Suki Gakuen ♥
Bienvenue à Suki Gakuen ♥

Ce forum était anciennement lié à Amour Sucré d'où l'adresse mais ce temps est révolu, nous vous proposons ici d'incarner des personnages parfaitement imaginaires et de venir les faire évoluer dans notre lycée ♥

Connecte-toi / Inscris-toi vite ! ☺


Bienvenue au lycée Suki Gakuen, où amour et conflits se mêlent pour un endroit unique au monde ♥
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Quand deux êtres de glace se voient, la maladresse vient faire pencher la balance [PV : Maman d'amour ♥ ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Quand deux êtres de glace se voient, la maladresse vient faire pencher la balance [PV : Maman d'amour ♥ ] Mar 6 Mai - 1:21


Quand l'être froid doit faire des cours particuliers...

Premier scandale dès le réveil. Il enfonça son oreiller sur ses oreilles, pensant avoir tué le bruit de cette sonnerie stridente. Il remit son oreiller en place et enfonça sa tête dedans. Et la sonnerie revint de plus belle. En grognant, il prit le réveil et regarda l'heure. 06:02:12 ... Foutage de gueule. Se réveiller aussi tôt ? Et puis quoi encore. Pourquoi il avait voulu devenir un prof... Vous savez ce qu'on dit ? Qu'une journée de cours était vachement fatigante quand vous êtes un élève ? A rester assis pendant au moins huit heures à la journée ? Personne n'avait alors conscience d'une chose, simple mais qui avait tout son importance. Parler toute la journée et être prof toute une journée, c'était également éreintant au possible.

Deuxième scandale dès le réveil. Exactement deux minutes et quarante huit secondes après l'épisode du réveil. Il était tombé de sa mezzanine. Là, le sommeil fut définitivement enterré. Dire que ses parents l'auraient au moins réveillé de manière plus douce... Pour son corps. Bon, certes, pas pour ses oreilles. Mais quand même... Puis, il repensa à sa pensée sur le fait qu'il était prof, et se jeta sur son emploi du temps collé au mur d'en face, et à la même hauteur, de son lieu-de-dodo. Combien d'heures de cours à donner aujourd'hui ? ... Son expression impassible fit surface. Le petit était visiblement agacé, pour ceux qui connaissaient son impassibilité et les raisons de sa manifestation. Et tapait du pied du haut de son mètre soixante huit. Trois heures la matinée, deux l'après-midi, ce qui ne lui laissait qu'une heure pour corriger ses copies.

Copies... Vous êtes-vous demandé pourquoi les profs donnent autant de contrôles ou de devoirs maisons ? Réponse claire. Ils ont tous des antécédents masochistes assez violents. Il faut l'être quand une pile de quarante copies vous tombe sous le nez en une heure. Il grogna. Il le savait. Il n'aimait pas le jeudi. Tiens, mais une étudiante de prépa ne lui avait pas demandé un cours particulier après les cours ? ... ... ... Sa tête heurta le mur inconsciemment. Qui était l'élève qui lui avait demandé un cours particulier ? Il se tapa les joues pour se réveiller, s'habilla de son pantalon et de sa veste de cuir souple noir, après avoir enfilé un tee-shirt blanc au préalable. Et fila dans la cuisine, se fit un rapide petit-déjeuner et son repas de midi, ainsi que plusieurs en-cas. A sept heures tapantes, il bondit sur sa GS80 et la fit démarrer rapidement. Et se dirigea à folle allure vers Suki Gakuen. Ce n'est pas pour rien qu'il aimait la vitesse.

Il commença sa première heure par corriger un maximum de copies. Heureusement que les secondes n'avaient eu droit qu'à des contrôles de grammaire espagnole et qu'ils étaient tous... Ah tiens ! Il venait de mettre enfin un 18. C'est dingue. Incapables d'aller au-dessus de 14 à un contrôle de conjugaison... Espagnole en plus... Quelle horreur. Puis vinrent les trois heures de cours. Où il passa de l'espagnol à l'anglais pour arriver au français. Quand la logique vous tient... Il mangea en quatrième vitesse et partit directement à sa maison d'édition. Il revint pile poil pour ses deux heures de français où des exposés passaient. En profita pour manquer d'abattre le tranchant de sa main sur le cou d'un élève qui ne suivait pas l'exposé, ce qui calma la sonorité de la salle. L'inexpressif Raven était de retour.

17:45:06 ... Enfin fini. Plus que quarante cinq minutes à attendre que l'étudiante daigne montrer le bout de son nez. Sortant ses crayons de papier tous différents, il se remémora une scène de sa journée... Et la dessina. Comme son petit rituel de détente de fin de journée. Il sortit un bol empaqueté dans de l'aluminium, envoya valser la couche grise pétante à la poubelle, et prit une cuillère de sa salade de fruits. Que voulez-vous, il avait faim le petit. Il dessina, étalant le graphite de ses doigts, variant les crayons de papier B et H. Prenant une énième cuillerée, il détailla les traits, en estompa d'autres avec son pouce, pour recréer l'univers qu'il avait ressenti. Sans qu'il soit celui qu'il avait vu.

Il sortit une encre de chine bleu nuit, trempa sa plume dedans, et calligraphia quelques idéogrammes sur le côté, comme à son habitude. Une phrase philosophique, une autre faisant le lien entre le souvenir et le dessin, et la date. Un bruit parvint à ses oreilles, et sa voix d'enfant de 13 ans lança un :

- « Entrez, je vous en prie ! »

D'une façon plus douce qu'une brise, mais dont les intonations froides paraissaient. Que voulez-vous, on ne se refaisait pas. Il termina d'écrire à l'encre de chine et laissa le dessin sur la table. Modifia quelques traits et estompages qui ne lui allaient plus avec une vue d'ensemble, en prenant la dernière cuillerée de sa salade de fruits. Il rangea le bol dans un sac plastique qui alla dans son sac en bandoulière et regarda enfin l'arrivante. Son visage pour l'instant totalement inexpressif. Il jaugea son visage, son teint, sa chevelure, sa corpulence... Tiens, il avait envie de la dessiner à présent. Setsuna Tsuji. Ah ! Mais oui, c'était elle qui lui avait demandé des cours particuliers ! Il était long à la détente, dites donc...

- « Pardon. Et bonsoir... C'était pour les cours d'espagnol, si je ne me trompe pas ? »

Evidemment qu'il ne se trompait pas... Caractère.Maladroit.Pourri.Bonsoir... Pourquoi il devrait être aussi maladroit ? Il chassa ces pensées, laissant son visage se teinter peu à peu de froideur. Setsuna Tsuji. Cela promettait d'être intéressant. Enfin intéressant.
Code de Frosty Blue de Never Utopia


Revenir en haut Aller en bas

Quand deux êtres de glace se voient, la maladresse vient faire pencher la balance [PV : Maman d'amour ♥ ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Suki Gakuen ♥ :: L'intérieur du lycée :: Salles de classe-