Suki Gakuen ♥
Bienvenue à Suki Gakuen ♥

Ce forum était anciennement lié à Amour Sucré d'où l'adresse mais ce temps est révolu, nous vous proposons ici d'incarner des personnages parfaitement imaginaires et de venir les faire évoluer dans notre lycée ♥

Connecte-toi / Inscris-toi vite ! ☺


Bienvenue au lycée Suki Gakuen, où amour et conflits se mêlent pour un endroit unique au monde ♥
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Une histoire de petites culottes ! [PV.Joaquim Tosca]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 86
Date d'inscription : 26/05/2014

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 16 ans
Orientation Sexuelle: Bisexuelle
Petit(e) ami(e): Je veux !
MessageSujet: Une histoire de petites culottes ! [PV.Joaquim Tosca] Ven 30 Mai - 18:31


Est-ce une qualité la perversité ?
PV. Joaquim Tosca




Enfin samedi ! J’ai passé une longue et fatigante semaine de cours, et le pire dans tout ça, la plupart des journées c’était des examens. Je haïs les contrôles ce n’est pas possible. Mais bon, c’est derrière et ce week-end j’ai envie de me changer les idées, prendre de l’air, et faire chauffer la carte bleu ! Dommage ! Je n’en ai pas. Mais heureusement j’avais un peu d’argent de poche que mon papa m’envoyait, qu’il est gentil mon papounet. J’ai demandé à quelques copines de m’accompagner en ville, mais elles étaient déjà toutes prises, ça n’allait pas pour autant me pourrir mon samedi. Depuis mercredi il n’a pas arrêté de pleuvoir, aujourd’hui le soleil était au rendez-vous, et je n’allais pas rester dans ma chambre à ruminer l’air ou lire des livres que j’avais empruntés dernièrement à la bibliothèque. Je venais tout juste de sortir de ma douche, et je regardais dans ma grande armoire ce que je pouvais mettre de mignon aujourd’hui. Un short ? Non. Un jeans ? Encore moins, j’allais crever de chaud. Je me suis décidée pour une jupe blanche avec un petit top moulant rose, ainsi qu’un gilet fin. Je me suis posée devant mon armoire pour commencer à sécher mes cheveux et les coiffer. Cette fois je n’allais pas sortir sans retirer l’humidité de ma longue tignasse. J’étais tombée malade le week-end passés à cause de cet action non faite de ma part, j’ai pris les devants cette fois-ci. Puis après le séchage, j’ai pris mon lisseur pour rallonger encore plus la longueur, qu’est-ce que j’aime mes cheveux moi ! Et aujourd’hui j’allais les laisser détacher, je ne voulais pas perdre mon temps à faire une coiffure de trente minutes encore, le soleil m’attendait ! Arrêtant de les pouponner, je me suis levée pour enfiler mes habits. J’ai lavé les dents, pris mon sac en enfilant mes ballerines blanches, et je suis sortie de ma chambre la laissant seule, en effet je n’avais pas de colocataire, j’avais vraiment l’impression de mener ma petite vie de vieille déjà. Quel drôle d’idée.

Chantonnant une chanson que j’inventais totalement, je longeais le trottoir afin de voir défiler doucement les magasins. Entre boutique cosmétiques, fringues et autres, j’avais le choix. Je ne savais pas encore où j’allais me rendre pour faire mon petit shopping. Alors en attendant de me décider d’entrer dans un magasin, je profitais de ce temps aussi pour me détendre et me poser certaines questions existentielles. Comme par exemple, pourquoi les femmes s’habillent des fois avec des costumes forts sexys pour passer à l’acte ultime avec leur amant ? Quel effet ça fait aux jeunes hommes de voir leur demoiselle en petit tutu sexy ? Mais avant de trouver une réponse, j’ai remarqué un grand bâtiment qui était le centre commercial de la ville. Je n’étais jamais allée aussi loin dans la ville, en même temps ça fait que deux mois que je suis ici, je ne connais pas encore tout, et de tout de façon j’ai mauvaise mémoire pour retenir les lieux. Je suis entrée dans le centre commercial, plusieurs petites boutiques s’y trouvaient. J’allais certainement trouver mon bonheur. J’ai continué ma longue marche jusqu’à quand je dépose mes yeux dans un petit magasin au fond du couloir, Je me suis mise à sourire doucement car j’ai remarqué que c’était un petit sex shop avec justement plusieurs déguisements osés pour en faire baver plus d’un. Marchant aveuglement jusqu’au seuil de la porte et ce sourire grand jusqu’aux oreilles, je me suis faite tenir par l’épaule.

« Hé hé hé petite ! C’est pour les grands ce magasin ! OUST ! »
« Oh ça va ça va… »

J’ai fait demi-tour, lançant un dernier regard sur la vitrine, il y avait un ensemble juste trop mignon. Une petite queue de chat et les oreilles qui vont avec ainsi que la tenue en forme de maillot une pièce. Tssss, me faire sortir d’une boutique alors que je suis assez mature pour comprendre ce genre de choses, ils nous montrent tant d’images salaces dans les magasines ou encore à la télévision. Mais le questionnement de tout à l’heure, sur les envies sexuelles qui sont quadruplés quand on voit la personne qu’on aime dans le rôle d’une autre personne. C’est étrange de jouer du théâtre pour faire fantasmer son ou sa partenaire.

« Un jour, je vais moi aussi découvrir cette belle sensation de plaisir ! » Dis-je avec le point serré, et j’étais bien déterminée.

Quelques passants me regardaient avec un regard étonné, ce qui faisait bien rire plus d’un. Cela m’arrivait de me parler toute seule, je devais vite perdre cette habitude. J’ai repris ma démarche lente regardant vitrines sur vitrines. Soudain, je me stoppe une nouvelle fois, un magasin d’habits pour homme et femme, pourquoi pas. De tout de façon fallait bien que je rentre un moment ou un autre dans un magasin, sinon j’allais entrer encore les mains vides, et même si je n’avais pas beaucoup d’argent, je voulais bien me faire un petit cadeau. Je me trouvais évidemment dans le rayon demoiselles. Je lançais quelques regards sur les hauts, puis les robes. Il y avait tant de choses mignonnes, je ne savais pas me décider. J’achetais toujours mes habits soigneusement, j’adore porte de jolis habits qui collent bien avec ma personne, et surtout, comment je pourrais plaire à qui que ce soit en m’habillant comme une poubelle ?

Evidemment, je regardais aussi les sous-vêtements, il y avait des soutiens-gorge plus mignon les uns que les autres, mais très souvent ma taille ne s’y trouvait pas. Soudainement, du coin de l’œil, quelqu’un m’a interpellé, un jeune homme pour être précis. Mais c’était Joachim ! Le monsieur Punk avec son petit minois mignon, enfin mignon, il l’est mais quel caractère de merde qu’il peut avoir. Il se trouve justement que je connais bien ce côté maléfique qu’il a. Je ne le supporte pas, et il me supporte pas, c’est génial tout ça non ? Tout ça parce que monsieur voulait faire sa tête de mule et me narguait avec mes questions ‘’stupides’’ pour lui, mais intéressantes pour moi. Il ne comprend rien, enfin oui justement, je pense qu’il comprend tout, il connaît tout ce que je veux pouvoir connaître un jour, ce plaisir inconnu encore qu’on peut partager. L’autre jour il m’a totalement ignoré, il a ignoré mes questions, j’allais lui faire payer, il ne fallait pas ignorer mademoiselle Noya ! Je me sentais prête à taquiner mon joli petit Punk. J’ai pris une petite culotte rose juste trop mignonne avec un petit nœud blanc sur le derrière, et je me suis dirigée vers lui doucement, heureusement il ne m’avait pas encore vu, enfin certainement. Rapidement j’ai vite mis la culotte dans sa poche et je me suis mise à crier en tenant ma jupe.

« AAAAAAH ! Pervers ! Il m’a soulevé ma jupe, regardez, c’est un pervers et psychopathes des culottes ! »

Dis-je en pointant la culotte qui se trouvait sur lui. J’étais en fin de compte une très bonne comédienne, il fallait à tout prix que je puisse m’approprier un costume comme j’ai vu dans le sex shop… Je continuais de faire ma victime avec un arrière sourire pour lui faire comprendre que c’était moi la vipère, et non lui, il ne fallait pas avoir Kimiko Noya dans ta liste noir mon joli petit Punk. Quelques personnes regardaient en vers notre direction, et un vendeur s’approchait méchamment dans notre direction, on allait rire. Que je suis mesquine... !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 69
Date d'inscription : 08/05/2014
MessageSujet: Re: Une histoire de petites culottes ! [PV.Joaquim Tosca] Sam 31 Mai - 17:37

Juste une complication


Ma chambre. Pauvre chambre, qu'as-tu fait pour mériter tant de haine de ma part ? Certainement rien, peut-être parce que tu ne ranges pas les vêtements par terre à ma place. C'est chiant le ménage, on va pas se mentir personne ne prend du plaisir à nettoyer. Quoique j'aurai préféré être maniaque pour que tout soit parfait. Je trouve ça pas mal ce genre de personnes, elles ne sont pas tarées au contraire. C'est limite si je les admire. Je suppose qu'il faudra que j'y mette du mien un jour ou l'autre, en tout cas ce ne sera pas pour maintenant. J'ouvre mon placard pour chercher de quoi me changer après le basket et la douche. Je remarque alors que c'est assez limité. J'ai dû les paumer sous mon lit, derrière le bureau et encore... Bon au moins, ça me donne envie d'aller acheter de nouveaux vêtements, histoire de renouveler ma garde robe. Alors je me prépare rapidement et finis par quitter le pensionnat.

Je me rends tranquillement en ville en prenant le bus. La prochaine fois je m'y rends à pied si c'est pour attendre mémé parler de ses tomates cultivés dans son petit jardin. Elles sont si fragiles, si douces, si simple. MAIS MERDE C'EST CE QUI ME FAIT CHIER. Une fois arrivé, je me précipite à me rendre dans le rayon vêtement pour homme et femme. Je commence déjà à m'intéresser sur quelques baggy en jean. Ils sont vachement pas mal et je suis pratiquement certain qu'ils m'iraient comme un gant, comme je suis plutôt grand. J'aime bien les choses décontracté.

« AAAAAAH ! Pervers ! Il m’a soulevé ma jupe, regardez, c’est un pervers et psychopathes des culottes ! »

Je lève un sourcil. Elle est taré cette meuf de crier comme ça, sérieusement j'ai flippé. Attends, c'est Kimiko ? Qu'est-ce qu'elle fout ici ? C'est moi que tu regardes en hurlant ça là ? Hhahahdfdmgh. Non. Non. JUSTE NON. Pourquoi elle me fait ça, pourquoi maintenant et en public bordel. Je ravale ma salive en apercevant au moins cinq personne se tourner vers moi. Bordel, comment se taper la honte et être perçu comme un gros porc. Génial. Si vous voulez des cours appeler Kimiko, elle vous rendra sacrément service, hein. Pour le coup j'étais assez mal à l'aise et énervé à la fois, mais je préfère garder mon calme et ne pas me montrer violent avec elle. Parce que je lui aurai clairement fait un scandale. Le problème est que je n'aurai certainement personne avec moi vu la situation actuelle. Un homme, qui semble être un vendeur s'approche de moi, l'air assez énervé. Merde. Pitié n’appelles pas la sécu je suis innocent, ça se voit non ? Merde, non. Ok je suis parais étrange avec ma coupe mais ne juges pas sur l'apparence. J'aurai dû amener la mamie du bus avec moi...

- Toi là, fiches le camp d'ici où j'appelles la police !
- Monsieur, je vous assure que je n'ai strictement rien fais, je cherchais juste un bas pour moi. Je la connais ELLE EST FOURBE ELLE ME HAIT NE LA CROYEZ PAS. J'attrape le bras du mec et le met en face d'elle. Je garde mon calme, il devait me prendre au sérieux, il devait me croire. Regardez ses yeux, dîtes moi que vous voyez dans ces yeux cette mesquinerie qui brûle en elle.

Le type me dévisage, me prenant certainement pour un petit barge qui fait son petit rigolo. Mais absolument pas. Je suis sincère, là. J'exige dans ce cas un avocat. L'homme commence à m'attraper par le bras. Ah non non je ne veux pas dire bonjour à la police ça ira, hein haha. Je n'ai absolument rien fait pour mériter ça. Elle est tarée, elle se rend compte de ce qu'elle est en train de faire ?! Ma colère ne cesse de grandir pour elle. Tu l'as bien cherché. Je sors alors cette..... culotte ridicule mise dans ma poche et la lance sur la figure du vendeur.

- Je suis gay. J'aime les nem. Vous êtes intéressé ? Non. Alors ne me touchez pas. Les filles ne m'intéressent pas. Ne m'emmener pas chez la police pour rien. Aller Kimiko, dis leur que je ne t'ai rien fait, déconnes pas. Je n'ai pas envie d'avoir des problèmes de justice pour une stupide blague de ta part dis-je sérieusement.

D'ailleurs si je peux dire : adieu ma fierté. Je viens d'offrir le bon gros cliché du type à la coupe coloré gay. Merde quoi. Il fallait que je sorte le mensonge du gay. Certes, ça ne marche toujours pas mais si je peux les faire nager dans le doutes c'est mieux que rien. Sérieusement, elle va me le payer celle-là. Je lui lance un regard noir, l'encourageant plutôt à immédiatement parler.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 86
Date d'inscription : 26/05/2014

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 16 ans
Orientation Sexuelle: Bisexuelle
Petit(e) ami(e): Je veux !
MessageSujet: Re: Une histoire de petites culottes ! [PV.Joaquim Tosca] Lun 2 Juin - 0:52


Est-ce une qualité la perversité ?
PV. Joaquim Tosca




Que c'est drôle mon Dieu ! ... Non, je dirais même plus ; c'est jouissif ! Joachim est bien le premier à être méchant avec moi au pensionnat, donc aucunes pitiés pour lui, ma gentillesse à des limites, et malheureusement pour lui, la petite diablesse qui est en moi et qui dort en temps normal est en forme aujourd'hui, et je vais en profiter. En même temps il avait qu'à se faire apprécier par ma personne et ma petite personnalité toute mignonne, comment peut-on ne pas aimer ce que je suis ? Enfin, ce n'est pas que je suis prétentieuse, ou peut-être seulement pour cette journée là. Quand enfin le vendeur se trouvait assez près de nous, j'ai naturellement pris le temps d'apprécier la prise de tête entre Johachim et ce pauvre vendeur totalement furax et qui était entré dans mon piège sans se rendre compte de ma comédie juste parfaite. J'ai pris la pose de la pauvre demoiselle en détresse, le poignet sur le front pleurant le désespoir total.

« Tant de perversité et de méchanceté dans ses actes et ses paroles, faites quelques chose voyons! »

Je dirais même plus que de la mesquinerie, le mot juste est vicieuse, perverse et pour ajouter une touche en plus, diabolique ! Malheureusement ce mot ne va pas vraiment avec mon physique mignon et choupinet, alors gardons juste les deux première définition, car elles me conviennent totalement pour ce contexte là. Si je pouvais me tourner quelques secondes pour ne pas être à la vue de tout le monde, je lâcherais un rire maléfique, mais il fallait que je tienne mon rôle jusqu'au bout, histoire qu'il s'en prenne plein la gueule, cette petite gueule de Punk que je trouve tout mignon, alala, sacré Joachim ! Si tu étais plus compréhensible par mes attentes, tu n'aurais jamais été dans une telle situation embarrassante, car en effet, le mot embarrassant n'est pas assez puissant pour décrire ce qui se déroule là, car tout s'est passé très vite. Le vendeur allait l'embarquer, et soudainement pour prendre sa défense, Joachim crie à pleine voix son homosexualité, qui est bien évidemment fausse.

Qu'est-ce qu'il ne fait pas pour se sortir de ce pétrin que j'ai moi même soigneusement créer pour le foutre dans cette merdier total. Les trois ou quatre personnes qui se trouvaient dans les périmètres affichèrent de petits sourires cachés. Je suis monstrueuse, je suis géniale ! Ce petit côté de soumission que Joachim nous démontre là est juste extraordinaire. Il manquerait plus qu'il se mettent à genoux devant moi et qu'il me dise ''OH ! Maîtresse Kimiko, veuillez me tirer de ce bourbier désastreux, je vous offrirais par la suite pleins de ballons et de sucettes !'' Cette idée était géniale, et je venais de penser à un autre costume délirant. Un clown sexy, pas mal, une robe rouge courte, des tallons aiguilles avec des bonbons partout sur le corps... Bon cessons de penser à ce genre de chose, il y avait un événement plus intéressant à suivre juste devant mes yeux.

J'étais en train de m'imaginer la scène autrement, et je voyais bien Joachim m'en foutre plein la figure si il le pouvait, quel triste sort pour lui, il est dans une position bien malheureuse. Il tentait tant bien que mal de me dissuader et de cesser mon petit jeu de gamine, certes, mais un jeu excitant. Je pouvais très bien laisser Johacim s'en aller avec ce vendeur rejoindre les flics pour faire une enquête sur lui et ses envies ou tentations perverses qu'il pourrait cacher dans son petit crâne de Punk mignon. Pauvre enfant... Mais bon, je pense m'être bien éclatée, et je devrais abandonner ce plaisir que j'ai de voir Joachim tenu comme un vulgaire chien et gentiment en train de se faire traîner loin de moi. Je suis vite aller vers et j'ai attrapé le bras de Joachim en le tirant vers moi pour faire lâcher prise au vendeur.

« Héhé, je rigolais en effet, ce petit gay adorablement mignon que vous voyez là n'est d'autre que mon grand frère, je suis sa petite sœur alors évidemment, j'adore le taquiner ! Mais je ne veux pas que notre mère nous gronde alors on va filer ! »

Sans ajouter un mot de plus, j'ai tiré Johachim hors du danger et des menaces qu'il pourrait se ramasser par le vendeur. On se trouvait en dehors de la boutique, au final je n'avais rien acheté, mais je m'étais trop amusée ! Comme une vraie petite enfant. En se trouvant dehors, j'ai directement lâché le bras de Joachim et j'ai tapé dans mes mains en sautillant sur place comme une petite sauterelle qui ne tiendrait pas en place.

« Yaouuuuuuuuuuuh c'était trop marrant de te voir dans cette situation là, hein dit, hein dit ? Je suis trop forte hein ?»

De tout de façon, il pouvait pas le nier, j'étais forte. Et il pouvait pas trouver mieux pour me narguer. Il m'aime pas, et je l'aime pas, mais j'adore embêter de cette façon là les gens désagréable avec moi. J'ai arrêté de faire ma petite fofolle et j'ai approché rapidement mon visage vers celui de Joachim.

« Alors mon petit Punk adorable, tu m'en dois une ! Je t'ai sorti de ton pétrin là. Je veux quelque chose en échange tu as le choix entre deux vêtements ! Tu m'offres la mignonne petite culotte rose que je t'ai délicatement déposé dans ta poche tout à l'heure, mais tu risques des problèmes en retournant là bas... DU COUP ! Il te reste que l'option deux, je veux trop un costume du sex shop là-bas ! »

J'ai pointé du doigt pour lui montrer la direction, ne le laissant pa le temps de me répondre ou d'agir j'ai ajouté :

« Je n'ai pas l'âge, mais toi oui ! Donc je pourrais t'accompagner. Allons-y ?! »

J'avais ce gros sourire bien mesquin et sadique mais qui accompagnait tellement ma personnalité d'aujourd'hui et surtout le lien que j'ai avec Joachim. Et je parlais bien fort avec une voix de petite fille bien chipie.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 69
Date d'inscription : 08/05/2014
MessageSujet: Re: Une histoire de petites culottes ! [PV.Joaquim Tosca] Sam 14 Juin - 20:37

Juste une complication


Stupide fille. Il ne manquait qu'elle pour clairement gâcher ma journée. Heureusement pour sa petite personne qu'elle a décidé d'arrêter son petit jeu qui ne m'amusait ABSOLUMENT pas. Seulement voilà, elle raconte un mensonge par dessus un mensonge si ce n'était pas génial ça. Bon sang mais qu'est-ce qu'elle raconte encore, sérieux. Ne sois pas plus stupide que tu ne l'es déjà. SON FRÈRE ? Tu te fiches de moi ou quoi ? T'as pas pu trouver mieux et seulement dire la vérité ? Heureusement bien qu'elle ne le soit pas réellement hein, je préfère encore la mienne de vraie, hein. Assume j'sais pas moi fais quelque chose. J'étais quand même soulagé et au moins le vendeur était plus retourné contre elle maintenant. Il n'y avait qu'à voir la tête qu'il tirait au moment même. Enorme problème. Elle décide de m'entraîner plus loin : dehors carrément. Alors. je vais. l'arrêter. de suite. Il est hors de question qu'elle s'imagine que je vais passer la journée avec elle c'est sans façon. Trouve toi d'autres potes j'sais pas. JE NE SUIS PAS DISPONIBLE POUR LE MOMENT. Surtout après ça. Pas question d'être de nouveau une victime et être à deux doigts d'une arrestation. Mon dieu. Comme si ce n'était pas suffisant, voilà qu'elle se montrait fière de son petit coup. Ouais le problème c'est que ça n'amuse que toi.

- Euh. Non ?? T'es carrément dégueulasse de me faire ça. J'rigole pas avec toi. Là tu m'as vraiment saoulé J’ÉTAIS TRANQUILLE BORDEL. COMMENT TU PEUX FAIRE CA ? T'es tarée j'sais pas t'es née dans un hôpital psychiatrique ou bien comment ça se passe dans ta vie ?

Ressens ma rage dans mes paroles TU LA SENS LA. Et encore, je me trouvais sacrément cool pour le coup. Forcément comme elle s'est rattrapée j'suis moins méchant que j'aurai voulu l'être. Mais qu'elle évite de trop jouer avec moi, j'ai des limites comme elle doit en avoir. Au bout d'un moment je ne ris plus. Oui non. Visiblement elle ne semble vraiment pas avoir compris oh mon dieu. Je lui en dois une ? C'est une BLAGUE ?! Attends elle veut un costume dans un sex-shop ? Mais cette fille est carrément chelou j'sais pas d'où elle sort mais elle est flippante. Pourtant j'en ai vu des personnes bizarres. En plus la voix qu'elle prend en mode fouteuse de merde m'insupporte que quelqu'un FASSE QUELQUE CHOSE. NEED HELP SOMEONE PLZ.

J'ai compris son petit jeu. Du moins je crois. Alors elle avait repéré ça depuis le début et à profiter de ma présence pour me faire du chantage ? Alors là, je ris énormément tu vois mais intérieurement. Pourquoi j'aiderai une fille comme toi, sincèrement ? Tu me fous dans la merde et je dois te remercier après ? C'est vraiment une drôle de logique. J'hausse un sourcil. A mon tour, j'affiche un petit sourire mais faux. Je lui tapote la tête pour bien lui faire comprendre que ce n'est qu'une petite gamine et qu'elle ne m'utilisera certainement pas pour mon âge pour son foutu costume. J'allais donc la prendre volontairement de haut.

- Écoutes ma petite. Tu as seize ans, hélas je n'y peux rien. Ce n'est pas mon problème. Moi être grand mais moi pas pouvoir acheter chose interdit aux gamines. Toi comprendre ? Non sérieusement tu rigoles j'espère là ? Tu crois vraiment que je vais aller gentiment d'obéir après ce que tu m'as fait ? T'obtiendras rien, ne rêve même pas une seconde. Tu joues beaucoup trop avec moi et tu dois cesser de te prendre pour une princesse. Tu peux pas tout avoir s'il y a des âges c'est une bonne raison. Donc tu attendras gentiment deux ans.

J'ai peut-être l'air vieux jeux mais c'est bien ça, n'est-ce pas ? Puis merde j'dis surtout ça pour lui clouer le bec. Il serait temps.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 86
Date d'inscription : 26/05/2014

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 16 ans
Orientation Sexuelle: Bisexuelle
Petit(e) ami(e): Je veux !
MessageSujet: Re: Une histoire de petites culottes ! [PV.Joaquim Tosca] Sam 14 Juin - 23:51


Est-ce une qualité la perversité ?
PV. Joaquim Tosca




C'est claire, je voulais absolument qu'il m'accompagne là-bas pour que je puisse m'acheter cette tenue. Mais je voyais d'avance dans son regard et son petit air de monsieur l'adulte qu'il allait refuser. Pas étonnant après ce que je venais de lui faire vivre mais tout de même il pourrait faire un effort, juste un tout petit pour moi, même si il a été dans une merde pas possible tout à l'heure, il se doit de me rendre l'appareil. J'ai froncé les sourcils en l'écoutant, dégueulasse, mais intelligente ! Tsss mais il ne comprends rien à rien celui-là. Je croisais les bras pendant qu'il me criait dessus, telle une vraie gamine qui se fait gueuler par son papa en plein milieu de la foule. Je tirais la bouille en ne le regardant pas, vraiment une vraie gamine, mais surtout, une tête de mule, oui voilà ce que je suis, une tête de mule. Blablabla. Il ne vas pas cesser, il en ai pas mort à ce que je sache. Et moi, sortie d'un centre psychiatrique, il plaisante ? Non c'est même mieux que ça, je suis mademoiselle Princesse bonbon qui aime les chats, et je sors non d'un hôpital psychiatrique, mais d'un château en forme de tête de chat... SANS MON DEGUISEMENT SUPER SEXY BORDEL !

« AAAAH ! C'est bon ! » Dis-je sous un air agacé.

C'est claire, il ne pouvait pas comprendre ce qu'il se passait dans ma tête à ce moment là et en ce moment, et c'était certainement moi qui l'agaçait. Mais pour être une gamine capricieuse je le suis, mais avant tout une gamine mesquine. Et justement il me saoul de mettre mon âge en avant maintenant avec ses petits gestes à la con et ses paroles stupides, il le fait à chaque fois, je m'attendais tellement à ça, à sa réplique favorite. Il fait chier, vraiment à agir ainsi, il peut pas être moins grincheux dans sa vie de temps en temps. Et moi une Princesse ? Mais exactement! Oui il a vu juste ! Il est pas si con au final, mais sans mon déguisement, je ne peux pas jouer la Princesse minette super mignonne, je voudrais tellement... Telleeeeeement un déguisement sexy. Je ne vais pas non plus le supplier, cela m'agacerait plus que tout...

« Mais.... Roooh, vas-y dessers les fesses le vieux. »

Moi au moins je suis jeune, belle et mignonne alors que toi tu es un croûton qui veut jouer le mature alors qu'il a réussi à tomber dans le piège d'une gamine. Il n'a pas encore compris à qui il parle, c'est Kimiko Noya, la demoiselle rusée et vilaine, a qui il ne faut pas lui jouer des tours.

« PFFF ! Allez dis encore qu'à mon âge tu matais pas des pornos toutes tes soirées, ou relookais le cul de toutes les belles demoiselles qui passent dans la rue, sale pervers ! Et dis aussi que ça te te tenterais pas de me voir sous cet accoutrement troooop mignon !»

Un homme est un pervers et cela depuis toujours. Alors qu'il ne joue pas à ce petit jeu avec moi. Quelques personnes passaient à côté de nous au même moment, les rires se fit entendre et de petits blablates du style ''Ohhh regarde comme ils sont mignon le petit couple là-bas à se chamailler...'' Cela me faisait vraiment sourire, c'était une situation bien drôle. Et je savais que ça allait faire monter encore plus les nerfs de mister grincheux. Bon, il avait gagné, je me suis approchée de lui doucement. Et j'ai fait les yeux doux.

« S'il te plais.... »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 69
Date d'inscription : 08/05/2014
MessageSujet: Re: Une histoire de petites culottes ! [PV.Joaquim Tosca] Lun 18 Aoû - 15:59

Juste une complication


Elle tirait la tête et me demander presque de cesser. Haha, ce que je sentais puissant à ce moment là tout de même. Je peux en rajouter des tonnes et des tonnes si j'arrivais à l'agacer de cette manière. Je pense surtout que la petite fierté de mademoiselle a été touché. C'est vrai, après tout lui répéter sans cesse qu'elle ne pouvait pas l'avoir à cause de son jeune âge... Pauvre d'elle. Décoincer les fesses ? Sans doute pas, j'préfère me les serrer plutôt qu'écouter une fille jouer à la princesse. Vu son genre et vu comment elle est têtue, ça ne m'étonnerait pas qu'elle soit le jeune de nana pourrie gâtée. Ou qui a toujours obtenu ce qu'elle voulait. Rien que d'y penser ça me raaah. Si elle croyait obtenir quelque chose de moi de cette manière, alors c'était perdu d'avance. Déjà que j'avais du mal à supporter ses conneries et ses manières, alors si elle me balançait ce genre de choses sur la gueule. J'sais pas comment elle comptait y arriver. Visiblement frustré, la jeune aux yeux bleus parle assez fort. Assez fort pour que les passants l'entende. Assez fort pour qu'ils me fixent et qu'on se fasse passer pour un couple. Génial, j'en suis blasé putain. Je frappe ma main contre mon front avant de t'attraper son bras pour y faire pression.

- Arrête de parler aussi FORT ! Sérieusement, tu me fais honte et les filles me regardent bizarrement. Merci bien. Je soupire. J'ai dit le contraire ? Non. Et pour te reprendre je matais pas ça toutes les soirées, j'étais pas aussi désespéré hein. J'matais pas non plus les culs dans la rue, j'avais et j'ai pas que ça à faire. J'étais comblé, MOI. Et encore une remarque sur son âge. Haha, dis plutôt que tu sors ce genre de choses pour que je te l'achète. Moi qui te pensais un peu plus intelligente... Je suis déçu.

Voilà qu'elle tentait de me prendre par les sentiments en faisant les yeux doux. Non mais est-ce qu'elle était sérieuse ? Elle me fait un sale coup, m'énerve au pensionnat, me balance tout ça dans la tronche et maintenant elle jouait par la pitié ? Haha, alors quelque part j'avais gagné. Jouer au plus fourbe ce n'était pas très malin. Je me frotte l'arrière du crâne. Tiens, ça me donnait une idée.

- Écoutes, je veux bien aller te chercher cette chose à une seule condition : une fois au pensionnat, t'arrêtes de me pourrir mes journées, est-ce clair ? Aussi t'as de l'argent sur toi ? Parce que tu vois je n'ai pas spécialement envie d'payer ce machin avec mon fric pour que tu ne me rembourses pas ensuite. Je n'ai pas très confiance en toi.

Sérieusement c'est quand même sacrément la honte de payer ce truc. Je suis un mec bon sang. Et j'vais jamais dans ces trucs-là. Cette fille est complètement perverti, j'veux pas savoir quelle genre de personne elle fréquentait et ce qu'elle comptait faire de ce costume. J'vais devoir préciser que pour ce n'est pas pour moi. Histoire de pas m'taper la te-hon.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Une histoire de petites culottes ! [PV.Joaquim Tosca]

Revenir en haut Aller en bas

Une histoire de petites culottes ! [PV.Joaquim Tosca]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Suki Gakuen ♥ :: Extérieur du lycée :: Le centre commercial-