer 30 Juil - 18:51

Voilà, le jeune blond à terre, recevant des coups de pieds d'un punk et d'une grosse montagne humaine. Tout ça pour leur avoir tourné le dos. Une bonne sanction, pouvait se dire le blond. Ce n'était pas la première fois qu'il était rué de coup de la sorte. Dans son quartier d'origine, il ne compte plus les fois où il s'est prit volontairement des coups pour protéger ses petits frères contre de grosses brutes lâches. Après tout, c'est exactement ce qu'on fait ses grands frères pour lui. C'était pour la bonne cause. Il en était habitué. Ce n'est pas comme si cela l'atteignait réellement alors à quoi bon. Le blond n'avait pas d'ouverture pour s'en sortir. S'il essayait de se dégager, il n'abaisserait qu'uniquement sa garde et se prendrait un très mauvais coup, alors mieux vaut encaisser, jusqu'à qu'ils s'en lassent. Encaisser pour permettre à l'autre personne de prendre la fuite. Au moins, si elle se sauvait, cela lui était suffisant, d'autant plus qu'il avait calmer ses nerfs en frappant l'autre crétin qui ne bougeait d'ailleurs plus. Grâce à ça, ils avaient oublié qui ils étaient venu frapper en premier lieu et tant mieux. Seulement voilà, il ne s'attendait pas à la suite. Il pensait qu'elle saisirait sa chance pour prendre la fuite et se mettre à l'abri, pensant qu'ils finiraient par se lasser au bout d'un monde et s'en irait. Or, il n'en était rien. Il se rendit compte rapidement que les deux autres s'arrêtèrent de le frapper. A sa grande surprise, lorsqu'il essaya de comprendre ce qui se passait, il vu le gros se voir le visage écraser contre un arbre par celle qu'il frappait plus tôt. Il reprit rapidement de son effet de surprise quand il vu le Punk commençait à s'approcher d'elle pour venir en aide à son pote, et toujours à terre, il faucha avec sa jambe ce dernier qui tombe à terre alors qu'il ne s'y attendait pas.

«- M'oublie pas toi.  »

Suite à ces mots, le jeune blond se releva en même temps que le punk, qui commençait vraiment à s'énerver. Le jeune blond se résolue à laisser la jeune fille s'occupait du second type, vu qu'elle semble parfaitement se débrouiller. L'homme face à lui semblait ne plus vouloir vraiment jouer et le voilà sortant un cutter de sa poche. Malheureusement pour lui, le blond s'y attendait et venait de le surprendre avec une bonne droite dans le ventre qui le fit lâcher son arme, avant qu'il le repousse au loin avec un bon coup de pied, pour privé son opposant à jouer les lâches. L'américain reçu une droite en pleine face qu'il encaissa sans broncher avant d'envoyer une droite à son tour dans le visage de son adversaire qui se le prit de plein fouet et recula en se tenant la face. Le jeune blond en profite alors pour tourner son regard vers la jeune fille, inquiet, avant d'être rassuré en la voyant maîtriser complètement la grosse brute, à terre, d'une clé de bras. Jack se retourna alors vers son autre opposant qui le surpris d'un bon coup dans le visage. Le blondit recula légèrement, se tenant les lèvres suite à ce coup, et alors qu'il était sur le point de rappliquer à son tour, il fut coupé en plein élan par la jeune fille qui vint coller un monumentale coup de tête dans la face du punk. Le blondinet était fortement surpris en voyant l'homme à la crête iroquoise tombé à genoux, les mains tenant son nez d'où le sang coulait abondement. Il le fut encore plus lorsque celle qu'il était venu aider l'attrapa par le col, lui lâchant un regard noire. Il plissa des yeux, ne comprenant pas ce qui se passait et se demandant si elle avait comprit la situation, et le fait qu'il n'était pas un ennemi...

«- Et toi, écoute moi bien, je ne sais pas se que tu fout la, mais tu vas rapidement te barrer. Tu croie peut être que j'ai besoin de toi et que je ne sais pas me défendre?!»

Suite à ces mots, elle venait de le lâcher en lui lâchant un regard noire, de tueuse. L'air de lui dire qu'il n'était pas désirable et qu'il avait mieux à faire de se casser, là, tout de suite. Le jeune blond fut légèrement surpris mais s'en doutait finalement un peu. Elle avait bien l'air d'être le genre de personne à détester paraître faible, et il comprenait bien qu'elle réagisse de cette façon, bien qu'elle n'avait pas compris pourquoi il était venu. Il ne pensait pas qu'elle avait besoin de lui, uniquement qu'elle était dans une situation injuste, et il n'y avait pas de mal de se faire aider, après tout, mais soit. Il soupira alors, vu qu'elle ne semblait pas vouloir de son aide. Il regarda autour de lui. La grande gueule du groupe ne s'était toujours pas relever de sa droite et semblait inconscient. Le punk, quant à lui, était toujours à genoux, se tenant le visage. Bien qu'il n'avait pas l'air KO, il devait sûrement être bien sonné et était lui aussi hors d'état de nuire après ce coup de tête qu'il s'était prit de la part de cette fille là. Il se retourna alors vers cette dernière, la voyant aux prises avec le gros costaud qu'elle avait pourtant écarté plus tôt, et elle semblait vraiment en difficulté alors que ce dernier lui avait bloqué le bras qu'il était en train de lui broyer, littéralement. Le jeune blond hésita. Il voulait lui venir en aide mais ne voulait pas ignorer ses paroles. Après tout, elle lui avait demandé de ne pas intervenir. Il se devait donc de respecter ses paroles. Malheureusement, l'homme avait donné une sacré droite dans l'arcade de la jeune fille, qui commençait à saigner. Le jeune homme regardait la scène en serrant des poings, partagé entre la haine pour le type qui s'en prenait à elle, et le respect envers les paroles de cette dernière. La suite lui fit basculer son choix vers la première option. L'homme s'apprêtait encore à frapper et bien qu'elle ne le voulait pas, il ne pouvait accepter de la laisser se faire frapper sans rien dire. Tant pis si elle n'est pas contente, il se précipita vers eux et bloqua le poignet de l'homme qui s'apprêtait à venir heurter le visage, une nouvelle fois, de cette fille à la chevelure verte.

L'homme n'eu pas le temps de réagir que la gauche de l'orphelin vient lui heurter le visage de plein fouet, l'obligeant à relâcher sa victime. Cependant, ce ne fut pas suffisant. Dans un excès de rage, le blondinet attrape ce dernier par le crâne pour venir lui abaisser le visage de façon à lui exploser le nez avec son genoux une fois, puis deux fois, puis une troisième fois. La montagne humaine était bien amoché suite à ces coups, à peine conscient, mais le blond n'écoutait plus sa logique alors qu'il s'empara du col de l'homme de sa main gauche, avant de venir lui frapper son visage avec son poing droit refermé avec rage. Une première droite vite suivit par une seconde, puis une troisième. Une autre et encore une. Le jeune blond ne s'arrêtait plus alors que sa victime ne répondait plus. Il était désormais incapable de savoir combien de droite il lui avait envoyé dans le visage. Seul sa rage dictait ses gestes. Son poing finissait rapidement par être meurtrie à force de cogner si fort sur le visage de l'autre, tandis que ce dernier avait désormais le visage complètement défiguré, recouvert de sang. Jack était méconnaissable. Il faut dire qu'il détestait tellement ce type de personne qui s'en prenait aux autres en lâche, qu'il ne pouvait se contenir. C'était un peu comme si l'homme en face de lui prenait pour tout ce que des types de son genre avaient fait aux frères et soeurs de Jack, sans que ce dernier n'ai jamais pu rien faire. Jackie Boy n'arrêta que lorsqu'il sentit une certaine douleur au poignet à force de frapper. Il relâcha l'homme en lui donnant un coup de pied dans le ventre. Ce dernier s'écroula au sol, sans donner le moindre signe de conscience. Le blond prit alors un bon coup d'air frais, constatant ce qu'il venait de faire. Un long soupire le prit, alors qu'il vint s'asseoir sur l'herbe bien frais. Il regarda son poing, recouvert de sang, puis se l'essuya à l'aide de son t-shirt. Il se rendait compte qu'il était partit dans un excès de rage comme jamais, et se gratta alors la tête. Son regard se tourna alors vers la fille, et après un petit instant de pause pour se reprendre, il prit alors la parole.

«-Je suis désolé d'être intervenu dans tes affaires et je vois bien que tu es forte. Ne t'inquiète pas, je ne crois pas du tout que tu ne sais pas défendre, je l'ai bien vu que tu es capable de les écraser seul, séparément, mais  à 3 contre 1, cela n'était pas juste, non ? Me suis juste dit qu'à 2 contre 3, c'est beaucoup plus équitable, tu trouve pas ? Puis les types comme ça me tape aussi sur les nerfs.    »

Suite à ces mots, le jeune blond eu un petit rire nerveux en se grattant la tête, avant de regarder son poing recouvert encore de sang. Il lâche un petit soupire, puis se releva alors en regardant autour de lui. Leur "chef" était toujours KO depuis tout à l'heure tandis que le punk avait la tête posé contre le sol, se tenant toujours le visage, lui aussi assommé. Ne parlant même pas du gros, dont le visage était recouvert de sang. Le jeune américain se tourna vers la jeune fille et s'approcha alors d'elle, malgré le regard effrayant qu'elle pouvait avoir et ses aires de tueuses. Même si elle allait sûrement vouloir le frapper ou lui dire de se casser, il n'en avait que faire, plutôt inquiet pour son état. Il se rapprocha alors d'elle pour venir lui faire face, regardant son arcade ouverte. Elle avait reçu de sacré coup, surtout de la part de ce gros tas de graisse et de muscle, et elle était plutôt forte pour encore tenir debout. Bon, lui aussi allait sûrement avoir quelques bleus un peu partout sur le corps et il avait la lèvres ouverte, mais il ne s'était pas franchement pris de grave coup, si on excepte celui reçu à la nuque qui était encore douloureux. Bien qu'il savait qu'elle risquait de mal le prendre il passa sa main sur sa blessure pour s'assurer qu'elle n'avait rien de grave, avant de prendre la parole.

«- Bon, je sais que tu va sûrement soit m'envoyer chier, soit me dire que tu n'as rien à cette question, mais je te la pose quand même. Ça va ? T'as pris de sacrés coup quand même. Tu n'es pas obligé de le cacher pour prouver que tu es forte... Je sais que tu l'es.  »

Suite à ces mots, le jeune homme eu un petit rire crétin. Il reprit alors son sourire habituelle, se grattant sa chevelure comme à son habitude, afin de se montrer plus assurant. C'est sur qu'avec son air de tout à l'heure, il était très loin de se montrer sympathique, et en règle général, on n'as pas tendance à faire confiance à un type qui vient d'exploser le visage d'un autre avec ses poings...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 36
Date d'inscription : 21/07/2014
Localisation : Heu... Je suis ou-là ?

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 16 ans
Orientation Sexuelle: bisexuelle
Petit(e) ami(e):
MessageSujet: Re: ça vaut bien une bonne pêche ! [PV: Watanabe Miku] Mer 30 Juil - 22:00

Je ne doit pas être inutile.
Je doit me battre jusqu’à la fin, ne jamais faire preuve de faiblesse.
Seul. Toujours seul. La sympathie des autres est un handicap de plus a supporter.
Et je doit mettre mes adversaire hors d’états de nuire, peut importe leurs blessures.
Ce sont la certain de mes principe. Les plus facile a suivre, et les plus normaux je dirais. Du moins, dans ma vie quotidienne. Décevant n'est-ce pas? Il ne fallait pas s'attendre a mieux venant de moi. Que quelque règle inutile qui nourrisse mon égoïsme constant. Si on peut appeler ça de l’égoïsme, si je ne pense qu'a moi, c'est juste parce que personne ne m'entoure. Alors c'est normal comme ça, non? Ou alors je tourne carrément a l’égocentrisme sans m'en rendre compte.
Bref, je divague. Parmi les règles que je suis, la plus importante est de ne jamais perdre la partie. Car oui, pour moi ce combat n'est qu'un jeu. Un jeu ennuyeux, long, bien trop long même. Mais contrairement a ce que je penser, je suis en mauvaise posture, alors même que je pensais la victoire a porter de main. Mais non, il a fallus que je reporte mon attention sur cet inconnu, et que je me fasse royalement avoir par un de ces idiots venue me tordre les bras.
Peut être qu'au lieu de rester seul j'aurais du accepter son aide... Enfin non, pardon, ça je ne le ferais jamais, mais me servir de lui aurait pu être utile. Si je l'utiliser comme un pion, je ne serais pas réellement son allié, alors sa ne poserais pas problème...
Non. oublions tout ce que j'ai penser avant se type ne me sera pas utile, et puis je n'ai pas l'intention de lui adresser le moindre mot, et toute seul, je me débrouillerais aussi bien. Je préfère me faire laminer seul que partager ma victoire.
Un nouveau coup a la tête, la douleur se répand dans tout mon crane, et je commence a ployer sous l'emprise qu'il a sur mon bras tandis que je tente toujours de le déséquilibrée maladroitement. J'ai tellement mal au bras que j'ai l'impression de ne plus en avoir. Mes muscle commence a s'engourdir, a me tirailler de maniére a se que je souffre encore davantage... Plus je bouge, plus ma vue se trouble. L'homme qui était venue m'aider avait l'air de respecter se que je lui avait dit... Tant mieux, comme quoi il pouvait entreprendre quelque chose qui me rendrais réellement service, il est plutôt intelligent même si il aurait était plus judicieux pour lui de partir que je rester la bras ballant a observer. Ça l'amuse ou quoi de me voir me faire malmener?! Qu'il parte! Se sera leurs prochaine cible sans aucun doute!

Le poing de la brute se lève. je clos les yeux, serre les dent, prête a l'encaisser. Je l'attend.
Une seconde passe. Une autre lui succède. Une troisième née.
Toujours rien. J'ouvre les yeux pour assister a un magistral coup du blondinet sur la face de l'autre tas.
Ça c'est un imbécile. Un vrai. Comme je les déteste bien. Un type qui joue au sauveur pour le plaisir d'aider les autres. Que c'est niais... Ça en est dégoûtant. Ecoeurant. Déjà que je ne l'aimais pas, je sens que le courant vas encore plus mal passer entre nous.
Je n'aime pas les gentil justicier comme lui, et je n'aime pas non plus les salauds sans scrupule comme les autres. Les deux extrême, aussi dégoûtant l'un que l'autre.
je me relève en tanguant légèrement. Je frotter mon bras comme pour vérifier qu'il exister bien encore. Mais même après ça, j'avais encore des doute quant a sa fonctionnalité. Ça vas être dur de me défendre comme ça.
J'observais le combat, c'est trop tard pour l’engueuler maintenant. Il se défendais mieux que je les penser, il enchaînait des coups puissant rapidement, il cognas sa tête plusieurs fois contre sont genoux avant de l’écraser sous un nombre incalculable de coup de poing sans qu'il ai le temps de contre attaquer, le visage déformer par la rage.
L'idiot. Il vas plus ce détruire les phalange qu'autre chose s'il continue comme ça! Je soupire.
Le punk essayais de se mouvoir telle une larve, et il réussit seulement a rouler et se mettre sur le ventre, je me vous cache pas le malin plaisir que j'ai pris a lui écraser les cotes.
Je lever les yeux, le jeune homme avait lâcher sa proie en l'achevant d'un coup de pied dans le ventre. Il partie s’asseoir dans l'herbe comme une fleur le laissant tomber. Le nez de travers, des dent en moins, il avait eu son compte. On voyer plus de sang sur son visage que sa propre peau.  Je regardais tour a tour l'homme qui gisais a terre, défiguré, et le blondinet qui essuyer son poing ensanglanté mine de rien.

«-Je suis désolé d'être intervenu dans tes affaires et je vois bien que tu es forte. Ne t'inquiète pas, je ne crois pas du tout que tu ne sais pas défendre, je l'ai bien vu que tu es capable de les écraser seul, séparément, mais  à 3 contre 1, cela n'était pas juste, non ? Me suis juste dit qu'à 2 contre 3, c'est beaucoup plus équitable, tu trouve pas ? Puis les types comme ça me tape aussi sur les nerfs.    »


Il rie bêtement. Est-ce vraiment possible de changer d'humeur a une vitesse pareil? Il se moque peut être de moi quand il dit que j'aurais put m'en sortir seul, sinon il ne se serait pas jeter sur l'autre gars comme une bête sauvage. Ou alors il ment juste pour me rassuré, mais je ne croirais pas qu'il dit ça sincèrement.
Et puis je me fiche bien des raison pour lesquelles il est venue! Que se soit qu'il aime se battre ou qu'il voulais équilibré le tout! Je ne voulais pas de lui et il l'avait très bien compris. Je m’apprêter a parler, a lui crié dessus, mais je me raviser quand je le vis bouger. Qu'est-ce qu'il a encore a dire? Qu'est-ce qu'il fait?
Il se rapproche de moi, et j’exécute quelque pas en arrière, avec un regard toujours aussi effrayant. Il passe ses doigt sur ma blessure, je tressaillis et recule davantage. Je ne supporte pas le contact humain. Qu'il ose encore une fois et je l’éborgne. Je passe mes doigt a mon tours sur la plaie. J'ai la moitié du visage poisseuse. Laisser moi deviner, du sang? Tss, il a viser l'arcade, se n'est pas se qui fait le plus mal, mais elle saigne énormément...

«- Bon, je sais que tu va sûrement soit m'envoyer chier, soit me dire que tu n'as rien à cette question, mais je te la pose quand même. Ça va ? T'as pris de sacrés coup quand même. Tu n'es pas obligé de le cacher pour prouver que tu es forte... Je sais que tu l'es.  »

Il... m’énerve! Vraiment. Déjà, cette question est débile, et puis son attitude a essayer de deviner si je vais l'envoyer chier ou se que je vais répondre lui donne un air de je sais tout que je ne peut pas supporter...

"-Toi..."

Sans crier gare, je lui donner un coup de poing dans la joue. C'est ma façon de le remercier pour se qu'il a fait.

"-Tout a l'heure il me semblait que j'avais été clair sur le fait que tu devait te barrer, je me fiche bien te tes raison d'être revenue! Et ne fait pas comme si tu t'inquiété pour mon états!"


Je serrais les dents retenant un deuxième coup. Je dois calmer mes pulsion. Souffle un peu, aller. Fait demi tour avant de t’énerver davantage. Reste calme. Tout vas bien mis a part que tu a mal partout. Aller, ignore le, tu ne le croisera sans doute plus après ça.
Je commence a me retourner, mais c'est plus fort que moi, je dévie ma tête vers lui et lui lance un regard de travers en remettant mes main dans mes poche. J'était a la limite de cracher mes mots.

"- Je déteste les gamins comme toi qui joue aux héros..."


Gamin oui, c'étais bien le mots qui le decriver, lui et son sourire béa, son rire idiot et son attitude irresponsable voir enfantine. Je ne vaut peut être pas mieux a le traiter comme sa mais je m'en fout. Je n'ai pas besoin d'être bien vue ou d'être aimer par d'autre, alors je joue tout le temps la carte de la franchise. la plus efficace d’après moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 849
Date d'inscription : 20/03/2014
Age : 22
Localisation : là où le vent est troublé.

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 20 ans
Orientation Sexuelle: Hétéro
Petit(e) ami(e): Aucune pour le moment
MessageSujet: Re: ça vaut bien une bonne pêche ! [PV: Watanabe Miku] Ven 1 Aoû - 11:38

Ne vous y trompez pas. Le jeune blond est toujours comme ça. Toujours, il cherchera à protéger les gens avant de penser à lui même. Toujours, il cherchera à faire ce qu'il lui semble juste, peu importe ce qu'on lui dis. Il est têtu, c'est le cas de le dire, mais il pense énormément au bien être des autres avant de penser à lui. La plupart des gens pensent souvent qu'il le fait exprès, qu'il joue un rôle. Qu'il n'est pas vraiment sincère et qu'il veut juste se faire bien voir, mais il n'en est rien. Le jeune blond s'inquiète toujours pour les autres, même si c'est pour rien. Toujours à penser aux autres, avant que lui même. C'est comme ça qu'il a grandit dans l'orphelinat et peu importe si les autres peuvent pas comprendre. Ils ne peuvent pas comprendre car ils n'ont pas eu la chance de vivre dans un endroit où l'autre importe plus que soi. Un endroit où le sourire de ses frères et de ses soeurs comptent bien plus que tout au monde. C'est comme ça qu'il a vécu et c'est comme ça qu'il continuera à être. C'est pour ça qu'il n'en a que faire que ce que les gens pensent de lui. C'est pour cela que, malgré la demande de cette dernière, il n'avait pas pu s'empêcher de lui venir en aide et frapper l'autre grosse brute. D'autant plus que ce dernier est le type de personne qu'il détestait le plus. Toujours à s'inquiéter, ce crétin ne peut pas laisser quelqu'un, dont il éprouve de la sympathie à son égard, se faire frapper sans rien faire. Même si ce dernier lui en veut ou l'interdit de lui venir en aide, le jeune blond est juste têtu. Il ne changera jamais.

Aussitôt sa rage passé, et son poing essuyait, le jeune homme reprit alors son air habituelle, retrouvant vite fait son sourire de toujours, son attitude d'enfant, car oui, Jack n'est rien d'autre de plus qu'un grand enfant. Son attitude avait de quoi surprendre. Il venait de passer d'un fou furieux qui venait exploser le visage d'un homme sans la moindre pitié, à un type qui rit bêtement et s'excuse de ne pas l'avoir écouté. Lui, il ne s'en rendait même pas compte. D'ailleurs, sur le moment, tout ce qui l'intéressait, c'était de connaître l'état de la jeune fille en face de lui. Malgré ses regards de tueuse qu'elle lui lançait, il s'était approché d'elle. Ça ne sert à rien avec lui, c'est un crétin après tout. Malgré ses pas à reculant, il avait quand même insisté pour poser ses doigts sur sa blessure, avant de se faire repousser par cette dernière. Je vous l'ai dit, il est vraiment con sur les bords. Tu peux le menacer avec un revolver, qu'il continuera à s'inquiéter pour une petite blessure que t'as. Alors qu'il la voyait toucher sa plus récente blessure, il eu l'audace de lui demander si elle allait bien. Une simple question qui semblait vraiment énerver celle qui se trouvait devant lui, si on en juge par sa réaction.

«-Toi... »

Lâcha-t-elle, alors, avant de lui décocher une droite dans son visage. Le jeune homme recula légèrement, avant de se tenir la joue qu'il se frotte, légèrement surpris par le coup qu'il vient de recevoir. Ce n'était pas comme s'il en était vraiment surprit. Après tout, à l'orphelinat, il en a vu des comme ça. Des jeunes qui ne supportait pas le fait d'être abandonné ou d'avoir perdu leur parents, et qui se comportait de cette manière. Qui refusait de croire qu'on les comprenait, qui refusait d'accepter de n'être pas seul, et qui pouvait avoir ce genre de réaction.

«-Tout a l'heure il me semblait que j'avais été clair sur le fait que tu devait te barrer, je me fiche bien te tes raison d'être revenue! Et ne fait pas comme si tu t'inquiété pour mon états! »

Il ne pu s'empêcher de sourire suite à cette remarque, alors que cette dernière serrait ses dents, semblant essayer de se retenir, de se calmer. Aucun doute, il se reconnaissait, plus jeune, dans ses paroles. Bon, lui n'avait que 5 ans, mais peu importe. Cette façon de refusait l'aide des autres, de refusait de croire qu'on peut s'inquiété pour soi. Il était aussi comme ça quand il n'était qu'un gosse et ça l'amusait. Plein de ses frères et soeurs étaient aussi comme ça, à leur arrivé à l'orphelinat. Certains sont toujours plutôt discret et froid, même si personne n'est seul là-bas. Cette dernière s'était mise à se retourner, mais refit marche arrière soudainement, les mains dans les poches, pour s'adresser une nouvelle fois au jeune homme devant lui.

«- Je déteste les gamins comme toi qui joue aux héros...»

Suite à ses paroles, quel réaction pensez-vous qu'il aurait eu ? C'était simple. Il eu tout simplement un rire, ne pouvant s'empêcher de rire suite à ces mots. De quoi énervait encore plus celle qui se trouvait devant lui, mais il n'y pouvait rien. Combien de fois on le lui avait dit ? Il le sait qu'il est un gamin. Un vrai gamin immature. Il ne changera vraiment jamais. Encore une fois, ses réactions ne lui donnait pas tort, avec ce rire idiot qu'il avait eu et cette façon de se gratter la tête, en sachant pertinemment qu'il venait de faire le con. Il ne serait pas surpris qu'elle lui saute dessus pour l'étrangler, à vrai dire. C'était quoi le problème d'être un gamin, toutefois ? Il ne comprenait jamais pourquoi cela tapait tant sur le système des autres. Il eu un petit soupire pour se calmer un peu, regardant rapidement les lieux autour de lui, puis avant de faire un mouvement reprit la parole.

«- Tu as encore besoin de te défouler ? Ça me dérange pas, bien que tu frappe fort.  »

Encore un de ses rires crétin vint accompagner ses mots. C'était comme s'il essayait de l'énervait encore plus qu'elle ne l'était déjà, ce con. Pas surprenant qu'elle ne le trouvait pas supportable. Suite à ces mots, il se retourna pour aller s'asseoir tout simplement sur l'herbe. Bah ouais, s'il ne peut pas bouger dans tout les sens, l'américain préfère alors encore s'asseoir et se reposer. Son regard se tourne vers la nuit étoilé, puis il fini par se coucher sur l'herbe, comme si de rien n'était. C'était pas comme s'il venait de tabasser trois personnes et qu'il rendait folle une quatrième. Remarque, il devait même pas s'en rendre compte. Il agissait tout simplement normalement, pour lui. En contemplant le paysage offert par la nuit, il lâcha un petit soupire, en se touchant les côtes où il ressentie une légère douleur, avant de se frotter à nouveau la joue. Il lâcha un soupire, puis, suite à ça, il repensa aux paroles de cette dernière, avant de reprendre une nouvelle fois la parole.

«- Oui, je sais que je suis un gamin, mais où est le mal à en être un ? Par contre, on peut pas dire que je suis un héros... Je sais que tu as était clair sur le fait que tu ne voulais pas de mon aide, mais si je t'aurai demandé de ne plus intervenir avant ça, l'aurais-tu fais ? C'est pareil pour moi. Même si tu me l'as demandé, je ne pouvais juste pas m'en aller comme si de rien n'était tandis que tu te faisais tabasser, et tant pis que tu m'en veuille et que tu ne comprend pas. »

Suite à ces mots, le jeune homme soupira et plaça ses mains sous sa tête, comme pour se faire un oreiller afin de pouvoir dormir. Il détourna légèrement son regard en direction de son interlocutrice, la regardant avec son sourire habituelle. Pourquoi les gens pensent toujours que c'est impossible que quelqu'un d'autre s'inquiète pour soi ? On trouvera toujours quelqu'un qui porte un intérêt pour ta personne. Parfois, on attend plus longtemps que d'autre, voilà tout, mais à force de penser que personne ne fera attention à nous même, on fini par s'en convaincre et à le croire tellement fort qu'on ne s'en rend même pas compte qu'on se trompe. Cependant, le jeune blond reprit rapidement la parole, afin de ne pas laisser le temps à la jeune fille de réagir à ses dernières paroles.

«- Et puis, t'es pas obligé de me croire, mais je ne mens pas. Je m'inquiète vraiment pour ton état, sincèrement. Je ne veux pas que tu le prenne mal.  »

Suite à ces mots, il affiche à nouveau un sourire sincère, se voulant amical. Il va sûrement se prendre des coups, le con. Bon, c'est pas comme s'il comprenait qu'il était énervant. Il se contente juste d'être lui même et d'agir comme il est, peu importe les conséquences.

«- Tu devrais t'en aller si je t'énerve tant. Le gardien du parc va bientôt passer, donc ce serait con qu'on soit tout les deux vu juste à côté de ces trois là. Cependant, je peux connaître au moins ton nom ? Moi, c'est Jack ! »

Lâche-t-il, d'un air crétin, pour conclure sa parole, avant de tourner son regard vers le ciel, à nouveau, reposant sur l'herbe, comme si de rien n'était. Drôle de type, c'est sûr.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 36
Date d'inscription : 21/07/2014
Localisation : Heu... Je suis ou-là ?

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 16 ans
Orientation Sexuelle: bisexuelle
Petit(e) ami(e):
MessageSujet: Re: ça vaut bien une bonne pêche ! [PV: Watanabe Miku] Ven 1 Aoû - 22:34

Vous devez penser que je suis méchante. Irrespectueuse. Stupide. Ou même faible d'esprit qui sais? Suite a comment je le remercie pour son aide. Que au contraire je devrais lui dire merci et être plus respectueuse comme il a été blessé en grande partie pas ma faute. Que je devrais comprendre le fait qu'il m'aie aidé par "pur bonté" et que je suis un être abominable pour le frapper après ça. Et par dessus tout, bien entendue, il faudrait que je m'excuse pour l'avoir brutalisé après ça.
Que c'est chou. Ça pue la niaiserie. Le raisonnement de n'importe quelle pigeons qui passerais par la. D'ailleurs, si on y réfléchis un peu, c'est se que la plupart des gens dirais sans même le pensé. Comment ça je suis pessimiste? Je ne trouve pas. ce n'est pas la vision la plus négative que j'ai eu l'occasion de voir venant des humains, alors ça na rien de surprenant.
N'attendais rien de moi envers ce type. J'ai bien l'intention de rester exécrable jusqu'au bout et de lui faire regretter. La compréhension des autre, ou même la compassion, ne fond pas partie de mes méthode de vie. On auras tendance a me critique là dessus. Mais ce n'est pas seulement que je ne veut pas, mais aussi que je ne peut pas. Je me suis tellement éloigner de la société que comprendre les méthode, les manières d'agir, les buts, ou les intérêts des autres me sont devenue impossible a assimiler correctement.
Alors... Si on se réfère a mes méthode. La lois du plus fort, tout problème réglés par la force, chacun pour soie.
Comment.... je pourrais admettre ce qu'il a fait?De plus, la seul personne de ma vie que j'ai vue faire des choses bien n'étais qu'une sale traîtresse, une fille de la pire espèce. Un monstre. Alors excusé moi mais quand je voie quelqu'un de "bien" je ne peut pas m'empêcher de faire la comparaison... Ça devait se sentir d'ailleurs par le regard lourd que je portait sur lui.
Je commencer a avancer, je lui tourner le dos. Peut être ce serait mieux si je l'ignoré. Des problèmes en moins sans doute, et ça m'arrangerais. Cette journée, était déjà bien trop mauvaise, que l'on ne vienne pas empiré le tout par un petit excès de colère. Prouve lui que tu sais te contrôler, et part. Ce n'est pas fuir, c'est une prise de prudence, alors tu peut te le permettre.
A peine trois pas d’exécuter qu'il fit de nouveau résonner le doux son de sa voix que j'aurais tellement apprécier ne plus entendre.


«- Tu as encore besoin de te défouler ? Ça me dérange pas, bien que tu frappe fort.  »


Il...se..moque..de..moi? Vous ne me ferez pas croire que c'est moi qui voie le mal partout! Ce type est bien plus qu'énervant! C'est pas humain de mettre les autres a bout de nerf en deux phrases! Deux simple phrase! Alors que je m’était un peu calmer après l'avoir frappé! Il est complètement maso ou quoi pour me chercher comme ça? Si il tient vraiment a se que je lui refasse le portrait il fallait le dire plus tôt! Il se moque de ma force ou quoi? Je ne lui fais pas peur et il veut me faire ravaler mon orgueil? Le pire resterais encore qu'il me prenne pour une brute qui a besoin de passer ses nerf sur le premier visage en face de lui.. Bon, en attendant, il n'aurais pas tellement tord. Mais j'ai vraiment l'impression qu'il se rie bien de moi, et je trouve ça particulièrement désagréable.
Non. Attend. A mieux y réfléchir, je ne pense pas qu'il se moque de moi, mais qu'il est juste incroyablement stupide. J'ai presque pitié pour lui. Il avait au moins du remarquer que j’étais une personne agressive. Est-il bien conscient que dire se genre de chose est a ses risques et périls?
J'ai du le frapper trop fort, il est peu être encore retourné.
Je respire un grand coup l'air frais nocturne. On est tellement mieux la nuit. Plus de soleil qui nous aveugle, qui nous brûle la peau. Surtout avec mon sweat, déjà que je ne supporte pas la chaleur en générale, je dois aussi subir ses vêtement si lourd. J'aurais peut être pus enlever mon pull comme il fait sombre, mais la lune est bien trop clair et il y a cette inconnus a côté de moi.
Je soupire en levant la tête vers la lune, alors que lui s'allonge sur l'herbe pour contempler les étoiles.

«- Oui, je sais que je suis un gamin, mais où est le mal à en être un ? Par contre, on peut pas dire que je suis un héros... Je sais que tu as était clair sur le fait que tu ne voulais pas de mon aide, mais si je t'aurai demandé de ne plus intervenir avant ça, l'aurais-tu fais ? C'est pareil pour moi. Même si tu me l'as demandé, je ne pouvais juste pas m'en aller comme si de rien n'était tandis que tu te faisais tabasser, et tant pis que tu m'en veuille et que tu ne comprend pas. »


Je le dévisage avec une telle intensité que cela pouvait en devenir gênant. Mon regard était moins méchant, mais il garder cette lueur toujours aussi sérieuse sous l’éclairage de la pleine lune.
Je commence a mieux concevoir quel bois il est fait. Et bien que je n'aime pas ce genre de personne, maintenant que je comprend.... Je ne sais pas si je le trouve encore plus stupide ou un petit peu moins. Toujours faire passer le besoin des autres avant les siens, telle un enfant. Au moins il a du avoir des gens auxquelles il tenait pour avoir appris a agir ainsi. Je me demande se que ça fait de réellement apprécier quelqu'un... Le temps me l'as fait oublier. Mais c'est sans regret. Peut être qu'un jours il vas aussi se sentir trahis. Et il finirait comme moi? Non, je ne pense pas. Il ne réagirais pas pareil. Il est moins irascible.
Ouh là... Qu'est-ce qu'il m'arrive a moi? Je ressasse, je ressasse, sa ne me ressemble pas.
Il mets ses bras derrière sa tête pour s'appuyer dessus. Je reste silencieuse, je réfléchis. Je ne lui ai toujours pas pardonné et j'ai toujours autant envie de le frapper a chaque fois que je voie son sourire idiot. Mais quelque chose me retient encore de lui sauté a la gorge. Je croie que pour une fois j'ai envie de réfléchir, de me posé, c'est la nuit qui doit faire ça, je ne suis pas dans mon états normal et heureusement pour lui.

«- Et puis, t'es pas obligé de me croire, mais je ne mens pas. Je m'inquiète vraiment pour ton état, sincèrement. Je ne veux pas que tu le prenne mal.  »


Je sursaute, il vient de me sortir de mes pensée, j'ai eu peur.
Mais j'ai pas envie qu'il s’inquiète de mon états! Il me gonfle! Je vais très bien et je n'ai rien a voir avec lui, alors qu'il me lâche un peu avec ça!
Je prend le revers de ma manche et essuie tout le sang qu'il y a sur la moitié de mon visage, ça me déranger, cette sensation poisseuse.
Mais je me porte très bien. Je n'ai pas besoin d'aide, alors je continuerais a le prendre mal. Finalement, je devrais mieux de nouveau faire demi-tours.

«- Tu devrais t'en aller si je t'énerve tant. Le gardien du parc va bientôt passer, donc ce serait con qu'on soit tout les deux vu juste à côté de ces trois là. Cependant, je peux connaître au moins ton nom ? Moi, c'est Jack ! »


Ouai, ça c'est une bonne idée. M'en aller. Te laisser pourrir là et te faire engueuler par le garde. Comme je suis une ordure fini, j’achète. Sauf que je suis têtu, tu voie. Et c'est justement parce que tu m'énerve que je vais rester encore un peu. J'ai tellement envie de te le faire regretter, mais je ne sais pas encore comment, car rien ne semble t'atteindre. Mais je trouverais bien avec le temps.
Heuu.... Attend, un instant... Là, a l'instant. Il m'as demandé mon nom? Wouah. Ça fait longtemps qu'on me l'as pas demandé pour des raison non administrative.

"- Je ne voie pas en quoi mon nom pourrais t’intéresser, il y a de grande chance pour que l'on ne se revoie jamais, et dans le pire des cas je n'ai pas l'intention de te parler a nouveau."


Je le toise froidement. C'est vrai ça? A quoi sa servirais? Je m'en fiche de lui et il doit s'en foutre de moi. Demain on serait loin l'un de l'autre puis quand on se recroiseras on s'ignoreras royalement. C'est comme ça que sa se passera, je le sais, je ferais en sorte que sa se passe ainsi.
...
Mais si on ne se recroise jamais je peut aussi lui passer? Rhaaaa! Y'auras au moins une personne qui connaîtra mon nom dans ce monde.

"-Miku. Watanabe Miku. Et je me fiche bien que le gardien du parc arrive, je suis aussi en tord, et si il pose problème je pourrais le frapper lui aussi."


Solution de facilité je sais, mais si il est sonné et que je part en courant c'est bon. Sauf s'il est trop grand, vu mon état je lui ferais l'effet d'un moucheron posé sur son épaule. Bref, il n'est pas encore la se fameux gardien. Alors parlons plus sérieusement.
Je marchais autour des corps puis m’arrêter devant un en particulier. Celui du premier type qui c'est fait écraser. Le bavard. Cette enfoiré qui a tout commencer. J'ecrasé mon visage avec mon pied, se qui m’arrachas un sourire cynique pendant qu'il laisser échapper un long râle grave de douleur. Il n'est pas dans mon habitude de rire des souffrance des autre, mais d'un type comme ça, sa ne peut être qu'amusant. Il fait beaucoup moins le malin comme ça... C'est vraiment un spectacle drôle a voir je trouve... Je repensais a ce qu'il avait dit tout a l'heure."les types comme ça me tape aussi sur les nerfs."
Mon expression blasé réapparue soudain et je partie m'adosser contre un arbre.

"-Tss, si les type comme eux t'énerve, alors c'est toi qui ferais mieux de te casser. Je te prévient, je ne vaut pas mieux qu'eux et je n'ai pas l'intention de partir d'ici."

Je pencher légèrement la tête sur le coter et l'observer de toute ma hauteur. Peut-être que quand il l'auras réaliser, il vas me foudroyer d'une vingtaine de coup de poing comme le gros tas? Qu'il essaye, ça pourrait être amusant qui sais.
Il avait l'air beaucoup plus intéressant lorsqu'il se battais.

"- Oh, et tant que j'y suis, il ni a rien de mal a être un gamin, je t'ai juste dit que je pouvait pas saqué les gosse comme toi. Aussi, pour ta gouverne, si tu avait était a ma place je serais peut être intervenue, mais dans aucun cas pour t'aider, juste pour me battre. Qui sais, je t'aurais peut être affronté aussi? Ca n'aurait pas étais plus mal, tu me paraissez plus intéressant en combat, maintenant tu a l'air d'un pur imbécile pour être franche."


Oui, je le cherche. Oui, je suis une enfoiré. Mais au fond je dit juste se que je pense. Et j'avoue que je suis plutôt intriguer par ça réaction, je voudrais savoir si il vas rire comme un idiot, s'il vas se rebeller, ou encore m'ignorer?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 849
Date d'inscription : 20/03/2014
Age : 22
Localisation : là où le vent est troublé.

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 20 ans
Orientation Sexuelle: Hétéro
Petit(e) ami(e): Aucune pour le moment
MessageSujet: Re: ça vaut bien une bonne pêche ! [PV: Watanabe Miku] Dim 3 Aoû - 0:19

Son regard était toujours attiré par ce qui se trouvait au dessus lui, ce ciel sombre et étoilé. Il était comme fasciné par ces étoiles, et les regarder avec son air calme, angélique habituelle. Il aimait regarder ce genre de paysage, lui qui est toujours si tête en l'air. Celui lui rappel à quel point l'univers est immense et à quel point il lui reste tant de territoire à découvre. Que le monde est encore vaste et qu'il a le temps de découvrir plein de choses. Il ne se rendait d'ailleurs pas à quel point il pouvait être énervant dans sa façon d'être, dans sa façon d'agir. Après tout, c'était qu'un parfait imbécile heureux. Il respirait la joie de vivre. Ce n'est pas donner à tout le monde après tout. Il ne pouvait pas comprendre qu'il était, à ce point, irritant. Il ne le faisait pas exprès après tout. Le regard froid, effrayant, que lui lançait la personne en face de lui aurait pu lui donner la puce à l'oreille, mais rien n'y fait, il ne remarque même pas ce regard plein de mépris que la jeune fille lui donne. Il ne se rendait pas compte que c'était de sa faute que la jeune fille reste ici, car il a continuer à lui parler. Tout ce qu'il fait, c'est être lui même, un point c'est tout. Enfin non, c'est pas tout à fait vrai. En réalité, il le sait bien qu'elle est plutôt hostile envers lui, mais cela ne le gêne pas. Il la remarqua s'essuyait son visage avec sa manche et ne pu s'empêcher d'avoir un sourire, amusé par sa réaction. Elle lui rappelait tellement de frère et sœurs, qu'il ne pouvait s'empêcher d'avoir de la sympathie pour elle. Il est pas le genre de personne à avoir peur des gros dur de toute manière et à être impressionné par l'attitude des autres. Il n'éprouvait à ce moment que de la sympathie pour cette personne qui le foudroyait pourtant du regard et qui, malgré tout, rester là alors que le jeune homme énervait.

«- Je ne voie pas en quoi mon nom pourrais t’intéresser, il y a de grande chance pour que l'on ne se revoie jamais, et dans le pire des cas je n'ai pas l'intention de te parler a nouveau.»

Elle n'avait pas tort, du tout. C'était vrai, qu'après tout, il n'y a que très peu de chance qu'ils se revoient, et puis même si par hasard, c'était le cas, elle essayerait sûrement de le fuir ou de lui casser les dents. Le jeune blond soupira alors et ferma les yeux, pour mieux ressentir le vent qui soufflait cette nuit là. Dommage. Elle ne voulait vraiment pas lui donner juste son nom et le regarder à nouveau si froidement. Le blond préférait alors se tapait une petite sieste, à moins qu'elle est quelque chose à ajouter, mais cela semblait pas évident vu qu'elle venait de couper court à la discussion. Il aurait bien voulu avoir un nom à coller à ce visage. Juste connaître son nom l'intéressait, mais c'était sûrement trop demandé, surtout de la part d'un type comme lui. Cependant, la suite, il ne s'y serait pas attendu.

«-Miku. Watanabe Miku. Et je me fiche bien que le gardien du parc arrive, je suis aussi en tord, et si il pose problème je pourrais le frapper lui aussi.»

A sa grande surprise, elle avait quand même céder son nom. Il avait tourné à nouveau son regard elle, avec le sourire. Son sourire toujours habituel, amusé par les paroles de la jeune fille. Il devait s'y attendre qu'elle allait répondre quelque chose du genre à propos du gardien. Lui demander de partir à cause du gardien n'allait que la pousser à rester, vu qu'elle n'était pas du genre à fuir. Elle doit même détester ça, suppose alors le jeune blond en la regardant, amusé par la personne qu'il a en face de lui. Pas de façon malveillante. Il était juste amusé de la voir réagir, se revoyant un peu plus jeune en la voyant. Revoyant quelques un de ses frères et de ses soeurs. Même si elle cherchait à se montrer de façon hautaine et détestable, il ne pouvait pas la détester. Il imaginait d'ailleurs bien la scène. Cette dernière frappait le gardien qui venait à peine d'arriver et demander ce qu'ils faisaient là, n'ayant même pas vu les corps. Il aurait sûrement chercher à les séparer et elle l'aurait encore prit par le col, en l'insultant et en cherchant à le frapper. Toujours son regard posé sur la jeune fille, il l'a remarqua écraser le visage de la grande gueule avec son pied, comme pour passer un peu ses nerfs sur lui. Elle avait eu un sourire en faisant ça, avant de reprendre son air lasse après avoir décollé son pied du visage du jeune homme, avant d'aller s'adosser contre l'arbre. Le blond regarda l'autre jeune, complètement inerte, qui l'avait de toute manière bien mérité, avant de relever son visage vers la jeune fille, alors qu'elle reprenait la parole.

«-Tss, si les type comme eux t'énerve, alors c'est toi qui ferais mieux de te casser. Je te prévient, je ne vaut pas mieux qu'eux et je n'ai pas l'intention de partir d'ici.»

Suite à ces mots, la jeune fille l'observait à nouveau. Elle ne vaut pas mieux qu'eux ? Ça amusait le jeune garçon. Le fait qu'elle dit par elle même qu'elle n'était pas quelqu'un de bien faisait automatiquement d'elle quelqu'un de meilleur que les trois autres. Au moins, elle n'était pas une lâche. Elle ne partirait pas chercher d'autre personnes si jamais quelqu'un est trop forte pour elle et la met à terre. Le blond continuait à la regarder, couché sur l'herbe, attendant la moindre de ses paroles et de ses gestes, avant de peut-être prendre la parole à son tour, mais cette dernière fut une nouvelle fois plus rapide.

«- Oh, et tant que j'y suis, il ni a rien de mal a être un gamin, je t'ai juste dit que je pouvait pas saqué les gosse comme toi. Aussi, pour ta gouverne, si tu avait était a ma place je serais peut être intervenue, mais dans aucun cas pour t'aider, juste pour me battre. Qui sais, je t'aurais peut être affronté aussi? Ca n'aurait pas étais plus mal, tu me paraissez plus intéressant en combat, maintenant tu a l'air d'un pur imbécile pour être franche. »

Voilà qu'elle prononçait des paroles pour provoquer le jeune homme. Enfin, si elle pensait que ça pouvait le poussais à se battre mais l'américain rigole à nouveau, suite à ces paroles. La façon dont l'autre personne avait à le dévisagé du regard et de chercher à le provoquer, le faisait rire. Dire qu'il avait l'air d'un pur imbécile ne le gênait pas. C'était un imbécile heureux après tout. Il n'avait pu s'empêcher de rire en pensant à ses paroles, et il tourna son regard vers le ciel, une nouvelle fois, pour reprendre un air pensive. Cette dernière semblait avoir dit ce qu'elle avait à dire, et le jeune homme reprit alors la parole.

«-Désolé de te décevoir mais je suis comme ça. Un simple imbécile heureux et je le sais parfaitement.   »

Il a un petit rire idiot, suite à ces mots, comme à son habitude. Il se gratte légèrement la tête, alors, en continuant à fixer la lune qui se trouve au dessus de lui. Une belle lune. L'exploit le plus marquant de l'histoire de l'humanité. Qu'est-ce qu'il envie les astronautes qui ont pu y poser pied. Il aimerait y aller, sauter partout, tel l'enfant qu'il est, mais non, ça semble inaccessible pour quelqu'un comme lui. Bref, un petit soupire, il se rend compte qu'il se perd dans ses pensées. Ça lui arrive tout le temps. Il lâche un sourire en levant son regard vers la jeune file, qui est contre l'arbre, et reprend alors la parole suite ça, en repensant à ses paroles.

«- M'enfin, tu peux croire ce que tu veux mais je peux aussi croire ce que je veux. Je te trouve pas pire que ces trois là, donc je ne compte pas te fuir. Tu n'es pas le type de personne qui m'énerve et je trouve que tu t'insulte pour te déclarer pire qu'eux, m'enfin... Je t'aime bien, moi. Et j'aime aussi beaucoup ton nom. Watanabe Miku... C'est vraiment jolie... »

Lâche le jeune homme en prenant un air pensive, en relevant sa tête vers le ciel. Ouais, il trouvait ce nom bien classe. Faut dire qu'aussi, on cherche à avoir des pseudos classes.  L'américain se gratta alors à la tête, réfléchissant à un jeu de mot avec ce prénom pour le retenir, mais il n'en trouva pas sur le coup, et soupira alors un bon coup, avant de bailler. Il mit sa main devant sa bouche lorsqu'il termina de bailler, aucune idée pourquoi, avant de la remettre derrière son crâne et reprendre la parole.

«- Enfin, ça me surprend pas que tu me dise que tu va frapper le gardien s'il débarque, à vrai dire. T'es pas obligé de te faire un ennemie de plus, de cette façon. Tu sais, j'ai eu des frères et des soeurs comme toi. Pour ça que je t'aime bien, je suppose. Tu me rappel un peu ces personnes. Bon je te dis ça, mais tu dois juste te demander quand je vais me la fermer.  »*lâche-t-il avec un petit rire*«- M'enfin, peu importe les raisons qui t'ont pousser, malgré tout, tu m'as aussi "sauvé" toi même, donc t'en remercie malgré tout. Au pire, si tu supporte vraiment pas que je sois intervenu, on peux se dire quitte, non ?  »

Lâche-t-il alors, en lui lâchant un regard plutôt sérieux, avant de tourner son regard vers la lune, une nouvelle fois, en soupirant. Il ferme alors à nouveau les yeux, ignorant les réactions de la jeune fille à côté de lui, semblant l'air pensive. Il semble être toujours coincé sur une question existentielle pour lui, jusqu'à que, soudainement, la réponse lui saute aux yeux, à tels point qu'il ouvre immédiatement la bouche sans réfléchir.

«- Mie crue !! »

Heu... Il en est fière, m'enfin... Il semble heureux d'avoir trouvé un moyen mémo-technique pour retenir ce nom, mais bon. Suite à ça, le jeune homme se met alors assit, le visage illuminé par la fierté, et se tourne vers elle avec un beau sourire, sourire complètement enfantin, comme d'habitude. Puis, son regard se changea en un visage un peu plus sérieux, bien que c'est Jack, il ne faut pas s'attendre à un visage trop sérieux malgré tout. Comme s'il avait eu une idée, et bien entendu, il va tout de suite la sortir sans plus tarder. Tourner 7 fois sa langue dans sa bouche avant de parler ? Non, il ne connaît pas. Il trouverait ça vite pas amusant et chelou, de toute manière.

«- On pourrait discuter, tout les deux ? Même si tu ne m'aime pas vraiment, de toute manière, tu ne compte pas me revoir à nouveau, et m'ignorer si c'est le cas, alors pourquoi ne pas discuter ? Enfin, si ça ne te gêne pas de parler avec un gamin de mon genre.  »

Suite à ces mots, il la regarda avec un sourire idiot, souhaitant vraiment discuter avec elle, bien que techniquement, c'était ce qu'ils faisaient. Le jeune blond reconnaissait en elle tellement de frère et de soeur qu'il souhait réellement en savoir plus sur elle, même s'il se doutait que c'était sûrement pas un avis partagé et qu'elle était pas du genre à s'asseoir pour discuter, l'air de rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 36
Date d'inscription : 21/07/2014
Localisation : Heu... Je suis ou-là ?

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 16 ans
Orientation Sexuelle: bisexuelle
Petit(e) ami(e):
MessageSujet: Re: ça vaut bien une bonne pêche ! [PV: Watanabe Miku] Lun 4 Aoû - 18:38

...
Au fond? Est-ce que le provoquer a réellement un sens? Ce que je veut dire par là, ce n'est pas forcément que j'ai envie de renier mes hostilité envers ce gars, mais... C'est que j'ai l'impression de parler a un mur. Qu'il ignore ouvertement mon animosité envers lui, je ne croie pas qu'il soit bête au point de ne pas remarqué que je ne l'aime pas, mais seulement que... Il s'en fiche. Et que, qui de plus est, il n'as pas l'air de me déteste.
J'ai toujours pensé que les plus grand je-m'en- foutiste étais des gens blasé, dépourvue d’émotion ou irascible. Je voie qu'il peut y avoir d'autre façon de ne pas faire attention a quelqu'un, ou, pour le coup, d'une part de quelqu'un. Même si on ne peut pas réellement le qualifié comme telle, il parait plutôt intéresser par beaucoup de chose, la ou je veut en venir, c'est que quand il c'est forgé un avis sur une chose, il ne changera pas quoi qu'on dise, ou alors il faut chercher loin. Mais après tout je me trompe peut être, je ne suis pas particulièrement doué pour jaugé les gens, je me fait peut être des idées, fausse, c'est même probable. Mais je préférerais deviner exactement le type de personne qu'il est, bien que se soit quelqu'un d'assez simple d'esprit. C'est d'ailleurs peut être ça qui m'embête. Je n'arrive pas a les comprendre, je réfléchis trop et dans un sens pessimiste. Sa ne colle pas avec eux.
Je croise les bras et lève les yeux vers la lune. Cette pleine lune clair, blanchâtre, simple. La nuit est tellement plus agréable, le piaillement constant des gens, s'apaise jusqu’à presque disparaître, l'air est plus frais, la lumière est tamisé, l'ombre omniprésente nous dissimule, a mon grand bonheur, bref, que rêvé de mieux? Il ni a que les étoile qui me dérange. Semblable a de minuscule tâche qui viendrait souillé l'uniformité de la toison céleste. C'est dommage. J'aime cette couleurs bleu sombre.
Il rie a mes paroles. Ô surprise.... Je préféré me contenter de l'ignoré, a chaque fois qu'il fait ça, j'ai l'impression qu'il se fout de moi....

«-Désolé de te décevoir mais je suis comme ça. Un simple imbécile heureux et je le sais parfaitement.   »


Oh, je voie, ce n'est pas aujourd’hui que l'arriverais a l’incité a se battre. Mais je réussirais un jours. Je tien a me battre contre lui, il a l'air d'un adversaire de taille. Bien que en temps normal il ne soie pas bien intéressant. Enfin, ce n'est pas le mots exacte, des drôles d’animale comme lui j'en ai pas croisé souvent, je dirais plutôt"... énervant. Surtout qu'il est bien conscient d'être complètement stupide, et ça a l'air de lui convenir comme ça. Au moins il s'accepte comme il est, par contre je ne sais pas si il est conscient que je vais bientôt être a bout de nerf, je devrais peut être lui dire? Histoire qu'il ignore encore ma remarque en riant...

«- M'enfin, tu peux croire ce que tu veux mais je peux aussi croire ce que je veux. Je te trouve pas pire que ces trois là, donc je ne compte pas te fuir. Tu n'es pas le type de personne qui m'énerve et je trouve que tu t'insulte pour te déclarer pire qu'eux, m'enfin... Je t'aime bien, moi. Et j'aime aussi beaucoup ton nom. Watanabe Miku... C'est vraiment jolie... »

Lui ça se voie que c'est la première fois qu'il me voie pour me dire ça, mais j'arriverais a le faire changer d'avis. J'aurais même pas besoin de dire quoi que se soit que au bout d'un moment il en auras marre de moi. Ça arrivera, ça arrivera.
C'est quand même particulièrement étrange d'entendre les mots " Je t'aime bien, moi".... Non, en faite c'est irréelle, soit c'est une hallucination, soit il s'adresse a quelqu'un derrière moi que j'ai pas vue.
...
Personne. Attend, en faite je viens de me rendre compte que je m’étais trompé sur se dénommé Jack, si ma mémoire est bonne. Il est peut être un peu bête oui, mais il est surtout complètement fou! Il doit dire ça s'en même s'en rendre compte, on ne peut pas aimer quelqu'un d'aussi détestable. C'est impossible. Contre nature. Et surtout très étrange. Il est complètement tordue. On m'avais jamais dit ça avant, alors la il bat tout les records, c'est la plus grand incompréhension que j'ai croisé. Sauf que quand je ne comprend pas quelque chose ou quelqu'un, je ne l'aime pas, je suis comme ça.
Il avait aussi parler de mon nom. Watanabe Miku... Qu'est ce que je peut le haïr ce nom... C'est vrai qu'il n'est pas laid en soit, mais je ne l'aime pas. Je n'aime pas les hommes qui me l'ont donné. C'étais le japonais de l’équipe de laboratoire qui m'avais crée qui l'avais proposé et les autres avait acquiesçaient d'accords avec ce nom. Beaucoup d'ailleurs m'avait demander pourquoi j'avais un prénom japonais alors que je venais d’Angleterre. Si seulement je pouvais le changer, et tout oublier, tout jeté avec ce nom. Le nom que c'est salle type en blouse blanche m'on refiler. Le nom par lequel la pire traîtresse que j'ai jamais vue m'as appelé. Celui qui c'est fait insulté tellement de fois, oui, c'est ce nom la, que je souhaiterais oublier.

«- Enfin, ça me surprend pas que tu me dise que tu va frapper le gardien s'il débarque, à vrai dire. T'es pas obligé de te faire un ennemie de plus, de cette façon. Tu sais, j'ai eu des frères et des sœurs comme toi. Pour ça que je t'aime bien, je suppose. Tu me rappel un peu ces personnes. Bon je te dis ça, mais tu dois juste te demander quand je vais me la fermer. M'enfin, peu importe les raisons qui t'ont pousser, malgré tout, tu m'as aussi "sauvé" toi même, donc t'en remercie malgré tout. Au pire, si tu supporte vraiment pas que je sois intervenu, on peux se dire quitte, non ?  »

C'est sur que c'étais prévisible que j'aille frapper le gardien du parc... Si jamais je l'éviter autrement? Est-ce que ça le surprendrais? Je me demande.
Dans tout les cas je n'aime pas trop qu'il me compare a ses frère et sœur, bien entendue je n'ai rien contre eux, c'est juste que n'ai rien a voir avec eux ou un quelconque membre de sa famille. Et peu importe les raisons pour lesquelles il m'aime bien, il devrais vite les oublier par ce n'est pas le moins du monde réciproque. Par contre, je doit admettre que pour une fois il a dit quelque chose de plutôt constructif. Il n'a pas tord, si on étais quitte, sa conterais pour rien et on oublierais mais... Enfin... C'est comme si j'avais besoin d'avoir une raison pour lui en vouloir, si je la perdais, sa ne serait plus pareil, je n'aurais plus cette excuse. Et ça m'embêterais bien. Je soupire, que faire, que faire, et si pour une fois, je disais qu'on était quitte?  Pour éviter les ennuies?

«- Mie crue !! »

Je retire se que j'ai dit. Je vais pas lui faire cette faveur.
Quoi? Mais attend... Mie crue... Oooh...non, pas ça, pitié. Pas un jeux de mots pareil avec mon nom, pourquoi? Pourquoi ça? Alors que j'ai fait de mon mieux pour ne pas être trop méchante avec lui? On se moque de mes effort ou quoi, là?
Inspire... Expire... Inspire.... Expire.... Voila, comme ça.. C'est bien... Calme toi...
Et en plus il est content. Il a l'air bien fier de lui. Brave gamin... Sérieusement, c'étais nul ça... Même s'il fait preuve de plus d'originalité que beaucoup.

«- On pourrait discuter, tout les deux ? Même si tu ne m'aime pas vraiment, de toute manière, tu ne compte pas me revoir à nouveau, et m'ignorer si c'est le cas, alors pourquoi ne pas discuter ? Enfin, si ça ne te gêne pas de parler avec un gamin de mon genre.  »

Non.
Enfin, a mieux y réfléchir, je m'ennuie tout de suite, je n'ai rien a faire du tout... J'ai même pas envie de bouger...
Mais parallèlement, engager la conversation avec lui, reviendrait a rendre les armes sur mon aversion et ça c'est hors de question. Je n'ai cas faire comme si je m'y forcer, pour ne pas passer pour quelqu'un en manque de compagnie.

"- Hmpf. Si tu y tien... mais arrête de faire comme si tu t'interressais a moi. Ça m’énerve."

Même si pour ne plus m’énervé il faudrait tout simplement que tu disparaisse de ma vue. Mais je dit ça, tout simplement parce que depuis tout a l'heure, il parle, agît, me regarde comme si il voulais devenir mon amie. Et ça, même pas en rêve.
Je me rapprocher un peu de lui, prise de la soudaine envie de bouger, se qui m'arrive trés rarement.

"- Et a titre d'information, je déteste mon nom, sans même compter tout les jeux de mots que je me suis ramassé avec. Alors, ne m'en parle pas. Cesse aussi de me comparé a tes frére et soeur, je ne les connait pas et n'ai rien a voir avec eux, ça serait même une insulte pour eux que tu les compare a moi."

C'est vrai quoi, les pauvre, on les compare a une androgyne colérique, désagréable, toujours de mauvaise humeur, hautaine, qui sais que se battre dans la vie. Qu'elle portrait flatteur. Je les plaint.
Je me demande comme il son quand même. Bien sur si je lui fait penser a eux, il doit souvent partir les aidé et les protégé comme il a l'air de tant aimé faire. Il doit rentré couvert de blessure lui aussi. On a au moins un point commun, même si c'est pas vraiment pour les même raison. Les siennes valent sans doute plus le coup.
Je me laisser glisser contre l'arbre pour finir assise. Je me recalé, l'ecorse me griffer le dos, même a travers mon pull, c'est désagréable. J'allonger mes jambe, et sortie mon portable pour mettre de la musique. J’enfilais les écouteurs mais je mettais le son très bas pour toujours entendre Jack. C'est la nuit, il fait trop sombre pour que je puisse lire sur ses lèvres.

"- Je pense qu'on devrais dire qu'on est quitte moi aussi, mais ça ne veut pas dire pour autant que je ne t'en veut plus. "


Je lui fit passer le message en le foudroyant de regard une fois de plus. Il avait qu'a m’écouter. que je gagne ou je perde, je m'en ficher, j'avait l’habitude d'être roué de coup et d'avoir tellement de blessure que même s'allonger sur un lit devenait une véritable torture...
C'est juste le fait même de penser que j'aurais eu besoin de l'aide de quelqu'un qui me dégoûté de moi même. Alors pour passer mes nerf, je m'en prend comme une bête sauvage a celui qui voulais m'aider. Sympa, non?


"-Au faite, je suis peu être trop curieuse mais... Tu n'as pas l'air d'aimer la violence, alors, pourquoi tu sais te battre comme ça? "


Je ne pouvait pas m'empêcher de lui poser cette question, ça me tracasser depuis un moment. Parce qu'il est vraiment fort. Honnêtement.
Peut être c'est juste qu'il s'attire des ennuie comme moi, alors il a pris la main? Ou juste en défendant les autres? J'opterais pour la deuxième options, mais je ne suis pas sur. Peut être aussi que quelqu'un lui a appris, mais ça, ça m’etonnerais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 849
Date d'inscription : 20/03/2014
Age : 22
Localisation : là où le vent est troublé.

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 20 ans
Orientation Sexuelle: Hétéro
Petit(e) ami(e): Aucune pour le moment
MessageSujet: Re: ça vaut bien une bonne pêche ! [PV: Watanabe Miku] Mar 5 Aoû - 19:01

Le jeune homme ne se rendait pas compte, ou du moins n'y prêtait pas attention, que sa façon d'être énerver celle qu'il venait d'aider à s'en sortir contre trois mec étranges, qui se trouvait étaler sur le sol. Pourtant, a force de discuter, la jeune fille, hostile envers lui, semblait commençait à abandonner l'idée de se battre avec lui, du moins aujourd'hui. Enfin, ça aurait été sûrement le cas si le jeune homme ne continuait pas de dire tout ce qu'il pensait, sans réfléchir, et ainsi être particulièrement agaçant. Cette dernière avait même failli piquer une crise lorsque le jeune blond, fidèle à lui même, avait trouvé un jeu de mot sur son nom, et l'avait, accidentellement, dites à voix haute. Enfin, pas que ça le dérangeait le moins du monde, bien qu'il avait eu un rire idiot. En tout cas, ce dernier semblait s'ennuyait un peu légèrement, puisqu'il en était venu à se mettre assit, en souriant à celle qui avait des envies de meurtre en le voyant. Son seul souhait ? Discuter. Il voulait un peu plus parler avec elle, juste parce que ça l'intéressait. Juste parce qu'elle lui faisait penser à ses frères et soeurs. Le jeune homme avec son sourire idiot, comme à son habitude, alors qu'il l'a regardait, assit. Comme si elle était du genre à discuter avec un crétin comme lui. Enfin, c'est ce qu'on pourrait croire, mais cette dernière prouvait immédiatement le contraire quelques instants après qu'il ait finit de parler.

«- Hmpf. Si tu y tien... mais arrête de faire comme si tu t'interressais a moi. Ça m’énerve. »

Il eu un sourire, suite à ce mot, qui prouvais bien qu'il était content de la voir rester là. Il n'aurait pas cru qu'elle accepterait de discuter, mais elle avait finalement accepter de rester. Toujours assit, il la regarda alors avec le sourire, en la regardant commencer à bouger, avant de regarder autour de lui. Le gardien n'était pas encore là et tant mieux. Elle venait s'approcher de lui, alors qu'il avait cette air amusé, avant de tourner son regard vers le ciel, à nouveau. Les paroles de la jeune fille l'amusait. C'était comme si elle se forçait à rester dans son rôle d'être la plus désagréable, mais cela faisait partit de son charme après tout. Le jeune américain n'était d'ailleurs pas surpris qu'elle ne croit pas qu'il s'intéresse à elle. Pourtant, il était franc dans ces paroles. Il s'intéresse toujours aux autres, cela n'a rien de surprenant le connaissant. Alors, cette dernière va malheureusement devoir s'habituer à ça, car le jeune homme ne change que très rarement d'avis lorsqu'une personne rendre dans sa sympathie. Le blond avait toujours son regard attiré par la lune, tandis qu'il écoutait alors la jeune fille reprendre.

«- Et a titre d'information, je déteste mon nom, sans même compter tout les jeux de mots que je me suis ramassé avec. Alors, ne m'en parle pas. Cesse aussi de me comparé a tes frére et soeur, je ne les connait pas et n'ai rien a voir avec eux, ça serait même une insulte pour eux que tu les compare a moi. »

Elle déteste son nom ? Pourquoi ? Le jeune blond ne put s'empêcher d'être surpris par ça. Watanabe Miku, c'était un plutôt beau nom. Enfin, c'est ce qu'il pensait de Mie Cru. Alors pourquoi elle n'aimait pas son prénom ? Enfin, elle n'aimait déjà pas être aidé, alors c'était pas si surprenant, en fin de compte. M'enfin, le jeune homme restait malgré tout surpris de l'apprendre, alors que cette dernière continuait de se percevoir comme un monstre en disant que c'était une insulte pour ses frères et soeurs que de les comparer à elle. Bien sur, il ne partageait pas cette avis. A ses yeux, elle n'était pas mauvaise. En tout cas, pas autant qu'elle le laissait dire. Elle avait une vision d'elle trop pessimiste, tandis que le jeune homme en avait peut-être une vision trop optimiste. Ça équilibrait, en fin de compte. Il la regardait glisser contre le tronc de l'arbre, jusqu'à se retrouver assit, le dos posé contre le tronc. Il fut amusé de la voir sortir son portable, avant de mettre ses écouteurs sur ses oreilles. Voilà qu'elle écoutait de la musique. Avait-elle déjà changer d'avis et refusait de parler d'avantage avec le jeune homme ? Brusque changement de choix, malgré tout, mais le blondinet continuait d'attendre qu'elle reprenne, avant de prendre la parole. Il ne s'était pas trompé puisqu'elle reprenait alors la parole.

«- Je pense qu'on devrais dire qu'on est quitte moi aussi, mais ça ne veut pas dire pour autant que je ne t'en veut plus.  »

Il ne put s'empêcher de lâcher un petit rire, en écoutant ses paroles. Il s'y attendait, forcément. Cela ne la surprenait pas qu'elle s'entête encore. C'était bien son genre, cela se voyait. Il s'attendait bien à une remarque comme ça. Qu'elle n'accepte pas comme ça d'être quitte. Non, elle préférerait avoir quelque chose à lui en vouloir, pour continuer à justifier sa façon de se comporter, cela se voyait. Il reprit son sourire, en tournant son regard vers elle, toujours tant amusé par sa façon d'agir. Il n'était pas surpris ni dégoûté par sa façon d'être. Encore une fois, cela lui rappelait certain de ses frères et soeurs, et cela lui donnait un air nostalgique. C'est avec un sourire tendre et chaleureux qu'il l'a regardait. Comme l'air d'un grand frère protecteur, bien qu'elle devait sûrement ne pas aimer ça. C'était loin d'être une insulte, à ses yeux, pour ses frères et soeurs, de dire qu'elle leur ressemblait beaucoup, et il ne voyait pas, en quoi, cette dernière était si mauvaise. Ce n'était pas son regard noir qui lui ferait changer d'avis, ni même son attitude qui lui ferait changer d'avis. Le jeune homme continuait de la regarder, en attendant de pouvoir lui répondre, alors que cette dernière reprit à nouveau la parole.

«-Au faite, je suis peu être trop curieuse mais... Tu n'as pas l'air d'aimer la violence, alors, pourquoi tu sais te battre comme ça? »

Un rire, ce fut à nouveau la réaction du jeune homme, qui aurait du s'attendre à cette question. C'est vrai que ceux qui ne le connaissait pas réellement et qui le voyait se battre étaient souvent surpris. Après tout, il n'a pas l'habitude des apparences, mais le jeune homme est un débrouillard, bien que cela ne se voit pas à première vue. Le jeune orphelin avait du apprendre à s'en sortir dans la rue, après tout. Il avait du apprendre, comme tout les autres à l'orphelinat, à se débrouiller seul, avec rien. Rien de bien surprenant, en réalité. Il avait juste l'habitude de se battre dans sa jeunesse, en fin de compte. Il sourit alors, et reprit à son tour la parole, lorsqu'il comprit qu'elle avait dit ce qu'elle avait à dire.

«- Ok, je comprend si tu m'en veux encore. On fais ça. On est quitte, et puis tu peux continuer à m'en vouloir, je comprendrai. M'enfin, je peux pas te promettre d'arrêter de faire "comme si" je m'intéressait à toi, puisque je ne fais pas comme si.  »

Il lui sourit de plus belle, suite à ces mots, d'un air crétin. M'enfin, il n'y pouvait rien s'il avait tendance à se soucier des autres. Il passa sa main sur sa chevelure, par réflexe, pour se gratter le front, alors qu'il prit un air pensive, en réfléchissant à la question de la jeune fille. Des souvenirs lui remontèrent alors à l'esprit. Les plus lointains souvenirs, où il refusait d'être considéré comme un orphelin et où il se battait pour un rien. En maternelle, il était très turbulent. Bagarreur pour un rien, il ne supportait pas que ses camarades de classes lui rappel qu'ils avaient des parents et lui, non. Même si cela ne dura pas bien longtemps, c'est vrai. Après tout, il avait vite terminait par devenir fière d'être un orphelin de l'orphelinat du coeur, mais ces souvenirs continuait à lui donner le sourire. Il se souvenait alors, avec nostalgie, de son enfance. De ses jours où il suivait les plus grand, en insistant pour les aider. Lorsqu'en primaire, il se battait contre untel car il venait de piquer le goûter de sa petite soeur, ou qu'il se jetait sur un groupe de gosse, âgé de 3 ans de plus que lui, car ils ont fait pleurer un de ses frères en se moquant de son orphelinat. Il se souvient encore lorsqu'en âge pour le collège, il jouait le rôle de distraire les commerçants, pendant que ses frères en profitait pour piquer de l'argent dans la caisse ou des objets dont l'orphelinat avait besoin ou les autres orphelins souhaitaient pour leur anniversaire. Les souvenirs s'enchaînent, alors que le jeune homme se décide à répondre à Mie Cru, comme il l'appelle, avec son sourire plein de nostalgie.

«-Comment t'expliquer ça rapidement. Quand j'étais gosse, au plus loin que je m'en souvienne, je n'acceptais pas d'avoir était abandonné par mes parents, que je n'ai jamais connu. J'acceptais pas d'être un enfant de l'orphelinat, et forcément, je m'attirais des ennuies avec ce sale caractère haha... Mais j'ai changé quand j'ai compris qu'on était tous dans la même galère, et j'ai commencé à suivre nos grands frères qui étaient un peu ceux qui protégeait les autres... »

Le jeune marqua une pause, un court instant. Parler de ses souvenirs de l'orphelinat, pour lui, c'était quelque chose de tellement beau. Il faisait son effort pour ne pas trop parler comme à son habitude, mais il a toujours du mal de s'arrêter d'évoquer ses beaux souvenirs de l'époque. Un sourire illuminait son visage. Un sourire plein de tendresse et de nostalgie, alors qu'il racontait ses souvenirs, avec un air passionné. Le jeune homme reprenait alors son conte, avec le sourire, suite à sa courte pause, toujours d'un air aussi joyeux de parler de son enfance qu'il chérit tant.

«- En même temps, l'orphelinat était assez pauvre et puis, d'où je viens, c'était plutôt difficile, donc forcément, on était obligé de se protéger et les plus grands devaient faire des conneries pour aider les plus petit, donc on était un peu seul dans la ville, seul contre tous. On était obligé de savoir se défendre, pour se protéger chacun, quand quelqu'un nous insultait ou s'en prenait à l'un des notre. Du coup, j'ai toujours passé mes journées à me battre dans la rue, quand ce n'est pas faire une autre connerie.  »

Suite à ces mots, il eu un rire, avant de se gratter la tête. Le jeune homme venait de se rendre compte qu'il parlait trop, et avec cette air de crétin désolé, comme bien souvent. Son seul réflexe vu alors de s'excuser de parler trop, comme d'habitude.

«- Enfin bref, désolé de trop parler. J'arrive pas à m'arrêter en général, haha.  »

Un sourire crétin venait accompagner ses paroles. Ce même sourire crétin qu'il aborde à chaque fois qu'il se rend compte qu'il a fait une connerie et qui s'excuse, qui peut énerver mais qui fait partit intégralement de son charme. C'est sa façon d'être, le blond ne changera pas et n'en a pas envie, alors qu'il se gratte un peu plus sa chevelure blonde, l'air désolé au cas où il l'aurait ennuyé avec son récit. Son sourire toujours son visage, il aborda tout de même un air un peu plus sérieux - mais pas trop car c'est Jack - en regardant la femme face à lui. Il repensait à ses paroles, et notamment celle sur son prénom qui l'avait surpris. A son tour curieux, il voulait en savoir plus. Pourquoi elle n'aimait pas son prénom ? Comment on pouvait détester ça ? C'est alors qu'il reprit la parole, d'un air plein de curiosité.

«-Enfin bon, je ne pense pas que j'insulte mes frères et soeurs en te comparant à eux. C'est juste qu'une impression, et dans mes impressions, tu n'es pas mauvaise à mes yeux. Puis pourquoi tu déteste ton nom ? Une raison spécial ? Je trouve qu'on devrait pas détester son nom... C'est notre propre identité, alors on devrait être fière que ce que l'on est, peu importe ce qu'en pense les autres, et je l'aime bien, ce nom.  »

Ces mots dit, le jeune blond lâcha encore un petit rire en se rendant compte qu'il l'ouvrait encore trop.

«- Encore désolé, je l'ouvre trop.  »

Lâche-t-il, une dernière fois, en se grattant le crâne par réflexe, comme à son habitude, avant de se recoucher à nouveau sur le dos, ne pouvant pas supporter de rester assit sans bouger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 36
Date d'inscription : 21/07/2014
Localisation : Heu... Je suis ou-là ?

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 16 ans
Orientation Sexuelle: bisexuelle
Petit(e) ami(e):
MessageSujet: Re: ça vaut bien une bonne pêche ! [PV: Watanabe Miku] Jeu 7 Aoû - 18:56

Rire.
Rire, et encore rire.
C'est décidément tout ce qu'il savais faire. Je n'oserais jamais vraiment me l'avouer, mais je le jalouse un peu, ça doit être tellement plus simple de savoir rire de se qui nous entoure. Il ne se complique pas la vie, ne réfléchis pas, ne s’énerve pas, non, il se contente de sourire. Le temps m'as fait oublier comment faire. Avant j'y arriver, a l'occasion, plus maintenant. IL se passerais la chose la plus drôle au monde sous mes yeux que je la regarderais d'un œil vide, ennuyé, cette air dégoutté me collant toujours au visage. Le masque de l'inexpression, qui a la mesure régulière des jours devint mon vrai visage. Les seul sourire que je suis encore capable d'esquissai sont tordue. Comme lorsque je voie quelqu'un d'incroyablement pathétique comme ces homme en train de se rouler de douleurs a terre, retourner a sa vrais place, telle un misérable insecte. C'est pas génial, hein?
Il a de la chance d'une certaine manière, je ne devrait pas lui en vouloir pour ça, mais si je m'énerve tant, c'est sans doute que je souhaiterais pouvoir faire pareil. Ou plutôt je souhaitais. Finalement je me sis accepter comme j'étais, je m'ennuie peu être, je trouve tout lassant, mais ainsi vas la vie. Les même jours se répète incessamment pour tout le monde, identique. Il y en a qui s'en rende compte, d'autre non. C'est peut être mieux de rester dans l'ignorance, comme ça, aucune inquiétude ne vous poursuis. Et l'on a pas a se forcer a espéré tout les jours que le lendemain soie meilleurs. Qu'il se passe quelque chose, que la routine et les habitude se brise, en bien ou en mal, peut importe.
Bref, la ou je veut en venir, c'est que même si son comportement me met hors de moi, il a de la chance de pouvoir agir naturellement de la sorte, d'accepter sa vie comme elle est et de s'amuser pour un rien.

«- Ok, je comprend si tu m'en veux encore. On fais ça. On est quitte, et puis tu peux continuer à m'en vouloir, je comprendrai. M'enfin, je peux pas te promettre d'arrêter de faire "comme si" je m'intéressait à toi, puisque je ne fais pas comme si.  »

Oh? Ça a l'air d'être normal que je lui en veuille toujours, il n'as pas l'air de s'en soucier. Il a du comprendre comment je résonner, alors il s'y attendais sans doute. Un jours je me vengerais, et je ferrais cesser se rire idiot. Même si sa me parait être une tache impossible. Surtout qu'il a l'air d'être la personne dont la seul faiblesse, c'est ses amis, ses proches, sa familles. Sauf que bien entendue je veut m'en prendre a lui, pas a eux.
Je reflechirais a ça plus tard, d'abord je devrais tenter d'en apprendre plus.
Ce que je commence a douter toutefois, c'est s'il est honnête, ou il ment. Il a l'air sincère quand il dit qu'il s’intéresse a moi mais je ne le croie pas, tout en pensant qu'il peu dire vrai. C'est étrange. Peut être qu'il a raison? Après tout, aussi bizarre cela puisse paraître, je commencer moi même a vouloir en apprendre plus sur lui, simple marque de curiosité, c'est la première personne a laquelle je parle depuis un bon moment, alors forcément j'ai envie d'en savoir un peu plus. Sans m'attiré sa sympathie non plus même si sa semble déjà fait et que je vais avoir du mal a le faire changé d'avis.

«-Comment t'expliquer ça rapidement. Quand j'étais gosse, au plus loin que je m'en souvienne, je n'acceptais pas d'avoir était abandonné par mes parents, que je n'ai jamais connu. J'acceptais pas d'être un enfant de l'orphelinat, et forcément, je m'attirais des ennuies avec ce sale caractère haha... Mais j'ai changé quand j'ai compris qu'on était tous dans la même galère, et j'ai commencé à suivre nos grands frères qui étaient un peu ceux qui protégeait les autres... »

Ce qu'il me dit me surpris, je ne penser pas avoir de réelle point commun avec lui. Nos étions tout deux orphelin, même si c'était dans des condition totalement différente. Lui ses parent l'on abandonné, moi je n'en ai même pas. Et petit apparemment, nous avions aussi tout les deux un caractère de chien, mais il a avec le temps évolué lui au moins. Je n'ai pas eu cette force, je suis rester la même depuis mon enfance, j'ai même empiré.
Jack avait un grand sourire lorsqu'il me raconter son enfance, certe il sourie tout le temps, mais la, c'est différent. Il semble partie loin de moi, dans une époque totalement différente, un sourire encore plus heureux et enfantin qu'a la normal. C'est incroyable. je le voie ressasser son passé, pourtant triste sur le point quand même ou il n'avait pas de parent d'un air jovial, apaisé, serein même. Pour lui, le passé et passé, il est seulement enregistré sous la forme de bon souvenir.

«- En même temps, l'orphelinat était assez pauvre et puis, d'où je viens, c'était plutôt difficile, donc forcément, on était obligé de se protéger et les plus grands devaient faire des conneries pour aider les plus petit, donc on était un peu seul dans la ville, seul contre tous. On était obligé de savoir se défendre, pour se protéger chacun, quand quelqu'un nous insultait ou s'en prenait à l'un des notre. Du coup, j'ai toujours passé mes journées à me battre dans la rue, quand ce n'est pas faire une autre connerie.  »


Vivre dans un orphelinat pauvre, se battre dans les rue, rien de tout ça ne semble être plaisant, mais lorsqu'il parle de l'esprit de famille qui y régner, cette solidarité, ça perdait tout le côté regrettable de la chose. Il a quand même eu de la chance d'être entouré comme ça. Tu m'étonne qu'il soit si sociable après ça...
Tout de même. On a commencer pareil. Sans rien pour nous, et haineux contre le monde, mais de diverse petit élément peuvent faire qu'un destin change du tout a tout. Lui a préféré aller vers un avenir plutôt lumineux, accompagné de ses amis, ou de ses frère et sœur d'un soutient sans famille, toujours a aidé les autre.
Tandis qu'a l'inverse, la seul ami que je me suis fait m'a fait croire en l'illusion d'un monde peut être meilleurs que je ne le penser, pour finalement me lâcher de la pire des manière, pour que je tombe encore plus bas que je ne l'étais avant. A cause de sa, j'ai était réduit au rang de machine, sans émotion, qui n'agit même plus sous sa propre volonté durant une année complète.
L'amitié l'as sauvé, moi elle m'as détruit.
Certain on plus de chance que d'autre il faut croire. Il n'imagine pas la chance qu'il a eu.
Déjà que ce n'ai pas mon genre d'être envieuse, qui aurait crue que un jours je jalouserais un imbécile pareil? Sans mal bien sur, je ne le jalouse pas réellement. C'est juste qu'au fond de moi, je sais qu'avant j'aurais aimé être comme lui. Mais ça m'as passé.
Il rie encore et se gratter la tête d'un air embarrassé.


«- Enfin bref, désolé de trop parler. J'arrive pas à m'arrêter en général, haha.  »

Oui j'ai vue ça, mais tu n'as pas parlé pour rien. Pour une fois que j'étais intéresser... Bon, ce n'est pas si grave, après tout, ça m’évitera de continuer a trop  réfléchir a mon propre passé, je vais encore me mettre a déprimer sinon, et j'aime pas ça, sa me ressemble pas.
Je dévisageais le crétin a  côté de moi, qui n'était pas non plus de mauvaise compagnie. depuis le début, je croie que... je le déteste moins. Ma colère et un peu passé, alors maintenant je peu mieux le comprendre. Je ne l'aime pas non plus, on vas dire que mon avis est toujours dans les négatif mais moins bas qu'avant, sur une échelle de cent, je dirais qu'il est a.... moins vingt cinq? Pour noter gentillement. Il devrais en être fiers, peu de gens atteigne se score, en principe il ne monte pas au dessus des moins cinquante.

«-Enfin bon, je ne pense pas que j'insulte mes frères et soeurs en te comparant à eux. C'est juste qu'une impression, et dans mes impressions, tu n'es pas mauvaise à mes yeux. Puis pourquoi tu déteste ton nom ? Une raison spécial ? Je trouve qu'on devrait pas détester son nom... C'est notre propre identité, alors on devrait être fière que ce que l'on est, peu importe ce qu'en pense les autres, et je l'aime bien, ce nom.  »

Je n'insisterais pas davantage sur le fait  qu'il devrait arrêter de me comparé a ses frères et sœurs. J'ai compris qu'il était impossible de le convaincre du contraire. Je ne vais pas insister, je vais faire comme si c'etais d'accord alors que se n'ai pas le cas. Mieux même, je vais oublier!
Mais ensuite, il vient a parler de mon prénom. Baka. Pourquoi tu lui a dit que tu l'aimais pas? tu aurait du l'ignoré, ne rien précisé, ça aurait été tellement plus simple. C'étais évident que ça aller le rendre curieux, ça sauté au yeux.

«- Encore désolé, je l'ouvre trop.  »


Il se gratta encore la tête, ça devait être un réflexe vitale pour lui, il n’arrête pas.
Mais la oui. Il avait bien raison cette fois si. Il aurait mieux faire de se taire, ça m'aurais beaucoup arrangé. J'avais pas envie de parler de mon nom. J'ai dit que je l'aimais pas, ça suffit pas comme information? Non? Tant pis alors.
On vas d'abord parler de lui, ça me dérangeras moins. Je verrais après si je suis d'humeur.

"- Pas grave... de toute manière, si on est là c'est pour parler non? Alors cesse de t'excuser a tout vas."


C'est vrai qu'il parle trop parfois. Mais c'est encore plus énervant qu'il s'excuse a chaque fois, si il m'as demander de rester, c'est pour discuter, alors, autant qu'il parle! Ou alors qu'il se taise totalement. L'un ou l'autre.

"- Tu a eu de la chance d'être entouré comme ça... Je vais te l'avouer clairement, je t'envie, finalement, j'étais pas si différente de toi quand j'étais petite, si ce n'est mes fréquentation. Je me demande comment ça peut être, d'avoir une famille..."


L'envie.... L'un des sept péché capitaux. Je vous l'ai déjà dit, je déteste les humains, mais plus je grandis, plus j'ai l'impression de m'abaisser au même désir primitif qu'eux tous. C'est inquiétant. Effrayant. Je préfère ne pas y penser.
Je le regarder un instant, puis je me décoller un peu de mon appuie, juste pour enlever ma capuche, le frottement de mes cheveux contre le tissus quand je m'appuyer a l'arbre était douloureux a la longue, alors je les ramener tous sur mon épaule pour les faire tenir, puis je fixais le sol.
Même en imaginant du mieux que je pouvait, je me voyait toujours seul. Jamais entouré de qui que se soie qui me viendrait en aide.

"- Mais alors je ne comprend pas pourquoi tu me compare a tes frère et sœur. Vous avez l'air de tous être sociable et vous soutenir entre vous. Je suis solitaire, je n'ai rien a voir avec les personnes comme toi."


Une fois de plus, je soupirais.
La chanson de mon portable venait de changer, du métal. Mince, même avec le son au plus bas, je ne m'entend pas moi même, pire même, ça me déconcentre, je devrais changer de playlist.
Rock, métal, ou electro. J'en ai une de piano aussi. Je croyait l'avoir supprimer pourtant... ça me rapelle lorsque j'avais essayer d'apprendre a en jouer il y a longtemps, mais je n’étais pas faite pour ça. Pas assez... délicate? Rester derrière un clavier assise me lassais vite, je n'avais pas tenue longtemps pour tenter de m'instruire musicalement. je décider quand même de mettre cette liste de lecture de piano, au moin je serait sur de pouvoir l’écouter parler.

"- Bien. Je suppose que je dois me justifié sur le fait que je n'aime pas mon nom? Deja, que se soit ma propre identité ou pas, sa ne change rien. Tu a au moins remarquer que j'avais peu d'estime de moi même, je pense? Bref. En faite, ce n'est pas le nom en lui même que je n'aime pas, si quelqu'un d'autre le porter, je le trouverais sympa. C'est ceux qui me l'ont donné que je déteste, c'est des salaud, et tout se qu'il fond a mes yeux et mauvais. Alors je ne peut pas aimer se nom. Et tout les souvenirs qui y son rattaché. Si je pouvais changer d'identité et tout reprendre a zéro, ça serait génial. Un autre nom, une autre vie."


Je me tourner vers lui, le regard vide. Oui, j'en ai profité pour un tout petit peu vider mon sac, bien que le fond en reste secret. Je ne vais pas tout lui dire non plus. Finalement je parle beaucoup quand je veut, je fais des effort, c'est pas a tout le monde que je parle autant. C'est étonnant. En plus je ne lui parle même pas pour combler le vide, je parle juste parce que j'en ai envie, ça ne m'arrive presque jamais. De plus en plus étrange...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 849
Date d'inscription : 20/03/2014
Age : 22
Localisation : là où le vent est troublé.

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 20 ans
Orientation Sexuelle: Hétéro
Petit(e) ami(e): Aucune pour le moment
MessageSujet: Re: ça vaut bien une bonne pêche ! [PV: Watanabe Miku] Dim 10 Aoû - 19:54

Le jeune homme était, à nouveau, coucher sur le sol. Il adorait sentir la sensation de l'herbe sous lui. C'était quelque chose de si doux. Encore plus quand ils sont mouillé. C'est confortable. Encore plus qu'un lit. Voilà pourquoi le jeune homme adore tant de dormir à la belle étoile, d'autant plus que c'est bien plus beau d'avoir le ciel comme plafond, plutôt qu'un plafond normal blanc. Non, on se sent beaucoup plus libre lorsqu'on a que le ciel au dessus de sa tête. Et puis, c'est beaucoup plus beau les étoiles et la lune, que ce blanc qu'est ton plafond. Il serait bien rester dormir là, cette nuit, en fin de compte, s'il n'y avait pas trois types inerte à ses côtés. Le jeune homme avait le sourire aux lèvres. Il était détendu, alors que sa main touchait le collier qu'il avait, autour du cou. Ce collier offert par les membres de son orphelinat. Se remémorer ses souvenirs de l'orphelinat lui faisait que du bien. En fin de compte, il a toujours eu de la chance, lui. Il a toujours pu compter sur quelqu'un, le plus sincèrement possible. Il a toujours vécu parmis les plus sincères rires. Partager les moments de joie mais aussi de tristesse avec sa famille. Pu compter et aider tout les personnes les plus importantes à ses yeux. C'est vrai que vu de l'extérieur, sa vie pouvait sembler triste, mais à l'intérieur, il n'y avait rien de ça. C'était sa leur force. Ils n'avaient pas été gâté par la vie, mais ensemble, ils ont juste rendu la vie plus belle. Après tout, peu importe à quel point la vie peut-être cruelle, il ne faut pas rester abattu par cela, car la vie est belle. La vie apporte aussi de la joie, de l'humour, de l'amour, des beaux souvenirs. Chaque drame à sa part de joie. Cela dépend du point de vue, après tout. Le jeune homme continuait de regarder la lune, avec toujours son air nostalgique en se remémorant tout ces souvenirs, mais bien entendu, c'était l'oreille tendu qu'il écoutait alors Miku qui reprenait la parole.

«- Pas grave... de toute manière, si on est là c'est pour parler non? Alors cesse de t'excuser a tout vas.»

Elle marquait un point. Un rire crétin, tel était, à nouveau, la réaction du jeune blond. Il se gratta à nouveau la tête, en levant légèrement les yeux vers sa direction. Il lui offrit un sourire, malgré le regard hostile de la jeune fille, l'air de dire qu'elle avait raison, avant de relever ses yeux vers le ciel. Elle avait raison et pour la peine, le jeune homme tentera de ne plus s'excuser. C'est alors avec intention qu'il écoutait les nouvelles paroles de la jeune fille.

«- Tu a eu de la chance d'être entouré comme ça... Je vais te l'avouer clairement, je t'envie, finalement, j'étais pas si différente de toi quand j'étais petite, si ce n'est mes fréquentation. Je me demande comment ça peut être, d'avoir une famille... »

Alors, surprise, elle n'était pas si différente que lui, en fin de compte. Du moins, elle devait avoir des points commun avec lui. Ce ne fut d'ailleurs même pas surprenant pour Jack qui se tourna sur le ventre, en posant sa tête sur le dos de ses deux mains, afin de la regarder avec intention, pour écouter la suite de ses paroles, intéressé. Il avait même l'air vachement intéressé puisqu'il n'avait même plus de sourire idiot, attendant d'écouter la suite des paroles de la jeune fille. Il regardait d'ailleurs attentivement ses gestes, puis retrouva un tendre sourire en la voyant, ne pouvant s'empêcher de sourire ce dernier. Il avait compris qu'elle devait sûrement être orpheline et n'avais pas eu la même chance que lui. Cela ne le surprenait pas plus que ça. Après tout, il n'était pas naïf au point de croire que tout les orphelinats étaient semblable au sien. Non, il sait que chez d'autres, l'orphelinat est qu'une horrible prison. Il savait bien qu'il avait eu de la chance étant gosse, et l'attitude de la jeune fille, qui semblait si froid avec les autres, et méfiantes, lui avait bien laisser penser qu'elle devait être orpheline et ne pas connaître ce qu'est une famille. Il comprenait. Elle n'avait pas eu la même chance que lui mais cela faisait qu'augmenter sa sympathie envers elle. Elle ne connaissait pas les bonnes choses de la vie, et il souhaiterait, désormais, tellement lui en montré. Lui montré que la vie n'est peut-être pas tout rose, mais n'est non plus pas tout gris comme elle semble le penser. Qu'il y a de bonne chose qui nous arrive, tout autant que des mauvaises choses. Après tout, son point de vue semblait être centré sur les mauvais côtés de la vie. Il souhaiterait lui faire partager un peu de son point de vue. Lui montrait comment, lui, il voit le monde de ses yeux. Son monde à elle devait paraître bien noir, tandis que le sien était beaucoup trop coloré. Il aimerait, juste, lui montrait un petit centième de ce qu'il vit, de sa vie. C'est sur ces pensées qu'il l'écoutait reprendre.

«- Mais alors je ne comprend pas pourquoi tu me compare a tes frère et sœur. Vous avez l'air de tous être sociable et vous soutenir entre vous. Je suis solitaire, je n'ai rien a voir avec les personnes comme toi.»

Encore une fois, elle soupirait et se prenait la tête avec ça. Le jeune homme avait juste un tendre sourire en l'écoutant se plaindre. Peut-être un sourire crétin, mais il l'a regardé chaleureusement. Pourquoi devait-elle tant se voir aussi mal ? Bien sur qu'ils sont tous sociables. Après tout, ils savent qu'ils peuvent se faire confiance, qu'ils sont tous pareils. Qu'ils sont frères et soeurs. Cependant, elle loupait quelque chose. Pratiquement tous était comme elle. Enfin, pas forcément, mais chacun avait du mal à son arrivé à l'orphelinat. C'est qu'au bout d'un certains temps que chacun à fini par comprendre l'autre et s'ouvrir leur coeur. Voilà ce qu'est leur orphelinat, ce que signifie son nom. The Heart's Orphenage. Bien sur qu'elle avait quelque chose à voir avec lui. Désormais, il en était certain. Ils n'étaient pas bien diffèrent. Ce ne sont que des orphelins. Elle n'avait juste pas trouvé quelqu'un d'autre comme elle sur qui comptait, voilà tout. Elle n'avait personne pour la soutenir, sûrement.
Il eu un rire, lorsqu'il la vu s'acharner sur son portable. Elle cherchait à changer de musique, cela l'amusait beaucoup. Il continuait de la regarder avec son sourire chaleureux, protecteur, et elle reprit la parole.

«- Bien. Je suppose que je dois me justifié sur le fait que je n'aime pas mon nom? Deja, que se soit ma propre identité ou pas, sa ne change rien. Tu a au moins remarquer que j'avais peu d'estime de moi même, je pense? Bref. En faite, ce n'est pas le nom en lui même que je n'aime pas, si quelqu'un d'autre le porter, je le trouverais sympa. C'est ceux qui me l'ont donné que je déteste, c'est des salaud, et tout se qu'il fond a mes yeux et mauvais. Alors je ne peut pas aimer se nom. Et tout les souvenirs qui y son rattaché. Si je pouvais changer d'identité et tout reprendre a zéro, ça serait génial. Un autre nom, une autre vie.»

Il comprenait. Enfin, il s'imaginait bien comprendre. Il lui sourit, avec ce regard si innocent. Ce regard sincère qui faisait comprendre qu'il comprenait. Qui ne jugeait en aucun cas. Cela devait pas être facile pour elle, mais il se l'imaginait déjà, de toute manière. Le simple fait qu'elle ait dit qu'elle le trouverait sympa si quelqu'un d'autre le portait lui donnait le sourire. Comme s'il avait la preuve évidente qu'elle n'était pas si mauvaise qu'elle le pensait. Pas aussi horrible qu'elle le croyait. Bien sur qu'il avait compris qu'elle n'avait pas une forte d'estime d'elle même. Cela ne le surprenait pas, de toute manière. Bien sur, il ne la trouvait pas mauvaise. Apparemment, elle détester les personnes qui lui ont offert ce prénom et ce nom. C'était des salauds ? Qui pouvaient-ils être ? Peut-être leur parents ? Cela expliquerait peut-être cela. Ils l'ont abandonné et elle leur en veux toujours ? Il comprend cela. Au début, il avait une haine pour ses parents car ils l'avaient abandonné. Cependant, il avait vite perdu cette haine envers eux, car il aurait sûrement jamais était aussi heureux avec eux. N'aurait jamais pu rencontrer la famille qu'il avait désormais et vivre sa vie comme maintenant. Il n'a aucun souvenir d'eux mais n'ai pas intéressé à savoir qui ils sont. Peu importe leur raisons. Qu'ils l'aient abandonné pour des mauvaises raisons ou des bonnes. Peut-être qu'ils pouvaient pas lui offrir une belle vie et l'ont offert à cette orphelinat pour son bien, ou ils l'ont tout simplement abandonner en ne voulant pas de fils. Peu importe car cela l'importait peu. L'orphelinat était sa seul et vrai famille !
Malheureusement, elle n'avait peut-être pas eu cette chance de pouvoir se dire ça, donc forcément, elle l'a toujours mauvaise. A moins que ce sont les personnes de l'orphelinat qui lui ont donné ce nom ? Peut-être qu'ils se comportaient comme des enfoirés avec elles. Il sait qu'il existe des orphelinats qui traitent comme des moins que rien les orphelins qui ne se sont pas fait adopté. Rien que de penser à cela lui fit serrer les poings. Il n'aimait pas ce genre d'orphelinat. Ce n'est pas ça, un orphelinat. Cependant, son regard reste envers le sien, et il lui sourit. Elle avait un regard vide. Il souhaiterait lui donner une raison de vivre, une joie de vivre. Il la comprenait, d'un certain sens. Si elle avait tant de ressentiment, c'était bien normal de vouloir changer de vie, de prénom. Il compatissait, et avec son sourire habituelle, reprit la parole.

«- Alors, toi aussi, tu es orphelin ? Je vois. Faut croire qu'on a plus de point commun que tu ne le pense.  »

Il lâcha ces mots avec son sourire crétin habituel. Comme d'habitude, il prenait la chose à sa façon. Il prenait toujours les choses de la meilleur façon possible. C'était comme ça qu'il était. Le jeune homme se contentait de lui sourire, suite à ces mots. Peu importe si son regard était haineux ou n'émettait aucun sentiments, rien ne changerait son point de vue sur elle. Elle n'était pas mauvaise à ses yeux et il en était certain. Alors, il se remit assit, pour lui faire face. Le coude sur son genoux et sa tête reposé sur la paume de sa main, il la regardait amicalement et chaleureusement. Il lui sourit, puis reprit la parole.

«- T'as raison. Après tout, puisqu'on discute, faudrait vraiment que j'arrête de m'excuser à tout bout de champ, mais j'y peux rien, j'suis comme ça. »

Le jeune homme rigole alors, suite à ses mots. Toujours avec cette attitude enfantine à rire, à chaque fois qu'il sait que sa façon d'agir est idiote. Cela le fait juste rire, c'est comme ça. Bien sur, il reprit un peu plus son sérieux, en la regardant. Il lui souriait, continuant à la regarder en réfléchissant à ses paroles. Bien sur, il comprenait ses mots. Il ne pouvait pas savoir ce que c'était d'être à sa place, mais il pouvait quand même le comprendre. Même s'il ignorait beaucoup sur elle, il savait qu'elle n'avait pas eu une vie facile, mais il était persuader que tout pourrait s'améliorer, contrairement à ce qu'elle semblait penser. C'est alors qu'il poursuivit.

«- Je comprend. Je suis désolé de t'avoir rappeler des mauvais souvenirs en te demandant pourquoi tu n'aimais pas ton prénom. Donc tu le déteste car ce sont des salauds qui te l'ont donné, ça se comprend. Je ne sais pas pourquoi mais j'ai l'impression que si je les connaissais, je ne pourrai pas les pardonner.... »*Il eu un rire idiot avant de reprendre son sérieux* «- Enfin, je suis désolé pour toi. Je sais que j'ai eu beaucoup de chance dans ma vie, et je trouve ça moche que tu n'ai eu personne auprès de toi. Que tu n'ai pas ta propre famille. Il y aurait bien des gens qui te soutiendront. Regarde, même ces trois là se sont trouvé, après tout.   »

Suite à ces mots, il lui sourit, toujours avec cette air chaleureuse, naturel auprès de lui. Après tout, malgré tout ce que pensais celle devant lui, il l'appréciait déjà. Avec son sourire, il la regardait alors en relevant sa tête de sa main, alors qu'il posait ses mains à terre, légèrement derrière lui pour se penché vers l'arrière. Son regard se tourne légèrement vers les alentours, puis le jeune homme reprit alors, avec son sourire habituelle.

«- Tu sais.... J'ai choisi moi même mon nom de famille. Mon nom est Jack Heartson. Si j'ai choisi Heartson, c'est parce que mon orphelinat s'appelait l'Heart's Orphenage.  »

Suite à ces mots, il sourit, encore. Après tout, il la comprenait, et son nom avait une symbolique pour lui. Alors, elle devait pouvoir le comprendre elle aussi. Voilà pourquoi cela comptait pour lui de raconter ça, même si ce n'est qu'une anecdote. Parce qu'il sait ce que c'est de vouloir changer de nom. Bien sur, lui c'était pour marquer à quel point son orphelinat comptait pour lui, alors que la jeune fille voulait changer de nom mais aussi de vie. Ce n'est pas la même chose, mais au moins, il est la preuve qu'on peut changer son nom. Ce n'est pas si mal après tout. Suite à ces mots, le jeune homme la regarde avec un air un peu plus sérieux, et reprend alors la parole.

«- Et si tu pouvais changer de nom. Si tu pouvais changer d'identité, de vie... Quel nom choisirai-tu ? Qu'aimerai-tu porter comme nom, si tu devais t'en choisir un ? »

Demanda-t-il, avec un air un peu plus sérieux, alors que son regard était porté sur celle de la jeune fille. Suite à ces mots, un beau sourire s'afficha sur son visage. Il était vraiment curieux de savoir quel nom elle aimerait porter, et il le lui montrait bien avec ce sourire. [/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 36
Date d'inscription : 21/07/2014
Localisation : Heu... Je suis ou-là ?

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 16 ans
Orientation Sexuelle: bisexuelle
Petit(e) ami(e):
MessageSujet: Re: ça vaut bien une bonne pêche ! [PV: Watanabe Miku] Sam 30 Aoû - 15:39

La terre venait d'happé mon attention par son odeur fraîche d'humus un peu humide.  On voyer que ce parc n'était pas très bien entretenue. L'herbe était assez longue, la globalité des plantes était plus ou moins abîmé. Les fleurs étais divisé en deux catégorie bien distinct; Celle qui fleurissais dans toute leurs splendeur, et les autre qui qui me semblait noircie par les insecte et le temps. Les jeu pour enfant sembler en bon état, si ce n'est que la balançoire emmettait des grincement épouvantable quand lui prenez l'envie, et que le toboggan était cabossé de toute part. Des jeux... Je me demande si dans mon enfance sa m'aurait plus de m'amuser dans ces lieu ou régner la naïveté. J’étais précoce, j’aurais trop réfléchis je pense. Mais sa aurais pu me vider la tête de tout ce que je j'encaisser chaque jours. Peu être est-ce du regret que j’éprouve en regardant ces installation? Je baisse les yeux, et évite de trop y penser.  
Je glisser mes doigt entre les fils d'herbe fraîche, comme le l'aurais fait dans les cheveux qui sont bien semblable a ses plante. Vert, fin, doux, mais on peu facilement s'y coincé dans des nœud. J'ai toujours était un peu négligente envers ma chevelure, rien de bien étonnant, ai-je l'air du type de fille a soigner son apparence? Ce n'est pas pour rien que j'ai l'air d'un homme. Je pourrait y remédier facilement! Soigner ma coiffure, m'habillé correctement et donc éviter de cacher mes formes sous des sweats larges, me maquillé, ect... Même pas en rêve. Ça serait encombrant, et inutile. Je n'ai pas envie de perdre mon temps pour changer de manière superficielle, me couvrir d'une illusion qui est loin d'être la vrai moi, sous prétexte de vouloir plaire a d'autres. Asocial comme je suis, autant se fondre dans le paysage. Ce faire oublier, devenir une ombre, un fantôme, que personne ne remarque. Et si jamais quelqu'un m'approche, un regard suffit a le faire fuir. Si quelqu'un m'approcher sa serait le genre de pigeon a vouloir aider tout le monde, qui n'aime pas voir les autre mal ou quelqu'un qui cherche des ami et qui en vient a son dernier recours. Mais comme je ne peut blairer personne, je les ignores. Mais aujourd’hui quelqu'un a réussis a m'approcher. Je devrais redoubler mes barrière a l'avenir. J'aurais du le frapper avant de découvrir se qu’était "une conversation amical" si on peu appelé sa comme ça. Honnêtement, maintenant que je vis ça, je me pose plein de question. Par exemple, comment tout ces gens que j'entend piailler a longueur de temps, comment peuvent t'ils toujours trouver de quoi parler, il y a bien un moment ou on est a court, non? Ils ne disent rien de constructif, ils parle de leurs journée, du beau temps, des films ou vidéo qu'ils on vue, de musique, de livre. Rien de plus anodin. Ça peut aussi devenir lassant. Et ce vacarme ambulant, incessants dont ils fond partie ne les dérange pas, tout ce bruit, comment ils peuvent s'entendre au milieu de tout ça? Même sans parler j'ai l'impression que ma tête vas exploser quand je les entends. C'est bien parce qu'on est dans un parc vide en pleine nuit qu'il a l'honneur de me parler. Sinon je l'aurais repousser depuis bien longtemps.
Au fond, cette rencontre m'a peut être appris quelque chose... Je suis peut être en manque de compagnie, un surplus de solitude risque de finir de m’écraser dans cette voie. Alors que je n'aime pas la présence des autres. C'est a ne rien y comprendre, je suis perdue.
Et si... Si j'arrêter de réfléchir un instant? Que je me poser bêtement dans l'herbe a parler de manière anodine en regardant le ciel? Sa serait possible? Par curiosité, je voudrait bien savoir combien temps je peut tenir sans me casser la tête... Non, aller, mieux, on vas essayer de paraître aimable. Pour changer. Au moins essayer, pour voir se que ça fait. Dans un élan de courage, je plonge mon regard sans expression dans le sien, et l'innocence pure et la gentillesse qui y régner me firent vaciller. D'accord, j'ai affronter beaucoup de regard dans ma vie, mais c'est tellement rare de rencontrer des gens aussi pur que sa me surprend. Il n'a rien sous l’écorce, non, il ne se cache pas, il est lui même rien de plus ou de moins. Il agît naturellement et ne cache pas son jeu, c'est ça qui me dérange, je ne décèle pas de double jeu apparent. Soie il est très doué. Soie il est vraiment gentil.

«- Alors, toi aussi, tu es orphelin ? Je vois. Faut croire qu'on a plus de point commun que tu ne le pense.  »


Il a raison pour le coup. Il a raison. Mais si on voie deux personne comme nous a côté, on a l'air des deux grand opposé. Qui verrais un point commun las dedans? Et je lui ressembler peu être quand il était jeune, mais maintenant nos caractère sont en tout point différent. C'est nos passé qui son semblable, et encore, on peut dire que lui a eu droit a une famille, en quelque sorte, c'est déjà ça. Nos ressemblance ne dépende que Evénement datant de notre enfance. Aujourd’hui, c'est nos différence qui son flagrante. Je ne souhaite rien avoir en commun avec lui en plus, alors, ça m’arrange, ne pas évoluer a ses avantage. Si je pourrais faire part d'une chose qui me semble étrange mais qui n'est que mon point de vue, c'est que je trouve que je suis plus mature que lui en étant rester la même que petite, alors que lui, a bien changé et parais encore plus gamin. J'y réfléchis.... Et ce ne sont que des impression. Au delà de sont attitude enfantine, il a quand même réussis a aider de nombreux enfant, a géré beaucoup de problème. La gamine c'est moi. Je me chamaille et me bats pour un rien, je ne cherche pas a comprendre et je me laisse guider au grès du vent et de mes humeur. Et dire que je me suis toujours pris pour une adulte. Me comparer a quelqu'un d'autre m'auras permis de comprendre que la vérité était tout autre. Je baisse encore la tête, et ma frange qui tombe devant mes yeux me cacher totalement. Que je suis bête. Incapable de me juger moi même. Je ne sais même plus qui je suis, ce que je veut faire, y'a t'il vraiment un destin qui m'attend? On m'a souvent qualifié de jeune sans futur, je ne les croyais pas, maintenant j'y repense. Avait-ils raison tout ces gens?

«- T'as raison. Après tout, puisqu'on discute, faudrait vraiment que j'arrête de m'excuser à tout bout de champ, mais j'y peux rien, j'suis comme ça. »

Au moins il sais s'excuser. J'avoue que j'en suis incapable, les mots "pardon" ou "désolé" me brûle la gorge a m'en rendre malade, il est bien rare que je les prononce. Ces dernière année j'ai quand même fait des effort de politesse, mais c'est toujours aussi rare que je m'excuse. Mais j'avais remarquer qu'il était le genre de personne a s'excuser souvent, il ne veut pas importuner les autre, il pensera a lui en second plan, seulement, son propre bien l'importe peu tant qu'il a le sourire des autre qui lui ai offert, ce seul geste lui suffit en guise de remerciement. Ça m’étonnerais que je me trompe la dessus. Il rigole encore, et m’exaspère davantage. Je soupire...

«- Je comprend. Je suis désolé de t'avoir rappeler des mauvais souvenirs en te demandant pourquoi tu n'aimais pas ton prénom. Donc tu le déteste car ce sont des salauds qui te l'ont donné, ça se comprend. Je ne sais pas pourquoi mais j'ai l'impression que si je les connaissais, je ne pourrai pas les pardonner.... »


Il rie encore. Il ne s'arête jamais... Mais. Attend. Il est sérieux là? Enfin, je veut dire, se qu'il dit là? Ce n'es pas une blague? Je veut bien admettre qu'il soi complètement naif, mais quand même, la il en veut a des gens dont il a attendue parler par une parfaite inconnue. Mais c'est pas croyable, il vas se faire bouffer et arnaquer si il est toujours aussi gentil! Non mais, je veut bien qu'il soie compréhensif, mais il ne peut pas en vouloir a ces connard juste parce que je lui ai parler d'eux en mal. Non pas que sa me dérange... Juste que... C'est tellement... Étrange bizarre, stupide, idiot, je ne sais pas comment y qualifié, je l'avoue. Il repris immédiatement la parole.

«- Enfin, je suis désolé pour toi. Je sais que j'ai eu beaucoup de chance dans ma vie, et je trouve ça moche que tu n'ai eu personne auprès de toi. Que tu n'ai pas ta propre famille. Il y aurait bien des gens qui te soutiendront. Regarde, même ces trois là se sont trouvé, après tout. »


Si on regarde sous un angle reculé, on peut presque dire que j'en ai eu une famille. Une famille d'ont personne ne voudrait. Une mauvaise famille. Je les maudit.
Cependant j'avoue qu'il a trouver un bon exemple. C'est vrai que si c'est trois la sont amis, vue les ordure que c'est, il ont eu bien de la chance de se trouver les un les autres. On a tous quelqu'un qui nous correspond. Une âme sœur, ou tout simplement des gens qui sont attiré par nous pour des raisons inconnue. Des personne sont plus attractive que d'autres certes, mais personne n'est jamais seul. Normalement. Normalement... Ça, c'est si on le décide. Et pour le coup, j'ai tellement décider de rester seul, que personne ne m'approcherais, que je me suis renfermé au point ou personne n'arrive plus a gravir l'immense mur de glace que je me suis construit, et dériére lequel je me cache, me dissimule, incapable de soutenir le regard des autre, me fessant pourtant passer pour se que je ne suis pas; un personne forte. Je sais me battre, mais mentalement je reste toujours aussi faible a mes traîner avec mes plaie béante que je refuse de soigner. Plus j'y pense, plus ces blessure sont douloureuse, plus elles me blessent, plus elle saigne, et plus mon âme se refroidie encore.
Si seulement il exister quelque chose pour réellement tout oublier, et pas pour un temps éphémère. Oublier a jamais. Revivre. Je serais peut être une de ces personne aimer que je hais tant et que je jalouse a la fois?

«- Tu sais.... J'ai choisi moi même mon nom de famille. Mon nom est Jack Heartson. Si j'ai choisi Heartson, c'est parce que mon orphelinat s'appelait l'Heart's Orphenage. »

C'étais possible de faire ça? Choisir son nom de famille? Il a de la chance, déjà que je trouver son nom cool, le fait qu'il y est une réelle signification derrière dois le rendre encore plus précieux a ses yeux. Ce que je peut l'envier. En plus ce nom est vraiment classe. Il Devais vraiment, vraiment tenir a sont orphelinat. La vie la bas devait y être agréable, tout comme l’ambiance qui y régner sa se voie, dans ses yeux, lorsqu'il en parle. Etre élevé dans un telle endroit doit permettre d'oublier le malheur de ne pas avoir de parent, il a eu une famille encore mieux avec ça. Une famille qui lui a donné un sourire, un destin. Je n'avait pas dit tout a l'heure qu'il fallais que j'arrête de réfléchir?

«- Et si tu pouvais changer de nom. Si tu pouvais changer d'identité, de vie... Quel nom choisirai-tu ? Qu'aimerai-tu porter comme nom, si tu devais t'en choisir un ? »

Ha.. Heu... Enfin, heu... Rhaaa... Mais je sais pas moi!

"- Mais qu'est-ce que c'est que cette question! J'ai pas envie de te répondre. J'aimerais juste ne pas avoir de nom et me fait oublier."

Autrement dit. Je sais pas. Tout simplement, même en y réfléchissant je ne trouve pas.
L’amabilité dont je voulais faire preuve, on en reparle? Je suis pas sur, mais je croie que pour le coup, je me suis foirer. Littéralement. Il vas falloir essayer de se rattraper, et vite. Baka. Ok, on oublie le fait qu'il faut que j’arrête de trop réfléchir, et on se concentre sur la gentillesse, courage.
On vas d'abors repartir sur les autre sujet pour faire comme si de rien n'était.

"- Des point commun tu dit? Je pense que c'est juste que l'ancre, notre enfance pour le coup, qui est partie sur la même base. C'est bien le seul "point commun" comme tu dit qu'on a. Je ne te ressemble en aucun cas."


J'ai dit ça comme si sa me blesser de lui être semblable alors qu'eu fond j'aurais aimé être comme lui. Jamais ma bouche ne sera capable de proliféré la vérité on dirais bien. Je ne ment pas totalement non plus, mais je fait toujours du 50/50. Une part de mes parole, la vérité, restera toujours cacher dans l'ombre de mes penser, c'est comme ça, je ne peut faire autrement.

"- Et je m'en fiche que tu m'ai rapeller ces souvenir. je n'ai pas besoin de toi pour qu'ils vienne me hanter alors sa ne change rien. Et je ne comprend pas. Comment tu peut en vouloir a ses personne juste parce qu'elles m'on fait du mal? On se connait même pas! Ça n'a aucun sens..."


Je regarde le ciel. La raison pour laquelle je le préfère la nuit, c'est qu'il ni a plus le soleil pour crée l'illusion d'un véritable océan au dessus de nous. Non, plus aucune barrière entre nous et l'espace. C'est toujours un pas de plus vers la liberté. Tout devient transparent de laissant voir que la vérité. Un jours, je réussirais a être comme se ciel de nuit. Ne plus rien cacher. Montrer se qu'il y a vraiment au fond de moi, cette misérable petite fille faible. Rien que la vérité.

"- Je ne veut pas que des gens m'approche. Maintenant c'est trop tard, j'ai rejeter le monde entier, alors si quelqu'un ce rapprocher de moi je refuserais. Sa ne m’intéresse pas tout ça, on a moins de problème quand on est seul."


J’espère qu'il a compris au moins mon sous entendue, si jamais ils voulais être mon ami, c'est loupé. Je croise les bras et le toise durement. Amabilité, zéro. Je n'ai plus qu'une chance pour me rattraper. J'en ai marre de me rater a chaque fois. Cette fois si, je vais réussir. Je n'ai qu'a... Je n'ai qu'a lui dire le nom que j'aurais aimé avoir. Je tourne la tête et regarde le parc désert, ne bougeant pas le reste de mon corps.

"- Tu a eu de la chance de pouvoir choisir ton nom de famille, il est genial en plus, sa doit être super d'avoir un nom avec une telle signification. Je ne sais pas se que j'aurais choisie comme nom de famille, mais, si j'aurais pus choisir mon prénom, ça aurait était Yume. "Rêve" en japonais. Je déteste la personne que j'ai vue le porter, mais je trouver se nom magnifique, il ne lui allait pas, je ne prêtant pas que je le mérite, mais j'aurais aimé le porter a sa place, le lui voler. Et puis.... Ils m'irais quand même mieux que le mien quand on sais se que sa veut dire."

Je tourne juste le regard pour le voir, mais pas la tête. J'insister, toujours aussi inexpressive, avec mes yeux de feu. Je l'examiner sous tout les angle, comme si j'etait une machine qui analyser un produit. Puis je me rapelle de toute les fois ou ses yeux rouge on déranger des gens, par leurs couleurs peu commune et vive. Ce rouge étais assez mal vue, entre mes cheveux et mes yeux on me qualifier souvent comme une marginal. Si ils savais qu'ils était naturelle. Si ils savait...
Je détourner alors le regard en murmurant discrètement comme si se mots refuser de sortir "désolé". On ne sais jamais, peu être que la vue de ces yeux le dérange lui aussi. Je soupire, et ferme les yeux, toujours attentive. Je veut juste, me vider la tête. Arrêter de me tracasser pour un rien...
Oublier..

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 849
Date d'inscription : 20/03/2014
Age : 22
Localisation : là où le vent est troublé.

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 20 ans
Orientation Sexuelle: Hétéro
Petit(e) ami(e): Aucune pour le moment
MessageSujet: Re: ça vaut bien une bonne pêche ! [PV: Watanabe Miku] Mar 6 Jan - 15:56

C'est marrant comme de petit détails, qui d'extérieur ont l'air de rien, peuvent changer la destiné d'une personne. Comment deux personnes, tout d'abord similaire, peuvent changer du tout au tout, pour de simple petite chose, qui nous paraient parfois si insignifiant. Bien sur, le blond était un drôle de bonhomme. Un abrutit au grand cœur, tel un héros d'un manga de type shonen. Quelqu'un qui sourit toujours, qui ne semble pas du tout atteint par les difficultés de la vie et dont seul le bien être de ses proches compte à ses yeux. Cependant, il aurait pu être quelqu'un de bien autre. Un peu comme la personne en face de lui, qui lui faisait tellement pensée à lui et un bien nombre de ses frères et sœurs, à ses yeux, aujourd'hui. Il aurait aussi pu devenir distant, avec ce sentiment qui le rongeait quand il était jeune. Ses parents l'avaient abandonné, c'était pour lui la seule chose à retenir. Une haine envers les autres, un sentiment d'être rejeté par les autres, une envie de s'éloigner des autres. C'était ses pensées, bien qu'il fût vrai qu’il les avait alors qu'il était encore très jeune, mais il aurait pu être encore dans ce cas là. Il aurait pu être tout autre. Devenir quelqu'un de solitaire, qui refuse d'être parmi les autres, s'il n'avait pas eu cette chance. Cette seconde chance d'avoir une nouvelle famille grâce aux personnes de son orphelinat. D'être entouré d'une vraie famille qui l'aime et qu'il aime en retour, malgré le fait qu'ils n'étaient pas une famille dans le vrai sens du terme. Non, la vie lui avait finalement sourit, et il avait gagné quelque chose d'extraordinaire. Bien que cela n’ait plus d'importance à ses yeux, parfois Jack repensait au motif de l'abandon de ses parents. Peut-être savaient-ils qu'il serait bien plus heureux dans cet orphelinat ? Peut-être l'ont-ils mis ici parce qu'ils l'aimaient ? Bien sur, que ce soit cette réponse ou non, la question n'avait plus aucune importance à ses yeux, mais il pouvait voir la chose sur un nouveau angle, car il pouvait se dire être heureux. Avoir la joie de vivre, c'était ce que l'orphelinat lui avait offert, en plus d'une famille.

Alors, forcément, c'était tout à fait logique que cette personne avec qui il discutait, en quelque sorte, avait gagné en sa sympathie. Bien sur, n'importe qui peut gagner la sympathie de Jack. Voilà comme il est. Il voit en n'importe qui un ami, un proche, dont il voudra s'approcher et passer de bon moment avec. Mais pour cette “Mie Crue”, comme il l'a gardait en mémoire, il y avait cette chose en plus. Le fait qu'il se reconnaissait en elle. Qu'il reconnaissait ses frères ou ses sœurs en elle. C'était comme s'il l'avait déjà adopté, têtu comme il est, malgré la volonté de cette dernière à ne pas vouloir avoir un quelconque lien avec d'autres personnes. Aussi agaçant que cela puisse paraître, si le jeune homme vous considère comme un ami, il est pratiquement impossible de lui faire changer d’avis. C’est ainsi l’homme qu’il est devenu en grandissant dans son orphelinat. Un jeune homme capable de toujours trouvé quelque chose de bien chez les autres et de les accepter quel qu’ils sont. Malheureusement pour Watanabe, elle n’avait pas eu de chance en tombant sur lui. Elle qui semblait se refusait d’avoir un quelconque ami et se faisant un point d’honneur à faire oublier l’idée à quiconque ose s’approcher d’elle, venait de tomber sur un cas bien spécial. Un véritable cas désespéré, malheureusement pour elle.
 
Bien entendu, il n’était pas complètement idiot, et savait bien qu’elle n’aimait pas ça, des masses, de pouvoir discuter, mais heureusement, elle avait accepté de poursuivre leur discussion, comme par miracle. Le jeune homme parlait comme à son habitude, sans se soucier des quelques regards noirs et désagréable qu’elle lui lançait. Non, ça n’avait pas d’importance. Il la regardait avec son grand sourire idiot et sincère, parlant de leur passé respective. Comme il s’en était douté, elle était orpheline, tout comme lui. C’était pour lui ce qui les rapprochait. C’était leur point en commun entre lui et “Mie Crue” mais aussi leur point de divergence. Leur orphelinat semblait tout à fait opposé, ce qui allait de pair à ce qui les opposait aujourd’hui. Il s’était excusé, à nouveau, encore et comme toujours, pour s’excuser trop souvent. C’était avec un rire idiot qu’il avait prononcé ces excuses, se rendant lui-même compte à quel point cela pouvait être idiot, mais c’était comme ça. Il était le genre de personne à ne pas aimer importuner les autres. Il n’aimait pas déranger les autres personnes, ou du moins les gens qu’il considère comme ses proches. Cela voulait tout simplement dire, que comme à son habitude, Jack n’en faisait qu’à sa tête et considérait déjà la personne en face de lui comme un ami. Si elle le savait, elle l’aurait sûrement déjà étranglé pour essayer de lui sortir l’idée de sa tête mais cela n’aurait pas plus de succès.
Bien conscient que la personne en face de lui lui en avait déjà dis beaucoup plus sur elle qu’elle ne semblait habitué à en dire, il reprit alors tout naturellement, la discussion en parlant un peu plus sur lui et se confiant à son tour, comme s’il le devait. C’était pour cette raison qu’il lui avait donné la signification de son nom. Pas que ce soit un secret pour lui. C’est juste qu’ordinaire, il ne trouve pas cela intéressant à dévoiler, mais dans cette situation, et sachant des briques de son passé, il s’était jugé utile de lui dévoiler ceci. Toujours avec son sourire habituel, le blond, taper par la curiosité, se demanda alors quel nom elle choisirait, si elle aussi, elle avait l’occasion de changer son prénom et son nom, puisqu’elle n’aimait pas son identité. Et c’est bien sur, sans réfléchir plus que ça, qu’il lui demanda sans prendre des pincettes, ce qui sembla prendre de cours la jeune fille, qui répondit alors sèchement.

« - Mais qu'est-ce que c'est que cette question! Je n’ai pas envie de te répondre. J'aimerais juste ne pas avoir de nom et me fait oublier. »

Bien sur, qu’est-ce qu’il attendait ? Pourquoi aurait-elle envie de répondre à une telle question ? Tel un idiot, le jeune blond se contenta de rire légèrement, en la regardant d’un air crétin, avant de lever son regard, une nouvelle fois, vers le ciel étoilé, comme un petit gamin qui a peur d’avoir fait une bêtise et qui, l’air de rien, tourne son regard vers un autre côté. Chacun sa méthode, après tout, puisqu’en face, on semblait aussi chercher à rattraper son erreur, avec une autre méthode tout aussi efficace, le changement de sujet.

«- Des point commun tu dis? Je pense que c'est juste que l'ancre, notre enfance pour le coup, qui est partie sur la même base. C'est bien le seul "point commun" comme tu dit qu'on a. Je ne te ressemble en aucun cas. »

C’est légèrement surpris que le jeune blond retourna son regard vers elle, retrouvant alors son sourire. Il avait eu peur d’avoir fait une connerie et c’était bien sur soulagé qu’il voie qu’elle acceptait malgré tout de continuer la conversation. Il l’écoutait alors attentivement, amusé par le fait qu’elle était en accord avec le point commun qu’il avait soulevé mais qu’elle persistait pour dire qu’ils n’en avaient pas d’autres, qu’ils n’avaient rien en commun. Il la regardait alors attentivement, remarquant qu’elle s’apprêtait à reprendre la parole.

«- Et je m'en fiche que tu m’as rappelé ces souvenir. Je n'ai pas besoin de toi pour qu’ils viennent me hanter alors ça ne change rien. Et je ne comprends pas. Comment tu peux en vouloir a ses personne juste parce qu'elles m'on fait du mal? On ne se connait même pas! Ça n'a aucun sens... »

Le jeune homme se contenta d’hocher la tête, en signe de compréhension, tout en gardant son sourire bien distinctif sur son visage. Elle avait raison. Comment pouvait-il en vouloir à des personnes sans les connaître et sans l’a connaître. Cela n’avait aucune logique. Enfin, dans un contexte normal. Pas pour ce dernier. Elle avait gagné sa sympathie, au point qu’il l’a considère déjà, malgré elle, comme un amie. C’était tout à fait normal pour lui d’en vouloir à ceux qui font du mal à ses amies. C’est l’inverse qui ne fait aucun sens pour lui, en réalité. D’autant plus qu’il savait bien qu’elle était honnête dans ses paroles. Ou, en tout cas, lorsqu’elle avait parlait de ça. Il se trompait rarement quand il s’agissait de reconnaître des paroles sincères des gens. Surtout lorsque c’est un sujet aussi délicat.

Il remarqua qu’elle avait tourné le regard vers le ciel et c’est alors, qu’une nouvelle fois, il se tourna vers le ciel nocturne. Le ciel, qu’il soit de jour ou de nuit, l’a toujours intrigué. L’a toujours fait rêver de liberté. Ce ciel, qui semble toujours aussi lointain mais aussi proche en même temps, à toujours réveiller ses instincts d’aventures. En pleine journée, il rêve de s’élever dans les nuages, afin de pouvoir les toucher et s’y coucher dessus. Bien que cela est complètement impossible dans la réalité, ils apparaissent tellement doux qu’il ne pouvait s’empêcher d’y penser. Et la couleur bleu du ciel, en pleine journée d’été, lui faisait pensée à un océan. Un océan où il rêve de s’y baigner et d’y nager jusqu’à des contrés lointaines, rêvant de découverte. Or, cette fois-ci, c’était de nuit qu’il pouvait admirer ce ciel. Ciel qui semble si calme et si beau. Chaque étoile éclaire le ciel, comme de petites torches. Il aimerait pouvoir un jour atteindre ces étoiles, voyagé de galaxie en galaxie, avec tous les membres de sa famille. Ce ciel nocturne lui fait pensé à chaque fois à son orphelinat, où tous avaient l’habitude de profiter de la nuit étoilé, de temps en temps, sur le toit de l’orphelinat, se rassemblant tous ensemble autour d’un bon barbecue. Au final, peu importe où l’on se trouve dans le monde, il y a bien une chose qui ne change pas : c’est la vue de ce ciel.

« - Je ne veut pas que des gens m'approche. Maintenant c'est trop tard, j'ai rejeté le monde entier, alors si quelqu'un ce rapprocher de moi je refuserais. Sa ne m’intéresse pas tout ça, on a moins de problème quand on est seul. »

Les paroles de la jeune fille l’ont fait sortir de ses pensées et redescendre sur terre. Le jeune homme se retourna vers elle, l’écoutant alors, comme d’habitude, sans dire un mot. Si elle souhaitait faire passer un sous-entendu ici et qu’elle espérait que Jack le saisirait, c’était raté. C’est avec sourire aimable et idiot habituel, qu’il continuait de la regarder, alors même qu’elle le froissait du regard. Pour lui, ce n’était que sa façon d’être. Il n’y voyait aucune animosité, crétin comme il l’est. Cependant, ses paroles semblaient être regrettables pour lui. Rejeté le monde, c’était à ses yeux quelque chose de réellement regrettable. Bien sur, la vie n’est pas toujours toute rose. Elle s’avère, la plupart du temps compliqué, amère et moche. On rencontre des gens et on se rend compte souvent qu’ils ne pensent qu’à leur propre personne. Qu’ils sont perdus dans leur propre monde, qu’ils te jugent sans arrêt et qu’ils peuvent s’avérer bien néfaste envers ta personne. On se fait des amitiés qui ne dure pas, on rencontre des abrutis envers qui ont a eu une confiance aveugle et on se fait trahir par certains, on trahit ceux qui ont vraiment compté pour nous. Cependant, on ne retient toujours que les mauvaises choses et on a tendance à effacer les bonnes choses. Les bons souvenirs, les amis qui nous sont toujours fidèles, les joies qu’on s’est procuré avec chacun et les belles choses de la vie. Certaines personnes vivent plus de mauvais moments que de bon moment, mais malheureusement, tout les bonnes choses pèsent que très peu dans la balance de chacun. Or, chaque moment passé avec un proche est quelque chose d’inestimable. Aussi petit qu’elle puisse paraître, leur valeur est comparable à un diamant pur. Tout comme n’importe qui, Jack a déjà été trahis par des personnes. Il a déjà rencontré des personnes qui ont tenté de gâcher sa vie et des personnes qui ne cherchent pas à comprendre tout ce qui ne tourne pas autour de leur personne, mais malgré tout, jamais ces choses ne l’atteignent car il a appris à savourer chaque joie que la vie lui apporte, même la plus insignifiante qu’elle puisse être. Alors, pour lui, rien n’est plus sacré que voir le sourire de ses proches rayonnait sur leur visage. De pouvoir passé ne serait-ce qu’un pauvre grain de sable en terme de temps auprès de l’un de ses proches, et par conséquent, l’idée de penser qu’on était mieux seul lui paraissait complètement erroné.

Bien sur, malgré tout, il se contenta de l’écouté. Après tout, il ne pouvait pas comparer sa vie à la sienne et elle n’avait sûrement pas eu autant de chance que lui pour pouvoir profiter un tant soi peu de tout ses moments. Il la regarda jetait un regard dans le parc désert, puis l’écouta une nouvelle fois, reprendre la parole.

« - Tu a eu de la chance de pouvoir choisir ton nom de famille, il est génial en plus, sa doit être super d'avoir un nom avec une telle signification. Je ne sais pas se que j'aurais choisie comme nom de famille, mais, si j'aurais pus choisir mon prénom, ça aurait était Yume. "Rêve" en japonais. Je déteste la personne que j'ai vue le porter, mais je trouver se nom magnifique, il ne lui allait pas, je ne prêtant pas que je le mérite, mais j'aurais aimé le porter a sa place, le lui voler. Et puis.... Ils m’iraient quand même mieux que le mien quand on sait se que sa veut dire. »

Suite à ces paroles, le visage du jeune blond se mit à rayonner par son sourire. Finalement, il avait eu la réponse qu’il souhaitait tant avoir et il fut bien surpris de l’avoir, ayant cru qu’il l’avait froissé en le lui demandant. Yume. C’était un beau nom. Facile à retenir, d’autant plus que sa signification était belle. Il l’a regardait alors avec son sourire rayonnant, croisant alors son regard inexpressive. Quelques secondes s’écoulèrent et cette dernière baissa alors son regarde, en murmurant quelque chose d’incompréhensive, avant de fermer les yeux. Enfin, incompréhensive ou pas, le jeune blond comprit ce qu’elle avait dit, étonnamment. Lui qui ne comprenait pas les sous-entendus, parvenait à comprendre ceci. Un véritable cas désespéré. Il se contenta alors de sourire, la regardant, avant de comprendre qu’elle n’avait plus rien à dire. Il se contenta alors de se relever, avant de s’étirer, l’air de rien. Son regard se perdit un instant dans le parc, puis il se gratta la joue, réfléchissant à ce qu’il pouvait dire, avant de reprendre.

« - Tu sais, je trouve aussi qu’on ne se ressemble pas. Après tout, tu imagine à quel point cela serait ennuyeux si on se ressemblait ? Si on se ressemblait tous. A mes yeux, ce qui est intéressant, c’est qu’on est tous unique et que malgré tout, on peut rire ensemble, malgré nos différences. Même si je doute qu’on a qu’un seul point commun, cela reste beaucoup plus amusant si on est si différent que ça, malgré notre même ancre, comme tu dis. Je trouve ça bien plus intéressant d’être tous unique. Beaucoup plus amusant de partager des choses avec des personnes qui n’en pas tant de chose en commun avec nous même. On apprend beaucoup plus comme ça et ça attise aussi énormément ma curiosité. »

Encore une fois, le jeune était pris par son petit rire idiot. Comme toujours, les mêmes gestes lui venait à cette instant. La main sur les cheveux, se grattant le crâne en se pensant idiot, ce qui n’est pas totalement faux. Il se contenta de jetait un regard vers la jeune fille, toujours aussi souriant, avant de reprendre.

«- Ouais, ce serait énormément ennuyant si on était tous pareil, même si certains le sont quand même, ennuyant haha… Enfin, je suis heureux de pouvoir partager des choses avec des personnes tous plus différents les uns que les autres et nos points communs ne sont que là pour nous comprendre d’avantage. C’est pour ça que moi, je ne pourrai pas rejeter les autres. Je trouve que tout ça vaut de l’or, et ma famille, mes amis, ce sont tous ce qui compte le plus à mes yeux… »

Suite à ces mots, le jeune garçon se contenta de sourire timidement, mettant ses mains dans ses poches en regardant au loin, comme s’il guettait quelque chose. Le jeune homme prit alors une petite pause, avant de reprendre une nouvelle fois, en se tournant à nouveau vers la jeune fille.

« - Je sais que tout ce que je dis n’a souvent aucun sens. Ma façon de me comporter et d’être est sûrement étrange et agaçante, mais je suis comme ça. Je n’aime pas voir les gens pour qui j’ai de la sympathie n’être pas heureux, et c’est tout naturellement que je n’aime pas ce qui leur fait du mal. Pour moi, ça n’a pas de pris de voir un sourire sur leur visage. Je parle d’un vrai sourire. On ne se connaît peut-être pas mais cela n’a pas d’importance à mes yeux. Je connais la personne que j’ai en face de moi. La mie… heu, Miku que j’ai en face de moi, et c’est tout ce qui m’importe. Et je sais que tu étais honnête dans tes paroles lorsque tu parlais d’eux. C’est pour ça que je ne peux pas pardonner à des personnes qui poussent quelqu’un à les détester autant. C’est ma vision des choses. »

Il sortit alors sa main de sa poche, suite à ses paroles, pour se gratter la tête, avant de regarder à nouveau autour de lui, pour apercevoir au loin une lumière, s’approchait en leur direction. Une lumière qui semblait émaner d’une torche.  Comme il s’y attendait. C’était le gardien du parc qui faisait sa ronde habituelle. Le jeune garçon afficha alors un sourire et se tourna une nouvelle fois vers elle, la regardant avec son sourire en sachant qu’elle lui en voudra sûrement, mais peu importe, il reprit une nouvelle fois.

« - Bon, je pense que tu ne va pas apprécier mais tant pis. Sache que même si tu veux être oublié, je ne t’oublierai pas, comme je n’oublie jamais aucune personne que j’ai eu la chance de rencontrer. J’aimerai te compter parmi mes amis, même si je me doute que tu ne partage pas cet avis. Libre à toi de me frapper la prochaine fois que tu me rencontre, tu pourras même me donner une belle droite dans le visage car je me doute bien que tu le voudras, mais si je te recroise, je t’ignorerai pas de mon côté. Je sais que tu en as que faire des ennuies, mais je ne voudrais pas que tu t’attire d’avantage d’ennuie, donc tu m’excuseras pour ce que je vais faire. »

Il lâcha alors un rire idiot suite à ces mots, détournant rapidement son regard vers le gardien pour s’assurer qu’il était encore loin, avant de reprendre.

«- Je trouve que Yume est un très jolie prénom et qu’il t’irait parfaitement. A partir de maintenant, tu seras donc Yume pour moi. Ah et dernière chose, ne cache pas tes yeux, je les trouve vraiment géniaux. Désolé ! »

Suite à ce dernier mot, le jeune homme lâcha une dernière fois un grand sourire, bien crétin, avant de s’élancer à toute allure, en direction du gardien du parc.

«- Qui va là ! Jack, c’est toi ? »

S’écria alors le gardien du parc, avant que le jeune blond lui prend la torche des mains et commencent à prendre la fuite, en s’excusant, alors que le gardien du parc s’élance à sa poursuite, en lui criant dessus de s’arrêter.

«- Désolé papy ! C’est pour la bonne cause » s’exclama Jack.
«- Jaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaack ! » hurlait le gardien, lassait par ses conneries.

Le blond parviendra à  l’emmener alors jusqu’à l’autre bout du parc, avant de balancer sa lampe torche dans l’étang, et prendre la fuite en escaladant les grilles du parc, prenant alors la fuite en disparaissant dans l’obscurité de la nuit, dans des ruelles, alors que le gardien lui hurlait dessus qu’il allait lui payer la prochaine fois qu’il lui mettra la main dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 36
Date d'inscription : 21/07/2014
Localisation : Heu... Je suis ou-là ?

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 16 ans
Orientation Sexuelle: bisexuelle
Petit(e) ami(e):
MessageSujet: Re: ça vaut bien une bonne pêche ! [PV: Watanabe Miku] Ven 3 Juil - 12:28

Nos acte forge notre avenir. Il en a toujours etais ainsi.
C'est curieux et trés simple a la fois, il suffis de comprendre que notre vie n'est basé que sur des echanges, et seulement par ca. Aprés tout? L'existance n'as telle d'autre but que la transmission? La transmition de la vie. Du savoir. Des sentiment. Des parole. De tas de chose insignifiante, qu'elles soi morale, physique, musicale, intellectuelle, ou autour de tout type de centre d'interé. A chaque chose est associé son but, ses attribut, ses force, ses faiblesses, son lieu de vie et un tas d'autre information. Les information la concernant vont être transmise. Celle qu'elle amasse aussi. Depuis le commencement il en a toujours etais ainsi.
Mais l'homme lui a evolué, et la tranmission de ses informations ne se limite plus 'a l'heredité ou au tribut, et elle se fait a l'echelle mondial. Ainsi, tout le monde est en mesure d'acquerir le savoir, et certain exploite davantage cette soif d'apprendre que d'autre qui se contente d'une existance plus simple, créeant ainsi des echellons au sein même de cette especes. Et ainsi, l'homme n'a plus agit comme un seul groupe mais c'est divisé, encore et encore. Son savoir s'acroit mais est encore bien imparfait, mais il le retranscrit pour que tout le monde y est acces. Pour que tout le monde puisse s'elever. S'elever quitte a ecraser les autre.
Et ainsi se distingue ceux qu'on apelle "les forts" et "les faibles". Deux categorie bien distinct. Deux catégorie stupide. Deux catégorie qui ne veulent réelement ien dire. Deux catégorie crée pour reduire l'existance a notre echelle. Tout a étais simplifié, et tout est devenue faux dés l'instanct ou "l'innée" n'a plus suffit. Le savoir est quelque chose d'etrange. Quelque chose sans fin, quelque chose d'infiniment faux et vrai. EN faite, le savoir est la liberté. Etrange non? Mais plus on posséde de savoir, plus on peu voler haut, plus nos aile se deploie, grandisse et son en mesure de nous porter au dessus de ses nuage carbonné nauséabon. Il permet de se defendre moralement, de maniére a ne plus pouvoir être atteint, de se forger un caractére plus puissant, plus resistant. C'est la meilleur des clé mis a notre porté. On ma toujours dit quelle permetter d'evolué en bien.
Alors j'aimerais comprendre.
Oui, expliquer moi.
Pourquoi. Pourquoi.
Pourquoi se jeune homme aussi stupide qu'une huitre, me parais t'il plus libre que moi?
Pourquoi suis je enchainé au passé, a la terre, sans pouvoir m'élever, alors que j'ai posséder de grande faculté des l'enfance grace a mes origine. Lui a beau etre bête comme un ane... on voie dans son reguard que rien ne le retient. Il est si proche de moi et pourtant si loin. Si haut. Serait-ce que la jalousie qui s'enpare de moi? Sans doute... Sans doute que j'aurais aimé etre comme lui. Inscouciante. Me laissant guidé par les courants des vents de nos rêve qui nous porte et nous tire vers le haut. Sans doute aurais-je aimé posséder cette ignorance sereine, comme une grande plaine verdoyante entaché d'aucune pensé nauséabonde.. Sans doute aurais-je... Aurais-je voulue possédé cette âme d'enfant. Une âme pure. Une silhouette aussi eblouissante que le reflet du soleil dans la neige, au trait enfantin qui vous prend dans ses bras et vous entraine dans sa folle danse. Une danse enivrante qui vous monte a la tete et vous fait perdre toute conscience si se n'est juste de se savoir heureux, entre les bras chaleureux de cette enfance qui nours berce.
Tandis que la conscience trop aprofondie de se qui nous entoure nous assombrie. Un monde pourrie jusqu'a la moelle des os. Un monde laid. Une fois le rideau lever au dessus du thêatre illuminé de quelque merveille, on se fait assaillirent par tout ces esprit malsain diriger par le seul instinct d'etre les meilleure, d'avoir plus, toujours plus, encore plus. Notre especes ne merite meme pas de vivre, suite au crime quelle a commis. Ce n'est qu'un monstre. Un monstre avide, affamé, qui dévore tout ce qu'il trouve. C'est ce que je voie tout les jours.
Au final je me demande bien se que je suis, ou ce que j'aimerais être. Ce que je suis.. Tien, qui suis je? Surement une imbécile qui réfléchis trop? Une fille qui se torture la tête avec des question qui n'on pas lieu d'être. Une personne perdue qui ne comprend meme pas sa condition, et qui se demande si elle est promis a un quelconque avenir, aussi laid soie t'il. Aprés, suis je vraiment quelqu'un de violent ou est-ce l'image que je veut donner de moi? Et ce que je suis incapable de montrer qui je suis vraiment et d'assumer le fait que je ressent des sentiments comme tout autre etre humains seulement parce que je ne veut pas devenir comme eux?
Je vais finir paar me perdre moi meme a force de penser comme ca, je ne suis meme plus sur d'etre qui je suis vraiment. Pff. En faite je suis une psycopathe perturbé. Voila. Point barre. Je me saoule moi même.

« - Tu sais, je trouve aussi qu’on ne se ressemble pas. Après tout, tu imagine à quel point cela serait ennuyeux si on se ressemblait ? Si on se ressemblait tous. A mes yeux, ce qui est intéressant, c’est qu’on est tous unique et que malgré tout, on peut rire ensemble, malgré nos différences. Même si je doute qu’on a qu’un seul point commun, cela reste beaucoup plus amusant si on est si différent que ça, malgré notre même ancre, comme tu dis. Je trouve ça bien plus intéressant d’être tous unique. Beaucoup plus amusant de partager des choses avec des personnes qui n’en pas tant de chose en commun avec nous même. On apprend beaucoup plus comme ça et ça attise aussi énormément ma curiosité. »

Ouarg. Je sursaute une fois de plus en l'entendant parler, j'etais encore dans mes pensé, il ma surpris. J'ai honte a avoir aussi facilement peur. Je suis une pauvre cruche.
Hum. J'arrete pas de "cracher" sur se type, mais j'aime beaucoup son point de vue des chose. Il est simple, mais interessant. C'est celuis que la plupart des gens du type gentil et curieux on toujours. Lais la curiosité est un vilain defaut mon cher Jack, et tu n'aurais jamais du essayer de tout decouvrir, et surtout de t'interesser a une personne comme moi. Tu aurais du ma laisser dans l'ombre. Tu aurais du m'ignorer, ou m'attaquer, peut importe, mais pas te lier d'amitié, tout simplement. Tu aurais du. Tu aurais du faire comme si je n'etais qu'un objet sur ton passage, un de ses passant, dont on ne sais ni le nom, ni l'histoire, et dont le visage vous echappe quelque seconde apres l'avoir vue. J'aurais du etre ca pour toi. Et pourtant, une part au fond de moi est heureuse de pouvoir enfin vivre a travers le regard des autres. De se sentir vivant, et d'avoir une existance a proprement parler.
Mais bon, il vas forcement finir par ce lassé. Comme tout le monde. Je le voie aujourd'huis, il me considére comme une amie, je le considére comme une experience quelconque me permettant de pouvoir mieux analyser les sentiment, et demain il disparaitra de la mienne. C'est ainsi que les choses vont se passé.
L'avoir rencontré m'auras permis de découvrir de nombreuse chose, bien plus qu'en observant les passant. L'esprit humain et un puzzle infiniment complexe. A chaque fois qu'on pense poser la dernière pièce, les bord se cisaille pour pouvoir accueillir de nouveau morceau. Et justement, il est une des nouvelle piéce que j'ai aquis pour ce portrait que j'essaie de dresser de la race humaine.
D'une certaine maniére Je me demande comment j'ai pu me lasser aussi vite d'un monde ou il y avait autant de découverte possible. Haha, quand je vous dit que je suis une imbecile finis, c'est pas pour rien! On est tous différent, c'est notre force, c'est se qui rend le quotidien plus croustillant, se qui fait que le tableau de la vie et composer d'une infinité de couleur toute plus brillante les une que les autres, chacun se demarquant a sa façon.Meme le personne qu'on pourrais qualifier a tord et a travers de "banal" en veriter se demarque de tous. La vie est ainsi faite, on se ressemble autant qu'on différe les uns des autre, meme les jumeaux ne son pas identique, et c'est se qui fait notre propre personnalité.Mais certaine chose reste previsible, que se soie pour l'ensemble de l'humanité ou typique a chaque individue. Regard. Pas exemple. Je suis sur que d'un coup il vas se sentir bête et rire  comme un abrutie en se grattant la tête, se singe. 3.2.1. Bingo. Trop facile. Il l'as encore fait. C'est vraiment un tic décidément. Je ne sais pas si je trouve ça exaspérant ou amusant a vrai dire.

«- Ouais, ce serait énormément ennuyant si on était tous pareil, même si certains le sont quand même, ennuyant haha… Enfin, je suis heureux de pouvoir partager des choses avec des personnes tous plus différents les uns que les autres et nos points communs ne sont que là pour nous comprendre d’avantage. C’est pour ça que moi, je ne pourrai pas rejeter les autres. Je trouve que tout ça vaut de l’or, et ma famille, mes amis, ce sont tous ce qui compte le plus à mes yeux… »

Il y a une chose qu'on ne peut pas lui enlever, ce type est vraiment adorable. J'en serais presque ému de voir quelqu'un d'aussi innocent. Qu'est ce qu'il fou dans ce monde le pauvre? Si seulement beaucoup plus penser comme lui. Ce que je deplore c'est que pour quasiment tout le monde, ce qui "vaut de l'or" a leurs yeux c'est... Quelque piéce de monnaie. Un grade. Un titre stupide. De quoi se vanter et se trouver au dessus des autre. Ouai. C'est degoutant je trouve. Alors que lui... Il brille comme un enfant. Oui, un gosse. Les gosse son peut etre irresponsable, stupide parfois, et il leurs manque beaucoup de leçon de la vie a comprendre. Et alors? Ils se reléve. Encore, encore, et encore, ils embrasse fougueusement la vie, chaque seconde etant importante a leurs yeux. Ils chérissent les autres, prenne soin davantage des autre que de eux même et c'est ca qui est beau, ne ne pas porter le regard que sur soie, et de vivre dans le reflet des yeux des autres. Ca a tellement plus de valeur, de sens, et c'est tellement plus d'aider les autres que de se soucier de soie.
Je le pense vraiment. Ca ne se voie pas dans mes agissement, mais si j'etais maitre de moi meme je pense que se serais un de mes principe. Je suis devenue blasé a cause de se que le destin m'a offert certe, mais pas sans coeur, et j'ai toujours admirer cet esprit rever, a l'imagination sans borne qu'on les enfant. Un esprit qui ne lache jamais ses rêves. Bwaf. Faut que j’arrête de parler comme une vielle moi, je vais finir par devenir sentimental!  

« - Je sais que tout ce que je dis n’a souvent aucun sens. Ma façon de me comporter et d’être est sûrement étrange et agaçante, mais je suis comme ça. Je n’aime pas voir les gens pour qui j’ai de la sympathie n’être pas heureux, et c’est tout naturellement que je n’aime pas ce qui leur fait du mal. Pour moi, ça n’a pas de prix de voir un sourire sur leur visage. Je parle d’un vrai sourire. On ne se connaît peut-être pas mais cela n’a pas d’importance à mes yeux. Je connais la personne que j’ai en face de moi. La mie… heu, Miku que j’ai en face de moi, et c’est tout ce qui m’importe. Et je sais que tu étais honnête dans tes paroles lorsque tu parlais d’eux. C’est pour ça que je ne peux pas pardonner à des personnes qui poussent quelqu’un à les détester autant. C’est ma vision des choses. »

Je viens de dire que je voulais pas devenir une sentimental bon sang. Me fait pas faire de concession a ses pauvres lèvre qui meurt d'envie de sourire mais que je retient.
Oui du coup j'ai une tête crispé ridicule. Et oui sa fait peur a voir.
Rhaaa, c'est la premiére fois de ma vie qu'on me dit un truck gentil... Je sas pas comment réagir! Heu... Je vais lui en coller une. Non, mauvaise idée. Je croie pas que c'est se que les gens fond quand il s'aime bien. Hum. Quand ils son heureux il se fond des calin ou des bisoux, des machins comme ca, mais je suis pas tactile alors non. Pourquoi ne pas lui dire merci. Juste Merci. Merci d'etre la, merci d'avoir etais la premiere personne a m'avoir considérer comme une humaine. Merci de me considérer comme une amie? Mais avoir des amis n'as jamais étais quelque chose de positif pour ma part. Sa m'effaie. Me cloue. Me terrifie. Oui, a ce point, mais vous ne pouvez pas comprendre les peur que l'on peut acquerir en s'enfermant tout seul dans une cage pour ne pas etre blessé. On y gagne une protection. On y devient sauvage, et seul, terriblement seul, et on finis par se convaincre que le monde exterieur est un monstre et que au moin, dans cette cage en or tout est beau et aucun mal ne vous est fait. Mais ce n'est pas comme ca qu'on devient fort.
Alors releve toi Miku. Aller, sort de ta cage et saisie la chance qui t'est donné.
J'ouvrie la bouche pour parler mais aucun sons n'en sortie, et il me devança finallement.

« - Bon, je pense que tu ne va pas apprécier mais tant pis. Sache que même si tu veux être oublié, je ne t’oublierai pas, comme je n’oublie jamais aucune personne que j’ai eu la chance de rencontrer. J’aimerai te compter parmi mes amis, même si je me doute que tu ne partage pas cet avis. Libre à toi de me frapper la prochaine fois que tu me rencontre, tu pourras même me donner une belle droite dans le visage car je me doute bien que tu le voudras, mais si je te recroise, je t’ignorerai pas de mon côté. Je sais que tu en as que faire des ennuies, mais je ne voudrais pas que tu t’attire d’avantage d’ennuie, donc tu m’excuseras pour ce que je vais faire. »

OH CA OUI LA PROCHAINE FOIS JE VAIS TE COLLER UNE BONNE DROITE BIEN MERITER MON VIEUX.
Hum. Hum.
C'est dans se genre de moment que je me rend compte de ma réele ignorance. J'ai appris beaucoup de chose. La sociologie humaine, des fonction, théorème, statistique, des tas de connerie dans le genre. Mais je n'ai jamais appris le concept de l'amitier. Celuis d'amour m'as paru plus simple, il provoque la jalousie, et la jalousie apprait lorsque nous tenons a une personne et que nous dependont d'elle et pour moi, c'etais bien hors de question, vous vous douter! Je me trompe sans doute, mais c'est l'image que j'en ai eu. Quand a l'amitier, elle me paru bien plus complexe. C'est quelque chose d'infiniment simple. Un petit geste gentil, des conseil, des paroles agréable, des rires, des chansons, des larmes, des emotions, et tout un tas d'echange basé sur des petit geste comme ça. L'amitié et une relation de confiance mutuel, une forme bien plus puissante de solidarité pour laquelon pourrais tout accomplir. C'est.. tenir a quelqu'un.
Est ce que si Jack venais a mourir a cet instant precis je serais triste? Est ce que si quelqu'un s'attaquer a lui je lui viendrais en aide? Est-ce que si il etais en larme je le consolerais? Je ne sais pas... Je... Oui. Je pense que oui.
Aprés tout il m'as aidé tout a 'heure non? Un prété pour un rendue, j'ai etais ingrate vis a vis de lui. Je lui en dois une. Et j'admet qu'il m'interesse. A titre experimental, je pense que sa pourrais etre une bonne chose de tester voir se que sa fait d'avoir un ami.
Autre chose. Je ne comprend pas se qu'il dit qui ne vas pas me plaire. Y vas faire quoi au juste? Baston? Oh sa serais trop beau. Hum. Non je voie pas. Il eu un rire idiot et semblais regarder au loin. Je plisse les yeux. Un.. un guardien? Kusso. Manquais plus que sa. Et il vas faire quoi, me livrer? Hors de question! Je me lever d'un bond comme parer a l'action avant d'etre couper une fois de plus.

«- Je trouve que Yume est un très jolie prénom et qu’il t’irait parfaitement. A partir de maintenant, tu seras donc Yume pour moi. Ah et dernière chose, ne cache pas tes yeux, je les trouve vraiment géniaux. Désolé ! »

Eh oh, oh, non! M'apelle pas Yume! Je veut etre Miku pour toi, j'ai enfin l'occasion d'etre moi même! Puis sa me rapellerais beaucoup de mauvais souvenir si tu m'apeller comme ca, j'ai bien preciser que je ne m'entendais pas avec les personne qui l'avais jadis porter. Ah décidement, quel imbécile ce Jack. Je sais pas quoi faire de lui, je pourrais même pas le vendre avec ces trois neurone actif. En parlant de ses neurone... Pourquoi il part en courant? Vers le gardien? Mais?! Rhaaaa! Quel idiot on se serais planquer il nous aurais pas vue! J'emit un grognement sourd. Pourquoi il fait ça....

«- Qui va là ! Jack, c’est toi ? »


Le gardien semblais examiner les trait de l'idiot qui lui foncer dessus, mais il lui arracha la lampe des mains comme si de rien n'étais en courant a fond. J'le croie pas. Y fait ca pour que je m'enfuie mais c'est bien la pire métode que j'ai jamais vue. Exaspéré, je me taper le front de la paume de la main, comme si en relevant les yeux et se cognant, ma vision changerais. Dommage sa marche pas.
C'étais donc ca qu'il voulais faire. Il a raison. Sa me plait pas du tout.

«- Désolé papy ! C’est pour la bonne cause  
- Jaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaack ! »

Bon. Je suppose que c'est l'heure de fuir? J'ai meme pas eu le temps de lui repondre. Si il m'apelle Yume la prochaine fois je le tarte. Attend. J'ai dit la prochaine fois. Tss, comme si y aurais une prochaine fois, il m'auras oublié demain. Dommage. Pour une fois que quelqu'un essayer de me parler. Bon, au moin je serais débarasser. Et de nouveau seul, essayons de voir sa comme une bonne chose. Je soupirais et partie en courant vers le bord du parc ou je grimper a un arbre pour sauter plus facilement au dessus de la barriére, puis, capuche sur la tête je m'évader dans les rues en direction de mon appartement, la tête basse, les main dans les poches, fidéle a moi même. Plus ou moin en tout cas. Parce que je ne me sentais pas normal, ma poitrine etais serrer, ma gorge noué. Quelle est ce sentiment? De la contrariété? C'est stupide... Je ne suis pas comme ça....
Je secouer la tête et me mis a courir, courir pour ne penser a rien, courir pour se libéré, courir avec pour seul compagnie le regard pesant de la lune, avec au fond de moi une petite lueur d'espoir qui venais de naitre et qui se cachais encore habilement a mes yeux.

THE END
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: ça vaut bien une bonne pêche ! [PV: Watanabe Miku]

Revenir en haut Aller en bas

ça vaut bien une bonne pêche ! [PV: Watanabe Miku]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Suki Gakuen ♥ :: Extérieur du lycée :: Le parc-