Suki Gakuen ♥
Bienvenue à Suki Gakuen ♥

Ce forum était anciennement lié à Amour Sucré d'où l'adresse mais ce temps est révolu, nous vous proposons ici d'incarner des personnages parfaitement imaginaires et de venir les faire évoluer dans notre lycée ♥

Connecte-toi / Inscris-toi vite ! ☺


Bienvenue au lycée Suki Gakuen, où amour et conflits se mêlent pour un endroit unique au monde ♥
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Ne recommence plus jamais. [PV : Robynne ♥] YAOI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 60
Date d'inscription : 07/01/2013

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 21 ans
Orientation Sexuelle: homosexuel ♥
Petit(e) ami(e): Robynne Melkor Volgan ♥
MessageSujet: Ne recommence plus jamais. [PV : Robynne ♥] YAOI Mar 16 Avr - 20:24

Deux semaines de torture. Deux putain de semaines insoutenables. Chaque soir je ne pouvais m'empêcher de pleurer toutes les larmes de mon corps dans mon oreiller, et d'arriver le lendemain matin avec une tête atroce au travail. Robynne n'était plus venu me rejoindre dans mon lit. Mais il restait de manière très sadique son odeur sur mes draps, sur son oreiller, et l'impossibilité d'oublier qu'il était plus dur encore de vivre sans lui que de vivre sans oxygène.

Je le croisais toujours dans les couloirs de la fac, et je ne savais pas comment réagir. Je ne le fusillais pas du regard, je crois que j'essayais de le fuir pour qu'il ne voit pas à quel point j'étais pitoyable. Mais il suffisait de regarder mes vêtements pour que cela saute aux yeux : plus de couleur. Je portais du gris, du noir, du blanc. Des choses simples. Plus un seul bracelet ou collier. Mon bandeau loin de mes cheveux. Que je veuille le montrer ou non, Robynne ne pouvait pas l'avoir manqué.

J'aurais pensé qu'en l'espace de deux semaines, il aurait été moins douloureux d'y penser. Mais c'était à croire que chaque jour passé loin de lui ne faisait qu'accroître ma peine. Le soir je ne pouvais m'empêcher d'imaginer des choses atroces entre lui et Kira Satomi. Je détestais cela, mais ces images hantaient mon esprit sans que puisse y faire quoi que ce soit. Il fallait que cela cesse, et j'avais une petite idée pour parvenir à mes fins. Rendre Robynne jaloux.

C'était bas et cruel, c'était le moins qu'on puisse dire. Mais je savais que Robynne était possessif, et s'il ne changeait pas maintenant d'avis je ne le récupèrerais jamais je crois. Je n'avais de toute façon rien à perdre, il avait déjà dit me quitter définitivement. D'ailleurs je m'en étais terriblement voulu de ne pas accepter sa proposition d'attendre... Je ne cesserais jamais de l'aimer, et le moindre espoir me semblait bon à prendre désormais. Je devais donc agir.

Au lycée, je m'étais arrangé pour être proche de l'entrée de la piscine du club de natation. C'était une salle couverte adjacente à un couloir principal très fréquenté, mais la salle était bien entendue fermée à clé pour ne pas être accessible aux élèves dans leur temps libre. Je savais que Robynne y passait à cette heure, je connaissais son emploi du temps et ses habitudes par coeur. Ainsi je m'étais arrangé pour me retrouver avec une élève qui m'avait déjà draguée auparavant. Assez proche d'elle.

- Luce ça te dit de sortir avec moi ce soir ? Rien que tous les deux bien sûr...

Elle me regardait avec de grands yeux pétillants, et les miens étaient tout simplement éteints. Mais je voulais que Robynne réagisse. Cependant je ne pouvais pas accepter, mais je pouvais laisser le doute. Je savais qu'il l'avait entendu faire sa proposition, alors je fis mine de réfléchir tandis que nous parlions en seul à seul.

- Je sais pas trop, je finis tard ça m'arrange pas vraiment...

Je jetais un regard furtif ver Robynne. J'espérais qu'il allait m'arrêter, me tirer par le poignet en prétextant qu'il avait à me parler. S'il ne venait pas... Ce serait la fin je suppose. Je voulais qu'il désire me récupérer. Je voulais qu'il s'occupe de moi. Je l'aimais vraiment bien trop je crois pour en arriver à ces méthodes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ne recommence plus jamais. [PV : Robynne ♥] YAOI Mar 16 Avr - 20:45

Deux semaines. Dans trois ans c’était rien mais pour moi c’était insoutenable. Vivre avec Kira et Satoru ne faisait qu’attiser cette douleur poignante qui me faisait pratiquement pleurer tous les soirs. Ils étaient heureux et ensemble. Moi je n’avais aucune de ses deux choses, j’avais perdu Luce et je n’étais pas heureux. Bien au contraire. J’étais perdu dans un méandre de douleur et de haine. J’avais beau me dire que c’était le mieux à faire j’avais envie de tout laisser tomber et de partir loin pour arrêter de le voir sans arrêt en me disant que sa peau sous mes doigts me manquait terriblement.

J’avais remarqué cependant que lui aussi semblait en souffrir, lui habituellement habillé si coloré avait perdu toute vie dans son style vestimentaire. Plus de bijoux, plus de couleur, plus de bandeau. Cela me faisait plaisir en un sens mais cela me détruisait aussi. Moi aussi j’avais un peu changé je suppose, on me disait souvent que j’étais amusant et populaire, je traînais avec des amis masculin et riait ou sinon attirait l’attention. Mais en ce moment j’étais tout le temps seul et repoussais chaque personne qui tentait de me parler.

Les mains dans les poches et ma chemise débraillée comme toujours, j’avançais la tête basse dans le couloir. Je ne me sentais pas bien…ma tête tournait et je me rendais compte que je n’avais rien avalé depuis quelques jours, manger était dur en un sens c’était idiot puisque cela n’avait rien à voir mais je n’avais pas envie de ressentir du plaisir en sentant quelque chose de bon malgré que Kira et son goût du luxe proposait des délices variés aux repas. Je soupirais et redressais le regard pour voir où j’étais puis je remarquais une chevelure trop reconnaissable : Luce…avec une fille. Je serais les poings. Elle était toute proche de lui. Finalement c’était lui qui m’avait remplacé, j’eu un maigre sourire encore plus malade de tout ça. Il c’était foutu de moi.

- Luce ça te dit de sortir avec moi ce soir ? Rien que tous les deux bien sûr...

Je m’arrêtais alors que j’allais les dépassés. Je plantais mon regard dans celui de Luce en fronçant les sourcils…allait-il accepté ce genre de chose ? S’il le faisait…j’aurais envie de le détruire. C’était ce foutre de moi.

- Je sais pas trop, je finis tard ça m'arrange pas vraiment...

S’en était trop. Doucement je me glissais entre elle et lui, me penchait et finalement posait poussivement mes lèvres sur les siennes en glissant ma langue dans sa bouche. Il était à moi, il n’avait pas le droit d’accepter ça, non il n’en avait vraiment pas le droit. Je l’embrassais longuement attendant que la fille outrée s’en aille. Je me fichais pas mal qu’elle le répète. Luce était à moi. Je refusais de le voir avec un autre, c’était impossible de surmonter ça, cela me détruirait encore plus que je ne l’étais.

Doucement je glissais mes doigts dans la poche de son pantalon continuant de l’embrasser. J’ouvrais la porte de la piscine toute proche. J’étais brusque et l’empoignais par la taille pour le pousser à travers la porte ouverte. Je détachais nos lèvres un instant et refermais la porte avant de balancer les clés dans l’eau de la piscine pour qu’elle ne les récupère pas. Puis toujours brutale passait mes mains sous son T-shirt. Je voulais qu’il comprenne qu’il était à moi qu’il n’avait pas le droit d’aller voir ailleurs mais je voulais aussi lui montrer à quel point il m’avait blessé alors l’obligeant petit à petit à reculer je le fis finalement tomber dans l’eau. Il savait nager alors même si il serait surpris il n’y avait aucun risque.

- Ca c’est pour avoir failli laisser cette fille coucher avec toi, fis-je en m’accroupissant sur le bord du bassin.

Je me laissais tomber dans l’eau ensuite tous habillés me fichant pas mal d’être trempé. Je le voulais maintenant et oublier cette histoire de rompre. C’était impossible, jamais je ne supporterais tout ça trois ans. Jamais. Je l’embrassais de nouveau en attirant autoritairement son corps contre le mien puis finalement je me mis à pleurer idiotement en continuant pour autant de l’embrasser. J’étais heureux et j’avais peur. Et s’il était déjà trop tard ? S’il ne m’aimait déjà plus ? Je laissais tomber ma tête dans le creux de sa nuque pleurant doucement et le serrant contre moi.

- Pardon, murmurais-je faiblement. Pardon d’avoir rompu, pardon aussi pour l’eau, pardon de ne pas pouvoir supporter que tu sois loin de moi…

Dos au bassin je le gardais fermement contre moi un instant essayant d’atténuer ma vague de larme un peu trop douloureuse et puéril. Mais finalement calmement je l’écartais si il voulait partir il en avait le droit. Peut-être que finalement cette fille lui plaisait…et que je n’étais déjà plus qu’une ombre du passée.

- Sache que…je t’aime à la folie Luce, je me sens vide sans toi, j’ai perdu goût à tout…mais je sais que je t’ai fait souffrir alors…si tu veux partir vas-y.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 60
Date d'inscription : 07/01/2013

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 21 ans
Orientation Sexuelle: homosexuel ♥
Petit(e) ami(e): Robynne Melkor Volgan ♥
MessageSujet: Re: Ne recommence plus jamais. [PV : Robynne ♥] YAOI Mar 16 Avr - 22:26

Si mon changement avait été flagrant, celui de Robynne m'avait tout de suite sauté aux yeux également. Nous n'étions jamais ensemble et très proches à la fac, juste parler de temps en temps ou parfois manger tous les deux à l'époque où nous sortions encore ensemble. Alors je le voyais toujours avec ses amis, populaire, riant, joyeux en bref. Là plus rien. J'étais à la fois heureux et triste de le voir ainsi, mais cela prouvait bien qu'il ne prenait pas de plaisir à vivre chez Kira.

En tout cas, je savais qu'il avait ntendu la proposition de la fille. Il avait ralenti sa marche en passant à côté de nous et semblait attendre ma réponse. J'optais alors pour quelque chose d'ambiguë ne dévoilant pas si j'en avais envie sans pouvoir ou si je n'en avais pas envie et que j'esquivais. Je voulais inquiéter Robynne sans pour autant lui faire croire que j'avais tourné la page.

L'angoisse. J'attendais sa réaction avec appréhension et impatience. C'était peut-être idiot, mais je voulais vraiment le récupérer et j'avais l'impression que c'était ma seule chance de parvenir à mes fins. Heureusement il ne mit pas ma patience à l'épreuve trop longtemps. Plus encore que tout ce que j'avais espéré, il s'interposa entre elle et moi directement, plantant ses yeux dans les miens. J'avais un peu peur de m'en reprendre une, mais au moins il s'intéressait à moi.

Mais plus encore, il posa ses lèvres sur les miennes en glissant sa langue dans ma bouche. Je devins rouge pivoine alors que mon bas ventre explosait littéralement de plaisir et de bonheur. Il m'aimait. Alors que je pensais ne plus jamais ressentir ce contact il me le donnait. Cependant m'embrasser en plein dans un couloir n'était pas très discret sur notre relation... que nous n'avions plus. Je ne pus pour autant pas le repousser, trop heureux qu'il fasse cela.

- Je lui parlais..! Tss, imbécile.

Je souris doucement en entendant la fille tourner les talons alors que ma langue cherchait toujours fiévreusement celle de Robynne. Je sentis alors ses mains fouiller mes poches, me surprenant un peu. A quoi il jouait au juste ? Mais je compris bien vite quand il ouvrit précipitamment la porte de la piscine et qu'il m'entraîna brusquement dans la salle avant de fermer à clé et d'envoyer valser mon trousseau dans l'eau. Je le regardais, éberlué.

- A quoi tu joues Robynne ? Tu peux pas me dem...

Ma phrase fut coupée par un gémissement soudain. Robynne passa ses mains sous mon T-shirt sans me demander mon avis. Le contact de ses doigts chaleureux sur ma peau me faisait un bien fou, mais il était terriblement brutal. Je saisis ses poignets en essayant de le repousser un peu, bien en vain vu la différence de musculature qui nous séparait. Il me fit reculer en même temps sans que je puisse y faire quoi que ce soit.

Puis soudain le vide. Et de l'eau. Suffisamment d'eau pour que je sois trempé de la tête aux pieds. Heureusement que je n'avais pas pris mon téléphone avec moi. En ressortant finalement la tête à la surface pour reprendre ma respiration, je vis Robynne accroupi sur le bord, me regardant. Ce n'était quand même pas juste pour ça qu'il m'avait amené ici..?

- Ca c’est pour avoir failli laisser cette fille coucher avec toi.
- Moi coucher avec une fille ? Tu m'as bien regardé ? Je suis déjà incapable de coucher avec un autre que toi, fis-je en détournant le regard.

Cela dit je me doutais qu'il plaisantait un peu, il savait que je n'étais pas bi, j'étais bel et bien totalement gay. J'aimais bien les filles mais en tant qu'ami, certainement pas plus. J'espérais qu'il n'allait pas me laisser juste là comme un idiot trempé jusqu'aux os et encore tout habillé. Mais heureusement il chassa mes craintes en se plongeant également dans l'eau, pas moins habillé que moi. Je craignais pour son portable.

De nouveau il glissait sa langue dans ma bouche en collant abruptement mon corps trempé au sien. Je posais mes mains sur son torse en poussant un peu mais sans conviction. Bien vite je les laissais juste là en participant au baiser. Je l'aimais. Je l'aimais tellement que je ne voulais plus jamais le laisser partir. Mon geste fut assez contradictoire mais après avoir essayé de le repousser je serrais son T-shirt entre mes doigts pour que jamais il ne m'échappe.

Puis me surprenant vraiment, Je sentis un goût salé dans notre baiser. J'ouvris les yeux en constant que Robynne pleurait à chaudes larmes. Tout cela avait dû être très dur pour lui. Il posa alors sa tête sur mon épaule et pleura encore et encore. Je le pris dans mes bras en passant ma main dans ses cheveux affectueusement. Je ne voulais pas le voir pleurer. Jamais plus.

- Pardon. Pardon d’avoir rompu, pardon aussi pour l’eau, pardon de ne pas pouvoir supporter que tu sois loin de moi…

Je me mis à rire doucement alors que mon coeur réchauffait tout mon corps. Robynne était de retour. Il était à moi de nouveau avec ce qu'il venait de dire... J'étais réellement heureux. Je soufflais alors calmenent pour lui répondre :

- Pardonné, pardonné aussi, et tu devrais plutôt être désolé d'avoir supporté d'être loin de moi pendant deux semaines.

Il me gardait toujours fermement serré dans ses bras, totalement trempés aussi bien l'un que l'autre. Mais finalement il se dégagea de notre étreinte pour me faire face sans plus être en contact avec moi.

- Sache que…je t’aime à la folie Luce, je me sens vide sans toi, j’ai perdu goût à tout…mais je sais que je t’ai fait souffrir alors…si tu veux partir vas-y.

C'était vrai, j'avais souffert. Mais lui au moins autant que moi je crois, alors il n'y avait pas de raison que je le laisse. S'il n'avait pas souffert, probablement n'aurais-je pas essayé de le reconquérir. Mais je l'aimais avec la même folie que lui, et je ne pouvais tout simplement pas envisager une vie dans laquelle Robynne n'était pas à mes côtés. Je m'approchais alors doucement de lui en caressant son torse.

- Je t'aime aussi idiot. J'ai l'air bien sans toi franchement ? Tu m'as bien regardé ? J'ai une tête affreuse alors ne me laisse plus jamais et garde-moi à tes côtés...

Ne caressais doucement ses cheveux humides en le regardant amoureusement dans les yeux. J'avais tellement peur désormais qu'en un clin d'oeil il m'échappe sans que je ne puisse rien y faire. Robynne était devenu ma vie entière, le voir partir ainsi était la pire des épreuves à laquelle j'aurais pu être confronté. Je ne voulais tout simplement plus jamais le perdre. Doucement alors, et pour la première fois depuis deux semaines je posais mes lèvres sur les siennes. J'étais beaucoup moins abrupt que lui mais mes gestes étaient emprunts de tendresse. Juste sentir ce contact me faisait un bien fou.

- A quoi tu pensais en me jetant à l'eau hein ? Fis-je en riant.

Je me demandais en effet un peu ce qu'il avait derrière la tête en m'enfermant ici. Bon, les clés étaient simplement sous l'eau j'aurais pu aller les rechercher, mais je savais que Robynne était un sportif bien plus averti que moi, alors s'il ne voulait pas que je les récupère il n'y avait aucun moyen pour que je contrecarre son interdiction.

Je l'embrassais de nouveau en le serrant dans mes bras. Je ne voulais plus jamais le voir partir loin de moi. Je glissais cette fois-ci ma langue entre ses lèvres à la conquête de la sienne. Tout m'avait tellement manqué qu'une douce chaleur envahi mon ventre. Une larme coula sur ma joue, mais une larme de bonheur. J'avais l'impression d'avoir été une ombre pendant deux semaines, et là on venait de me rendre ma raison de vivre. J'espérais que Robynne n'avait rien vu.

- On devrait peut-être se sécher un peu non ? Fis-je en souriant.

Je commençais alors à me déplacer vers le milieu du bassin pour aller rechercher les clés. En un sens j'espérais qu'il m'arrêterait dans ma quête : je voulais rester encore ici avec lui. Réconciliés. Amoureux. Ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ne recommence plus jamais. [PV : Robynne ♥] YAOI Mar 16 Avr - 23:22

- Moi couché avec une fille ? Tu m'as bien regardé ? Je suis déjà incapable de coucher avec un autre que toi.
- Pardon je rectifie, pour m’avoir rendu fou de jalousie, fis-je en souriant un peu. Et tu as intérêt à en être incapable, j’en mourais de tristesse autrement.

Il avait été idiot et blessant mais au fond…je lui en étais reconnaissant. Il m’avait en quelque sorte forcé à franchir le faussé qui nous séparait et maintenant j’avais l’impression de récupérer mon oxygène alors qu’enfin j’avais pu à nouveau le toucher. Je savais parfaitement qu’il n’avait aucune intéressant pour les femmes, il n’aimait que moi. Enfin que les hommes…mais je préférais oublier les autres.

Doucement je me laissais glisser dans l’eau pour essayer un peu de m’excuser quand même de l’avoir mis en l’eau. Mais ses vêtements collant à sa peau…me donnait juste envie de les lui enlever. Je ne sais pas depuis quand on ne c’était pas toucher…plus de deux semaines en tout cas et je n’en pouvais réellement plus surtout après l’avoir imaginé dans les bras de cette fille dont le nom qui me venait à l’esprit était « dindon ». Je finis par venir le blottir contre moi et fut un peu blessé qu’il tente même faiblement de m’écarter. Je continuais cependant à le blottir fermement contre moi il ne partirait plus jamais je n’en lui laisserais aucune occasion et me soulageant un peu ses doigts vinrent finalement ce serrer sur mon vêtement. De soulagement ou aussi de peur par le fait qu’il ait voulu me repousser je me mis à pleurer stupidement et à bout de nerf. Luce était à moi. Je ne voulais pas le perdre. Sa main passa dans mes cheveux alors que je laissais tomber ma tête dans le creux de sa nuque.

Je lui expliquais donc que j’étais désolé…et il rit ? Je me redressais un peu mécontent qu’il semble se moquer de moi mais je rougis en comprenant qu’en réalité il était heureux. Je rougis et détournais les yeux.

- Pardonné, pardonné aussi, et tu devrais plutôt être désolé d'avoir supporté d'être loin de moi pendant deux semaines.

Je ris à mon tour doucement en posant mon front contre le sien le libérant cependant de mon étreinte qui l’empêchait tout bonnement de me quitter. J’étais possessif … mais après l’avoir vu quasiment flirter avec cette fille…je ne pouvais que l’être. Je posais un petit baiser sur ses lèvres reconnaissant sans savoir que dire.

Peut-être aurais-je pus lui promettre que je ne recommencerais plus jamais mais parfois j’étais tellement idiot que je ne pouvais pas faire ce genre de promesse. J’essayais de faire aux mieux mais je me rendais compte que trop tard que je nous avais détruit quelque temps tous les deux. Je passais ma main dans ses cheveux trempés en riant…il ressemblait un peu à un gamin les cheveux dégoulinant sur son doux visage. J’embrassais calmement son front en venant glisser mes doigts entre les siens.

- Sache que…je t’aime à la folie Luce, je me sens vide sans toi, j’ai perdu goût à tout…mais je sais que je t’ai fait souffrir alors…si tu veux partir vas-y.

Je frissonnais lorsqu’il se rapprocha de lui-même caressant mon torse. Je passais mes bras sur sa taille caressant moi son dos en mordillant délicatement sa nuque. J’aimais qu’il soit si proche de moi et qu’il ne parte pas comme je le lui avais laissé le choix. Je le serrais tout contre moi avec affection. Jamais plus je ne le laisserais quitté mes bras.

- Je t'aime aussi idiot. J'ai l'air bien sans toi franchement ? Tu m'as bien regardé ? J'ai une tête affreuse alors ne me laisse plus jamais et garde moi à tes côtés...

Je mordillais son oreille avant de me redresser pour plonger mes yeux dans les siens. Il était un ange et je souriais stupidement juste pour tout cela. Il m’aimait. Je ne pouvais rien demander de plus beau. Son amour était tout ce que je désirais, la seule chose que je souhaite pour le futur. Il était mon présent et mon futur, pour rien au monde je ne le perdrais donc car sans lui ce serait perdre l’espoir d’un bonheur naissant et durable.

- Je suis pas franchement mieux, riais-je en déplaçant des mèches de cheveux de son visage. Je ferais tout mon possible pour te rendre heureux.

C’était une promesse, je le garderais près de moi tant qu’il le souhaiterait. Je ferais mon possible pour ne plus prendre de décision stupide même si fondé sur de bonne intention. J’en parlerais avec lui avant pour savoir ce qu’il désirait faire. Je ferais mon possible pour que plus jamais il ne soit dans un tel état par ma faute et que plus jamais je ne l’entende dire quasiment oui a un rendez-vous avec quelqu’un d’autre que moi.

Doucement il vint m’embrasser et essayer de calmer un peu mes ardeurs brutal je posais mes mains sur sa taille serrant sa peau avec délice. Jamais cette sensation douce et chaude à la fois de ses lèvres sur les miennes. Jamais je ne me lasserais de cela, l’avoir perdu deux semaines était comme si il m’avait manqué…une partie de moi. Je souris donc en le gardant dans mes bras, j’avais presque peur de le lâché et de me rendre compte que ce n’était qu’un rêve éphémère.

- A quoi tu pensais en me jetant à l'eau hein ?

Je rougis brutalement en détournant le regard passant une main dans mes cheveux…pas qu’a des choses très catholiques dirons-nous. J’avais envie de lui faire l’amour. Mais cela ne lui plairait probablement pas…j’adorais l’eau. Je m’y sentais bien et à l’aise, l’un de mes fantasmes était le faire ici alors…j’avais pensé que…mais je me doutais que cela ne lui plairait vraiment pas. Le lieu, le moment, tout était contre moi. Mais j’en avais réellement envie. Je voulais qu’il gémisse mon nom sous le plaisir que je lui procurerais, j’avais envie qu’il ne pense qu’a moi. J’avais juste envie de nous sentir proche.

- Vengeance, flirter sous mes yeux était cruel, répondis-je faussement.

Ce n’était pas tout à fait faux mais ce n’était pas non plus la pure vérité. Certes le trempé était une bonne vengeance et enfantine comme l’était mon caractère mais…ce n’était pas la raison principale. Cependant je n’avais pas envie de le braquer ou d’être rejeté…

Mais Luce me poussa un peu à bout glissant sa langue entre mes lèvres faisant à nouveau éclater la chaleur dans mon bas ventre. Un peu abruptement je glissais mes doigts sous son haut remontant jusqu’à ses tétons que je titillais doucement les faisans rouler entre deux doigts bloquant son corps d’une main derrière son dos. Je ne voulais pas qu’il s’enfuie…mais je ne voulais pas non plus le forcer. Lorsqu’il s’écarta je soupirais en passant ma main dans mes cheveux…les sources chaudes me rappelait bien trop cette endroit finalement et j’avais peur de reproduire les mêmes erreurs stupidement.

- On devrait peut-être se sécher un peu non ?

J’haussais les épaules sans osé le regarder. Je paniquais un peu mais quand je le vis s’écarter de moi par réflexe je saisissais son poignet et le ramenais prestement contre moi. Je compris qu’après qu’il se dirigeait vers les clés au fond du bassin et rougissait…j’avais crus qu’il partait sans moi.

Je soupirais et finalement décidait qu’il fallait tenter. Je voulais passer un moment intime avec lui pour oublier ses deux semaines. Je ne pouvais pas attendre, c’était un besoin brûlant comme pour me ré imprégné totalement de lui et de son corps. Alors je le blottis contre mon torse en venant lécher sa nuque déjà mouillé susurrant finalement près de son oreille suave :

- Avant il y’a quelque que j’aimerais faire avec toi.

Lentement je plaquais son dos contre le bord du bassin plaçant une de mes jambes contre son intimité. Je ne voulais pas l’effrayer, je voulais juste qu’il comprenne à quel point je le désirais. J’avais peur cependant que cela ne lui plaise pas et je n’osais pas trop allez vraiment loin alors je me contentais de caresser son torse en venant l’embrassement tout de même avec un peu de brutalité. Ma langue vint caresser la sienne d’abord sensuel pour ardent, je mourrais d’envie alors délicatement mais cette fois sans brusquerie je descendais un peu mes doigts de son bas ventre à son pantalon défaisant habillement le bouton de celui-ci pour jouer un peu avec le haut de son boxer alors que ma langue quittait sa bouche pour venir jouer avec sa nuque.

Mais je savais que c’était risqué tout ça et si Luce me rejetait…j’aurais mal mais ce serait normale je suppose. Je m’arrêtais donc un instant pour me redresser un peu et le contempler sérieux. Je ne voulais pas qu’il pense non plus que j’étais revenu vers lui par manque de sexe. Je posais donc mon front contre le sien glissant mes doigts dans l’une de ses mains.

- Si tu n’en as vraiment pas envie…je comprendrais, fis-je en détournant le regard réellement blessé à l’idée. Mais j’ai vraiment besoin de me sentir proche de toi maintenant, j’ai eu tellement peur de te perdre définitivement et je dois avouer…aussi que tu ces vêtements collé à ta peau…me tue de désir.

Je lui tirai un peu la langue taquine essayant quand même de le faire sourire. Malgré qu’effectivement il soit moins coloré que d’habitude il restait splendide. Et je ne pus m’empêcher de doucement portés mes doigts à ses lèvres que je caressais doucement avant de les glissés un peu entre ses lèvres avec désirs. J’avais envie…qu’il prenne mon membre en bouche. Je rougissais et retirais mes doigts prestement me rendant compte de mon propre geste. Je m’excusais doucement sans osé le regarder.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 60
Date d'inscription : 07/01/2013

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 21 ans
Orientation Sexuelle: homosexuel ♥
Petit(e) ami(e): Robynne Melkor Volgan ♥
MessageSujet: Re: Ne recommence plus jamais. [PV : Robynne ♥] YAOI Mer 17 Avr - 0:06

- Je suis pas franchement mieux. Je ferais tout mon possible pour te rendre heureux.

Je ris doucement avec lui. Non en effet il n'était pas mieux, il avait des cernes sous les yeux et avait pleuré à chaudes larmes devant moi, ce qui n'était encore jamais arrivé à vrai dire. D'ordinaire une larme pouvait couler lors de nos plus grosses disputes, mais jamais de cette manière sous mes yeux. C'était peut-être idiot mais cela me faisait me sentir encore plus proche et intime de Robynne.

- Ta présence à mes côtés suffit à ça, fis-je avec un clin d'oeil.

Je reprenais un ton naturel même si au fond c'était assez difficile de réaliser que ces deux semaines étaient terminées. J'en étais heureux, mais j'avais peur de me faire des illusions. J'étais en tout cas rassuré qu'il voit les choses de la même manière que moi. Je serais détruit si je devais le perdre une nouvelle fois. Notre relation était tumultueuse, mais il n'y avait aucun doute sur le fait que je l'aimais follement.

Je l'embrassais ensuite tendrement et surtout très amoureusement. Je demandais en plaisantant à Robynne à quoi il pouvait bien penser en me jetant à l'eau, et il détourna le regard en rougissant. Je me mis à rougir un peu aussi, ouvrant les yeux étonné. Il n'avait pas fait ça que pour m'embêter visiblement, mais je devais admettre que son T-shirt collé à sa peau laissant apparaître les formes que je connaissais si bien me donnais aussi plutôt envie.

- Vengeance, flirter sous mes yeux était cruel.

Je ne savais plus trop quoi penser : disait-il la vérité ou non ? Partiellement sûrement, sinon ma question ne l'aurait pas fait rougir ainsi. Je souris tout de même à sa raison ; il était vrai que cela avait été cruel mais nécessaire. Il avait réalisé qu'il ne voulait pas être loin de moi et j'en étais comblé, même si j'avais dû le blesser pour en arriver là. Parfois la fin justifiais les moyens. Je l'embrassais alors de nouveau en glissant ma langue entre ses lèvres comme pour me faire pardonner de l'avoir blessé.

Cependant Robynne me surpris en glissant ses mains sous mon haut pour caresser mon torse et jouer avec mes tétons. Je gémis soudainement en resserrant mes doigts sur lui. C'était vraiment bon mais en même temps ce n'était pas du tout le lieu ni le moment pour faire ça. Enfin, surtout le lieu. Il bloqua d'une de ses mains mon dos, m'empêchant de partir. Il était très abrupt et possessif, c'était vraiment excitant. Mais il fallait se raisonner, nous ne pouvions pas faire l'amour dans un endroit pareil, ça ne se faisait vraiment pas.

Je m'écartais alors doucement tout en gardant mes mains sur son torse pour ne pas le vexer, lui suggérant d'aller nous sécher. Il haussa simplement les épaules et je partis donc à la conquête des clés dans le bassin, mais Robynne saisit immédiatement mon poignet pour me ramener tout contre lui. Je me mis à rougir en le regardant, et lui aussi. Visiblement il allait falloir se montrer très rassurant pour qu'il accepte que l'on sorte d'ici. Il lécha alors ma nuque jusqu'à mon oreille en me faisant tendre mon corps contre le sien si proche.

- Avant il y’a quelque que j’aimerais faire avec toi.
- De quoi tu pa...

Mais avant de pouvoir terminer ma phrase Robynne me plaqua dos au bassin, une de ses jambes entre les miennes tout contre mon intimité durcissante. Ce n'était pas le bon endroit, vraiment. De nouveau alors il caressa mon torse en m'embrassant toujours assez brutalement. Je descendis mes mains sur son bas ventre mais me ravisais bien vite en les posant juste contre son torse. Il ne fallait pas que je l'encourage, nous ferions l'amour en rentrant ce soir c'était plus correct.

Mais sa langue caressa la mienne avec de plus en plus d'ardeur tandis que ses mains jouaient déjà sur mon bas ventre, défaisant prestement le bouton de mon jean. Je posais une de mes mains sur son poignet pour essayer de l'arrêter mais je manquais un peu de conviction sous le désir qu'il faisait monter en moi. Il cessa alors de m'embrasser pour mordiller ma nuque en me faisant frémir et soupirer. J'étais terriblement sensible d'ordinaire, mais encore plus après une telle abstinence des caresses de celui que j'aimais. Cependant il me soulagea un peu en s'arrêtant pour poser son front contre le mien.

- Si tu n’en as vraiment pas envie…je comprendrais. Mais j’ai vraiment besoin de me sentir proche de toi maintenant, j’ai eu tellement peur de te perdre définitivement et je dois avouer…aussi que tu ces vêtements collé à ta peau…me tue de désir.

Il semblait vraiment blessé à l'idée que je puisse le rejeter, et cela avait l'air important pour lui de le faire maintenant. Toutefois je ne pouvais pas aller à l'encontre de ma nature et je n'étais pas si téméraire au niveau sexuel que Robynne, j'avais un peu peur de me faire surprendre ici avec lui même si les chances étaient moindres puisqu'il nous avait enfermés.

- Rassure-toi Robynne, tu ne me perdras pas tant que tu veux bien rester à mes côtés, fis-je avec un sourire rassurant. Ce n'est pas que je n'en ai pas envie, ça se voit je crois, mais ce n'est pas très correct de faire ça ici, tu imagines si on salit l'eau ou s...

Ma phrase fut un peu stoppée dans sa course par les doigts de Robynne caressant mes lèvres. Il était vraiment adorable et j'aimais que mes lèvres lui plaisent. Elle étaient rosées et constituaient la seule couleur dont je n'avais pas pu me débarrasser pendant le deuil de notre relation.

Mais bien vite me faisant rougir et durcir un peu plus contre sa jambe il glissa ses doigts entre mes lèvres, contre ma langue. Je ne savais pas trop comment réagir et automatiquement je les léchais un peu, détournant le regard. Je n'avais pas l'habitude de tout ça et j'étais terriblement gêné par des gestes aussi pervers mais c'était franchement excitant. Il les retira finalement. Je ne savais pas si j'étais soulagé ou déçu.

- Il ne faut pas ici, fis-je en détournant le regard, rougissant. Sois patient, d'accord ?

J'avais un peu l'impression de parler à un gamin mais au final je me demandais lequel de nous deux était le plus immature : celui qui voulait faire l'amour dans une piscine ou celui qui était trop effarouché pour en envisager l'idée ? Je soupirais un peu en me disant que je n'étais pas très palpitant pour Robynne. Kira était sûrement un meilleur parti. Je détournais le regard blessé à cette pensée. J'avais envie de lui demander sans vouloir connaître la réponse si elle ne me convenait pas.

Pour me changer les idées et ne pas inquiéter Robynne je passais ma main sur sa joue en le regardant avec tendresse. Il était vraiment superbe avec ses grands yeux verts et ses cheveux en bataille qui retombaient sur son visage tant ils étaient trempés. Je me blottis un peu dans ses bras, trop heureux de retrouver sa chaleur. Doucement, je passais ma main sur son membre qui semblait déjà me désirer. J'étais heureux qu'il me veuille ainsi. Je lui lançais alors un regard lubrique avant de mordiller son lobe d'oreille. J'y susurrais alors :

- Attends juste ce soir et nous ferons tout ce que tu veux.

Mon ton était assez provocant et je lui promettais ainsi diverses choses. Par exemple je n'avais toujours pas osé lui faire une fellation, ce serait probablement le bon moment pour et j'en avais envie. Je repris alors ses doigts dans ma bouche et les suçotais en les léchant, plantant mon regard dans le sien.

- Si tu vois ce que je veux dire.

Je lui fis un petit clin d'oeil avant de déposer un petit baiser sur ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ne recommence plus jamais. [PV : Robynne ♥] YAOI Mer 17 Avr - 0:42

- Si tu n’en as vraiment pas envie…je comprendrais. Mais j’ai vraiment besoin de me sentir proche de toi maintenant, j’ai eu tellement peur de te perdre définitivement et je dois avouer…aussi que tu ces vêtements collé à ta peau…me tue de désir.

Vu ses réactions j’avais déjà ma réponse. Il allait me dire « plus tard » ou ce soir, enfin quelque chose dans le genre. Et je n’étais pas sûr de pouvoir le supporter...mais je ne voulais pas commettre les mêmes erreurs que durant l’étape des sources chaudes. Je lui avais fait peur et je m’étais fait gifler. Je l’avais m’hériter je suppose mais on venait à peine de renouer et j’avais réellement besoin de faire l’amour avec lui et non de me recevoir une gifle ou de me faire crier dessus. J’étais un peu perdu ne sachant quoi faire…

- Rassure-toi Robynne, tu ne me perdras pas tant que tu veux bien rester à mes côtés. Ce n'est pas que je n'en ai pas envie, ça se voit je crois, mais ce n'est pas très correct de faire ça ici, tu imagines si on salit l'eau ou s...

Il ne comprenait pas…je savais que là je ne le perdrais plus mais je voulais être proche de lui encore. Il m’avait manqué, j’avais eu peur…j’avais besoin maintenant qu’il gémisse à mon oreille, de me sentir en lui, de jouir avec lui. C’était un besoin brûlant et blessé par ses paroles et son rejet finalement décisif de le faire avec lui je portais mes doigts à ses lèvres le faisant taire ainsi.

- Je jouirai en toi pour ne pas salir l’eau, fis-je taquin mais sans vraiment être sérieux conscient que l’ébat n’aurait pas lieu.

Mais alors que je glissais mes doigts en me disant qu’il allait les mordre il me surprit en les léchant me faisant incroyablement durcir. Je venais doucement embrasser sa nuque tandis qu’il détournait le regard gêné. Pour quelqu’un qui ne voulait pas le faire ici la situation semblait pourtant bien lui plaire…si je le forçais un peu au début…peut-être que… ? Je retirais mes doigts un peu gêné tandis que je n’arrivais pas à détacher la sensation de sa langue sur mes doigts mon membre durcissant dans mon pantalon.

- Il ne faut pas ici. Sois patient, d'accord ?

Je soupirais. A croire que son désir comparer aux miens n’avait rien d’existant. Je me fichais qu’on nous voie, je me fichais qu’on me renvoie même…tout ce qui m’importait était que Luce soit avec moi. Un peu froidement je me détachais un peu de lui en répondant en haussant les épaules :

- Il ne faut pas nulle part, murmurais-je. Désolé d’avoir envie de toi, je te gênerais plus avec ce genre de demande.

J’étais sûrement trop pervers. Je voulais le faire avec lui autant que possible, peu importe où, quand j’avais envie de lui je ne cherchais pas à me contrôlé et sûrement me détestait-il pour ça. Il aurait été mieux avec quelqu’un d’autre de plus, doux.

Mais me surprenant et ne comprenant pas son geste je gémis brutalement en sentant les doigts de Luce venir caresser mon membre durcis. Je m’avachis un peu contre lui remontant un peu brusquement ma jambe contre son propre membre de façon tout même contrôlé pour ne pas lui faire mal. Je le regardais sidéré et plein d’espoir…il avait changé d’avis ?

- Attends juste ce soir et nous ferons tout ce que tu veux.

Je détournais le regard. Il me touchait pour me dire d’attendre ? C’était vraiment idiot de sa part. J’allais le lui dire d’ailleurs quand m’achevant tout simplement, Luce porta à nouveau mes doigts à sa peau les suçotant laissant cette fois ses yeux dans les miens. Je perdais le contrôlé. Naturellement je bougeais un peu les doigts pour faire quelque vas et vient tandis que de mon autre main je caressais son torse doucement remontant jusqu’à un de ses tétons pour venir le titiller brutalement en de longue caresse appuyer. Je portais doucement mes lèvres a sa nuque en bougeant ma jambe contre son membre appliquant sur celui-ci aussi des caresses mais bien plus douces.

- Si tu vois ce que je veux dire.

Il s’écarta lâchant mes doigts et posant juste un petit baiser sur mes lèvres. Je fronçais les sourcils…après ça il me demandait réellement d’attendre ce soir ? Il se foutait littéralement de moi. Un peu fâché mais surtout désormais bien trop dur pour renoncer à le faire ici j’empoignait ses deux poignet que je maintenant fermement dans son dos.

Longuement je venais glisser ma langue sur ses lèvres puis finalement dans sa bouche gardant ses poignets fermement en arrière pour qu’il ne me rejette pas ou ne me frappe. Je l’embrassais avec puis tandis que de ma main qui ne le retenait pas je faisais glisser mes doigts sur la limite de son boxer le tirant doucement alors que ma langue appuyait contre la sienne avec désir. Sans le relâcher et laissant ma main là où elle était je me redressais un peu pour le regard sérieusement :

- Tu crois réellement qu’après m’avoir autant allumé je peux attendre ce soir ? Murmurais-je.

Je libérais une de ses mains que je conduisais jusqu’à mon membre je la maintenais de ma main qui ne tenait pas son autre poignet et le forçais un peu à constater à quel point j’étais dur en profitant pour appliquer quelque caresse sur mon membre. Finalement je changeais de position. Je le forçais à s’assoir sur le bord de la piscine et tirais doucement sur son pantalon pour le faire tomber. Je la plaçais hors de sa portée afin qu’il ne sorte pas de la pièce. Je le voyais mal affronter le couloir bonder d’élève tremper et en boxer.

Puis je penchais mon visage vers son intimité embrassant son membre doucement avant de passer ma langue à travers son boxer. Léchant avec application chaque partie de son membre je caressais en même temps son bas-ventre. Cette fois on avait atteint un point de non-retour, je ne pouvais réellement plus du tout m’arrêter.

- Je vais te faire l’amour ici et maintenant Luce, soufflais-je en redressant mon regard vers lui. Et ton corps semble plus tôt d’accord.

Lentement je faisais glisser un doigt sous son boxer pour caresser directement son gland en de petit cercle rapide alors que ma langue repartait lécher son membre durcissant à travers son boxer alors que mon autre main caressait l’intérieur de ses cuisses. Je le voulais. Et je ne comptais plus me retenir. Je le tirais un peu par les jambes le faisant retomber dans l’eau pour le blottir contre moi. Pour autant cela ne voulait pas dire que je voulais l’effrayer, je voulais qu’il en ait envie aussi…

- Dis moi que tu m'aimes... Soufflais-je à son oreille un peu inquiet quand même qu'il me rejette après l'avoir un peu forcé à tout ça quand même.

Lentement mes doigts pendant ce temps avait parcouru son dos et tombèrent désormais sur ses fesses que je caressais longuement avant de porter un doigt vers son entré. Je l’embrassais pour ne pas qu’il proteste un peu brutalement et délicatement faisant entrer mon doigt en lui entièrement avec je devais l’avouer un peu de brutalité. Mais désormais je savais qu’il aimait ça, il n’y avait plus aucune douleur.

Pendant ce temps je déboutonnais mon pantalon et venait, désireux, porter sa main contre mon boxer. Je voulais qu’il me caresse de lui-même mais il ne le ferait jamais alors j’accompagnais sa main sur mon membre bougeant aussi les hanches avec désires. Je soupirais de plaisir. Il m’avait tant manqué…
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 60
Date d'inscription : 07/01/2013

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 21 ans
Orientation Sexuelle: homosexuel ♥
Petit(e) ami(e): Robynne Melkor Volgan ♥
MessageSujet: Re: Ne recommence plus jamais. [PV : Robynne ♥] YAOI Mer 17 Avr - 9:17

- Je jouirai en toi pour ne pas salir l’eau.

Même en sachant, ou plutôt en supposant qu'il plaisantait, je ne pouvais que rougir un peu de nouveau en lui mettant un faux coup de poing sur le torse pour me dire des choses aussi gênante. Il glissa cependant ses doigts dans ma bouche et ne sachant guère comment réagir je les léchais en n'étant pas beaucoup plus à l'aise. Mais je devais admettre que tout ça était vraiment excitant, et Robynne sembla choqué par mon attitude. C'était assez plaisant de lui montrer que je n'étais pas une saint-nitouche. Toutefois il retira ses doigts et je lui demandais alors d'être patient.

- Il ne faut pas nulle part. Désolé d’avoir envie de toi, je te gênerais plus avec ce genre de demande.
- Si je ne te conviens pas autant que Kira tu n'as qu'à me laisser de nouveau. Pas la peine de me dire des choses si blessantes.

Mon ton avait été froid et dur, mais mon regard vraiment blessé. Comment pouvait-il croire qu'il me dérangeait ? J'étais heureux qu'il me désire, vraiment, mais ne pouvait-il pas comprendre que je n'avais pas autant d'aisance que lui sur le sujet ? Je complexais déjà pas mal à ce niveau. Je me demandais parfois si j'étais bon pour Robynne et s'il n'aurait pas été plus heureux en tombant amoureux de quelqu'un d'autre. Ce genre de paroles ne faisait qu'assurer cette idée dans ma tête.

Je murmurais malgré tout un "désolé" pour mes paroles probablement encore plus blessantes que les siennes. Je ne voulais pas penser à ce type de toute façon, Robynne m'aimait moi alors il n'avait rien à faire dans notre conversation. Je passais donc ma main sur le membre de Robynne pour le laisser présager que ce soir nous ferions tout ce qu'il désirait, et son gémissement brutal me fit me mordre la lèvre. Il semblait vraiment en avoir envie, c'était vraiment tentant. Cependant je ne fis pas le malin quand il remonta sa jambe entre les miennes contre mon membre en me faisant gémir également. Ce n'était pas bon, nous devions nous contrôler.

Il détourna le regard quand je le lui annonçais. Je n'aimais pas trop ça mais bon, je supposais qu'il était juste frustré. Je voulais tout de même lui laisser entendre que je pourrais essayer quelque chose que je n'avais encore jamais fait ce soir : prendre son membre en bouche. Et pour ce faire je repris ses doigts et les léchais en le fixant aguicheur, alors que Robynne fit des petits mouvements dans ma bouche avant de caresser mes tétons assez abruptement tout en jouant de sa cuisse sur mon membre. Mes gémissements étaient vaguement étouffés par ses doigts mais tout de même audible. Il ne semblait pas très enclin à attendre.

Mais quand je lâchais ses doigts pour déposer un petit baiser sur ses lèvres, il me regarda en fronçant les sourcils. Je palis un peu : visiblement je n'avais pas adopter la meilleure technique pour le faire attendre. Sans me laisser le temps de réagir davantage, il saisit mes deux poignets entre une de ses mains et le retint fermement dans mon dos. Je le regardais en écarquillant un peu les yeux : je n'allais pas m'en sortir comme ça visiblement.

Je tentais de me dégager mais c'était bien en vain, il avait plus de force que moi. Et sa jambe entre les miennes était loin de me permettre de la mobilité. Beaucoup plus grand que moi, plus fort, et dans une position avantageuse. Je réduis un peu mes mouvements quand il glissa sa langue sur mes lèvres avant de la guider dans ma bouche. Je participai tout de même au baiser, me disant qu'il était probable qu'il ne fasse que me taquiner ou se venger un peu en me maintenant comme ça. Il joua de son autre main à la limite de mon boxer, me faisant soupirer de plaisir contre ses lèvres. Puis sans me lâcher d'aucune sorte, il me fixa très sérieusement. Apparemment il ne plaisantais pas.

- Tu crois réellement qu’après m’avoir autant allumé je peux attendre ce soir ?
- Je... Je pensais juste t'exciter pour ce soir, balbutiais-je.

Mais j'étais allé trop loin de toute évidence. Je savais d'ores et déjà que Robynne n'était pas du genre à juste attendre le soir, j'avais déjà fait l'erreur plus d'une fois, ce qui ne nous avait jamais conduit à grand chose de bon d'ailleurs. Il libéra cependant une de mes mains pour venir la saisir immédiatement et la porter sur son membre. Je me mordis la lèvre. Il était vraiment très dur, il allait avoir bien du mal à simplement se calmer. Il me fit alors le caresser et j'obéissais à ses gestes pour serrer un peu son membre à travers son pantalon trempé, faisant de petits va et viens. J'avais vraiment envie de lui mais le lieu n'était pas le bon.

Il me fit ensuite m'asseoir sur le bord de la piscine tout en retirant mon pantalon. J'essayais de retenir ce dernier mais il fut plus fort que moi et le balança bien loin de moi. J'allais vraiment avoir du mal à l'arrêter, si je le voulais... Je n'en étais moi-même plus tout à fait sûr. Il plaça alors son visage entre mes jambes alors que je posais mes mains sur ses épaules pour le repousser un peu. Mais bien en vain : quand il lécha mon membre à travers mon boxer mes doigts se resserrèrent juste sur sa peau alors que je gémissais longuement. Je n'étais pas très crédible à le repousser.

- Je vais te faire l’amour ici et maintenant Luce. Et ton corps semble plus tôt d’accord.

Comment pouvait-il penser que me faire tout ça pouvait ne pas me donner d'érection ? Il m'avait atrocement manqué et maintenant j'avais l'occasion de faire l'amour avec lui, ça me tentait nécessairement mais je ne voulais pas le faire ici. Il passa alors un doigt sous mon boxer en traçant de petits cercles sur mon gland tout en continuant à lécher mon membre à travers mon boxer. Machinalement je portais une main dans ses cheveux avant de vite me raviser pour la remettre sur son épaule. J'avais envie de plus et en même temps envie d'attendre. Il me faisait totalement perdre la tête.

- Comment mon corps ne pourrait pas être d'accord ? fis-je entre deux gémissements. Je n'ai jamais dit que je n'avais pas envie de toi, mais pas ici...

Je doutais un peu d'être crédible. Après tout j'étais vraiment très sensible et je supposais que c'était fantasmant que de faire l'amour dans cet endroit. Je ne pouvais pas nier l'évidence. Robynne tira alors sur mes jambes, me ramenant dans l'eau toujours bloqué contre le bassin. Je n'allais vraiment pas avoir le choix. Mais me surprenant il changea de comportement en me blottissant dans ses bras. Je le câlinais également, embrassant affectueusement son torse. Je l'aimais vraiment comme un fou.

- Dis moi que tu m'aimes...

Je redressais mon visage vers le sien en serrant possessivement son corps tout contre moi. Je l'embrassais doucement en passant ma langue sur ses lèvres et en un long et doux baiser. Je le fixais ensuite dans les yeux avec douceur.

- Je t'aime comme un fou Robynne.

Je pensais qu'il était finalement un peu calmé avec tout ça et qu'il avait surtout besoin de tendresse maintenant. Pour preuve, il caressait simplement mon dos alors que j'étais tout contre lui. Jusqu'à ce qu'il descende à mes fesses en faisant tomber mon boxer. j'étais déjà à moitié nu et c'était la bonne moitié pour aller plus loin. Je poussais un peu sur son torse pour l'écarter mais rien à faire, il me tenait contre lui et passais son doigt sur mon entrée. Et pas que : il le fit entrer en moi entièrement et assez brutalement. Je gémis en cambrant mon corps contre le sien alors qu'il étouffait mes protestations avec un baiser, mon membre tendu touchant le sien à travers ses vêtements.

- At... Attends ! Arrête Robynne...

Mais j'étais peu convaincant à dire ça entre mes gémissements et de façon un peu trop sensuelle. Je ne le repoussais pas non plus avec conviction, à se demander ce que moi je voulais vraiment. Sans me laisser le temps de lui faire comprendre ce que je m'évertuais à lui dire, il retira alors son pantalon en portant ma main sous l'eau tout contre son boxer, me faisant caresser son membre. Je devais admettre qu'il était terriblement excitant à être autoritaire et dominant comme ça. Je rougis vraiment en pensant une chose pareille.

Je posais alors ma tête contre son épaule en soupirant de plaisir à cause de son doigt en moi, bougeant automatiquement les hanches pour le sentir un peu plus. Il me faisait totalement perdre la raison. Je caressais donc son membre finalement de moi-même en passant parfois mes doigts sous son boxer pour venir jouer avec son extrémité. Il était vraiment très dur et ça ne faisait que m'exciter davantage, d'autant plus que l'eau rendait les va et viens plus aisés et probablement plus agréable.

En tout cas, Robynne avait relâché un peu son étreinte sur moi et j'étais légèrement plus libre de mes mouvements. Ainsi je le fis sortir de l'eau, surpris par la légèreté de son poids, et le positionnais sur le rebord du bassin comme il l'avait fait pour moi tout à l'heure. Je pouvais toujours le satisfaire autrement s'il ne pouvait pas attendre ce soir pour jouir.

- Je vais t'aider à jouir, enfin essayer... Arrête-moi si c'est nul.

Je fis alors tomber son boxer en voyant son membre se tendre tout devant mon visage. J'angoissais un peu car je n'avais jamais fait ça, peut-être allais-je faire mal à Robynne, mais j'espérais réussir à le combler un peu, au moins assouvir ses ardeurs. Alors je commençais à caresser son extrémité de mes doigts en léchant la longueur de son membre. Je commençais par quelque chose qui me semblait facile et je pouvais au moins lui donner du plaisir avec ma main si j'étais trop peu doué.

Au bout d'un moment je pris son membre dans ma main et collais ma langue contre son gland le léchant d'abord doucement puis plus abruptement. Ce n'était pas du tout désagréable de lui faire ça et je sentais même mon membre durcir davantage. Je mourrais d'envie de lui, et j'avais envie de jouir également. J'espérais malgré mes plaintes qu'il me donnerait un orgasme après d'un manière ou d'une autre. Je finis par prendre son extrémité entre mes lèvres ; il était vraiment gros et ce n'était pas un travail facile. Mais je faisais de mon mieux en serrant mes lèvres autour de lui et faisant quelques va et vient surtout concentrés sur son extrémité pendant que ma main masturbait sa longueur avec plus de vigueur.
Puis une question me vint à l'esprit : je voulais le faire jouir, mais où ? Toutes me semblait assez lubriques et indécentes, mais peut-être que ça ne me gênait pas. Après tout j'avais déjà fait pas mal de choses avec Robynne alors nous pouvions bien faire ça. Je sortis un instant son membre d'entre mes lèvres pour lui dire en le surprenant sûrement beaucoup :

- Tu peux jouir où tu veux, tout me va. Et... si tu veux bien me faire jouir après.

Je repris alors son membre entre mes lèvres et accélérais un peu mes mouvements sans pour autant vraiment l'enfoncer de moi-même plus profondément dans ma bouche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ne recommence plus jamais. [PV : Robynne ♥] YAOI Mer 17 Avr - 12:28

- Si je ne te conviens pas autant que Kira tu n'as qu'à me laisser de nouveau. Pas la peine de me dire des choses si blessantes.

Je le foudroyais du regard. Il ne savait pas de quoi il parlait et ne comprenait strictement rien à rien. Je me fichais de le faire dans un endroit précis au fond, ce que je voulais c’était le faire avec lui partout ce n’était pas le plaisir d’un lieu érotique, c’était le plaisir de me dire que nous pouvions constamment être proche l’un de l’autre…

Kira était un bon amis, j’avais fait l’amour avec lui et je ne le nierais pas si il me le demandait, je dois même avouer que peut-être un jour j’aurais pu penser à sortir uniquement avec lui parce qu’il me satisfaisait totalement sexuellement parlant mais il n’avait pas un centimètre de place dans mes pensées actuelles. Il n’y avait que Luce. Je détournais le regard blessé.

- Sauf que je ne désire pas Kira, je ne l’aime pas non plus. Y’a qu’avec toi que j’ai envie de le faire ici.

Je reposais une seconde mes yeux vers lui tout autant blessé. J’avais cependant conscience d’avoir pu paraître blessant avec lui alors je lui présentais mes excuses. Cela avait été idiot de ma part je suppose. Il fallait que je taise mes désirs.

[…]

- Comment mon corps ne pourrait pas être d'accord ? Je n'ai jamais dit que je n'avais pas envie de toi, mais pas ici...

Je soupirais un peu. Ici ou ailleurs ne changeait rien au fond, c’était juste que je ne pouvais plus attendre, mon membre durcis, ses gémissements, tout j’en voulais encore plus. Mon désir était trop brûlant pour que je le refoule maintenant. J’embrassais à nouveau un peu son membre tandis qu’il ne me repoussait jusque-là pas suffisamment franchement pour quelqu’un qui voudrait que cela s’arrête. J’allais lui faire perdre la tête jusqu’à ce qu’il me demande de lui de le pénétrer. Mais je savais qu’avant cela il allait falloir m’armer de force et de courage, j’avais peur réellement de finalement me faire rejeter.

- Alors pardonne-moi mais je vais devoir te forcer un peu, fiches-je taquin mais tout de même un peu inquiet. Je ne pourrais pas supporter d’attendre ne serais-ce que deux minutes.

Cependant pour le moment je voulais surtout qu’il comprenne que je l’aimais, que je faisais tout ça un peu brutalement parce que je voulais marquer un peu…mon territoire en quelque sorte je suppose. Il était à moi et je voulais lui faire l’amour pour qu’il ne l’oublie pas une seule seconde. Je voulais aussi que l’on se donne mutuellement du plaisir car plus de deux semaines sans le toucher…c’était atrocement long surtout pour moi le pervers je suppose. Lui s’en fichait peut-être.

Je le blottissais tendrement contre moi me doutant qu’il allait croire que cela s’arrêterait là, mais il se mettait le doigt dans l’œil cependant je savourais son étreinte avant de lui murmurer de me dire qu’il m’aimait. Ça aussi j’en mourais d’envie, l’entendre me dire « je t’aime » des centaines de fois puis de lui faire crier mon nom sous une vague de plaisir. Redressant ma tête il me fit sourire en venant m’embrasser glissant doucement sa langue dans ma bouche. Je me contrôlais au mieux pour faire de ce baiser juste un baiser amoureux et non brutal. Et j’en eu des frisons. Je l’aimais tant…

- Je t'aime comme un fou Robynne.
- C’est une bonne réponse, fis-je en mordillant sa lèvre inférieure.

Doucement mes doigts dans son dos finir par descendre plus bas et à nouveau il tenta de me repousser en me faisant plonger mon regard dans le sien réellement peiné…ne me voulait-il pas à ce point ? Je le touchais, le caressait…même dans un lieu où je n’aurais pas eu envie de le faire avec lui après tout ça j’aurais cédé. Un peu énervé après lui mais restant quand même maître de mes émotions je glissais un doigt en lui ravis qu’au moins son corps lui réponde sincèrement à mes caresses. Son gémissement gonfla un peu plus mon érection tandis que sentir son membre nu se frotter contre le mien me fit porter une main à son bas ventre descendant lentement jusqu’à ses testicules que je caressais longuement en venant finalement l’embrasser pour qu’il ne me dise pas de m’écarter ou s’énerver après moi. Mais je ne pouvais pas l’embrasser définitivement et lorsque je m’écartais c’était sans surprisse qu’il ronchonna :

- At... Attends ! Arrête Robynne...

Je ris un peu. Il n’était pas sincère avec lui-même au fond…c’était peut-être juste ça le véritable problème. Ses gémissements, sa manière sensuel de me dire d’arrêter…il se mentait à lui-même en disant qu’il voulait arrêter là alors je me promis de le pousser à bout.

Je bougeais donc plus fortement mon doigt en lui le retirant et le renfonçant avant de commencer des petits vas et vient cours mais puissant en lui. Je le désirais tant. Sans lui laisser trop de temps pour réfléchir ou me frapper j’occupais une de ses mains en la portant jusqu’à mon boxer ou mon membre durcis ne réclamait que ses caresses. Me faisant gémir longuement il le caressa malgré son « arrête » précédent et reconnaissant je vins caresser moi-même le haut de son membre faisant de long va et vient sur celui-ci arrêtant parfois deux doigt sur son gland pour le titillé doucement alors que mon doigt bougeait toujours en lui.

- Tu adore ça Luce, murmurais-je suave à son oreille. Alors arrête de mentir et dis-moi que tu as envie de faire l’amour ici avec moi.

Je m’écartais lui tirant la langue taquin mais mes yeux planter dans les siens réclamait vraiment qu’il cesse de me rejeté et participe pleinement à l’ébat. Je ne voulais pas l’entendre me dire continuellement « arrête » mais si ce genre de arrête était assez excitant, je voulais le voir roulant des hanches sur mon membre en gémissant, me demandant d’être plus brutal…je crispais mes doigts sur son membre alors qu’il posait sa tête contre mon torse me ramenant à la réalité.

Je l’embrassais finalement brutalement en redressant sa tête alors que finalement de lui-même il passait ses doigts de temps en temps sous mon boxer en me faisant gémir. Profitant qu’il semble un peu plus enclin à la situation je glissais un deuxième doigt en lui avec désir. Je voulais déjà entrer en lui. Je l’embrassais fougueusement essayant d’atténuer mon gémissement et le sien que j’espérais d’écorcher en bougeant brutalement mes deux doigts dans son entré et en caressant avidement son gland.

Mais me surprenant un peu et me laissant un peu septique, Luce m’assis à mon tour sur le bord du bassin. L’eau me rendait plus léger et cela n’avait pas dû lui poser beaucoup de problème surtout que j’avais perdu de plus quelque kilo depuis deux semaines. Il se plaça entre mes jambes en me faisant rougir mais je ne détournais pas le regard pour autant…il allait vraiment…prendre mon membre dans sa bouche ?

- Je vais t'aider à jouir, enfin essayer... Arrête-moi si c'est nul.

Je sentais le « et après calme toi ». Je soupirais. Si il pensait qu’après ce genre je serais calme il était idiot, même si il me faisait jouir je voudrais plus. Je préférais donc le prévenir que si il faisait cela uniquement pour m’arrêter il fallait mieux qu’il s’arrête tout de suite.

- Ne pense pas que je vais m’arrêter après même si tu me fais jouir Luce, soufflais-je stoppant une seconde ses doigts de ma main qui se dirigeait vers mon boxer. Ce n’est pas jouir dont j’ai envie, c’est faire l’amour avec le garçon que j’aime.

Je relâchais cependant ses doigts…si il avait envie d’essayer de me faire jouir quand même…cela ne me gênait aucunement. J’avais envie de jouir dans sa bouche. Je rougis un peu en détournant pour la première fois le regard mais je m’allongeais un peu en arrière sur mes coudes tandis qu’il faisait glisser mon boxer libérant à sa vue mon membre durcis. Je n’étais pas gêné par ça mais je sentais d’avance que j’allais gémir trop fort en sentant sa lan…

Je plaquais ma main devant ma bouche alors qu’un long gémissement avait résonné dans la piscine. Je lui lançais un regard vaguement courroucé, je regardais ailleurs et sentir si brutalement sa langue contre mon membre alors que ses doigts jouaient avec ma langue m’avait fait frissonner longuement et éclater une sorte d’immense chaleur dans mon ventre et mon corps entier. Je fermais les yeux quelque seconde essayant de souffler a un rythme régulier pour ne pas me mettre à gémir incontrôlable ment. J’avais rêvé de tout ça, et plus d’une fois mais la réalité était cent fois meilleure que mes rêves.

Mais bientôt je me redressais pour le voir, je ne voulais pas manquer une seule seconde du visage de Luce prenant mon membre dans sa bouche. L’aidant un peu peut-être à se détendre je lui murmurais doucement entre deux soupirs alors que désormais sa langue se trouvait sur mon gland me faisant me cambrer régulièrement :

- Si tu continues ainsi tu vas vraiment me faire jouir…, fis-je en souriant.

Et j’étais sincère, mon membre durcissait de plus en plus et la chaleur que je commençais à connaître prenait place dans les moindres parties de mon corps. S’il me prenait réellement en bouche je ne doutais pas que rapidement je jouirais. Deux semaines d’abstinence cela me rendait un peu préco…non. Ce n’était pas ça, c’était juste que avec lui les sensations étaient différente, plus puissante, plus forte, plus enivrante.

Enfin chassant tout ça de mon esprit ses lèvres glissèrent mon gland dans sa bouche en me faisant passer mes mains dans ses cheveux pour le faire un petit peu plus rentrer dans sa bouche si humide et serré. Sans m’en rendre compte j’avais gémis et m’était un peu cambrer bougeant et je m’excusais un peu en gardant cependant mes mains dans ses cheveux sans plus appuyer cependant sur sa tête. Je ne voulais pas l’effrayer. Mais il devait comprendre que c’était réellement bon pour moi maintenant je suppose. Je rougis un peu mais continuait de le regarder, je ne voulais pas perdre une miette de ca première fellation sur moi. Il bougea doucement sa bouche sur mon extrémité tandis que sa main caressait la base de mon membre, de petite palpitation me firent gémir doucement ré appuyant un peu sur sa tête pour qu’il me prenne un peu plus profondément mais sans brutalité. Mais me surprenant un peu il s’écarta, je plongeais mes yeux dans les siens cherchant une réponse.

- Tu peux jouir où tu veux, tout me va. Et... si tu veux bien me faire jouir après.

Je rougis et détournait le regard…même si il ne me l’avait pas demandé j’aurais jouis dans sa bouche. Ou peut-être…je me mordis la lèvre. C’était tentant. Mais ne me permettant pas de réfléchir Luce se mit à être plus actif dans ses vas et vient mais toujours sur mon gland…cette fois je perdis un peu le contrôle…il m’avait fait durcir encore plus en disant ce genre de chose et je ne pouvais plus me contenter de ses lèvres sur mon gland alors lentement je poussais sur sa tête pour faire entrer mon membre un peu plus en plus sans être brutale pour le moment.

Puis un peu trop perdu dans le plaisir qu’il me procurait je bougeais sa tête de moi-même faisant des vas et vient de plus en plus abrupt sur sa tête bougeant en même temps les hanches pour faciliter. Je n’étais cependant pas non plus ultra brutal, si il voulait se dégager il le pouvait mais doucement mon membre ce mis à palpiter dans sa bouche. Je gémissais de plus en plus fort murmurant doucement des « continues » à Luce que je savais audible. Puis finalement sentant tout près l’orgasme je me retirais de sa bouche et caressais mon membre juste devant son visage alors que mon membre palpitait durement.

Puis enfin me cambrant je jouis violemment. Mon sperme tombant sur le visage de Luce. Je mis un moment à reprendre mon souffle qui était saccadé avant de regarder Luce. Je me mordis la lèvre tandis que mon membre rendurcissait à la vision de son visage recouvert de mon sperme mais…j’étais conscient qu’il n’avait peut-être pas pensé que je jouirais sur son visage.

- J’espère que…tu avais pensé à ça aussi en disant « où tu veux », fis-je m’excusant ainsi un peu.

Doucement je redescendais dans l’eau et pour me faire pardonner je suppose je venais longuement lécher son visage là ou mon sperme l’avait touché. Puis venait ouvrir doucement sa bouche et glissé ma langue couverte de ma propre semence pour qu’il l’avale. Pour une première fois c’était un peu trop de jouir dans sa bouche mais pour autant j’avais envie…j’étais juste un pervers quoi.

Cependant je n’avais pas oublié qu’il m’avait vouloir jouir aussi…sans préciser comment alors délicatement ensuite je vins mordiller sa nuque en faisant retomber mes mains vers son entré. Brutalement je glissais de nouveau deux doigts en lui.

- A ton tour de jouir.

Je lui tirais un peu la langue avant de le retourner torse contre le bord du bassin. Je posais mon membre un instant contre le sien frottant nos deux intimités l’un contre l’autre bougeant encore un peu mes doigts en lui. Puis je les retirais doucement avant de poser mon gland contre son entré. J’avais déjà atrocement redurcir et il n’y aura que cela pour me calmer totalement.

Pour essayer de vérifier qu’il ne pourrait pas céder à l’idée que je le pénètre je caressais son gland avec fermeté le coinçant entre deux doigts que je frottais ainsi sur son extrémité bougeant à peine les hanches pour entrer de temps en temps mon gland en lui en de long râle de plaisir.

- J’ai envie de mettre mon membre en toi, soufflais-je en m’approchant de son oreille. Mais...si tu veux t’arrêter maintenant…je comprendrais.

Je lui tirais la langue. C’était à lui désormais de me dire qu’il en avait aussi envie.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 60
Date d'inscription : 07/01/2013

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 21 ans
Orientation Sexuelle: homosexuel ♥
Petit(e) ami(e): Robynne Melkor Volgan ♥
MessageSujet: Re: Ne recommence plus jamais. [PV : Robynne ♥] YAOI Mer 17 Avr - 13:46

- Alors pardonne-moi mais je vais devoir te forcer un peu. Je ne pourrais pas supporter d’attendre ne serais-ce que deux minutes.

J'étais partagé entre être rassuré et angoissé. Visiblement je n'allais pas avoir d'autres choix que de faire l'amour ici et maintenant, même si j'étais plutôt gêné quant à la témérité de l'idée. C'était angoissant sans aucun doute, surtout qu'il me disait quand même qu'il n'allait pas avoir de scrupule à me forcer. Mais c'était par amour pour moi et il s'en excusait. C'était peut-être idiot mais j'en étais rassuré, alors probablement ne serais-je pas capable de le repousser avec conviction.

- Je te pardonne, fis-je un peu hagard de sa déclaration.

C'était un peu étrange de lui donner ma bénédiction pour me forcer quand même.

[...]

- Tu adore ça Luce. Alors arrête de mentir et dis-moi que tu as envie de faire l’amour ici avec moi.

Je devais admettre que mes gémissements alors que son doigt allait et venait brusquement en moi en faisant trembler mes jambes incontrôlablement me rendaient bien peu crédible alors que je caressais son membre, avide de ses propres gémissements. Il était magnifique et le voir ainsi m'avait atrocement manqué. Bien vite, Robynne joint un deuxième doigt en moi tout en m'embrassant fougueusement pour m'éviter de gémir trop fort je supposais. Cependant je gémis quand même en continuant à le caresser. Il avait vraiment raison : je me mentais à moi-même en disant que je voulais attendre. Je n'étais pas sûr d'avoir déjà été si excité.

Il avait un peu relâché son étreinte sur moi et je craignais toujours de salir l'eau ou n'importe quoi d'autre. Faire l'amour dans un lieu public était vraiment angoissant, alors je sortais Robynne de l'eau pour l'asseoir sur le rebord du bassin et me placer entre ses jambes, lui disant que j'allais l'aider à jouir. Mais en me surprenant il soupira en arrêtant ma main. Il avait si peur que ça que je foire ?

- Ne pense pas que je vais m’arrêter après même si tu me fais jouir Luce. Ce n’est pas jouir dont j’ai envie, c’est faire l’amour avec le garçon que j’aime.

Je souris, heureux. C'était un peu idiot parce qu'il venait de me dire que mon plan ne fonctionnerait pas, mais sa raison pour tant vouloir le faire ici m'apparaissait soudain comme bien plus limpide. Il était fou amoureux de moi et c'était s'unir et être intime avec moi qu'il voulait car nous avions tous les deux cru nous perdre. Moi, ma "pureté" me dictait d'attendre ce soir pour la grande réconciliation, mais Robynne n'avait pas cette limite. Je l'admirais pour cela et espérais pouvoir devenir un jour comme lui, même si son influence m'avait déjà beaucoup changé.

- Il paraît que je n'ai pas le choix de toute façon, n'est-ce pas ? Fis-je en mordillant sa cuisse, joueur.

Je souriais alors ce n'était vraiment pas un reproche, et je ne doutais pas que Robynne comprendrait que je n'étais pas énervé après lui. Plutôt que j'acceptais tout ça, et comme il le disait de toute façon mon corps parlait à ma place. Je retirais donc son boxer pendant que Robynne s'installait confortablement en me faisant sourire. Mais très vite, alors que ma langue touchait pour la première fois sa verge la réaction fut fulgurante.

Je m'arrêtais un instant en me demandant si j'avais mal fait les choses, mais mon petit ami venait de gémir bruyamment, le son de son plaisir résonnant encore dans la piscine. Je lui tirais la langue à son regard courroucé et continuais tout de suite mon délicieux labeur. La réaction était très encourageante c'était le moins qu'on puisse dire. Mais alors que je m'appliquais pour ne pas faire de ma première fellation un souvenir catastrophique Robynne se releva pour me regarder. C'était atrocement gê-nant.

- Si tu continues ainsi tu vas vraiment me faire jouir…

Je le regardais doucement en voyant son sourire et constatant sa respiration haletante. Son membre était vraiment durci entre mes doigts et je ne doutais pas qu'effectivement il risquait de bientôt jouir. Je me décidais donc enfin à prendre l'extrémité de son membre dans ma bouche sans oser le regarder. Aussitôt il plaça ses mains dans mes cheveux et mis un petit coup de hanche qui le fit entrer plus loin dans ma bouche. Je fus un peu surpris et gêné par la taille mais quand bien même je continuais à faire de mon mieux.

Je m'écartais un instant pour lui dire qu'il pouvait jouir où il voulait. Je ne savais pas ce qui était le plus gênant dans les options que nous avions alors au final si tout se valait il pouvait bien le faire où il voulait. Il détourna le regard en rougissant : visiblement l'idée lui plaisait beaucoup. Je repris alors mes va et viens, mais ne semblant plus se contenter de mes lèvres sur son extrémité il fit entrer son membre plus profondément dans ma bouche. Je me laissais faire en m'appliquant au possible même si cette position était moins facile.

Robynne bougea alors les hanches en même temps que mes va et viens plus rythmés qu'auparavant même si je le laissais encore me guider, faute d'expérience. Il était assez brutal mais je savais qu'il se contrôlait déjà alors je faisais juste de mon mieux pour l'aider à prendre du plaisir alors que mon membre me brûlait tant j'aurais voulu qu'il le caresse. Robynne gémissait vraiment intensément et j'avais l'impression de n'en plus pouvoir. Moi aussi je mourrais d'envie de jouir, surtout avec ses sulfureux "continues" qui ne pouvaient que m'inciter à faire de mon mieux.

Puis soudain il se retira de ma bouche pour se masturber devant mon visage. Je rougis assez violemment en caressant en même temps les poches sous son membre pour l'aider et ne sus vraiment pas comment réagir. Très vite, Robyne eu un long râle de plaisir et je sentis sa semence chaude tomber sur mon visage. J'étais une véritable tomate, mais une tomate comblée. Je fus encore plus gêné quand il me regarda en mordant sa lèvre mais mon membre était plus dur et frustré que jamais.

- J’espère que…tu avais pensé à ça aussi en disant « où tu veux ».
- Oui c'était compris dedans, balbutiais-je.

Au moins comme ça il ne devait pas penser avoir fait quelque chose de déplaisant, mais dans tous les cas il revint dans l'eau face à moi et lécha doucement mon visage tandis que je m'étais demandé juste avant ce que nous allions en faire désormais. Je me mordis la lèvre en prenant sa main pour la porter à mon membre. Je n'en pouvais plus j'avais besoin qu'il me caresse alors qu'il faisait des choses terriblement excitantes.

Et alors que Robynne avait récupéré sa propre semence il ouvrit doucement ma bouche pour m'embrasser et me la donner. Je me collais contre lui en faisant des petits mouvements de hanche pour que ses mouvements sur mon membre soient plus fort et l'embrassais abruptement. Il m'avait totalement fait perdre pied. Au cours de notre baiser j'avalais alors docilement en continuant ensuite à l'embrasser pour qu'il constate. Mais il ne resta pas les doigts sur mon membre et en un sens heureusement car sinon j'aurais peut-être joui tout de suite quand il enfonça brutalement deux doigts en moi, me faisant gémir pas moins fort que lui tout à l'heure.

- A ton tour de jouir.

Sans vraiment attendre une quelconque approbation de ma part Robynne me retourna le torse contre le bord du bassin et frotta doucement son membre contre le mien en bougeant encore ses doigts en moi. Il avait vraiment redurci très vite, c'était impressionnant et désirable. Il finit par retirer ses doigts pour poser son gland contre mon entrée, caressant abruptement mon membre en me faisant serrer les doigts sur le rebord du bassin en gémissant sans pouvoir me contrôler. Il allait littéralement me tuer de plaisir, surtout quand il fit entrer et ressortir son extrémité de mon entrée, me faisant me cambrer contre lui.

- J’ai envie de mettre mon membre en toi. Mais...si tu veux t’arrêter maintenant…je comprendrais.

Je lui mis un petit coup de poing dans le ventre avec un regard vexé. Je n'avais pas du tout l'air de vouloir m'arrêter alors qu'il ne raconte pas n'importe quoi, surtout qu'il le faisait uniquement pour me gêner. Bien sûr il savait que je ne mettais pas ce coup par méchanceté, d'ailleurs il n'avait pas dû avoir mal, mais plus pour marquer mon mécontentement.

- Tu as raison après tout, nous devrions nous arrêter là.

Et pour me venger de sa petite blague, je décidais de lui en faire un. Je chassais sa main de sur mon membre, espérant qu'il s'inquiète de mon geste après mon regard vexé. Je le laissais croire quelques secondes qu'effectivement je voulais m'arrêter là. Puis finalement je m'enfonçais d'un coup sur son membre en gémissant très intensément alors que tout mon corps était submergé par un plaisir foudroyant.

Je ne bougeais pas pendant un instant, les mais tremblantes s'agrippant un peu désespérément aux hanches de Robynne que je pouvais atteindre dans ma position actuelle. J'avais voulu faire le malin mais j'avais failli mourir de plaisir je crois. Ma respiration était haletante alors que je ne laissais pas Robynne toucher à mon membre pour autant. Je crois que s'il m'avait touché en même temps que ça j'aurais joui tout de suite.

- Ne me touche pas encore, je vais vraiment jouir sinon, fis-je dans ma respiration saccadé.

Pourtant mon membre était plus que gonflé, mais je voulais que Robynne ai lui aussi le temps de jouir une seconde moi, il n'allait certainement pas pouvoir se calmer après ça. Et jouir ensemble me tentait réellement. Je voulais nous sentir de nouveau proches comme nous l'avions toujours été. Je voulais juste sentir que tout était redevenu comme avant et que nos problèmes étaient résolus.

Je commençais donc à bouger les hanches, étonné par la facilité de mouvement grâce à l'eau. J'aimais sentir les doigts de Robynne courir sur ma peau trempée, ses cheveux tombant devant son visage,... Je bougeais plus abruptement en gémissant sans pouvoir me contrôler. Il m'en fallait plus. Mais je ne savais pas trop comment jouir pour que cela ne salisse pas l'eau. Puis je repensais aux paroles de Robynne en rougissant.

- Quand tu auras joui je voudrais... ta bouche s'il te plaît, fis-je en étant atrocement gêné.

J'accélérais alors mes mouvements de hanche pour aider Robynne à jouir tout en passant mes mains sur son bas ventre. J'étais vraiment très loin du moment où j'avais dit ne pas vouloir le faire ici. J'avais l'impression de mourir de chaud tant mon membre était frustré de ne pas avoir joui encore et de devoir être si patient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ne recommence plus jamais. [PV : Robynne ♥] YAOI Mer 17 Avr - 23:08

- A ton tour de jouir.

Les choses semblaient bien se dérouler. Désormais aucune hésitation ne semblait le tenir, il voulait juste faire l’amour comme je le souhaitais moi-même. Il ne me repoussait plus et au contraire portait mes doigts à son propre membre en me demandant ainsi de le toucher. J’avais bien évidemment caressé son membre avec plaisir, je n’avais bien évidemment pas oublié sa demande de le faire jouir à son tour comme je venais de lui souligner.

Mes doigts en lui semblaient lui plaire et je les bougeais encore un peu pour entendre son gémissement, mais je voulais glisser mon membre en lui. Ces réactions étaient vives et je faisais au mieux pour le tuer de plaisir. Je retirais mes doigts posant enfin mon gland contre son entré. J’avais déjà envie de le prendre brutalement mais je voulais aussi le taquiné tandis que je venais poser mes mains sur ses hanches enfonçant justement légèrement mon gland en gémissement tandis qu’il se cambrait me faisant me mordre la lèvre.

- J’ai envie de mettre mon membre en toi. Mais...si tu veux t’arrêter maintenant…je comprendrais.

A son petit coup de poing je ris légèrement embrassant amoureusement sa nuque en caressant ses flancs. Il avait bien évidemment envie de moi maintenant il ne semblait plus le nié mais je voulais l’embêter parce qu’il m’avait résisté. Je voulais qu’il soit heureux comme je l’étais actuellement et pour cela le taquiner ainsi serait…renoué comme avant ? Lui faire dire des choses perverses me plaisait aussi mais je me doutais que Luce allait simplement lui-même me taquiner.

- Tu as raison après tout, nous devrions nous arrêter là.
- Et tu laisserais nos deux membres dans une érection pareille ? Soufflais-je conscient qu’il ne faisait que répondre à mon taquinement.

Mais me surprenant tout de même un peu il écarta ma main qui tenait son membre en me faisant grogner. Il n’allait quand même pas tout arrêté maintenant ? Ce ne serait plus du sadisme, ce serait juste de la torture pure et simple. J’allais lui dire que moi je n’avais pas envie de m’arrêter et que je serais capable de le forcer encore un peu si il m’y obligeait. J’en mourrais bien trop d’envie.

Alors que j’ouvrais la bouche la seule chose qui en sortit fut le râle de plaisir qui m’échappa quand brutalement Luce venait de s’enfoncer sur mon membre plaçant mes mains libre sur ses hanches pour l’aider dans son mouvement brusque pour entrer plus profondément. Je me cambrais soupirant encore de plaisir à mon membre serré par ses parois. Je m’avachis un peu contre son dos en mordillant son oreille avec délice. Il m’avait bien eu je devais l’admettre. Il avait arrêté cependant de bouger…visiblement il avait un peu trop aimé ça…sans vouloir lui laisser le temps de se reprendre je ressortais et me renfonçais d’un coup sec pour le faire totalement craqué…un peu par vengeance de m’avoir taquiné.

- Ne me touche pas encore, je vais vraiment jouir sinon.

Je me mordis la lèvre de désir et bougeait doucement en lui sans pouvoir me contrôlé. Si je ne pouvais caresser son membre je n’allais pas pouvoir me contrôlé dans mes mouvements de hanches. De plus en plus brutalement j’accélérais mon bassin pour que mon gland tape au fond de lui à plusieurs reprises. Je voulais qu’il crie mon nom sous une vague de plaisir incommensurable.

- J’ai envie de te faire jouir Luce, murmurais-je en laissant à nouveau tomber mon torse contre son dos. Tu es sûr que tu ne veux pas que mes doigts parcourent ton membre si dur ?

Je caressais doucement son bas ventre puis l’intérieur de ses cuisses alors que je ressortais mon membre pour finalement le retourner passant ses jambes autour de mes hanches et renfonçant mon membre d’un coup sec en basculant la tête en arrière sous la vague de chaleur qui me prenait. Je n’allais pas tenir des heures. J’aimais bien trop Luce pour cela et l’endroit était bien trop excitant aussi.

Je plaçais mes mains sur sa taille en venant finalement l’embrasser langoureusement. Je poussais délicatement ma langue contre la sienne avec désir. Je ne voulais jamais perdre cette douce chaleur qui éclatait dans mon bas ventre avec un simple baiser, il était le seul à pouvoir me faire éprouver ce genre de sentiment. Petit à petit coupant le baiser en me faisant m’essouffler Luce bougea de lui-même ses hanches pour s’enfoncer sur moi me faisant caresser avidement son bas ventre sans pour autant osé toucher son membre puisqu’il ne semblait pas vouloir jouir dans l’eau…

- Quand tu auras joui je voudrais... ta bouche s'il te plaît.

Je rougissais violemment en plantant mes yeux dans les siens et finalement venait doucement poser mes lèvres sur les siennes, je mordillais un peu sa lèvre inférieur entre deux gémissement alors qu’il semblait vraiment désireux de me faire jouir rapidement en accélérant ses mouvements de hanches.

Je descendais ma langue dans sa nuque doucement en l’aidant dans ses mouvements, puis finissait ma course à ses tétons les mordillant délicatement en bougeant de plus en plus abruptement en lui. J’avais du mal à concentrer ma langue sur sa peau tandis que doucement je sentais mon membre avoir des premières palpitations.

- Ce sera avec plaisir, finis-je par murmurer près de son oreille. Mais pour le moment…je veux te faire l'amour...

Comme pour l’attester mes mouvements s’accéléré bien plus je délaissais les mouvements amples pour être plutôt brutale dans des petits mouvements court mais profonds. Je n’en pouvais déjà plus. Posant mes mains sur ses hanches je finissais par contracter mes doigts sur sa taille en sentant l’inévitable arrivé…

Mais je ne voulais pas jouir en lui…me retirant de son entré, je le soulevais hors de l’eau pour l’allonger sur le sol pour ensuite sortir à mon tour, mon T-shirt collant à ma peau que je m’empressais de retirer le trouvant gênant et faisait de même avec celui de Luce tandis que mon membre le pénétrait à nouveau brusquement alors que cette fois je ne le laissais pas rejeté ma main sur son membre que je saisis possesivement en sentant mon membre palpité de plus en plus en lui.

Puis je me retirais en me redressant un peu pour porter autoritairement mon membre à ses lèvres bougeant les hanches je faisais entrer mon membre dans sa bouche alors que finalement j’optais pour une nouvelle position : le 69. Je voulais jouir avec lui.

- Viens vite s’il te plaît…, murmurais-je un peu à bout et ne sachant pas si j’allais me contrôlé longtemps.

Doucement je prenais alors son membre en bouche appuyant directement ma langue contre son gland alors que j’enfonçais mon membre dans sa propre bouche en bougeant les hanches alors que je palpitais bien trop dangereusement. Je me doutais que j’allais jouir avant lui mais je m’appliquais tout de même au mieux sur son membre et tentait de me contrôlé.

Je glissais deux doigt en lui en commençait dès lors des longs mouvements amples et serrés de ma bouche sur son membre gonflé puis je joignais au rythme de ma bouche le rythme de mes doigts en lui. Je gémissais souvent et devait me stopper pour reprendre mon souffle en sentant sa propre humidité entouré ma bouche…je n’allais pas tenir mais bien vite je rebaissais la tête et venait caresser du bout de la langue toute sa verge remontant jusqu’à son gland en de long lapement appuyé sur celui-ci avant de le remettre totalement en bouche le plus profondément possible.

- Je n’en peux plus, murmurais-je finalement à bout. Je vais éjaculer dans ta bouche Luce…

Je bougeais désormais les hanches incontrôlable sentant la chaleur dans mon bas ventre littéralement exploser j’appliquais mes propres mouvement sur son gland espérant qu’il était aussi proche de la jouissance et accélérais mes mouvements dans son entré. Je voulais sentir sa semence dans ma bouche comme j’étais en train de finalement laisser couler la mienne en un mouvement un peu plus sec dans sa cavité buccale en un long gémissement étouffé par son membre dans ma bouche.

Puis finalement espérant l’avoir fait jouir je me retournais pour venir perversement glissé ma langue dans sa bouche. Nos deux semences se mélangeant alors tandis que je lançais mon regard dans celui de Luce avant de fermé les yeux gêné mais appuyant le baiser. Je me redressais ensuite et avalais sous ses yeux assis à califourchon sur son torse. Je lui tirais finalement la langue taquin en venant déposer un baiser plus doux sur ses lèvres.

- Tu ne regrettes pas trop de l’avoir fait ici ? Lui demandais en soupirant de bonheur en m’allongeant à côté de lui sur le sol froid.

J’étais taquin mais surtout j’étais souriant et totalement épanouis de l’avoir retrouvé. Je nouais doucement nos mains et venait doucement blottir sa tête contre mon torse nue. J’embrassais sa tête en caressant sa peau pâle et finissait par fermer les yeux quelques secondes.

- Je t’aime Luce. Je t’aime plus que tout au monde ne l’oublie jamais d’accord ?
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 60
Date d'inscription : 07/01/2013

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 21 ans
Orientation Sexuelle: homosexuel ♥
Petit(e) ami(e): Robynne Melkor Volgan ♥
MessageSujet: Re: Ne recommence plus jamais. [PV : Robynne ♥] YAOI Jeu 18 Avr - 1:15

- J’ai envie de te faire jouir Luce. Tu es sûr que tu ne veux pas que mes doigts parcourent ton membre si dur ?

Et comme si je n'étais pas assez frustré comme ça, Robynne se mit à caresser mon bas ventre et mes cuisses en me tuant un peu plus du désir de sentir ses doigts sur mon membre. Il me retourna alors contre lui, nouant mes jambes autour de sa taille et s'enfonçant en moi d'un coup sec en me faisant presque crier son prénom. Son gémissement n'avait pas été plus discret que le mien cela dit, ce qui m'encouragea à continuer de bouger les hanches sur son membre.

La langue de Robynne contre la mienne. Fiévreusement, je la rejoignis dans un élan de possessivité, désireux qu'il m'appartienne tout entier. Je voulais que plus rien n'existe en dehors de moi. Que plus jamais nous n'ayons de causes de rupture. Que tout se passe comme je le désirais. Finalement j'étais quelqu'un de très égoïste. Mais quand on aimait à ce point, il semblait bien complexe de se raisonner pour ne pas étouffer l'autre. Tout ce que j'espérais, c'était que Robynne soit heureux que je ne puisse faire autrement que de le vouloir à moi chaque seconde qui composait ma vie depuis que je l'aimais.

Alors j'osais. J'osais lui demander de me prêter ses douces lèvres pour terminer notre ébat. Moi qui avais auparavant été si choqué de jouir entre ses lèvres pendant notre première fois, nous pouvions admettre que Robynne m'avait métamorphosé. En bien, je n'en doutais pas un seul instant. Cette explication pouvait justifier de la rougeur de ses joues, et je l'accompagnais dans cette couleur du bonheur de notre proximité.

L'humidité chaude et foudroyante de sa langue sur mes tétons. Je me cambrais en un long gémissement qui se perdit dans les méandres de son propre écho. Ses mouvements en moins étaient de plus en plus frénétiques, de telle sorte que j'étais bien incapable de suivre son rythme. Je me laissais alors juste faire, tâchant de me tenir à son cou le plus adroitement possible. Inlassablement, la mélodie de son prénom sortait d'entre mes lèvres tremblantes de plaisir et d'une besoin impérieux de céder à la plus majestueuse concupiscence.

- Ce sera avec plaisir. Mais pour le moment…je veux te faire l'amour...

Un doux sourire se dessina sur mes lèvres alors que mon visage s'éclairait. J'aimais réellement qu'il soit si ardemment désireux de mon corps et de mon amour. "Faire l'amour" n'était pas un terme anodin : cela entretenait le sentiment à l'origine de l'acte. Sa brutalité était exquise et développait dans mon corps entier un voile de chaleur brûlant qui ne cessait de virevolter.

- Je veux que tu cries mon nom Robynne...

Puis soudainement, Robynne me souleva, attirant mon corps trempé hors de l'eau. J'étais allongé sur le bassin, encore bien hagard de toute la brutalité et la conséquence effervescente de mon plaisir, me demandant à quoi il pensait. Voulait-il de nouveau jouir sur mon visage ? Le voile s'entortilla dans mon bas ventre à cette pensée. C'était assez dévergondé et pourtant j'avais adoré cela. Etre le uke de Robynne.

Prestement, il ôta mon T-shirt trempé et le sien. Son corps sensuellement mouillé me donnait encore plus envie de lui. Le voile se concentrait un peu trop sur on bas ventre : il devenait véritablement insoutenable de ne pas être caressé. Sans perdre un seul instant de plus, Robynne rattrapa le temps perdu en s'enfonçant en moi de nouveau. Je plantai mes doigts dans ses cuisses sous le plaisir fulgurant qu'il me procurait, tentant de ne pas le blesser malgré tout. Mais ses caresses abruptes sur mon membre me firent perdre définitivement la tête. Il palpitait déjà. S'il continuait je jouirais immédiatement, l'attente avait été trop longue pour rester supportable à mon plaisir à outrance. Mais il le lâcha finalement en me faisant le regarder, perdu ; comptait-il accroître ma frustration ? Mais avant la moindre réaction de ma part, son membre tendu et redurci à souhait se présentait à mes lèvres. De vieilles connaissances.

- Viens vite s’il te plaît…
- Tu devrais plutôt me demander de me retenir franchement, fis-je en riant de ma propre incapacité à maintenir la durée de l'ébat.

La langue de Robynne finit alors sa longue course sur mon membre. Son appui abrupt sur ma partie si sensible me fit me cambrer immédiatement avant d'avoir le temps de prendre la verge de mon amour en bouche. Une fois un peu remis de mes émotions, je m'appliquais sur son propre membre. Visiblement il n'avait pas été déçu de ma première fellation puisqu'il en redemandait une autre.

Je ne connaissais pas trop la position de Robynne sur son rôle de seme. L'était-il constamment ou pouvait-il désirer inverser les rôles ? J'avais peur de ruiner un peu les choses mais finalement j'osais. Alors que je prenais son membre plus profondément dans ma bouche, maladroitement je devais l'admettre, je décidais de me rattraper en caresser son entrée humidifiée par l'eau. Peut-être allait-il me rejeter, peut-être allions-nous découvrir une nouvelle étape de notre refondée relation.

Imitant mon geste, deux doigts de Robynne s'invitèrent en moi en me faisant cambrer tout mon corps contre le sien. Involontairement, je m'étais enfoncé dans sa bouche dans trop de violence mais tout de même. Je dus lâcher un instant son membre pour pouvoir gémir et reprendre mon souffle tant le plaisir qu'il me donnait saccadait ma respiration. J'allais jouir. Sous peu.

- Je n’en peux plus. Je vais éjaculer dans ta bouche Luce…

La tomate était devenue ma meilleure amie, me semblait-il. Son membre palpitait entre mes lèvres alors que le mien n'était pas mieux du tout. Je m'étais retenu à plusieurs reprises de jouir pour le faire en même temps que lui, alors j'étais heureux qu'enfin mon supplice de frustration prenne fin de la plus belle manière qui soit.

- Fais vite je ne peux plus me retenir...

Et il le fit. Ses hanches bougèrent entre mes lèvres et je me permis donc de bouger les miennes également. J'aurais aimé placer ma main dans ses cheveux et le voir faire, mais cette position était elle aussi tout particulièrement excitante. Je continuais à caresser son entrée tout en accélérant mes mouvements sur son membre.

Puis je ne pus plus me retenir. Mon membre palpita une ultime fois entre les lèvres de Robynne Et je gémis plus fort que jamais, je crois. Je criais son nom en sentant tout mon corps parcouru de soubresauts, puis la semence de celui que j'aimais entre mes lèvres. Lui gémissait tout autant que moi.

Enfin, mon corps semblait vouloir se reposer sans plus vraiment me sentir apte à bouger, même une phalange. Je tremblais, tremblais sans arrêt. Puis Robynne se retourna alors vers moi et m'embrassa. J'avais presque attendu qu'il le fasse je crois. Sa semence toujours dans ma bouche et inversement, je me redressais un peu pour passer mes bras autour de son cou, dans un effort dicté par ma seule passion de cet homme. La preuve de notre plaisir certain était désormais aussi unie que nous l'étions. Il se redressa alors, à califourchon sur moi, et avala. Je l'imitais en le regardant bien dans les yeux, perversement. Puis un doux baiser sur mes lèvres. Le voile était refroidi, mais toujours d'une doucereuse chaleur témoignant de mon amour pour lui, hantant chaque parcelle de mon corps. Ma peau l'aimait, mes yeux l'aimait, mes doigts l'aimaient, mon oxygène l'aimait.

- Tu ne regrettes pas trop de l’avoir fait ici ?
- Ca va tu sais bien comment je suis !

Je lui balançais un petit coup de poing dans le ventre encore une fois sans but de le faire souffrir. Puis je lui tirais la langue alors qu'il vint s'allonger à côté de moi. Naturellement, je me blottis contre lui.

- Je t’aime Luce. Je t’aime plus que tout au monde ne l’oublie jamais d’accord ?

Je me redressais légèrement pour venir déposer un baiser sur ses lèvres. J'entrelaçais nos mains, possessif. Il était mien. Personne ne pourrait l'aimer avec tant d'ardeur que je le faisais. Je reposais ma tête contre son torse en lui répondant :

- Je t'aime de la même manière, alors je ne peux pas oublier une chose comme ça, fis-je en souriant. Et toi tâche de ne jamais oublier que jamais plus je ne te laisserais partir loin de moi...

C'était un bonheur qui se devait d'être éternel.



FIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Ne recommence plus jamais. [PV : Robynne ♥] YAOI

Revenir en haut Aller en bas

Ne recommence plus jamais. [PV : Robynne ♥] YAOI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Suki Gakuen ♥ :: Les clubs du lycée :: La piscine-