Suki Gakuen ♥
Bienvenue à Suki Gakuen ♥

Ce forum était anciennement lié à Amour Sucré d'où l'adresse mais ce temps est révolu, nous vous proposons ici d'incarner des personnages parfaitement imaginaires et de venir les faire évoluer dans notre lycée ♥

Connecte-toi / Inscris-toi vite ! ☺


Bienvenue au lycée Suki Gakuen, où amour et conflits se mêlent pour un endroit unique au monde ♥
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Bye bye Hawaï, I'm coming back.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 86
Date d'inscription : 24/02/2013

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 27 ans.
Orientation Sexuelle: Kaleï-sexuel.
Petit(e) ami(e): Kaleï Leilani ♥
MessageSujet: Bye bye Hawaï, I'm coming back. Dim 24 Fév - 11:40


Zachary Aristide
Clairbois



Carte d'identité

Âge : 27 ans.

Sexe: phallusé.

Nationalité : Française.

Statut : Professeur de Sciences de la Vie et de la Terre.

Club : /

Logement : Une maison.

Loisirs : Etudier les animaux sous marins bizarres, le kendo.
& More.

Et ton avatar, c'est qui ? Harada Sanosuke - Hakuouki Shinsengumi Kitan.

Et le code ? auto-validé par Ed' ♥

Comment avez-vous trouvé le forum ? Il y a fort longtemps déjà... DC.

Autres choses ? Kalei est mien. *_*



Description Physique.
90 Mots Minimum.
-Ne coupez pas trop court.
-Oui monsieur, ne vous en faîtes pas.

Je me regardais avec désespoir dans le miroir du coiffeur qui me faisait face. De toute façon, quoi qu'on dise, ils coupaient toujours trop court. Étonnamment, j'aimais beaucoup mes cheveux. D'une couleur oscillant entre le roux et le brun, ils étaient véritablement flamboyants au soleil et restaient assez clairs à l'ombre. J'avais eu de la chance en un sens : souvent, les hommes roux n'étaient pas très séduisants, mais je n'étais pas mal. Lorsque j'étais au lycée j'avais vraiment du succès, d'autant plus qu'un roux à la peau pâle à Hawaï, et bien ce n'était pas commun. Le premier coup de ciseau dans mes cheveux humides me fit grimacer.

Mes yeux, quant à eux, étaient en amande allongée et d'un marron très clair, parfois confondu avec du jaune dans les jours d'été. Mes traits étaient fins mais paraissaient aujourd'hui plutôt sérieux. Avoir 26 ans, ça se voyait sur votre visage. On vous appelait « monsieur », on vous vouvoyait, et vous imposiez un certain respect. Et pourtant, pas la moindre ride ne marquait mon visage encore bien jeune. Mes lèvres étaient assez fines et plutôt pâles, ne contrastant guère avec ma peau.

-Merci, ça ira comme ça.
-Vous êtes certain ? J'ai à peine commencé, fis le coiffeur,surpris.
-Oui, certain. J'ai à faire.

Il allait couper trop court. Je me débrouillerais autrement en rentrant à la maison. Je ferais certainement du meilleur travail que ce professionnel. J'enfilais donc ma veste sur mes épaules : une veste noire bien coupée en cuir. En dessous, je portais des vêtements plutôt habituels pour moi : une chemise à carreaux pas très large et un jean noir qui sans me mouler m'allait plutôt bien. Je n'affectionnais pas l'idée d'avoir des centaines de vêtements : j'en voulais seulement quelques uns qui m'allaient bien et durement longtemps. Mentalité de vieux, n'est-ce pas ? Je partis donc en réglant la note d'un service qui ne m'avait pas été rendu.

J'étais d'une apparence plutôt sobre. Mes cheveux mi-longs me retombaient au dessus des épaules, mais mon mètre quatre-vingt-huit et ma carrure plutôt musclée ne laissait aucun doute sur mon genre. Je n'avais ni piercings, ni tatouages. Enfin, j'avais eu les oreilles percées pendant la scolarité, mais j'avais retiré ces bijoux depuis quelques années déjà. Je soupirais : j'avais beaucoup changé. En bien ou en mal ? C'était une bonne question.



Description mentale.
90 Mots Minimum.
Malgré mon apparence sobre et ma hantîse du coiffeur, j'étais une personnes assez loufoque. Je me montrais rarement sérieux avec mon entourage, préférant plaisanter souvent. Il n'y avait rien de bon à tout prendre au sérieux, c'était mauvais pour le moral et n'apportai aucun bénéfice autre que d'avoir l'air sérieux. Cette tautologie était ridicule. Un proverbe tibétain correspondait bien à cet état d'esprit : « Si un problème a une solution, alors il est inutile de s'en inquiéter ; s'il n'en a pas, s'inquiéter n'y changera rien ». Mais il y avait bien sûr des exceptions.

Si l'on pouvait me définir par deux mots, ceux-là auraient été dévoué et impulsif. Il y a des évènements qui arrivent dans notre vie que nous ne pouvons pas ignorer ou ne pas prendre au sérieux. Ce Tibétain était bien sage, mais comment pouvait-on ne pas s'inquiéter de la mort de ses propres parents par exemple ? Ce n'était pas une tragédie qui m'était arrivé. Elle était arrivée à mon... mon quoi.. ? Mon meilleur ami ? Mon petit frère sans lien de sang ? Elle était arrivée à Kalei. Un jeune garçon de dix ans mon cadet, et ceci avait changé ma vie.

J'étais également une personne passionée par les choses farfelues, c'était certainement ce côté de ma personnalité qui me rendait le plus loufoque. Je vouais une passion sans nom aux créatures sous-marines, au physique plus improbable les unes que les autres. Ce fut d'ailleurs le sujet des études que j'entrepris. J'avais la chance d'être une personne intelligente, quoi que pas dans tous les domaines. Disons que je m'investissais tant dans ma passion que mon niveau était excellent, c'était pourquoi j'aurais très certainement réussi dans cette branche si j'avais continué. J'aurais pu être un éminent scientifique, revêtant ma blouse blanche de temps en temps, et faisant de la plongée les autres jours. C'était quelque chose que j'adorais : la plongée. Un véritable chercher ne reste pas derrière son bureau à prendre des notes, c'était si ennuyeux. Je préférais me confronter à l'objet de mes études, mêmes si j'avais eu plus d'une fois une peur bleue en croisant des requins. Heureusement, je n'avais jamais eu de graves problèmes.
Il y avait cependant une autre chose pour laquelle j'étais sérieux : le kendo. J'avais commencé très tôt, car mes parents me trouvaient trop peu discipliné. Et en enffet, cela avait eu le don de me rendre moins rebelle, tout du moins pendant les cours. Je pratiquais toujours avec assiduité cet art, incapable de m'en lasser.



Histoire.
140 Mots Minimum.

Ma vie ne fut en soi pas désagréable. Je suis né en France, d'un père et d'une mère follement amoureux l'un de l'autre. Quelque part, quand on fait un enfant, c'est mieux d'être amoureux. C'est donc un 23 décembre que naquit Zachary Aristide Clairbois, rapidement connu sous le nom de Zach. Ma mère avait envie de me prénommer Aristide, un prénom magnifique, j'en convenais. Mais je devais admettre que si elle m'avait donné ce prénom en véritable, je l'aurais certainement détesté. Il était donc parfait en deuxième prénom. Zachary était un prénom que j'affectionnais. En grandissant, je me rendis compte qu'il était rare. J'aimais être spécial, ne pas être comme tous les garçons de mon âge. Me démarquer comptais beaucoup pour moi.

Aussi, en grandissant, j'avais compris que mes parents avaient des moyens financiers plutôt enviables. Sans être richissimes, nous étions une famille vivant aisément et qui n'avait pas quérir les prix les moins chers en faisant les courses. Malheureusement, un rouquin bien habillé s'appelant Zachary, c'était un gamin qui ne s'intégrait pas bien. Mais je ne tombais pas dans le cercle de la solitude pour autant : faire des pitreries eu raison de mon exclusion. En effet, être le clown de la classe, c'était être apprécié par ses disciples. Mais pas par les professeurs. Malheureusement, à force de toujours vouloir faire plus rire, les choses dérapaient. A mes neuf ans, en CM2 donc, j'avais fait brûler les cheveux de ma professeur. Les rires des élèves avaient fusés, mais à votre grande surprise, je fus également renvoyé définitivement.

Brûler des cheveux n'était pas une chose que je faisais comme un hobby de tous les jours, non. Mes parents se disputaient. Il se disputaient sans arrêt. Parfois je voyais ma mère avec des bleus sur les bras. Alors elle tirait ses manches en me faisant un sourire. Je voulais oublier ce que je voyais, alors je faisais de plus en plus l'imbécile. Car même pour mes parents, c'était comme si je n'existais plus : seules leurs disputes comptaient. Puis ce même jour où j'avais incendier la chevelure de mon professeur, ma mère vint me chercher en voiture. Mais elle ne m'emmena pas à la maison. Son arcade saignait. Je ne posais pas de questions, comme on m'avait apprit à le faire. Et quand nous nous arrêtâmes, nous étions dans une endroit immense avec des avions. C'était certainement l'aéroport Charles de Gaules.

-Deux billets pour Hawaï.
-Papa ne vient pas avec nous ?
-Non mon cœur. Papa ne viendra pas.

Elle passa sa main dans mes cheveux en me faisant son éternel sourire. Je compris ce jour-là que je ne reverrais plus jamais mon père, et que ma famille qui pendant ma petite enfance avait été des plus soudées s'était dissoute à jamais.

Hawaï. C'était un cauchemar pour moi au début. Ma peau pâle de rouquin prenait des coups de soleil sans cesse, alors les dépenses en crème solaire furent... incroyables. Mais heureusement, nous avions beaucoup d'argent. Mon père était forcé de verser une pension mirobolante à ma mère et moi, ce qui facilitait vraiment les choses. Ma mère m'inscrivit alors à mes cours de kendo, et je fus « un peu » plus discipliné. Au fur et à mesure, les choses s'améliorèrent. Nos voisins avaient 'air d'être également un couple heureux. Peu après notre arrivée, ils eurent un petit garçon qu'ils appelèrent Kalei. Rien qu'en sortant du ventre de sa mère, sa peau était déjà plus bronzée que la mienne.

Je vécus donc ma période scolaire normalement, même avec un certain succès, en rendant souvent visite à mes voisins. Quand leur fils se mit à grandir, nous nous rapprochions. Je ne savais pas trop pourquoi, mais il m'inspirait confiance. Aujourd'hui, je savais que c'était car j'avais peur que sa famille se brise comme la mienne. Quand on vit un événement dur comme un divorce, on a peur que la même chose arrive aux autres.

Je m'étais donc mis à la plongée au cours de ces années, découvrant mille et unes espèces sous marines. J'eus la chance d'être encouragé par ma mère dans mes rêves : elle me permit d'étudier tout ce qui me faisait envie. Alors j'obtins mon baccalauréat scientifique avec brio, et entrait dans une faculté prestigieuse spécialisée dans l'étude de la faune sous-marine. 'était un rêve qui était à portée de mes doigts. Je l'avais touché de si près... Et pourtant, un jour funeste il glissa hors de ma portée.

_

Ma mère avait accouru dans ma chambre, l'air horrifiée. Elle portait Kalei dans ses bras, âgé de 10 ans désormais. Il était inconscient. Son oeil droit saignait abondamment. Je me levais de mon bureau, faisant tomber ma chaise à la renverse. J'accourais vers eux pour allonger Kalei sur mon lit, ma mère composant le numéro des urgences.

-Mais enfin qu'est-ce qu'il s'est passé ?!
-Ses parents... ils viennent de se faire assassiner sous ses yeux. L'agresseur a essayé de le tuer... Je ne sais pas s'il... respire...

Ma mère ne put pas parler davantage. Elle sanglotait et s'effondrait par terre d'horreur et de tristesse. J'entrepris alors de prendre le pou du pauvre garçons. Faible, mais il battait. Je fis signe à ma mère qu'il était vivant. Tant bien que mal, je lu prodiguais les premiers soins. Les sirènes de la police retentissaient déjà dehors.

-Pourquoi les a-t-on assassiné enfin ?!
-... Son père était accro aux jeux... il a emprunté de l'argent aux mauvaises personnes...

Je la regardais, sidéré. La mère de Kalei venait de mourir pour les fautes de son père. Et lui, il risquait de perdre la vie. Les secours arrivèrent. Ils l'emmenèrent à l'hôpital. Je les suivis en voiture. J'attendis toute la nuit. Et le verdict tomba. Kalei allait survivre, son pronostic vital n'était plus en jeu. Il ne récupèrerait jamais son oeil. Et il n'avait aucun souvenir de ce qu'il s'était passé. J'accourus dans la chambre pour voir la gamin avec un oeil bandé et l'autre me regardant. C'était à moi de lui annoncer. Mais on ne pouvait pas dire à un gamin de dix ans que ses parents avaient été assassinés. Sans remord, je lui mentis donc pour le protéger : un accident de voiture. Ses parents étaient décédés. Il pleura. Il pleura toutes les larmes de son corps.

A l'enterrement, je m'arrangeais pour le cacher un peu et ne pas le lâcher d'une semelle, effrayé à l'idée que ceux qui pensaient l'avoir tué pourraient être ici. Puis un avocat arriva près de moi.

-Monsieur Clairbois ?
-Oui ?
-Monsieur et Madame Leilani vous ont désigné comme tuteur légal de leur fils si quelque chose leur arrivait un jour. Pouvez-vous prendre cette responsabilité ?
-Je le ferais.

J'avais répondu sans réfléchir, car il n'y avait pas à réfléchir. Mais ce fut effectivement ce jour où mes rêves d'avenir s'effondrèrent. S'enfuir si loin de moi. Jamais je n'allais vivre la passion qui était la mienne, mais au moins, j'allais pouvoir m'occuper de Kalei. Après avoir réglé les papiers, j'expliquais à ma mère que je partais. J'avais 20 ans, et donc elle ne pouvait pas me retenir. Elle pleura, je la serrais dans mes bras. Kalei ne comprenait pas. Et au même âge auquel ma mère m'emmena à l'aéroport pour Hawaï, j'emmenais mon protégé à l'aéroport pour la France.

A partir de ce jour, je m'occupais de lui peut-être pas comme d'un fils, mais comme d'un petit frère. Je pris soin de lui, je l'envoyais à l'école. Je gagnais ma vie comme je le pouvais. Je subsistais à nos besoins, et je m'arrangeais pour qu'il n'ait jamais à s'en inquiéter. Il grandit lui aussi, et aujourd'hui j'étais professeur de sciences dans le lycée où il étudiait. C'était bien loin de mes rêves initiaux, mais ma c'était comme pouvoir encore observer ma passion. Je savais qu'il comptait sur moi, et il le pouvait. Chaque nuit où il venait me rejoindre pour me dire qu'il avait fait ce cauchemar, une scène sanglante où ses parents mourraient devant lui, un pincement au cœur me prenait. C'était probablement ce qu'il avait vu. Mais je n'avais jamais réussi à le lui dire, lui qui semblait avoir réussi à laisser cette histoire au passé.

Arrivé un jour, un an après mon arrivée en France, où je rencontrais une femme. Elle s'appelait Astrid, et elle marqua ma vie d'une manière importante. J'étais tombé amoureux d'elle, ou tout du moins je le croyais. Seulement je me rendis compte probablement un peu tard de mon erreur. Au bout d'un an et demi de relation avec elle, je comprenais qu'elle ne m'inspirait guère plus de passion que les mollusques. Aussi, ce qui me mit la puce à l'oreille était que je me sentais mal à l'aise avec Kalei pendant cette période de ma vie. Je finis par rompre avec elle quand je réalisai que je ne l'aimais pas : ce fut une sorte de soulagement pour moi au final. Je n'avais guère le temps de me consacrer à une relation amoureuse, ou plutôt c'était l'excuses que je m'étais trouvée.

En réalité, depuis quelques mois déjà je ne voyais plus Kalei du même oeil. Il avait grandi, mûri, et était devenu un homme. Mon affection envers lui commençait à dépasser celle de tuteur. Je voulais être constamment avec lui, ce qui était bien puisque nous vivions ensemble, mais de plus en plus insoutenable car j'étais forcé de taire mes sentiments. Je n'étais pas spécialement bi : j'étais seulement... amoureux de Kalei. Les hommes ou les femmes ne m'intéressaient pas, c'était vers lui que mes yeux se tournaient. Un gamin de 10 ans mon cadet. Un amour voué à resté inavoué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kanako Solfing
Ancien staff
Ancien staff
avatar
Messages : 346
Date d'inscription : 18/04/2012
Age : 25

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 20 ans.
Orientation Sexuelle: Hetéro.
Petit(e) ami(e): Edward Lunster ♥
MessageSujet: Re: Bye bye Hawaï, I'm coming back. Dim 24 Fév - 12:09

Quel longue fiche //BUS//

Je t'aime *o* xD Bon d'accord plus sérieusement ta fiche est superbe ;_; xD Je referais un jour mon histoire pour quel soit aussi bien que le tienne va ;_; xD

J'aime le caractère de Zachary, capable de partir de chez le coiffeur parce que cela ne lui convient pas *o* xD (je sais ca c'est dans ta partie physique mais chut) et même si il est pas si exubérant que je m'attendais il est génial *o* J'aime son côté sérieux et sa passion pour les mammifères marins :x xD

Pour le physique bah il est à tomber quoi ;_; xD Il est sexy *o* xD Et j'aime aussi le fait qu'il soit pas très brancher mode sa contrastera avec Kalei qui a une armoire plus grande que ca chambre :3 xD

Son histoire est superbe ! J'aurais pas pensé que Zachary est une histoire plus poussé que simplement en rapport avec Kalei (tu dis pas que tu l'aimes T___T xDD) du coup je suis agréablement surpris et j'adore vraiment *__*

Bref tu l'as compris, tu es VALIDE et tu m'agace à faire une trop bonne fiche ;_; xD Bienvenu à toi professeur ! Et RPons vite :3 xD

_______________________________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 86
Date d'inscription : 24/02/2013

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 27 ans.
Orientation Sexuelle: Kaleï-sexuel.
Petit(e) ami(e): Kaleï Leilani ♥
MessageSujet: Re: Bye bye Hawaï, I'm coming back. Dim 24 Fév - 12:26

Voilà maintenant il le dit è_é Content ? xD

Merci pour la validation et tous tes compliments, je t'aime aussi *o* ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Bye bye Hawaï, I'm coming back. Lun 25 Fév - 18:13

Rien que le début de la description physique m'a fait sourire! On dirais que Zachary se vénère x3. J'aime beaucoup, il m'as l'air trop beau gosse !!! *w*

Ils aimes les créatures sous-marines? Ils aimes bien l'eau alors ?? ** il fais de la plongée *w* ... Petit veinard !

C'est assez triste ce qui se passent entre ses parents par la suite ...

Tuteur légal? il vas devenir comme un père non?

BRef, j'adore vraiment, j'ai TOUT lus et dévoré les ligne ! :3
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 86
Date d'inscription : 24/02/2013

Nous voulons en savoir plus~
Âge: 27 ans.
Orientation Sexuelle: Kaleï-sexuel.
Petit(e) ami(e): Kaleï Leilani ♥
MessageSujet: Re: Bye bye Hawaï, I'm coming back. Mar 26 Fév - 0:02

Yeahh, merci d'avoir pris le temps de lire ma fiche Alex ^o^ ♥

Je sais pas trop s'il s'adore, il doit se trouver pas mal au fond xD
Oui c'est à peu près ça, ça veut dire que Kaleï est à sa charge, après ce n'est qu'un statut juridique =D

Merci d'avoir mangé ma fiche, elle en avait bien besoin *o*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Bye bye Hawaï, I'm coming back. Mer 27 Fév - 15:59

J'aime pas les roux non je déconne vive les roux wesh. Bon, tu sais déjà ce que je pense mais voilà. L'histoire est elle trop belle. J'aime le caractère tu l'sais, leur relation est fejkgu magnifiquement mignonne. Même si au début j'ai fait " Attends, j'ai. hm. là ? Il craque pour son soit disant frère ? Heu non son faux frère plutôt vu qu'il a décidé d'en prendre la responsabilité. OUI BON MERDE QUOI. Chelou c'tte relation ! " Mais.. j'avais tout comprit l'histoire en fait.. okmaggle. On voit que vous y avez mit du coeur entre vos deux personnages pour qu'il ait ce genre de lien et cette histoire, moi j'aime voilà. Puis Zachary ferait un bon papa s'il adopte un gosse et un bon mari pour Kalei ♥
la porte ? Ok.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Bye bye Hawaï, I'm coming back.

Revenir en haut Aller en bas

Bye bye Hawaï, I'm coming back.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Suki Gakuen ♥ :: Partie administration :: Gestion du personnage :: Bureau d'inscription :: Fiches validées-